Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Baltasar Garzón: «Les négateurs m’inquiètent. Il pourrait y avoir une réelle responsabilité pénale»

je pense que nous sommes effectivement dans un problème d’une grande gravité et qui témoigne de l’état de désagrégation de nos sociétés, ce qui dans un autre article est qualifié “d’anomie” (note et traduction de Danielle Bleitrach).

31 août 2020

Le magistrat réclame justice contre les personnes qui, comme Miguel Bosé, encouragent la désobéissance sanitaire pour un comportement qu’il considère comme criminel.

Les 15 pays les plus peuplés d’Europehttps://www.dailymotion.com/embed/video/x7qp74w?api=postMessage&autoplay-mute=true&autoplay=true&controls=false&id=videootv-widget-player-screen-274&mute=true&origin=https%3A%2F%2Fspanishrevolution.org&syndication=273776&ui-logo=false&ui-start-screen-info=falsePropulsé par VideooTV

Le juge Baltasar Garzón a été libéré en avril dernier après avoir été admis à la clinique Ruber de Madrid pendant près de dix jours pour pneumonie bilatérale à la suite du coronavirus et a indiqué, lors d’un entretien sur la Sexta Noche, qu’il n’était pas encore pleinement rétabli. “Les poumons sont touchés, je dois subir un examen en septembre”, a-t-il déclaré.

Au cours de son entretien avec Hilario Pino, le juge a témoigné de son inquiétude pour les négateurs de la pandémie: «Je suis particulièrement préoccupé lorsque tous ces gens qui se disent «négateurs» le prennent à la légère et nous mettent tous en danger. Dans certains cas, il pourrait y avoir une véritable responsabilité pénale par induction pouvant conduire à la contagion. «Cette contagion pourrait devenir criminelle», a-t-il affirmé.

Et il a ajouté que: «Nous devons identifier qui ils sont. Je me sens particulièrement blessé. Ce n’est pas une blague et je ne peux pas supporter ces déclarations». 

Selon Garzón, il faut analyser au cas par cas, voir qui promeut ce type d’action et il faut savoir qui a une relation de pertinence, de hiérarchie, de travail, parentale ou de toute autre nature, ce qui peut inciter les gens à considérer que c’est inoffensif et se propager ou se propager à d’autres.

Concernant les manifestations pour protester contre les mesures de prévention contre le coronavirus adoptées par les institutions et le droit de manifester, Garzón a souligné que: «Ils n’ont pas le droit d’infecter. L’exercice de leur liberté se heurte au droit à la santé de chaque citoyen.»

Le magistrat réclame justice contre les personnes qui, comme Miguel Bosé, encouragent la désobéissance sanitaire pour un comportement qu’il considère comme criminel.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments