Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Espagne: la Transition à l’honneur – un conte de fées ou une histoire de violence et d’impunité?

Le procès de l’ancien ministre Martín Villa devant la justice argentine et les lettres des anciens présidents du gouvernement alimentent le choc des histoires sur la réalité de la période historique connue sous le nom de Transition à la mort de Franco. Certains soulignent l’effort pour parvenir à des accords. Les proches et les victimes se souviennent qu’ils n’ont jamais trouvé justice. Personnellement, je me souviens d’abord de l’injustice face à la résistance basque mais aussi de la manière dont certains intellectuels communistes flattaient le jeune monarque rétablissant la démocratie et Santiago Carillo et l’eurocommunisme devenu un modèle pour ceux qui entamaient une longue dérive qui continue à détruire ou à tenter de détruire en profondeur le PCF. Tandis que tout était fait en Europe pour nous présenter la fin des dictatures et l’entente complice entre hommes d’affaires et fascistes avec la “gauche” comme le conte de fée de la démocratie retrouvée ceux qui continuaient à revendiquer étaient abattus ou on condamnait au silence ceux qu’on qualifiait hier comme aujourd’hui de “staliniens”. Le monarque n’a jamais cessé de jouer dans toute l’Amérique latine, au Venezuela en particulier le rôle d’agent des USA et de le faire par avidité personnelle. Depuis plus de vingt ans le parti a été dirigé par ces gens-là, ceux qui ont masqué les responsabilités en se battant la coulpe pour les crimes imaginaires de ceux qui résistaient… Ceux qui ont été capables de soutenir Robert Ménard dans son attaque contre Cuba n’ont pas changé, ils sont encore là, et aujourd’hui les complices de “l’eurocommunisme” détiennent toujours des postes et poursuivent leur travail au sein du PCF contre ceux qui se rebellent et contre le rétablissement de la vérité (note et traduction de Danielle Bleitrach).

MADRID04.09.2020

https://www.publico.es/archive/2020-09-04

ALEJANDRO TORRÚS

La déclaration de l’ancien ministre de la Transition Rodolfo Martín Villa par la juge argentine María Servini de Cubria, qui charge l’enquête judiciaire ouverte en Argentine sur les crimes du régime franquiste et de la transition, a rouvert en Espagne le débat sur la manière dont s’est déroulé le processus de transition de la dictature à la démocratie née avec la Constitution de 1978? Le débat est vieux et les positions, cependant, sont de plus en plus féroces.

L’histoire dominante, l’hégémonique, est celle que les anciens présidents de la démocratie espagnole, à l’exception de feu  Adolfo Suárez, ont parfaitement transmis et reflété dans leurs lettres de soutien à Martín Villa  Le mythe de la transition pacifique, exemplaire et piloté de manière exemplaire par les hommes d’État. Cette idée, qui a été transmise à maintes reprises au public, supprime le foyer de la violence politique qui a eu lieu dans les rues et la place sur la volonté des dirigeants et les accords conclus. 

Le journaliste Carlos Prieto a caricaturé cette histoire dominante de la manière suivante sur les pages de Público : “La Transition a expliqué aux Espagnols: Franco est mort, les politiciens de gauche et de droite se sont rencontrés un après-midi dans un tipi dans la forêt, ont fumé joints, ils ont soudain oublié leurs différences et ont annoncé aux citoyens stupéfaits que l’ Espagne allait devenir, comme par magie, une démocratie ».

Face à cette histoire , le chemin a été tracé au fil des ans, grâce au travail des historiens, des chercheurs et des victimes elles-mêmes, infatigables pour dénoncer les injustices subies, d’une autre description des événements . Moins idyllique, moins parfait et beaucoup plus sanglant. C’est l’histoire d’une transition qui, loin d’être un conte de fées, ressemblait beaucoup plus à un carnage.

Les données qui soutiennent cette vision sont sur la table. Le journaliste Mariano Sánchez Soler , par exemple, a signé l’enquête The Bloody Transition (Peninsula), qui fait le bilan des violences politiques entre 1975 et 1983, il l’a établi à 591 personnes, entre répression, guerre sale et terrorisme d’extrême gauche et d’extrême droite. Sur ces 591 décès, 188 au total font partie de ce que le chercheur Sánchez Soler appelle la violence politique d’origine institutionnelle. «Ce sont les actes déployés pour maintenir l’ordre établi, ceux organisés, encouragés ou instrumentalisés par les institutions de l’Etat», explique l’auteur.

Au milieu de ces deux histoires sur une période historique sans aucun doute beaucoup plus complexe que toute caricature ou résumé général, se trouve la figure de la Villa Rodolfo Martín. L’homme d’affaires et homme politique léonais a commencé sa carrière politique en tant que chef national de l’Union universitaire espagnole (SEU) et, en 1964, il était déjà nommé avocat dans les cortès franquistes. Après la mort du dictateur, Martín Villa a été nommé ministre des relations syndicales par Adolfo Suárez et de juillet 1976 à avril 1979, il a occupé le portefeuille Intérieur . Pour beaucoup, il a été l’ «architecte» de la transition vers la démocratie. Pour d’autres, «le bâton» qui a permis de freiner des changements plus profonds. 

Des lettres d’anciens présidents de gouvernement et d’anciens dirigeants syndicaux soulignent avec véhémence qu’à partir de cette position de pouvoir, le ministre de l’époque a travaillé sans relâche pour atténuer la violence qui a eu lieu dans les rues et pour avancer vers la démocratie de 1978. Rodríguez Zapatero, par exemple , souligne que Martín Villa a contribué avec «conviction et efficacité» à consolider la naissance de la démocratie. De leur côté, les anciens dirigeants syndicaux Cándido Méndez et Nicolás Redondo soulignent qu’il a toujours cherché «la réconciliation entre les Espagnols».

Mais l’histoire n’est pas écrite uniquement par des hommes en position de pouvoir. Du moins pas autant qu’avant. En plus de «contribuer à la réconciliation entre Espagnols», Martín Villa a été ministre de l’Intérieur pendant trois ans au cours desquels des dizaines de meurtres ont eu lieu dans les rues en raison de ce que l’enquêteur Sánchez Soler qualifie de «violence d’origine institutionnelle» et Les personnes qui ont porté plainte contre l’ancien ministre ne sont autres que des proches de citoyens espagnols qui ont perdu la vie aux mains de la police, des gardes civils et / ou des groupes paramilitaires liés aux forces et organes de sécurité de l’État.

Des proches comme Manuel Ruiz , qui demande des explications depuis plus de 40 ans pour le meurtre d’un guérillero de Cristo Rey qui a mis fin à la vie de son frère Arturo le 23 janvier 1977 ou les proches des cinq travailleurs tués par la police à Vitoria dans ce que la police elle-même a qualifié de «massacre». Et aussi des victimes à la première personne, comme Andoni Txasko , qui a perdu un œil après un passage à tabac brutal de la police lors de la répression des grèves début mars 1976 à Vitoria.

Plus précisément, la justice argentine enquête sur Martín Villa pour l’ homicide de 12 personnes , mais pendant la période où il a exercé les fonctions de ministre de l’Intérieur , beaucoup d’autres sont morts. Comme dans le cas de Josu Zabala , qui a reçu une balle dans la poitrine par un garde civil et tué sur le coup. il serait amnistié et ne mettrait jamais les pieds en prison. Ou le cas de María Norma Menchaca Gonzalo, tuée le 9 juillet 1976 à l’âge de 44 ans par des guérilleros de Cristo Rey . Le fils a identifié le meurtrier et a même déclaré l’avoir vu quitter le bureau du gouverneur civil.

Ou comme le cas de Francisco Javier Verdejo , un étudiant en biologie de 19 ans, qui a été surpris par la Garde civile en peignant un mur qui disait: «Pain, travail et liberté» . Après avoir été découvert, Verdejo a fui en courant, étant abattu par un membre de la Garde civile. Il a seulement écrit: «Pan, T …».

Les cas de Zabala, Menchaca ou Verdejo, cependant, n’étaient pas exceptionnels à l’époque où Martín Villa était au gouvernement. Une trentaine de personnes sont mortes aux mains de policiers, de gardes civils et de groupes d’extrême droite à l’époque où l’actuel défendeur était le ministère de l’Intérieur

La plainte argentine, en effet, comme l’affecte l’équipe d’avocats qui y travaille, ne cherche pas à clarifier si Martin Villa a recherché une réconciliation entre Espagnols et à clarifier sa responsabilité dans les actes de «violence institutionnelle» survenus pendant son mandat. . L’ancien ministre a déjà déclaré devant le juge argentin qu’il était innocent et qu’il n’avait aucune responsabilité dans les douze homicides sur lesquels le juge Servini enquête. De plus, il a affirmé que la transition ne pouvait pas être traitée comme un génocide mais «comme le contraire».

De leur côté, les juristes de ce que l’on appelle la plainte argentine se fondent sur le fait que les gouvernements qui ont succédé au dictateur et dont Martín Villa faisait partie ont maintenu «l’architecture répressive de la dictature franquiste, cruelle et sanglante, imposée par les armes. “ . “Il n’y a pas eu la moindre purification dans les corps et les forces de sécurité de l’Etat, dans l’establishment militaire, dans le pouvoir judiciaire, dans les parquets, dans le pouvoir politique, dans le domaine économique, etc. … Par conséquent, cette même architecture répressive a continué installé, après la mort du dictateur, dans une dynamique d’attaque généralisée ou systématique contre la population civile », souligne l’équipe juridique dans un article publié par CTXT .

De l’avis du parquet, c’est ce contexte qui permet de comprendre que Martín Villa est poursuivi pour crimes contre l’humanité puisque les violences survenues alors qu’il était à la tête des forces et corps de sécurité n’étaient rien de plus qu’une continuation de la dictature de Franco.

La décision, cependant, correspond à la justice argentine et plus particulièrement à la juge María Servini de Cubría, qui devra décider de poursuivre ou de disculper l’ancien ministre. Pendant ce temps, le récit de la transition reste en litige. Un conte de fées ou un carnage où règne l’impunité?

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments