Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Le dilemme cornélien de l’Amérique…

Le “choix” des élections présidentielles américaines est ici exposé dans toute son horreur, mais non sans humour. Que la première puissance en soit à deux programmes de ces types avec deux hommes au niveau du “choix” dit assez la chute de l’empire américain, mais il faut constater que dans cette chute, partout des individus ne valant pas mieux que les potentiels maîtres du monde sont en train de faire la preuve de leur bellicisme comme de l’incapacité institutionnelle à trouver des solutions. Par parenthèse le plus fou du lot est celui qui a proposé Trump à la nomination pour le Nobel. Voilà ce que pense Trump de Mandela : “Mandela a bousillé le pays. Il en a fait une merde. Qu’il aille se faire foutre! Ce n’était pas un leader”. Serait-ce le début de son discours pour le Prix Nobel??? (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoire et société).

https://journal-neo.org/2020/09/10/america-s-cornelian-dilemma/

C’est le dramaturge français du XVIIe siècle Pierre Corneille qui a donné lieu à cette expression dans des tragédies de trois heures qui sont encore étudiées par tous les enfants du système scolaire français. Elle décrit une situation insoluble, celle justement actuellement en cours de lecture dans l’ Amérique du Trump.

À l’approche de l’élection présidentielle du 3 novembre, les Américains ont été avertis que cette fois-ci, la Chine et la Russie, qui ont une alliance globale, «interfèrent» dans leur «démocratie». Mais alors que l’opposition au programme raciste de Trump se développe de manière exponentielle, les électeurs ne savent toujours pas pourquoi le candidat démocrate, Joe Biden, promet une attitude plus dure envers la Russie qu’Obama. En tant qu’électeurs, ils sont confrontés à un “dilemme cornélien”: Trump détruit le pays de l’intérieur, tandis que Biden le détruirait par la guerre.

Comme tous les présidents depuis Clinton, Biden (“l’Oncle Joe” américain) suivra la doctrine officielle de la défense connue sous le nom de doctrine Wolfowitz d’après son auteur belliqueux, Paul Wolfowitz. Son objectif déclaré est de veiller à ce qu’aucun autre pays ne soit en mesure de détrôner les États-Unis en tant qu’hégémonie mondiale, et il identifie la corne d’abondance minérale de la Russie comme lui permettant potentiellement de le faire. Il y a plusieurs mois, sans faire référence à “Wolfowitz” , qu’il ne s’était autorisé à adoucir que légèrement dans sa doctrine de défense de 2017, Trump a suggéré que les États-Unis devraient acheter le Groenland, après avoir soutenu que la géographie a béni cette île de l’Atlantique Nord avec des actifs minéraux comparables à ceux de la Russie. Dans l’esprit du président, cela suffisait. Comme l’effleurait la nécessité de bombarder Moscou, où il aimerait construire une tour. Cependant, les experts américains, ayant oublié depuis longtemps la doctrine Wolfowitz s’ils en avaient jamais eu conscience, l’ont écartée comme étant juste une autre idée folle, en partie parce qu’ils ne connaissaient pas l’attitude fondamentale de Trump envers la guerre.

Un livre récent d’un intime de la famille Trump l’explique. Considérant une “bonne affaire” comme le comble de la réussite, Trump considère que le service dans l’armée est fait pour les “branleurs” et les “loosers” comme il le disait récemment à la télévision. Le concept de patriotisme lui est étranger, comme l’illustre son attitude envers l’ancien sénateur John McCain, qui a été retenu captif pendant cinq ans après que son avion a été abattu pendant la guerre du Vietnam. Trump déclare en effet qu’il aime «les héros qui n’ont pas été capturés». Maintenant, nous apprenons que bien avant de devenir président, il a menacé de déshériter Don Jr., s’il embrassait une carrière militaire, incapable de comprendre pourquoi les gens risqueraient leur vie alors qu’«il n’y a rien à gratter pour eux».

Bien que Trump choie l’armée américaine lorsqu’il veut menacer un autre pays, mettant en garde contre sa capacité inégalée à infliger la mort et la destruction, il menace sérieusement de démanteler l’OTAN si les pays participants n’augmentent pas leurs contributions. Les partisans de Biden, en revanche, sont fortement investis dans le complexe militaro-industriel. Peu attentifs à l’avertissement d’Eisenhower, ils sont convaincus que son pouvoir de destruction prouve qu’il est également capable de reconstruire le monde (à l’image de l’Amérique, mais sans les problèmes de la race…).

Cette dyade confronte les électeurs américains à un choix typiquement cornélien, entre deux résultats tout aussi désastreux. En rejetant Trump, ils éviteraient une guerre raciale chez eux, mais feraient face à une guerre nucléaire avec la Russie, soutenue par la Chine. La preuve en est que Biden a l’intention de maintenir les chars de l’OTAN stationnés à la frontière européenne de la Russie, de la Baltique à la mer Noire, condamnant le président Poutine pour avoir appelé des forces défensives à ses côtés – comme si la première responsabilité d’un dirigeant national n’était pas d’assurer la sécurité de ses citoyens!

Les partisans de Biden sont investis dans le complexe militaro-industriel dont Eisenhower a mis en garde contre son formidable pouvoir de destruction les ayant convaincus qu’il est également capable de reconstruire le monde (à l’image de l’Amérique, mais sans le problème de la race …), alors que Trump sait que la guerre nucléaire mettrait fin à tous les accords. Il a agi avec cette conviction en s’inventant un «éperon osseux» sur un pied pour échapper au service militaire en temps de paix, seulement pour accepter le soutien des suprémacistes blancs une fois qu’il est devenu président. Encourageant ses adeptes à se livrer à la violence contre les Américains non blancs depuis la sécurité de la Maison Blanche, il n’a probablement jamais tiré avec une arme, quoique certains le suggèrent le matin du 4 novembre, il est peu probable qu’il rejette la défaite en conduisant ses partisans sur la pelouse sud en brandissant une mitrailleuse contre Antifa.

Il est plus susceptible de s’enfuir en pleine nuit vers un pays ami comme la Turquie, où Rudy Giuliani, “inconnu de longue date”, organise probablement des hébergements dignes de l’ancien président du pays le plus puissant que le monde ait jamais vu. Mon hypothèse n’a été ni reprise ni contestée, mais aucun scénario plus crédible n’a été présenté. Cela m’amène à suggérer qu’au lieu de se demander ce qu’ils feront si Trump refuse la défaite, les démocrates devraient accepter les suggestions du public pour une nouvelle constitution, reconnaissant que les “freins et contrepoids” ne suffisent plus pour garantir l’état de droit.

Deena Stryker est une experte, auteure et journaliste internationale née aux États-Unis qui a vécu en Europe de l’Est et de l’Ouest et qui écrit sur la situation dans son ensemble depuis 50 ans. Au fil des ans, elle a écrit un certain nombre de livres, y compris les Américains de Russie. Ses essais peuvent également être trouvés chez  Otherjones. Exclusivement pour le magazine en ligne « New Eastern Outlook »

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments

C’est pas possible de continuer à cautionner l’impérialisme étatsunien en avalisant l’utilisation du mot “Amérique” et “américain” , qui se réfère à un CONTINENT comptant 35 pays, pour en désigner un seul, qui s’appelle en fait les États-Unis.