Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Guennadi Ziouganov : « Rassemblons-nous dans la bataille pour la Patrie ! »

Le KPRF se bat contre les oligarques au pouvoir et propose un programme de redressement national décrit ici par Ziouganov le président du KPRF. Les enjeux des élections locales, les menaces de fraude et de découragement des électeurs qui ne croient plus aux élections (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoire et société).

7 septembre 2020 15:20 – KPRF

Геннадий Зюганов: «Сплотимся для сражения за Родину!» Обращение к гражданам России

Le président du Comité central du Parti communiste de Russie, Guennadi Ziouganov, s’est adressé aux citoyens russes dans le cadre des prochaines élections des 11 et 13 septembre dans les régions. Red Line publie sa proclamation

Des élections locales auront lieu dans la plupart des régions le 13 septembre. Au total, le vote à venir concerne 59 millions d’électeurs. Ils voteront sur fond d’aggravation de la crise socio-économique, de l’appauvrissement croissant des citoyens. Face à une forte baisse de l’économie, à la flambée du chômage et à l’affaiblissement du pays.

Nous n’attendons pas seulement un vote sur qui et comment gérer les régions.

Une idée est la poursuite d’un cours criminel-oligarchique désastreux. Il unit le « parti du pouvoir » et se compose des mêmes partisans du capitalisme sauvage « non systémique » que la pseudo-opposition libérale. Cette ligne unit ceux qui, par leurs politiques, provoquent la déstabilisation sociale et le désarroi, et ceux qui veulent se réchauffer les mains sur eux. L’histoire de la Russie sur le chemin destructeur du Maïdan, qui a déjà été imposé à l’Ukraine et vers lequel ont tente de diriger la Biélorussie.

Une autre idée est celle énoncée dans le programme du Parti communiste et de nos alliés. C’est l’idée de renforcer le Pouvoir sur la base d’une véritable souveraineté, d’un développement réussi. 

L’idée de justice sociale, de soutien aux travailleurs, aux jeunes familles, aux enfants, aux étudiants et aux retraités. 

Tous ceux qui sont volés et humiliés par la politique socio-économique actuelle, de nombreuses taxes et prélèvements, le désordre franc et le vol dans le secteur du logement et des services publics, par la perfide « réforme » des retraites. L’attitude irresponsable des autorités à l’égard de l’état écologique des régions de Russie, de leur belle nature et de leurs riches ressources, utilisée non pas pour le bien du peuple, mais pour un fabuleux enrichissement.

Si nous analysons le contenu des prochaines élections, elles ne résoudront pas seulement la question des collectivités locales dans l’intérêt de la majorité. Cela donnera à la société l’occasion de dire un « non » ferme au cours de l’anti-peuple et de faire un pas confiant vers un changement pacifique, dont l’alternative ne peut être que la confusion et le chaos.

La crise, fortement exacerbée par l’infection du coronavirus, a largement mis en évidence l’échec de l’orientation suivi en Russie sous la dictée du capital transnational et chaudement approuvé par les anticommunistes et les russophobes de tous bords. Je vais citer quelques-uns de ses effets dévastateurs.

Selon les statistiques officielles, au deuxième trimestre de cette année, l’économie russe s’est contractée de 8,5%. Les recherches d’experts montrent que la chute de l’économie est encore plus importante.

Dans le même temps, les revenus bruts du trésor russe fondent. La baisse des prix mondiaux du pétrole et du gaz s’accompagne d’une baisse de la demande et d’un effondrement du secteur des produits de base. La production minière en 2020 a chuté de 15% par rapport à 2019. 

La base de vente des produits brut dont le pays, contrairement aux promesses des autorités, ne s’est jamais libéré, se décompose sous nos yeux.

L’alternative à cette politique dans l’impasse n’est que dans le programme anti-crise du Parti communiste. C’est le développement des industries de haute technologie, le soutien de la science moderne, l’éducation, la médecine, le complexe agro-industriel. Le pays dispose à la fois de ressources humaines et de ressources financières pour les stimuler et les financer, mais il n’y a pas de volonté politique de la part de ceux qui prennent des décisions de gestion aujourd’hui et de ceux dont dépend le contenu des lois. Nous ne pourrons surmonter la crise que si cette question est résolue en faveur de notre programme de développement.

Les processus qui se déroulent dans l’économie contribuent à une forte augmentation des tensions sociales. Rien que selon les données officielles, en tenant compte uniquement des personnes inscrites au pole de main-d’œuvre, le nombre de chômeurs en Russie a été multiplié par près de 5 depuis mars. Compte tenu du chômage caché, la croissance réelle de ce triste indicateur est beaucoup plus significative.

Au premier semestre 2020, le chiffre d’affaires des petites et moyennes entreprises s’est effondré de près de 40%. Un entrepreneur sur quatre estime que la position de son entreprise est critique.

Inévitablement, la crise s’accompagne d’un appauvrissement rapide. Des études menées au cours des derniers mois montrent que la moitié de nos citoyens vivent avec 7 $par jour. Après le paiement des services publics et d’autres paiements obligatoires aux mains des Russes reste en moyenne 17 mille roubles – en fait, une somme pour mendiant aux prix actuels.

Pour des millions de personnes, la dernière chance de survivre dans cette situation est les prêts qui les conduisent à la servitude pour dettes. Si à la fin de l’année dernière la dette totale des citoyens envers les banques s’élevait à 17 billions de roubles, aujourd’hui elle approche les 20 billions, battant un nouveau record historique. En conséquence, les dettes conduisent à un appauvrissement encore plus de ceux qui sont déjà volés.

Tout cela contribue directement à la destruction du pays. Le noyau démographique, social et culturel du Pouvoir est miné, sans lequel notre État ne peut résister et aucun des peuples qui l’habitent ne peut survivre.

La Russie connaît une véritable catastrophe démographique. Fin août, le président Poutine l’a une nouvelle fois déclaré. Il a rappelé les tristes statistiques: pour le premier semestre de l’année, le taux de natalité dans le pays a encore diminué de 5%. Son niveau est en baisse constante dans 75 régions sur 85. Dans le même temps, la mortalité, qui avait diminué au moins légèrement au cours des années précédentes, a recommencé à augmenter. Dans 40 régions russes, il dépasse le taux de natalité de 1,5 à 2,5 fois. À ces tristes statistiques se sont récemment ajoutées des nouvelles déprimantes de l’Organisation mondiale de la Santé: la Russie est arrivée troisième dans le monde en ce qui concerne le nombre de suicides pour 100 000 habitants. Et en ce qui concerne le nombre de suicides chez les hommes, notre pays est arrivé en premier.

Le Parti communiste est la seule force politique dans le programme qui déclare des mesures réelles pour sauver le pays d’une catastrophe démographique. C’est nous qui, en cette période difficile, avons appelé la société et les dirigeants de la Russie à mettre fin à l’extinction du peuple et à prendre des mesures socio-économiques efficaces pour le faire. Nous avons envoyé à toutes les autorités fédérales et régionales un programme pour soutenir la médecine nationale, la moderniser et surmonter sa dépendance aux importations, doublement dangereuses dans les conditions où la pression des sanctions de l’extérieur augmente rapidement. Nous avons exigé un certain nombre d’amendements fondamentaux à la Constitution concernant des questions sociales clés visant à protéger la santé des citoyens, afin d’améliorer fondamentalement leurs conditions de vie.

Mais le gouvernement, en fait, reste sourd à nos demandes et continue de s’accrocher à la politique de faillite, entraînant le pays dans l’abîme de la crise. Au lieu de notre programme clair de croissance et de renforcement de la composante sociale des politiques publiques, le bloc financier et économique du gouvernement impose sa réponse à la crise, ne contribuant qu’à son aggravation. Cette réponse consiste à réduire les coûts dont dépendent la sécurité de l’État et le bien-être de la population.

Les dépenses budgétaires devraient être réduites de 1,4 billion de roubles l’an prochain, de 1,9 billion en 2022 et de 1,3 billion en 2023. Les dépenses destinées à soutenir l’économie seront réduites de 10 %, et le financement du programme d’État de développement industriel sera réduit de près d’un tiers. En moyenne, le coût de programmes clés tels que le développement de la médecine, de l’éducation et de l’industrie spatiale, ainsi que des programmes de développement pour les régions stratégiquement importantes – la Crimée et l’Extrême-Orient – seront réduits de 10 % au cours des trois prochaines années.

Les plans aventureux des libéraux au pouvoir, faisant un budget de délabrement et de dégradation, portent un nouveau coup au bien-être des Russes. Le gouvernement établit un net ralentissement de la croissance des régimes de retraite dans le plan de mise en œuvre des objectifs nationaux de développement jusqu’en 2030. Ainsi, au cours de la période de trois ans 2022-2024, elles ne devraient augmenter que d’un demi-pour cent par an. L’augmentation des pensions précédemment promise est en fait abolie. Les augmentations pitoyables prévues vont complètement ronger l’inflation, qui sera beaucoup plus importante. En termes réels, les pensions, ainsi que les autres revenus des citoyens, en baisse pendant 6 années consécutives, ne diminueront qu’au taux actuel.

Je tiens à rappeler que c’est le Parti communiste qui a constamment défendu et continue de protéger les intérêts de ceux qui ont travaillé honnêtement pour le bénéfice du pays toute leur vie, et qui sont aujourd’hui trompés et humiliés par la « réforme » des retraites. Seuls notre programme et les amendements que nous avons proposés à la Loi fondamentale contiennent des mesures qui contribuent à l’amélioration réelle de la vie des citoyens les plus vulnérables sur le plan social.

Les planificateurs budgétaires assurent, en se référant à la crise: augmenter les dépenses publiques, ou du moins les maintenir au même niveau, c’est impossible, parce qu’il n’y a pas de fonds pour cela. Mais ce n’est pas vrai. Pour la première fois dans l’histoire, nos réserves d’or et de change ont dépassé 600 milliards de dollars. En roubles, cela fait maintenant 44 billions – un montant plus de deux fois la taille du budget fédéral actuel. Et un pays confronté à une épidémie de coronavirus qui a finalement mis en évidence les effets pervers de l’« optimisation » libérale dans le domaine médical prouve qu’il n’y a pas assez de fonds pour soutenir les soins de santé.

Cette année, les sorties de capitaux en provenance de Russie se sont accélérées de 1,5 fois par rapport à l’année dernière. Au cours des 7 premiers mois de 2020, 35 milliards de dollars ou 2,5 billions de roubles sont allés aux banques étrangères et aux sociétés offshore. Autrement dit, le montant du volet budgétaire est supérieur aux 10 p. 100 que le gouvernement recueille pour réduire le financement des programmes essentiels. Il suffit d’arrêter la fuite incontrôlée des ressources financières à l’étranger, de sorte qu’il n’est pas nécessaire de réduire le budget. Et la Russie, que le gouvernement a promis haut et fort d’une percée technologique et d’entrer dans les cinq premières économies les plus développées du monde, est inspirée : il n’y a aucune possibilité au niveau approprié de financer la science appliquée, la recherche moderne et l’éducation publique de haut niveau.

Au lieu de réparer le système financier, cette politique pousse non seulement les citoyens, mais aussi l’État dans la fosse à dettes. Le Cabinet a fermement refusé d’ordonner aux Fonds du Fonds national de protection sociale de soutenir l’économie et les programmes sociaux. Et dans le même temps, il augmente constamment les prêts dans les banques étrangères. Leur volume a approché 15 billions de roubles et a déjà dépassé de 1,5 billion de réserves du gouvernement. Les économistes réputés avertissent de plus en plus que de telles politiques financières pourraient conduire à une répétition du défaut de paiement de 1998, qui a amené la Russie au bord du désastre.

Nous sommes la seule force politique qui a proposé un plan concret pour améliorer le système financier et former un budget de développement complet. Nous avons envoyé une lettre ouverte demandant la mise en œuvre de ce plan au président. Mais même cette demande est constamment ignorée.

Le résultat de cette politique est le mécontentement croissant de la société. 52 % des participants aux sondages d’opinion récents admettent qu’ils sont insatisfaits des conditions de leur vie, et un sur quatre les juge catégoriquement inacceptables. Près de la moitié croient que le pays est sur une voie complètement fausse.

Les autorités comprennent que de tels sentiments, inévitables dans le cours imposé au peuple, peuvent affecter directement le résultat des élections. Par conséquent, il redessine la législation électorale, empêchant vigoureusement l’inscription de nos candidats au moyen de « filtres » et d’autres astuces. Et sous des prétextes fragiles qui étendent le vote pendant plusieurs jours, ce qui exclut pratiquement la possibilité d’un contrôle total par les observateurs dans les bureaux de vote. C’est une manière directe des manipulations et des fraudes nécessaires pour ceux qui perdent naturellement le soutien des citoyens. En conséquence, ils cessent non seulement de faire confiance au « parti du pouvoir », mais aussi de croire en la légitimité de la procédure de vote elle-même. Ce n’est pas un hasard si plus de la moitié des personnes interrogées ont dit aux sociologues qu’elles étaient convaincues de l’inutilité de voter sur les amendements à la Constitution, qui ont eu lieu le 1er juillet.

Nous exhortons tout le monde à voter seulement le 13 septembre, jour qui est officiellement déclaré jour de l’élection, et sur lequel nous serons en mesure de fournir le suivi nécessaire du décompte des voix.

Il est tout à fait évident pour les autorités que le succès du travail des représentants du Parti communiste en tant que dirigeants des régions et des meilleures entreprises prouve l’avantage de nos idées et de notre programme. Et en même temps expose l’insolvabilité du cours auquel le pays a été condamné à la suite de la destruction de l’URSS et du système socialiste. C’est pourquoi une sale campagne de calomnie contre le gouverneur communiste d’Irkoutsk, Sergueï Levchenko, a été lancée, qui l’a forcé à démissionner après avoir obtenu les meilleurs résultats sociaux et économiques de l’histoire post-soviétique dans sa région. C’est pourquoi les criminels, qui jouissent du patronage dans les plus hauts échelons du pouvoir, mènent une attaque de gang contre Pavel Grudinin et la ferme d’État basée à Moscou nommé Lénine. Et ils ciblent les entreprises d’autres personnes, prouvant la fidélité et l’efficacité des principes du socialisme renouvelé, qui les guident.

Mais nous savons que dans les conditions de la crise du système capitaliste, dont l’irréversibilité devient de plus en plus évidente, nos principes sont de plus en plus populaires en Russie et dans le monde. C’est le cas d’un exemple d’enquêtes récentes menées dans des universités de premier plan aux États-Unis. Ils ont montré que 40% des étudiants américains sont attachés à l’idéologie socialiste. Et pour que le monde continue sur la voie du capitalisme néolibéral, la minorité absolue continue de parler.

La vérité de l’histoire est de notre côté.

Voici les principaux slogans sous lesquels nous allons aux prochaines élections:

« donnez le pouvoir aux travailleurs!

Travail. Salaire! Confiance dans l’avenir!

Éducation gratuite et médecine pour tous!

« les entrailles de la Terre sont la propriété de la société, pas la mangeoire des oligarques!

« Le programme anti-crise du Parti communiste est un moyen de sortir de l’impasse !

– Le chaos commence avec Maïdan, la crise – avec la corruption!

« Pour le gouvernement des intérêts nationaux! En avant vers les « gouverneurs rouges » et les entreprises du peuple!

– La fraude électorale est une trahison pour la Patrie!

” La voie de la Russie est en avant vers le socialisme !

Tous ceux qui se soucient de l’avenir du pays, de leur propre sort et du sort de leurs proches doivent se rendre compte que le défi historique auquel nous sommes confrontés fait des élections non seulement un vote pour les candidats et les forces politiques. Aujourd’hui, les élections sont une bataille pour la Patrie, pour laquelle nous devons nous unir. Faisons-le et gagnons !

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments