Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Le vote du Conseil de sécurité de l’ONU sur les sanctions contre l’Iran annonce une nouvelle phase dans les relations internationales

Ce qu’il faut bien mesurer c’est que l’attitude de plus en plus dangereuse des Etats-Unis au plan international loin d’être un signe de force témoigne de l’incapacité au leadership de ce pays. Trump est un paroxysme mais c’est une tendance plus fondamentale. Il y a un parallélisme entre la division interne, les inégalités, les conflits raciaux poussés jusqu’à la provocation et l’attitude au plan international. Même ses alliés les plus soumis n’arrivent plus à suivre. Ce qui s’est passé au Conseil de sécurité à propos de l’Iran le prouve. Mais il faut bien considérer que si les gouvernants y compris capitalistes commencent à s’inquiéter devant la folie de la puissance encore hégémonique et en capacité d’agir en violation de tous les autres, ce qui freine le plus est l’état des masses prêtes à se jeter dans n’importe quoi, incapables de coordonner leurs efforts en faveur de la paix (note et traduction de Danielle Bleitrach).

https://journal-neo.org/category/columns/politics/

L’isolement des États-Unis par rapport au reste de la communauté mondiale devient de plus en plus évident de jour en jour. L’exemple le plus récent a été le vote au Conseil de sécurité des Nations Unies contre une motion des États-Unis visant à prolonger les sanctions contre l’Iran pour son prétendu programme d’armes nucléaires. Sur les 15 membres du Conseil de sécurité, seuls les États-Unis et la République dominicaine ont voté en faveur de l’extension des sanctions. La Russie et la Chine ont voté contre. Peut-être plus important encore, les 11 autres États membres du Conseil de sécurité se sont abstenus, y compris des partisans normalement actifs des États-Unis : Royaume-Uni et France.

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a précisé que les États-Unis poursuivraient leur politique de sanctions contre l’Iran, quel que soit le vote du Conseil de sécurité. C’était l’indication la plus claire possible que les États-Unis adoptent une vision unilatérale du droit international: soit vous êtes d’accord avec nous, soit nous irons de l’avant et ferons ce que nous voulons de toute façon!

Comme si le vote du Conseil de sécurité des Nations unies n’était pas assez clair, les trois plus grandes puissances européennes, le Royaume-Uni, la France et l’Allemagne, ont publié le 20 août 2020 une déclaration commune exprimant clairement leur opposition à l’attitude des États-Unis. La déclaration conjointe était remarquable par son rejet catégorique de l’attitude et du comportement des États-Unis.

Les États-Unis, selon le communiqué, ont cessé de participer au JCPOA après leur retrait de l’accord le 8 mai 2018. Le trio a écrit qu’ils «ne peuvent donc pas soutenir cette action qui est incompatible avec nos efforts actuels pour soutenir le JCPOA. »

Le trio a poursuivi en disant qu’ils «sont déterminés à préserver les processus et les institutions qui constituent le fondement du multilatéralisme. Nous restons guidés par l’objectif de maintien de l’autorité et de l’intégrité du Conseil de sécurité des Nations Unies. »

Il s’agit d’un rejet presque sans précédent de l’unilatéralisme des États-Unis à l’époque moderne. Même le New York Times, normalement un chef de file de l’unilatéralisme américain, a condamné (20/8/20) les actions du gouvernement américain. Ils ont désigné le secrétaire d’État américain Mike Pompeo condamnant la position adoptée par les gouvernements britannique, français et allemand, affirmant que ces pays «avaient choisi de se ranger du côté des ayatollahs».

Pompeo a été l’une des principales voix de l’unilatéralisme des États-Unis et de l’empressement avec lequel il s’est tourné vers trois alliés américains normalement favorables, et les a traité d’une manière colérique, est une mesure de la mesure dans laquelle les États-Unis se sont éloignés de toute prétention de multilatéralisme. Pompeo est un fervent partisan d’Israël, l’adversaire le plus fort et le plus bruyant de l’Iran dans la région.

Le fait qu’Israël soit une puissance nucléaire non déclarée et refuse de participer à des traités de non-prolifération nucléaire, ou même de reconnaître officiellement son statut nucléaire, ne fait jamais l’objet de critiques ou de commentaires défavorables de la part d’une administration américaine. Le régime actuel ne fait pas exception.

Le point de vue quasi unanime du Conseil de sécurité des Nations Unies n’empêchera bien entendu pas les États-Unis d’agir unilatéralement et d’étendre leurs sanctions contre le gouvernement iranien. Les vagues paroles de Trump sur un nouvel «accord» avec l’Iran peuvent être ignorées en toute sécurité. L’antipathie des États-Unis à l’égard de l’Iran remonte au moins au renversement du gouvernement démocratiquement élu de Mossadeq en 1953.

Une période de relations brièvement plus chaude a existé sous le régime du Shah jusqu’à ce qu’il soit à son tour éjecté par la révolution islamique de 1979. Les relations entre les États-Unis et l’Iran sont passées de médiocres à abyssales depuis. Il n’y a absolument aucune raison de croire que Trump est sincère dans ses vagues souhaits pour un «nouvel accord», ni même que l’engagement profondément enraciné envers Israël à presque tous les niveaux de l’élite du pouvoir américain permettrait même un tel rapprochement.

Indépendamment de leur engagement massif envers Israël, le soutien des États-Unis, sous toutes ses formes, au groupe terroriste Mujahedin al Kalk dans ses actions contre la République islamique se moque de toute croyance des États-Unis en la normalisation des relations dans un avenir prévisible.

Les États-Unis prétendent avoir une base légale pour leur «retour en arrière» contre l’Iran pour les violations présumées par ce dernier du JCPOA de 2015. Même cet argument est profondément vicié. Les États-Unis ont unilatéralement abandonné le JCP0A en mai 2018. La résolution des Nations Unies adoptée à la lumière de l’approbation par le JCPOA de l’accord iranien a donc également été abandonnée par les États-Unis en mai 2018. Ils ne sont, en droit, plus parties à l’accord.

Leur capacité à prétendre prendre des mesures à l’égard de l’accord est donc nulle. Cela se résume au principe juridique de la préclusion, qui est un terme signifiant qu’une interdiction est imposée à la conduite résultant de ses propres actions contraires à l’accord initial. Dans ce cas, les États-Unis, comme indiqué précédemment, se sont retirés unilatéralement du JCPOA. Par conséquent, il est exclu, en droit, des actions prétendant s’appuyer sur une adhésion qui n’existe plus.

Il convient de noter ce point car les États-Unis sont toujours prêts à s’appuyer prétendument sur des principes juridiques pour justifier leurs actions. Comme cette illustration le montre clairement, une telle revendication au droit est très sélective.

Cette réalité juridique a déjà été signalée à l’administration Trump par Josep Borrell de l’Union européenne, l’homme chargé de coordonner le comité mixte chargé de superviser l’accord nucléaire initial entre l’Iran et les cinq membres permanents du Conseil de sécurité et l’Allemagne. M. Borrrell a déclaré:

«Comme je l’ai rappelé à plusieurs reprises, les États-Unis ont unilatéralement cessé de participer au JCPOA par mémorandum présidentiel le 8 mai 2018 et n’ont par la suite participé à aucune activité liée au JCPOA. Il ne peut donc pas être considéré comme un État participant au JCPOA aux fins d’éventuelles mesures de redressement prévues par la résolution ».

Les États-Unis ne sont pas assez stupides pour ne pas être conscients des réalités juridiques. Comprendre ce qu’ils ont fait et pourquoi devient la question la plus importante. La réponse à cette question réside dans la longue histoire brièvement décrite ci-dessus. Les États-Unis ne sont pas intéressés par une résolution du conflit. Ils ne s’intéressent qu’à une guerre avec l’Iran et leur tentative de détruire le JCPOA est une tentative à peine déguisée de provoquer l’Iran dans une réaction qui peut être utilisée pour justifier une attaque.

Beaucoup de choses ont changé depuis la signature du JCPOA en 2015, notamment les relations radicalement améliorées et étendues de l’Iran avec la Russie et la Chine. Cela fait à son tour partie d’un paysage géopolitique radicalement changeant dans toute l’Eurasie. Forts de leurs efforts, les États-Unis ne peuvent empêcher que le développement et les tentatives américaines de perturber et de contraindre ce développement sont voués à l’échec. La vraie question sera: les États-Unis reconnaissent-ils cette réalité et s’adaptent-ils en conséquence, ou vont-ils persister dans leur unilatéralisme de plus en plus dangereux et isolé? Malheureusement, ce dernier semble le plus probable.

James O’Neill, un avocat basé en Australie, exclusivement pour le magazine en ligne  «New Eastern Outlook» .

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments