Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Bravo Lavrov!

Affaire Navalny : le ministère russe des affaires étrangères convoque l’ambassadeur allemand et annonce une possible crise internationale

Au regard de la poussée d’hystérie en Occident autour de l’affaire Navalny, des déclarations agressives du G7 envers la Russie et de l’implication de l’OIAC, la Russie a décidé de réagir fermement.

Le ministère des affaires étrangères a convoqué l’ambassadeur allemand pour lui remettre une note de protestation. Puisqu’à ce jour aucune analyse n’a été transmise aux autorités russes, Navalny est quand même citoyen russe, si les autorités russes ne reçoivent pas les documents demandés, elles considéreront cela comme une provocation hostile :”Il a été indiqué à l’ambassadeur que l’absence des documents indiqués ci-dessus sera considérée comme un refus de la République fédérale d’Allemagne d’établir la vérité dans le cadre d’une enquête objective et ses actions antérieures et futures liées à A. Navalny comme une provocation hostile flagrante contre la Russie, qui aura des conséquences sur les relations russo-germaniques autant que de sérieuses complications sur la scène internationale. Toute la responsabilité concernant les conséquences de cette politique repose sur la République fédérale d’Allemagne et ses alliés de l’OTAN et de l’Union européenne.”

A noter que l’on reconnait bien dans cette affaire la “patte” de Lavrov, les Allemands qui tiennent bon sur le gaz russe pensaient sans doute que les Russes n’oseraient pas provoquer une crise dans ce contexte mais Lavrov, digne héritier de la politique étrangère soviétique, celle de Primakov ne cède jamais à ce genre de chantage du compromis.

PROLONGEMENT A L’ONU

Le refus de Berlin de fournir à Moscou des données sur l’incident avec le blogueur Alexei Navalny sera perçu comme une provocation hostile flagrante contre la Russie, ce qui sapera définitivement les relations russo-allemandes, a déclaré le représentant permanent de la Russie auprès de l’ONU, Vasily Nebenzya, lors d’une réunion du Conseil de sécurité de l’organisation internationale.

«L’ambassadeur de Russie s’est rendu au ministère allemand des Affaires étrangères. Il n’a reçu aucun matériel, aucune donnée ou preuve que nous avions précédemment demandé [sur l’incident avec Alexei Navalny] », a déclaré RIA Novosti citant Nebenzi .

«Si ces documents ne sont pas présentés par la partie allemande, cela sera considéré par la partie russe comme un refus du gouvernement allemand d’établir la vérité dans le cadre d’une enquête objective, et toutes les actions antérieures et actuelles concernant Alexei Navalny (seront considérées) comme une provocation hostile flagrante contre la Russie, qui sapera définitivement la Russie. Relations allemandes et relations internationales en général », a souligné le diplomate.

Jeudi, les États-Unis, la Grande-Bretagne, la Belgique, l’Allemagne ont soulevé le sujet de Navalny au Conseil de sécurité de l’ONU, appelant la Russie à enquêter sur l’incident avec le blogueur.

En réponse, le représentant permanent de la Russie auprès de l’organisation internationale a comparé la situation avec Navalny à un sale jeu mis en scène. Il a également souligné que la Russie n’avait aucune raison d’ouvrir une enquête, puisque les médecins russes n’ont trouvé aucune trace de poison chimique dans les analyses du blogueur, tandis que Moscou n’a reçu aucune preuve de Berlin qui leur permettrait de conclure qu’il s’agissait d’un crime délibéré.

Plus tôt dans la même journée, le Kremlin a déclaré l’irrecevabilité des allusions à l’implication de responsables russes dans la situation avec le blogueur. Pendant ce temps, les médias allemands ont rapporté que Navalny s’est complètement remis de son coma et a réussi à se souvenir des événements qui ont eu lieu avant qu’il ne perde connaissance dans l’avion.

Mercredi, Moscou a déclaré la manifestation à Berlin dans le cadre de la nomination par les autorités allemandes d’accusations et d’ultimatums à la Russie pour “empoisonnement” du blogueur. Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a souligné que Moscou n’était pas satisfaite du ton absolument inacceptable avec lequel la position de la partie allemande sur la situation avec le blogueur est portée à la connaissance du public.

La semaine dernière, le gouvernement allemand, se référant aux découvertes de toxicologues militaires, a déclaré que Navalny aurait été empoisonné avec «une substance du groupe Novichok». Les médecins d’Omsk qui ont traité le blogueur ont dit leur désaccord.

Comme le souligne le ministère russe des Affaires étrangères, il semble que le scénario avec des accusations contre la Russie ait été écrit à l’avance: «d’une part, ils déclarent que les enquêtes sont toujours en cours et se poursuivront», mais «d’autre part, le verdict est déjà rendu».

Dans le même temps, l’un des développeurs de la substance, Leonid Rink, a déclaré que les symptômes décrits dans les médias par le blogueur Alexei Navalny ne sont absolument pas similaires à l’empoisonnement par Novichok. Un autre développeur de Novichk, Vladimir Uglev, a également mis en doute l’utilisation de cette substance contre Navalny.

Par ailleurs, le chef du service des intoxications aiguës de l’hôpital, le toxicologue en chef de la région d’Omsk et du district fédéral sibérien, Alexander Sabaev, a déclaré que les médecins de l’hôpital d’Omsk, où Navalny était hospitalisé, n’avaient trouvé aucune trace de substances toxiques dans son corps. Il a noté que les organes les plus importants responsables de la désintoxication – les reins, le foie, les poumons – étaient intacts au moment du séjour du patient dans notre clinique. Autrement dit, il n’y avait aucun dommage et aucune hypothèse sur le passage du toxique à travers ces organes – et tout toxique, bien sûr, doit passer à travers eux.

Il convient de noter qu’à la fin du mois d’août, le ministère allemand de la Justice a reçu une demande du bureau du procureur général de Russie, dans lequel la partie russe a tenté de savoir quels médicaments et à quelles doses sont utilisés pour traiter le blogueur, et s’il y a une détérioration de son état.

Le ministère russe des Affaires étrangères a souligné que Moscou attend une réponse à la demande du bureau du procureur général en Allemagne concernant le traitement de Navalny, son diagnostic et les résultats de l’examen.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments