Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

La politique éditoriale de notre site Histoire et Société et la rentrée

Hier avec la rentrée, mais aussi les incertitudes de ces temps, révélés infiniment plus que produits par l’épidémie, j’ai eu un grand nombre de coups de téléphone qui allaient tous dans le même sens.

Félicitations pour un rôle d’information qui manque par ailleurs

D’abord, cela fait toujours plaisir, des félicitations pour notre blog devenu si j’ai bien compris leur propos, un lieu de référence alors que me disaient-ils l’Humanité et la presse communiste en général ne remplissaient plus leur rôle. Alors que les réseaux sociaux paraissaient la proie d’obsessions dans lesquels l’extrême-droite et la gauche se confondaient (1).

Voici bien longtemps que je ne lis plus l’Humanité, nous nous ignorons mutuellement et c’est bien comme ça. Mais, il s’agit comme mon choix d’être “sympathisante” d’une attitude individuelle que je ne recommande à personne(2). Sur le plan politique, mon rôle n’a jamais été de détruire les “bijoux de famille”, mais de les préserver en espérant un temps où la famille ne sera plus celle d’un parrain quelconque. Je vois de temps en temps passer des articles de l’Humanité ou de la Marseillaise, j’en fais une lecture rapide et on y trouve quelquefois des informations qui n’existent nulle part ailleurs sur le plan des luttes, des atteintes du gouvernement.

Pourtant, il est vrai que la dernière aventure dont j’ai eu l’écho dans d’autres médias m’a laissée dubitative. Il s’agissait d’une caricature vulgaire et contre laquelle les “féministes” ont protesté. Résultat des courses: le dessinateur est renvoyé, l’Humanité s’excuse. Jamais l’Humanité ni aucun organe de presse qui se respecte n’a fonctionné comme ça. Un dessinateur présente ses “dessins” et la rédaction choisit c’est donc elle qui est responsable. Comme nous le sommes Marianne et moi de notre blog et de tout ce qui s’y publie. Nous en discutons tous les jours au téléphone et nous choisissons les publications en fonction de ce que nous comprenons de la situation politique et de ce qui nous paraît devoir être éclairé. Cette petite histoire, qui ne remet pas en cause le contenu global d’un journal que je ne lis plus depuis le jour où son directeur a apporté son soutien à Robert Ménard dans sa politique anticastriste alors que l’île traversait la période spéciale, ne traite pas du fond des critiques adressées à ce journal par mes interlocuteurs, mais nous incite néanmoins à réfléchir à l’absence de véritable direction politique, la manière de suivre ce qui se dit ailleurs.

Le PCF a renoncé à être une avant-garde mais il a malheureusement tendance à être une arrière-garde et la presse communiste reflète ce suivisme. En particulier dans le domaine de la politique internationale qui est la matière le plus souvent traitée par notre site. Ces dernière réflexions elles sont politiques et contribuent donc au débat.

La nécessité de connaitre la politique internationale mais aussi l’Histoire, celle des révolutionnaires, des communistes

Nous sommes dans des temps négationnistes. La politique internationale et l’histoire, le rétablissement des faits concernant les expériences socialistes tout doit être revu et corrigé, passer du travail d’historiens scrupuleux à l’opinion publique et d’abord aux communistes. Il s’agit de notre part d’un choix: les peuples, les classes sociales, les nations partagent avec les individus le fait que si on trafique leur mémoire, l’inertie, l’incapacité à se situer dans le présent comme dans l’avenir devient névrotique. Pour favoriser l’intervention populaire face au capital, l’enjeu du moment, il faut en finir avec cette névrose paralysante. Il faut apporter des informations, faire jouer cet apport comme la mémoire elle-même à partir d’événements et proposer un dialogue autour de ces événements et de leurs conséquences dans le présent. D’autres font de par le monde le même travail, nous vous présentons leurs réflexions, nous traduisons.

La connaissance de ce qui se dit ailleurs est essentielle et elle produit chez celui qui en prend connaissance une invite à repenser sa propre histoire autant que la découverte de civilisations, de forces politiques agissant dans le présent à leur manière.

De ce fait, ce dont témoignent mes interlocuteurs c’est que grâce à notre site, ils découvrent l’importance du contexte international et à quel point en tant que communistes ils ont été coupés de cette réalité. Je suis bien d’accord avec eux. Là encore la pandémie nous a révélé ce que nous voulions ignorer à savoir l’importance de ce contexte international et la nécessité d’imposer la paix, les coopérations multiples à ceux qui ne cherchent que la guerre et les concurrences du profit. Je n’épiloguerai pas parce que pour nos lecteurs, l’apport indispensable d’une réflexion dans ce domaine tend je crois à s’imposer. J’ajouterai que plus la situation va se développer et la crise d’hégémonie du capital et de son bras armé les Etats-Unis s’approfondira plus nous serons contraints de choisir notre camp. La fuite en avant dans une espèce de côte mal taillée où l’on soutient moralement Cuba, sans jamais mener d’action conséquente mais où on prétend faire la fine bouche face au Venezuela et même face au blocus iranien, où on ne parle pas de la Chine, un comble, est aussi intenable que l’interdit ridicule qui veut qu’il faille un congrès pour oser à nouveau affirmer que notre but est le socialisme, que la transition dans laquelle nous entrons se fera à la française mais en tenant compte d’autres expériences.

L’éveil partiel du 38e Congrès du PCF

Dans le fond pour ceux qui lisent notre blog et qui hier sont venus me féliciter de son existence, il y avait cette prise de conscience, la poursuite de l’éveil partiel du 38e Congrès.

Il s’agissait de militants communistes complétement perturbés par la situation. Ils voulaient que je poursuive ce que j’avais entamé sur Marseille et sur Vitry, que je continue à montrer ce qui doit changer dans le parti pour que la politique cesse d’être ce cloaque dans lequel des individus sans envergure nous imposent les solutions du capital et la débâcle dans laquelle nous sommes entraînés et là on aura compris qu’il est question du personnel politique en général et en particulier Macron et les siens face auxquels il n’y pas la riposte à la hauteur des coups portés.

Pour que la gauche existe, elle a besoin d’une colonne vertébrale et sans un parti communiste l’expérience est faite qu’il n’y a pas d’alternative mais ballottement au sein d’une même politique. . Mais pas un parti communiste force d’appoint , ni canada dry de la social démocratie…

De ce point de vue au risque de les décevoir, je dis aux militants communistes qu’ils fassent d’abord le travail eux-mêmes et que chacun balaye devant sa porte. Il m’arrivera sans doute d’intervenir en ce sens mais chacun sait que j’ai choisi le statut de sympathisante à la fois par souci d’efficacité et pour mon équilibre personnel. Récemment une ancienne dirigeants du PCF, une grande dame à qui je vantais la nouvelle direction du PCF m’a expliqué que le paysage n’avait pas assez changé à son goût et elle a ajouté : “pour mon équilibre affectif, intellectuel et même de santé plus je reste éloignée de ces gens-là, mieux je me porte. “

Dans l’état où est le PCF et par voie de conséquence l’ensemble de la vie politique, celui qui prend le risque de dire la vérité en fonction d’une seule volonté: favoriser l’intervention de la classe ouvrière et des couches populaires, intervention pourtant urgente, est assuré de n’avoir aucun allié et d’être l’objet de toutes les diffamations sans le moindre soutien.

Ce blog ne peut pas remplacer le travail des militants eux-mêmes

Tant que ceux qui me félicitent et me proposent d’aller plus avant en conservant pour eux-mêmes une prudence qu’ils estiment le fin du fin de la vie politique, qu’ils sachent que je choisirai mes combats et mêmes mes partenaires. Qu’ils sachent que je ne leur demande pas d’être ce que nous sommes dans ce blog, nous avons une autre expérience, d’autres pratiques et chacun doit agir à partir de son terrain, de la manière qu’il juge la plus rassembleuse possible mais qu’il soit bien convaincus comme nous le sommes de l’idée suivante :

Jamais on a autant eu besoin des communistes et pourtant ce qui se joue est la survie du PCF. Le courant liquidateur si je comprends bien sa stratégie est prêt à détruire pour ne pas perdre ses positions qui lui permettent d’avoir quelque chose à vendre au PS, à toutes les formes de social démocratie. Ils ne quitteront pas le PCF, ils vont développer en son sein une sorte de cancer organisationnel qui est déjà à l’œuvre et qui leur permet de survivre à titre de fraction sans parler des avantages individuels.

Le laboratoire local et international d’une entreprise liquidatrice de l’intervention populaire.

Si je vous dis cela c’est, comme souvent, en tenant compte du contexte international et en observant ce qui se joue dans le laboratoire des Bouches du Rhône et de Marseille. A ce titre, je n’ai cessé hier de recevoir de l’information que personne ne publie entre autres les remerciements de Nora Preziosi à Martine Vassal, présidente de la métropole et ancienne responsable à la mairie de Marseille d’une politique qui a sacrifié l’habitat populaire , jusqu’à la mort de certains habitants. Ces remerciement pour avoir été nommée vice présidente de Marseille Habitat qui gère plus de 14.500 logements, va tout à fait dans le sens de ce qui semble se mettre en oeuvre le transfert des responsabilités dans le domaine de l’habitat social. Qu’est-ce qui est réellement envisagé pour cette ville et jusqu’où vont les complicités? C’est là dans ce qui se passe dans les Bouches du Rhône que l’on mesure le mieux le besoin que nous avons d’un véritable parti communiste alors que nous sommes en pleine liquidation. Est ce qu’un blog comme le notre peut suppléer à cette carence catastrophique?

Au niveau international, je vous avais déjà prévenu, il tente de se mettre en place une internationale anarcho-trotskiste- réformiste dont le centre se situe aux Etats-Unis, autour de gens comme Bernie Sanders et Chomsky, ce qui n’est pas le pire, mais ne va pas plus loin qu’une politique digne de françois Hollande. L’idée en est que les Etats-Unis demeurent à la fois le lieu de tous les désordres mais aussi la force dont tout doit partir, sur un modèle disons qui est pratiquement celui du New Deal. et qui cherche en Europe un rassemblement autour d’un Tsipras moins déconsidéré. L’UE n’est pas remise en cause, le socialisme reste dans les limites de la social démocratie avec une pincée de verdure. Chacun se presse pour annoncer un parti qui corresponde à ce mouvement international, J.L. Melenchon comme les “Liquidateurs du parti. Nous allons avoir des éclaircissements sur la nature de ces regroupements à l’occasion des sénatoriales et des régionales, mais l’affaire est en marche. Elle va probablement bénéficier de lourds financement, des organismes nord-américains comme des fondations allemandes.

Avec le vote intervenu au CN où une minorité(50 sur 189) avait profité de la rentrée pour priver Vitry de sa candidate au législative, quitte à perdre le département du Val de Marne, ce dont ils se moquent puisqu’ils l’offriront de toute façon à d’autres recompositions, la fraction liquidatrice du PCF a ouvert les hostilités et sorti les couteaux . Si l’on feint de ne pas le voir aujourd’hui c’est que l’on est complice.

Le PCF n’est bien sur qu’une force d’appoint dans cette opération dans laquelle des individualités se taillent des “carrières” personnelles. De ce point de vue le laboratoire marseillais va très loin dans la crudité des pratiques et l’observation y est toujours éclairante. IL est clair que pour le courant liquidateur poser la question du socialisme, de l’UE, voir les nouveaux rapports de force dans le monde et le rôle de la Chine va a contrario du projet et plus encore l’idée d’une candidature aux présidentielles.

Socialisme ou barbarie?

Ce n’est pas à notre blog chacun le reconnaitra à dégager une ligne d’action qui doit être celle des militants communistes eux mêmes et de la mettre collectivement en pratique. La seule chose qui nous motive ici est notre conviction qu’il faut en France comme ailleurs un parti communiste pour aborder les périls de l’heure et ils sont nombreux, lui seul étant en capacité de développer l’intervention populaire en masse mais aussi en contenus. dans une véritable perspective de transformation. Mais on peut aussi considérer que notre pays participe de la désagrégation occidentale. Ce qui est un vrai problème parce qu”on le veuille ou non, nous sommes dans cette transition et ce sera ou le choix d’une transformation consciente ou “les temps obscurs”… Crise climatique, famines , épidémies, guerres… Pour résoudre tout cela il faut passer de la concurrence, de la recherche du profit pour une minorité, égoismes individualistes à la coopération, ou plutôt aux coopérations multiples agir local et international en ce sens, il faut que les masses s’impliquent et interviennent pour l’amélioration générale, qu’elles retrouvent la confiance dans ce qui peut être réalisé..

Donc on continue, dans nos limites, merci de vos encouragements et de l’audience… ,j’espère qu’en retour notre blog apporte un point de vue non seulement marxiste, léniniste mais rationnel, progressiste, émancipateur avec un peu d’humour et de curiosité pour ce qui nait. Ce que j’ai cru percevoir hier de la part de mes interlocuteurs était quelque chose de l’ordre de la confiance en ce tout cela dans notre blog. merci. c’est une goutte d’eau mais elle m’a fait du bien…

Socialisme ou barbarie, un vieux slogan de Rosa Luxembourg, beaucoup utilisé mais certainement d’actualité.

Danielle Bleitrach

(1) Nous sommes quelques sites à pouvoir jouer un tel rôle et l’idéal serait une coordination mais la concurrence là aussi règne en maître. Ce qui prouve bien que le phénomène concerne notre société et non les volontés individuelles d’en sortir.

(2) C’est un problème individuel mais il révèle ce que sont ces gens là, ceux qui ont pris la direction du parti et de la presse communiste, parce que leur conduite envers moi (et je ne suis pas la seule) relève du harcèlement scolaire, puéril, sadique, m’infligeant censure, diffamation, avec la joie collective de sales gamins, une bande sans pensée politique mais prenant plaisir à nuire . Le paradoxe est qu’à ce jour encore je crois que je leur fais peur, ils ont peur d’eux-mêmes quand ils me voient parce que je n’ai ni les moyens , ni la volonté d’une quelconque vengeance. Si j’avais eu un tel projet,j’aurais été détruite, mais je ne comprends pas non plus ceux qui abdiquent à cause de ces médiocres.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments

merci pour toutes ces infos très utiles
Bravo pour tout ce travail de qualité

Bonjour, je reprends ce point particulier : Nous sommes quelques sites à pouvoir jouer un tel rôle et l’idéal serait une coordination mais la concurrence là aussi règne en maître.”

La Chine essaie de constituer un front uni mondial anti hégémonique et pour la paix, à la manière du front uni mondial anti fasciste.

Nous devrions renforcer sous une forme ou une autre ce front uni, le promouvoir dans notre pays, et d’abord au sein des communistes, des syndicalistes.

Salutations fraternelles et merci pour tout ce travail précieux.