Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

BBC: Fonctionnement de l’économie planifiée du Bélarus, la dernière d’Europe

L’article dresse un panorama complet du fonctionnement de l’économie étatisée du Bélarus, une réussite qui favorise l’Etat providence, mais qui dépend pour une part de la Russie. On constate également l’apparition d’un secteur privé dans des startup de jeux vidéo, mais pas d’oligarchie liée aux ressources du pays qui demeurent d’état (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoire et société).

Cristina J. Orgaz @cjorgazBBC News World

  • 8 septembre 2020
  • https://www.bbc.com/mundo/noticias-internacional-53986659?fbclid=IwAR371N4Db91BJLSCvuhZS0ISCb9YXk36ZlcKXXKSUubbZ24PxcLZC1GHBxM#

Dans la capitale de la Biélorussie, Minsk, domine l’architecture stalinienne et les bâtiments qui rappellent ses liens étroits avec son voisin le plus puissant, la Russie.

Sans aller loin, la monumentale place de l’Indépendance abrite le siège du KGB, l’agence de renseignement de l’URSS, dont la Biélorussie faisait partie jusqu’en 1991, et à laquelle le nouvel État a décidé de ne pas changer de nom après la chute du bloc communiste.

La Biélorussie a fait partie de l’Union soviétique jusqu’en 1991.

Mais l’architecture n’est pas le seul vestige de cette époque : son économie étatisée, la dernière existante en Europe, l’est aussi.

Sous le contrôle du président Alexandre Loukachenko, qui dirige le pays depuis 26 ans – et qui a remporté les élections à nouveau le 9 août, ce qui a déclenché des semaines de protestations – le Bélarus a développé une sorte d’économie planifiée, à mi-chemin entre une économie d’État et un marché libre entièrement ouvert

Manifestación en Minsk el 18 de agosto.
Légende de l’image Les manifestations anti-Loukachenko sont considérées comme historiques.

Ce système de « socialisme de marché » signifie, dans la pratique, que des secteurs tels que l’industrie ou l’agriculture sont presque entièrement contrôlés par l’État.

Dans l’ensemble, les entreprises d’État représentent environ 50 % du produit intérieur brut (PIB).

Le pays est entré dans cette voie après la chute de l’URSS. À cette époque, toutes les anciennes républiques soviétiques étaient confrontées à une profonde crise économique.

À cette époque, le Bélarus traînait déjà les conséquences de la Seconde Guerre mondiale, qui a détruit la quasi-totalité de ses infrastructures et la catastrophe de la centrale nucléaire de Tchernobyl en 1986, qui a laissé un quart du territoire du pays contaminé radioactivement.

Statut de bien-être social

Le pays a dû faire face à la période post-soviétique en introduisant des contrôles administratifs sur les prix et sur le taux de change de la monnaie.

En outre, les subventions et le système d’aide se sont étendus à l’ensemble de son économie, faisant du Bélarus un État providence établi en Europe de l’Est.

Niño en el colegio
Légende de l’image Sous Loukachenko, le Bélarus a réussi à éradiquer virtuellement l’extrême pauvreté.

À titre d’exemple, le pourcentage de personnes vivant sous le seuil de pauvreté est passé en 18 ans de 41,9 % à 5,6 % en 2018, selon les données de la Banque mondiale.

C’est l’un des taux les plus bas d’Europe.

Les soins de santé et l’éducation sont publics et gratuits.

Ces dernières années, les dépenses publiques consacrées aux retraites ont dépassé 9 % du produit intérieur brut (PIB), un chiffre proche des dépenses moyennes de l’Union européenne, où elles se situent à 11,3 % du PIB.

En 2017, le pays s’est classé 53e sur 187 pays dans l’indice de développement humain.

Cependant, plusieurs agences internationales rappellent que la productivité du secteur public archaïque est faible et que le salaire moyen s’élève à environ 500 euros (environ 590 dollars) par mois.

Minsk
Légende de l’image L’architecture de Minsk rappelle son passé soviétique.

Les visiteurs de leurs villes disent qu’elles sont propres et bien rangés.

Le chômage parmi ses 10 millions d’habitants est faible.

Et pourtant, la croissance économique de ces dernières années est qualifiée d’« anémique » à environ 1,5 %, avec l’aggravation qu’elle est traquée par deux dangers considérables.

Premièrement, la fin des subventions russes à l’énergie.

Et deuxièmement, l’instabilité politique qui « durera aussi longtemps que Loukachenko sera au pouvoir », estime Andreï Kazakevich, directeur de l’Institut de la sphère politique pour les études politiques.

Manifestaciones en Minsk
Légende de l’image Le Bélarus traverse une crise historique depuis l’élection présidentielle du 9 août.

Le Bélarus est considéré par la communauté internationale comme un pays avec défauts des libertés dans lequel le président tente de contrôler toutes les branches du pouvoir : exécutif, législatif et judiciaire.

Une grande partie des facteurs productifs de l’État sont déjà entre ses mains. Voici les 4 piliers sur lesquels repose son économie :

1. Mines de potassium

La Biélorussie est un pays très vert et plat.

Le point le plus élevé ne dépasse pas 345 mètres, mais son sous-sol est riche en ce minéral.

Le potassium est l’un des éléments essentiels à la fabrication, par exemple, d’engrais ou de médicaments, et donne naissance à plus de 50 composés chimiques utiles dans la vie quotidienne.

C’est une source de revenus clé pour le Bélarus parce qu’il arrive en devises étrangères.

Fábricas en huelga.
Légende de l’image La répression des manifestations, qui appellent à plus de démocratie et de réforme économique, a conduit à des manifestations qui se sont étendues aux usines et à l’appel à la grève.

La société d’État Belaruskali produit 20 % de la potasse annuelle mondiale.

Elle est le troisième exportateur mondial après le Canada et la Russie et compte parmi ses principaux clients la Chine et l’Inde.

« La fermeture des mines sera un coup dur pour l’économie et pour le gouvernement », a expliqué l’analyste David Riley au journal Financial Times.

Une autre menace qui plane sur la 78e économie mondiale par sa taille est sa dépendance historique à l’égard des subventions énergétiques russes.

Oleoducto de Druzhba
Légende de l’image Le pipeline Druzhba est le plus long au monde. Il relie la Russie à l’Europe de l’Est et de l’Ouest.

2. Liens avec la Russie

La Biélorussie est, d’un point de vue géopolitique, au milieu de la rivalité entre l’Occident et la Russie.

« C’est une bonne plate-forme d’entrée dans les pays de l’Union eurasienne (Russie, Biélorussie, Kazakhstan, Arménie et Kirghizistan) qui forment un marché de 180 millions de consommateurs potentiels », expliquent-ils depuis l’Institut du commerce extérieur en Espagne.

En raison de sa situation géographique, il est le territoire idéal pour relier la Russie et le continent européen.

Et Loukachenko a pu en profiter au fil des ans.

Petróleo
Légende de l’image Le pays est un pont d’union énergétique entre la Russie et les pays de l’est de l’Union européenne.

Le pays se distingue par le nombre d’oléoducs et de gazoducs qui le traversent, transportant les ressources naturelles de la Russie vers l’Europe.

Son rôle dans le transport du pétrole et du gaz est essentiel.

Pour mettre le pays sur son orbite et l’éloigner de l’Union européenne, la Russie a envoyé du pétrole et du gaz au Bélarus à des conditions très favorables, dans le cadre d’un accord douanier bilatéral.

Mais récemment, la Russie a décidé de mettre fin à ce programme, ce qui sera à l’avenir un coup dur pour l’économie de son voisin, car ce qu’elle reçoit lui permet de maintenir son État providence et d’affiner une partie dans le pays, puis de le revendre en Europe.

Vadim Mojeiko, analyste à l’Institut biélorusse d’études stratégiques, estime que ce “chantage russe se poursuivra sans limite, surtout tant que Poutine sera au pouvoir”.

En outre, la Russie est également le plus grand créancier du Bélarus et détient près de 38 % de sa dette nationale.

Agricultoras
Légende de l’image La plupart des terres agricoles appartiennent à l’État et emploient près de 10 % de la population bélarussienne.

3. Agriculture

Lorsqu’on parle d’une économie comme la Biélorussie, avec un grand secteur d’État, on ne peut pas oublier l’agriculture, l’une des priorités du pays au moins en termes de dépenses et d’emploi.

Et le secteur rappelle beaucoup l’ère soviétique : les terres agricoles restent propriété de l’État,à l’exception des petites parcelles qui ont été privatisées.

Ce qui est produit, expliqué par l’Office économique et commercial espagnol à Moscou, ne conduit qu’à « l’auto-suffisance, de sorte qu’il ne représente pas une grande partie du produit intérieur brut du pays (7,5%) ».

Mais le secteur emploie plus de 9,7% de la population.

Traditionnellement, les fermes du Bélarus étaient des collectifs d’État, mais ces dernières années, la propriété privée a commencé à avoir de l’espace, bien qu’à l’heure actuelle elle ne représente un faible pourcentage du secteur.

World of Tanks
Légende de l’image Son industrie des logiciels et des jeux vidéo est très en pointe.

4. Jeux vidéo et logiciels

Un autre pilier de l’économie du pays est le secteur de la technologie.

Ses développeurs de logiciels sont bien connus dans le monde entier et leur industrie est pleine d’histoires à succès.

Avez-vous joué à World of Tanks?

Il est l’un des 5 jeux vidéo les plus rentables dans le monde et avec lui sont venus d’autres de la même saga: World of Warplanes et World of Warships en sont deux exemples.

La Biélorussie est à l’origine de l’une des plus grandes sociétés de jeux vidéo au monde : Wargaming.

Vous utilisez Viber pour appeler ?

Une autre demande « faite en Biélorussie ».

Identique à Juno, Maps.me ou MSQRD, acheté par Facebook et qui vous permet de mettre différents masques sur les selfies ou les appels.

Le Bélarus, contrairement à d’autres pays indépendants de l’Union soviétique, a un secteur des télécommunications assez développé et un secteur technologique florissant dans la capitale qui donne du travail à deux millions de personnes.

L’exportation de ces services est presque entièrement entre les mains d’entreprises privées.

Hombre con su carro de caballos
Légende de l’image La plupart des terres agricoles appartiennent à l’État

Cependant, « les secteurs industriels et l’agriculture sous contrôle de l’État ne sont pas compétitifs », explique l’institut de recherche The Heritage Foundation, basé à Washington.

En outre, selon le groupe de réflexion, « les nouveaux investissements étrangers non russes ont essentiellement disparu ces dernières années, en grande partie en raison du climat défavorable des investissements au Bélarus ».

Ce sur quoi les experts s’accordent est le fait que le Bélarus a besoin d’un changement de modèle économique, car sa dépendance actuelle par rapport à la Russie n’est pas « durable »

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments