Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Les troupes saoudiennes rejoignent la base américaine dans le nord de la Syrie riche en pétrole

Il y a un cynisme rarement atteint dans l’idée de “sécuriser” les champs pétroliers appartenant à la Syrie sous prétexte de lutter contre Daech alors même que les parrains de l’organisation, les Saoudiens et les Turcs sont conviés à la “sécurisation”. Les Kurdes étant les supplétifs de l’opération pillage d’un Etat souverain, la Syrie. On nous vend – y compris l’Humanité et l’ex-direction du PCF, toujours maitre d’oeuvre des relations internationales – depuis des années ce scénario de brigands comme celui d’une libération (note et traduction de Danielle Bleitach).

01/09/2020

Par Josh Owens

Août 28, 2020

Vingt soldats saoudiens sont arrivés cette semaine sur une base militaire américaine près d’un champ pétrolifère dans le nord-est de la Syrie, selon les médias iraniens, qui citent un rapport d’une chaîne de télévision en langue arabe basée au Liban.

À la fin de l’année dernière, des troupes saoudiennes auraient également été en stationnement près du plus grand champ pétrolier de Syrie, Al-Omar, dans la région de Deir Ezzor, riche en pétrole, dans ce qui était considéré comme une protection saoudienne pour les experts du géant pétrolier saoudien Saudi Aramco. Selon le rapport du service arabe de l’agence de presse turque Anadolu à l’époque, l’arrivée des soldats saoudiens sur le plus grand champ pétrolifère de Syrie a coïncidé avec l’arrivée d’une trentaine de camions transportant des engins de forage et de creusement.

Les incidents et les altercations entre les superpuissances soutenant différentes parties dans le conflit syrien se poursuivent. Pas plus tard que cette semaine, des soldats américains ont été blessés dans une escarmouche avec les troupes russes, deux responsables américains ont déclaré au New York Times, notant que les blessures étaient le résultat d’une collision entre les véhicules, pas des coups de feu.(1)

Après l’annonce surprise du retrait des troupes américaines de Syrie en octobre de l’année dernière, le président américain Donald Trump a déclaré que les États-Unis protégeraient les champs pétroliers syriens face à l’Etat islamique.

Le président Trump a affirmé que les États-Unis avaient pris le contrôle du pétrole au Moyen-Orient, il a tweeté que « Les États-Unis a obtenu le pétrole, et que les combattants de l’Etat islamique sont doublement sécurisés par les Kurdes et par la Turquie. »

Le président n’a pas précisé ce qu’il entendait par « sécurisation du pétrole », mais les spéculations sur la déclaration du président supposent qu’il faisait référence aux forces spéciales américaines qui ont été et continueront d’être là, pour contrôler des champs de pétrole et de gaz à Deir Ezzor, la région pétrolière de la Syrie.

Le président Trump a promis de protéger les champs pétroliers syriens contre l’Etat islamique, et les États-Unis peuvent laisser 500 hommes de troupes dans le nord-est de la Syrie et envoyer des chars de combat et d’autres équipements dans le but d’aider les Kurdes dans la région à protéger les champs pétroliers qui étaient contrôlés par l’État islamique au cours de son soi-disant califat dans certaines parties de l’Irak et la Syrie.

  • (1) Nous avons lu dans la presse russe le compte-rendu de cet “accident”, en fait sur un parcours des blindés russes, une voiture américaine a prétendu prendre possession de la zone, le blindé russe a foncé et “n’a pas entendu ” la demande de son état-major de s’arrêter, la voiture américaine s’est retrouvée dans le fossé. C’est dire le degré d’exaspérations des armées en présence. (N.D.L.T)
Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments