Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Un enjeu clé pour la continuité du socialisme cubain. Par Karima Oliva Bello

Ce qui commence à se dégager dans le débat que nous avons ouvert ici c’est bien le socialisme comme une étape marquée par un grand combat de classe. “D’un autre côté, à Cuba, l’effort pour une société plus équitable doit partir de la reconnaissance que la transition socialiste n’a pas été et n’est pas une étape sans inégalités sociales, bien que le socialisme ait objectivement démontré qu’il offre de meilleures conditions de possibilité de lutter pour les éradiquer”. Ne pas nier ces inégalités mais les combattre, dans un contexte international qui les engendre (note et traduction de Danielle Bleitrach).

https://lapupilainsomne.wordpress.com/author/iroelsanchez/

Nous ne pouvons pas penser à Cuba en dehors des conflits qui se déroulent actuellement dans le monde et dans notre région, ou en dehors de son histoire et de son enclave géopolitique. L’Amérique latine est un territoire disputé. Tout effort engagé aujourd’hui pour surmonter la pauvreté et les inégalités sociales, s’il est fait à partir de pays ayant une histoire de domination coloniale et néocoloniale comme la nôtre, et surtout, d’une région qui continue d’être projetée et traitée concrètement par le centre du pouvoir économique mondial en tant que territoire exploitable, nécessite de faire face à la lutte de classe et au problème de l’exploitation dans l’économie mondiale, ainsi qu’à adopter une position politique de confrontation avec le néolibéralisme. Cela, sur la scène cubaine, se traduit par une résistance à la pression pour la réintégration capitaliste, dans la mesure où cela ne ferait qu’aggraver les problèmes liés à la pauvreté des groupes vulnérables, cela élargirait les modèles d’inégalité et les écarts d’équité de toutes sortes. Cependant, défendre le socialisme, radicaliser son horizon démocratique et d’équité, n’est pas facile, cela implique des défis très concrets à résoudre, économiquement, mais aussi dans l’ordre politique et culturel.

La stratégie en cours de changements dans l’économie cubaine, conçue dans les Orientations de la politique économique et sociale du Parti et de la Révolution, un document approuvé en avril 2011 par le VIe Congrès du Parti communiste de Cuba, génère des attentes pour beaucoup d’entre nous sur la possibilité de surmonter la crise économique sans suivre la voie des changements structurels néolibéraux et sans renoncer à un projet de société plus équitable et plus juste. L’engagement de continuer à construire une voie contre-hégémonique, pour tout ce qui est en jeu, doit être assumé comme texte et, en fin de compte, contexte, dans toute analyse ou étude d’un ordre économique, politique ou social sur le présent et l’avenir de Cuba. Surtout, dans un scénario où l’échec de la «troisième voie» est déjà un fait et, d’autre part, nous avons vu la crise économique et sociale que le néolibéralisme a engendrée dans notre région. Analyser les défis socio-économiques auxquels Cuba est confronté en dehors de ces références serait un pari suicide.

D’un autre côté, à Cuba, l’effort pour une société plus équitable doit partir de la reconnaissance que la transition socialiste n’a pas été et n’est pas une étape sans inégalités sociales, bien que le socialisme ait objectivement démontré qu’il offre de meilleures conditions. possibilités de lutter pour les éradiquer et c’est pourquoi nous nous engageons à leur pérennité. La transformation radicale que la Révolution a produite dans l’ordre de la structure de la socio-classe, en éliminant l’exploitation basée sur le travail et en créant d’importants mécanismes d’intégration sociale, a facilité des niveaux de mobilité sociale ascendante jamais vus dans l’histoire de la nation et a raccourci la distance entre certains groupes et d’autres.

Cependant, les inégalités sociales qui se reconfigurent avec une plus grande visibilité depuis la crise des années 1990, alors qu’elles sont redevables à un passé à travers lequel se sont fondées des inégalités profondes et injustes en rapport avec la classe, le genre et la couleur de la peau et la territorialité, il est à noter qu’ils ont trouvé les conditions de leur réémergence et de leur reproduction dans les circonstances actuelles, alors que nous coexistons encore avec des imaginations racistes et / ou misogynes chez certains secteurs de la population, expressions de la nécessité de radicaliser la transformation culturelle qu’exige la construction du socialisme.

Nous devons placer la question des inégalités sociales au centre des analyses sur le présent et l’avenir du socialisme cubain et les scénarios conçus pour sa continuité. En ce sens, il est important de bien comprendre les dynamiques socio-économiques complexes qui contribuent aujourd’hui à la reproduction des inégalités, c’est-à-dire d’étudier quels sont les mécanismes, à la fois économiques et symboliques, de leur reproduction, ainsi que de cartographier les formes qu’elles prennent. et les caractéristiques des groupes les plus vulnérables.

Il est valable de souligner que le rôle des sciences sociales est fondamental et qu’il existe un chemin très important développé par les universités, les institutions, les centres et les groupes de recherche, autour de la pauvreté, de la structure socio-classe de la société cubaine contemporaine et de la politique. social, inégalités, jeunesse, genre et race, bien que chacun de ces domaines thématiques ait connu un développement particulier. Ce sont des domaines d’étude qui nécessitent une volonté politique pour leur systématisation et leur consolidation. Il y a urgence à fabriquer du contenu sur ces sujets en fonction de ce qui est recherché dans le pays et des connaissances déjà produites.

L’un des défis fondamentaux est la production systématique de données qui aident à comprendre la dimension réelle et les nuances avec lesquelles le problème apparaît à Cuba. Nous plaidons toujours en faveur que les phénomènes de pauvreté et de vulnérabilité sociale dans notre pays se produisent avec une qualité unique, dont l’essence réside dans l’absence de relations de classe exploitantes et l’existence d’une plate-forme de garanties et d’opportunités d’intégration sociale avec ceux qui ne sont pas comptés par les groupes les plus vulnérables dans d’autres contextes. Partant de là, nous devons être ouverts à parler de ces problèmes, les reconnaître pour ce qu’ils sont est une étape importante pour y faire face.

Un autre aspect important concerne la nécessité d’une politique sociale articulée de manière organique à la plate-forme des changements économiques en cours. La politique sociale à Cuba a été fondamentale pour la dignité de la vie des Cubaines et des Cubains et la réalisation de niveaux importants d’égalité sociale, mais nous sommes confrontés à un processus de mise à jour du modèle. La plateforme programmatique conçoit des transformations de la politique sociale visant à une plus grande différenciation et un ciblage pour la prise en charge des groupes vulnérables. Aucun changement économique sur l’île ne doit être valorisé sans tenir compte de son impact sur la matrice des inégalités sociales qui existe déjà à court, moyen et long terme. L’institutionnalisation prévue de nouvelles formes de propriété sera une étape de plus dans la conformation d’un marché du travail avec de nouveaux scénarios de travail, de nouveaux acteurs et des relations entre eux, des conditions et des dynamiques.

L’appel du président de la République sur la nécessité de développer une gestion étatique basée sur la science est un appel important. Ainsi, nous parlons d’un débat important qui nous attend, dans lequel la clarté politique et idéologique sera fondamentale, surtout lorsque sur la scène cubaine ces questions commencent à être abordées dans les médias à partir de positions liées à un programme de réintégration capitaliste.

Il existe de nombreuses politiques visant à lutter contre la pauvreté et les inégalités dans le monde. Certains des modèles qui exercent la plus grande influence au niveau gouvernemental dans la «lutte contre la pauvreté» dans notre région sont inspirés des approches sur la pauvreté de la Banque mondiale, responsable, dans le même temps, du déploiement de politiques néolibérales qui ont aggravé les conditions d’inégalité et de pauvreté dans le monde. Le capitalisme, en même temps qu’il produit la pauvreté et les inégalités, produit les dispositifs de connaissance qui lui permettent d’être administré à sa convenance, finance le salaire des chercheurs, investit dans des projets et programmes d’approches libérales, fabrique des leaders d’opinion sur ces questions, avec l’objectif que des approches prévalent qui ne résoudront pas le problème dans la mesure où elles échappent à la critique du capitalisme, ils individualisent les causes et les solutions, et sont donc fonctionnels pour la reproduction du capital. Ainsi, la question n’est pas résolue en parlant de pauvreté et d’inégalités, mais en prenant la bonne direction politique et idéologique avec laquelle nous aborderons ces problèmes.

Enfin, il faut saper les supports symboliques des inégalités sociales, c’est-à-dire radicaliser la révolution culturelle. Nous devons combattre le machisme, la misogynie et le racisme et même les attitudes de classe. La Révolution a modifié les imaginations collectives en institutionnalisant de nouvelles valeurs autour de nos manières d’être, de faire et de vivre ensemble, mais il est nécessaire d’élargir l’horizon des efforts autour de cette problématique. Les institutions éducatives, les médias, les organisations politiques et de masse à Cuba sont appelées avec plus de force que jamais à mettre à jour leurs méthodes de travail et à améliorer les mécanismes de débat et de participation populaire à la base autour de toutes ces questions fondamentales, en agissant en tant qu’instruments du peuple cubain pour comprendre les réalités dans lesquelles nous vivons et pour assurer la signification collective des changements.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments