Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Discours lors d’un symposium sur la résolution des problèmes majeurs de la réduction de la pauvreté

Malgré l’épidémie et les difficultés de la croissance mondiale, la pression exercée par les Etats-Unis, le programme de réduction de la pauvreté se poursuit et a donné les résultats espérés. Il reste à le consolider parce que comme l’explique le texte il faut maintenir l’effort, trouver une dynamique propre aux zones frappées pour que les résultats soient durables. Il faudrait mesurer non seulement l’ampleur de ce combat mais voir qu’il se combine avec un autre tout aussi essentiel qui est la lutte pour l’environnement. Face aux USA, la Chine présente au moins des traits socialistes dans ses buts et les moyens qu’elle se donne pour les réaliser, en finir avec la pauvreté, respecter mieux l’environnement et créer partout les conditions de la coopération internationale. Il ne s’agit pas seulement de mots mais d’actes avec des réalisations, tout est loin d’être parfait, c’est un combat pour le développement avec une politique et une éthique (note et traduction de Danielle Bleitrach).

Par: Xi JinpingDe: Édition anglaise du Qiushi JournalOctobre-décembre 2019 | Vol.11, No.4, Issue No.41 |

Aujourd’hui, nous tenons un symposium interprovincial sur la lutte contre la pauvreté. Il s’agit de la sixième réunion de ce type que je préside depuis le 18e Congrès national du PCC en 2012. Avant cela, j’ai présidé des colloques sur le même sujet à Yan’an, Guiyang, Yinchuan, Taiyuan et Chengdu, et notre combat contre la pauvreté a obtenu des résultats remarquables. Ce symposium est organisé en tenant compte du fait qu’il nous reste moins de deux ans pour atteindre nos objectifs de lutte contre la pauvreté, l’année 2019 étant particulièrement cruciale. Si nous accomplissons efficacement nos tâches cette année, nous serons en mesure de jeter des bases solides pour mener à bien nos initiatives de lutte contre la pauvreté l’année prochaine.

Après être descendu de l’avion à midi hier, je suis d’abord allé dans le comté autonome de Shizhu Tujia où j’ai visité l’école primaire du canton de Zhongyi ainsi que des ménages pauvres et des membres vétérans du PCC dans le village de Huaxi. Au cours du processus, j’ai eu des discussions avec des représentants de village, des responsables locaux, des responsables de la lutte contre la pauvreté et des médecins ruraux. Grâce à ces discussions, j’ai acquis une compréhension personnelle et personnelle des progrès des travaux de lutte contre la pauvreté à Chongqing et des efforts qui ont été faits pour résoudre les problèmes majeurs en assurant à la population rurale pauvre que ses besoins alimentaires et vestimentaires seront satisfaits et garantissant qu’ils ont accès à l’enseignement obligatoire, aux services médicaux de base et à un logement sûr (ci-après dénommés «deux assurances et trois garanties»), et je me sens maintenant à l’aise sur l’état de la lutte contre la pauvreté à Chongqing. Les tâches de cette réunion sont d’analyser l’état actuel des efforts de réduction de la pauvreté et d’étudier et de résoudre les problèmes en suspens relatifs aux «deux assurances et trois garanties». Les secrétaires des comités du Parti au niveau provincial du Guangxi, de Chongqing, du Sichuan, du Guizhou, du Yunnan, du Shaanxi, du Gansu et du Xinjiang, des représentants locaux des comtés, des cantons et des villages de Chongqing, ainsi que des fonctionnaires des départements du gouvernement central concernés, assistent au symposium.

Ceux d’entre vous qui viennent de parler ont présenté des situations dans vos lieux respectifs, analysé les problèmes et avancé des idées et des propositions. C’est très bien. Je voudrais maintenant ajouter quelques suggestions de ma part.

I. Nous devons avoir une idée précise de l’état des efforts de lutte contre la pauvreté.

Depuis le 18e Congrès national, le Comité central du PCC a fait de l’éradication de la pauvreté la mission fondamentale et la référence symbolique de nos efforts pour bâtir une société modérément prospère à tous égards, et a proposé une série de plans majeurs à cette fin. Après le 19e Congrès national en 2017, le Comité central a désigné l’élimination de la pauvreté de manière ciblée comme l’une des trois batailles essentielles pour bâtir une société modérément prospère à tous égards. Ces dernières années, nos efforts d’élimination de la pauvreté ont atteint des niveaux sans précédent en termes d’intensité, d’ampleur et d’impact, et nous avons progressé conformément aux objectifs prévus.

En novembre 2015, lors de la Conférence centrale sur la réduction de la pauvreté et le développement, nous avons clairement indiqué que d’ici 2020, nous devions «veiller à ce que tous les résidents ruraux tombant sous le seuil de pauvreté actuel de la Chine soient sortis de la pauvreté, que tous les pays pauvres laissent derrière eux, et que la pauvreté régionale soit éliminée dans l’ensemble. » Lors de cette réunion, j’ai dit que la lutte contre la pauvreté devait se concentrer sur quatre questions – qui a exactement besoin d’aide, qui devrait mettre en œuvre les initiatives de réduction de la pauvreté, comment la lutte contre la pauvreté devrait être menée et quelles normes et procédures devraient être adoptées pour sortir de la pauvreté. Dans l’état actuel des choses, il semble que ces problèmes aient été résolus assez efficacement.

Pour identifier exactement qui a besoin d’aide, nous sommes restés déterminés à réduire et éliminer la pauvreté de manière ciblée. Nous avons effectué un dépistage de la pauvreté au niveau des villages et des ménages individuels, et enregistré les cas de pauvreté identifiés grâce à ce processus. Nous avons également constamment rendu le dépistage plus précis en ajustant nos méthodes et nos critères et en effectuant des examens de suivi.

Pour identifier qui devrait mettre en œuvre les initiatives de réduction de la pauvreté, nous avons sélectionné plus de trois millions de fonctionnaires de départements gouvernementaux au niveau ou au-dessus du comté et d’entreprises publiques et d’institutions affiliées au gouvernement pour servir de fournisseurs de soutien au niveau des villages. Actuellement, il y a 206 000 premiers secrétaires des comités de village du PCC et 700 000 fonctionnaires en poste dans les villages, en plus de 1 974 000 responsables de la lutte contre la pauvreté au niveau des villes et des millions de fonctionnaires de village. Nous avons ainsi considérablement renforcé nos forces en première ligne de la réduction de la pauvreté et veillé à ce que nos efforts à cet égard surmontent les derniers obstacles majeurs.

Pour identifier les moyens de réduire la pauvreté, nous avons proposé cinq mesures clés pour sortir les gens de la pauvreté: certaines en augmentant la production; certains par déménagement; certains par compensation écologique; certains par l’éducation; et certains en leur versant des allocations pour les aider à satisfaire leurs besoins fondamentaux. Nous avons également réduit la pauvreté en stimulant l’emploi, en améliorant les services médicaux et en aidant les gens à obtenir un rendement de leurs actifs, etc. ce qu’ils sont capables de faire, atténuant ainsi la pauvreté en allant à la racine du problème.

Xi Jinping rencontre des habitants de la ville de Yingxiu, comté de Wenchuan, préfecture autonome tibétaine-Qiang d’Aba le 12 février 2018. À l’approche de la fête du printemps, Xi s’est rendu dans le Sichuan, où il a rencontré des fonctionnaires et des citoyens et a offert ses vœux du Nouvel An à des personnes de groupes ethniques à travers le pays.

PHOTO DU REPORTER DE XINHUA JU PENG

Pour identifier les normes et les procédures pour sortir de la pauvreté, j’ai mentionné quatre points lors de la réunion de 2015: fixer un calendrier, accorder un délai de grâce, évaluer les résultats de notre travail par rapport à des critères stricts et identifier les sorties de la pauvreté par ménage. Nous avons clairement défini les normes et procédures permettant aux comtés, villages et populations pauvres de sortir de la pauvreté, guidé les localités dans la formulation rationnelle de programmes glissants et de plans annuels de réduction de la pauvreté, et organisé des évaluations tierces strictes des comtés pauvres prêts à sortir de la pauvreté, les politiques pertinentes restant stables. Selon les commentaires de diverses sources, des résultats concrets ont été obtenus dans les pays qui ont déclaré leur sortie de la pauvreté. De manière générale, nous avons obtenu des résultats clairs dans notre lutte contre la pauvreté.

Premièrement, nous avons favorisé les sorties de la pauvreté de manière ordonnée. Le nombre de résidents ruraux vivant sous le seuil de pauvreté actuel est passé de 98,99 millions en 2012 à 16,6 millions en 2018, soit une réduction totale de 82,39 millions. En moyenne, plus de dix millions de personnes sont sorties de la pauvreté chaque année pendant six années consécutives, et le taux de pauvreté est passé de 10,2% à 1,7%. Nous avons changé l’ancienne tendance vers une diminution d’année en année du nombre de personnes sortant de la pauvreté après l’adoption de nouvelles normes pour sortir de la pauvreté, et brisé le goulot d’étranglement qui existait au cours des deux derniers cycles de réduction de la pauvreté dans lesquels nous étions incapable de réduire davantage la population pauvre lorsqu’elle est tombée à environ 30 millions. Parmi les 832 comtés pauvres du pays, 153 ont déclaré être sortis de la pauvreté, et 284 font l’objet d’une évaluation pertinente. Le nombre de comtés pauvres, qui augmentait malgré nos efforts de lutte contre la pauvreté, est en train de diminuer. On estime qu’après avoir accompli la tâche de cette année de sortir dix millions de personnes et 330 comtés de la pauvreté, il n’y aura que six millions de pauvres et plus de 60 comtés pauvres à travers le pays au début de 2020.

Deuxièmement, nous avons obtenu un succès global en ce qui concerne les «deux assurances». Nous avons veillé à ce que pratiquement tous nos citoyens pauvres aient une nourriture et des vêtements adéquats et que les habitants de la plupart des régions aient accès aux routes, à l’eau potable, à l’électricité, aux communications, à l’éducation, aux services médicaux et à un logement sûr.

Troisièmement, les travaux de construction visant à réduire la pauvreté grâce à la réinstallation sont en voie d’achèvement. Au cours de la période du 13e plan quinquennal (2016-2020), nous avons prévu de relocaliser environ dix millions de personnes enregistrées comme vivant dans la pauvreté depuis des zones inhospitalières. À la fin de l’année dernière, les travaux de construction liés à la réinstallation de 8,7 millions de personnes avaient été achevés, et la plupart des personnes relocalisées sont sorties de la pauvreté. Nous prévoyons que les travaux de construction restants seront entièrement achevés cette année.

Quatrièmement, les fondations du gouvernement du CPC dans les zones rurales ont été consolidées davantage. Un grand nombre de fonctionnaires ont été impliqué dans la lutte contre la pauvreté, les organisations locales du PCC dans les zones rurales ont vu leur cohésion et leur efficacité considérablement renforcées, la gouvernance rurale et la capacité de gestion au niveau local se sont nettement améliorées et la relation entre le Parti et le public et entre les fonctionnaires et le public a continué de s’améliorer.

Le succès et l’expérience que nous avons acquis dans la réduction de la pauvreté ont apporté la sagesse et les solutions chinoises à la cause de la réduction de la pauvreté dans le monde, démontrant la force politique du leadership du PCC et du système socialiste chinois et gagnant les éloges de la communauté internationale. De nombreux pays et organisations internationales ont exprimé l’espoir de bénéficier de l’expérience de la Chine en matière de réduction de la pauvreté. La Chine est le seul pays en développement qui a simultanément entraîné un développement rapide et une réduction de la pauvreté à grande échelle et permis à la population pauvre de partager les fruits de la réforme et du développement. C’est une réalisation miraculeuse.

Tout en reconnaissant nos réalisations, nous devons également être clairement conscients des difficultés et des problèmes auxquels nous sommes confrontés alors que nous nous dirigeons vers une victoire globale dans la lutte contre la pauvreté. Ceux-ci se répartissent en trois catégories principales.

Le premier comprend les problèmes qui ont un impact direct sur nos efforts pour réaliser nos objectifs de lutte contre la pauvreté. Par exemple, certaines régions n’appliquent pas avec précision les normes de lutte contre la pauvreté. Certains ont abaissé les normes et ont affirmé qu’ils étaient sortis de la pauvreté sans voir si les «deux assurances et trois garanties» étaient pleinement en place. D’autres encore ont relevé les normes en recherchant des services médicaux gratuits, une éducation gratuite ou une réinstallation avec un espace de vie excessif. De telles actions ne sont pas durables car elles ne tiennent pas compte de nos conditions nationales. Un autre problème est que les régions profondément pauvres doivent encore faire face à des tâches redoutables de réduction de la pauvreté. Il y a encore 1,72 million de personnes enregistrées comme vivant dans la pauvreté dans les «trois régions» (Tibet, les quatre préfectures de Hotan, Aksu, Kashgar et Kizilsu dans le sud du Xinjiang, et les zones ethniques tibétaines du Sichuan, du Yunnan, du Gansu et du Qinghai) et les «trois préfectures» (préfecture autonome de Liangshan Yi au Sichuan, préfecture autonome de Nujiang Lisu au Yunnan et préfecture autonome de Linxia Hui au Gansu). Avec un taux de pauvreté de 8,2%, ces zones représentent 12,5% de la population pauvre du pays. Il y a encore 98 comtés à travers le pays où le taux de pauvreté est supérieur à 10%. Dans ces comtés, 3,596 millions de personnes sont enregistrées comme vivant dans la pauvreté, ce qui représente 26% de la population pauvre du pays, et le taux de pauvreté est de 13,3 points de pourcentage supérieur au taux national. Ces domaines représentent le défi le plus tenace dans notre lutte contre la pauvreté. En outre, nous n’avons pas encore obtenu les «trois garanties», car des maillons faibles existent encore pour garantir l’accès à l’enseignement obligatoire, services médicaux de base, logement sûr et eau potable. À l’heure actuelle, les problèmes couverts par les «trois garanties» doivent encore être résolus pour 14% de la population pauvre du pays. Enfin, nous avons vu les efforts se relâcher après la sortie de la pauvreté, certains comtés abandonnant les projets de réduction de la pauvreté, se dérobant à leurs responsabilités ou choisissant de faire une pause, tandis que d’autres ont gaspillé leur énergie et leurs ressources en célébrations au lieu de s’appuyer sur leurs réalisations.

Le second comprend de nouvelles améliorations qui doivent être apportées à notre travail. Par exemple, de nombreux problèmes sont apparus dans la lutte contre la pauvreté, tels que l’incapacité d’assumer des responsabilités, de mettre en œuvre des politiques et de mener des initiatives, de passer par des formalités pour des raisons de formalité et de pratiques bureaucratiques, la tromperie et la manipulation de chiffres, et le détournement de fonds de lutte contre la pauvreté.

Le troisième comprend les problèmes qui doivent être résolus progressivement sur le long terme. Par exemple, les fondations du développement industriel sont faibles, les mesures d’assistance de suivi pour les personnes pauvres qui ont été relocalisées sont insuffisantes et les mécanismes à long terme permettant aux populations de sortir progressivement de la pauvreté doivent encore être mis en place. Parmi la population pauvre, il y a un manque de dynamisme endogène ainsi que des coutumes dépassées et des habitudes difficiles à rompre. Nous devons résoudre correctement ces problèmes en établissant des priorités claires. Pour les problèmes qui doivent et peuvent être résolus, nous devons travailler rapidement pour trouver des solutions afin qu’elles ne nous empêchent pas d’atteindre nos objectifs de lutte contre la pauvreté. Pour certains problèmes prolongés qui ne peuvent être résolus du jour au lendemain,

II. Nous devons nous concentrer sur la résolution des problèmes en suspens concernant les «deux assurances et trois garanties».

Les exigences de base et les critères de base pour la réduction de la pauvreté garantissent à la population rurale pauvre qu’elle a suffisamment à manger et pour se soigner et lui garantissent l’accès à l’éducation obligatoire, aux services médicaux de base et à un logement sûr d’ici 2020. Ces objectifs ont une incidence directe sur la qualité de notre lutte contre la pauvreté. Dans l’ensemble, les «deux assurances» ont été pour l’essentiel réglées, mais il existe encore de nombreux points faibles dans les «trois garanties».

En ce qui concerne la garantie d’accès à l’enseignement obligatoire, plus de 600 000 enfants ont abandonné leurs études au stade obligatoire. Les internats dans les villes et les cantons ne sont pas suffisamment développés et il est difficile pour certains enfants laissés pour compte dans les zones rurales de recevoir une éducation. En ce qui concerne la garantie d’accès aux services médicaux de base, certaines personnes pauvres ne sont pas couvertes par une assurance médicale de base et d’autres ne reçoivent pas de traitement rapide pour les maladies courantes et les affections chroniques. Les installations médicales dans les comtés, les cantons et les villages pauvres sont insuffisantes et certains villages pauvres n’ont ni dispensaires ni médecins qualifiés. En ce qui concerne la garantie d’accès à un logement sûr, il y a dans tout le pays environ 1,6 million de ménages dans quatre groupes clés (à savoir les ménages éligibles les personnes vivant dans l’extrême pauvreté et bénéficiant d’une assistance de base dans les zones rurales, les familles de personnes handicapées touchées par la pauvreté et les ménages enregistrés comme vivant dans la pauvreté) nécessitant la rénovation de leur logement délabré, dont 800000 ménages sont enregistrés comme vivant dans la pauvreté. Certaines zones rurales n’ont pas procédé à des évaluations de ces logements ou n’ont pas réussi à garantir l’exactitude de ces évaluations. En ce qui concerne la garantie de l’accès à l’eau potable, le problème doit encore être résolu pour environ 1,04 million de pauvres, tandis que la sécurité de l’eau doit encore être consolidée et améliorée pour 60 millions de résidents ruraux. S’ils ne sont pas résolus efficacement d’ici 2020, ces problèmes nuiront grandement à notre succès dans la lutte contre la pauvreté. familles de personnes handicapées touchées par la pauvreté et ménages enregistrés comme vivant dans la pauvreté) qui nécessitent la rénovation de leur logement délabré, dont 800 000 ménages sont enregistrés comme vivant dans la pauvreté. Certaines zones rurales n’ont pas procédé à des évaluations de ces logements ou n’ont pas réussi à garantir l’exactitude de ces évaluations. En ce qui concerne la garantie de l’accès à l’eau potable, le problème doit encore être résolu pour environ 1,04 million de pauvres, tandis que la sécurité de l’eau doit encore être consolidée et améliorée pour 60 millions de résidents ruraux. S’ils ne sont pas résolus efficacement d’ici 2020, ces problèmes nuiront grandement à notre succès dans la lutte contre la pauvreté. familles de personnes handicapées touchées par la pauvreté et ménages enregistrés comme vivant dans la pauvreté) qui nécessitent la rénovation de leur logement délabré, dont 800 000 ménages sont enregistrés comme vivant dans la pauvreté. Certaines zones rurales n’ont pas procédé à des évaluations de ces logements ou n’ont pas réussi à garantir l’exactitude de ces évaluations. 

Les autorités et les départements à tous les niveaux doivent prendre les problèmes ci-dessus au sérieux, se mettre sur la même longueur d’onde et mener à bien les initiatives pertinentes. Pour résoudre les problèmes en suspens concernant les «trois garanties», nous devons adhérer à des systèmes et mécanismes selon lesquels le gouvernement central formule des plans globaux, les gouvernements provinciaux assument la responsabilité globale et les gouvernements des villes et des comtés prennent en charge la mise en œuvre. Le groupe directeur central sur la réduction de la pauvreté devrait améliorer la coordination, la supervision et les orientations générales et prendre les dispositions nécessaires en temps opportun. Le Ministère de l’Education, le Ministère du Logement et du Développement Urbain-Rural, le Ministère des Ressources en Eau, la Commission Nationale de la Santé, et la National Healthcare Security Administration ne font pas seulement partie du groupe leader sur la réduction de la pauvreté, mais sont également responsables de la gestion du travail lié aux «trois garanties». Les principaux responsables de ces services doivent prendre personnellement l’initiative, tandis que les responsables de tâches spécifiques doivent faire des efforts concrets. Ces services doivent définir des normes claires pour leur travail et mettre en place des politiques d’accompagnement en adéquation avec leurs fonctions respectives, et guider les autorités locales dans l’analyse et la résolution des problèmes. Les gouvernements provinciaux concernés devraient organiser des unités locales pour effectuer des contrôles, évaluer la situation sur le terrain, organiser les ressources de manière coordonnée, formuler et mettre en œuvre des plans et élaborer des mesures ciblées.

Xi Jinping s’entretient avec des enseignants et des élèves de l’école primaire du canton de Zhongyi dans le comté autonome de Shizhu Tujia le 15 avril 2019 pour en savoir plus sur la situation en matière de garantie d’accès à l’enseignement obligatoire lors de sa visite à Chongqing du 15 au 17 avril.

PHOTO PAR XINHUA REPORTER XIE HUANCHI

J’ai souligné à maintes reprises que nous devons respecter les normes actuelles de lutte contre la pauvreté et nous abstenir de les augmenter ou de les abaisser. Garantir l’accès à l’enseignement obligatoire consiste principalement à faire en sorte que les enfants d’âge scolaire des familles pauvres terminent leurs études. Garantir l’accès aux services médicaux de base implique principalement de s’assurer que toutes les personnes pauvres sont couvertes par le système d’assurance médicale, qu’il existe des installations où elles peuvent accéder à des traitements abordables pour les maladies courantes et les affections chroniques et qu’elles peuvent maintenir un niveau de vie de base dans le pays au cas où ils tombent gravement malades. Garantir l’accès à un logement sûr implique principalement de veiller à ce que les pauvres ne vivent pas dans des logements délabrés. Garantir l’accès à une eau potable salubre implique principalement de veiller à ce que les citoyens ruraux se sentent à l’aise avec l’eau qu’ils boivent et que nous déployions des efforts coordonnés pour analyser et résoudre les problèmes de sécurité à cet égard. Ce sont les normes de base unifiées du pays, mais les conditions varient d’une région à l’autre. Par exemple, en ce qui concerne la sécurité des logements, la région du sud devrait se concentrer sur la ventilation, tandis que la région du nord devrait se concentrer sur le chauffage et l’isolation. En ce qui concerne la sécurité de l’eau potable, la région du nord-ouest devrait se concentrer sur la recherche de sources d’eau adéquates, tandis que la région du sud-ouest devrait se concentrer sur le stockage et la livraison de l’eau ainsi que sur la mise aux normes de la qualité de l’eau. Par conséquent, les différentes localités devraient agir en fonction des conditions réelles plutôt que d’essayer d’utiliser des solutions «à taille unique». Des enquêtes approfondies ont été menées par diverses localités sur la manière de résoudre les problèmes en suspens concernant les «trois garanties», certaines élevant volontairement ou involontairement les normes. Ces pratiques devraient être rectifiées si elles dépassent nettement les normes. Cependant, si les normes ne sont dépassées que par une faible marge, la stabilité et la continuité des politiques doivent être maintenues afin d’éviter trop de hachures et de changements.

Pour résoudre les problèmes en suspens concernant les «deux assurances et trois garanties», il est essentiel d’acquérir une idée claire des conditions de base. Certaines localités ne l’ont toujours pas fait, ce qui est inacceptable. Les services compétents doivent guider toutes les localités pour obtenir une idée claire des conditions de base afin de s’assurer qu’elles travaillent à des objectifs précis. Les départements concernés devraient également améliorer la vérification et la connexion des données afin d’éviter les incohérences entre les différents départements. Les départements de supervision des industries concernées devraient prendre la tête de la formulation des plans de travail, tandis que les gouvernements provinciaux devraient formuler des plans de mise en œuvre, établir des calendriers et des feuilles de route, et proposer des mesures et des méthodes efficaces pour s’assurer que les tâches sont accomplies dans les délais. Nos politiques et nos fonds pour résoudre les problèmes en suspens concernant les «trois garanties» sont suffisants; la clé est de s’assurer qu’ils sont appliqués efficacement. Nous devons intensifier nos efforts, nous concentrer sur les problèmes en suspens et corriger les carences par village, par ménage et par cas. Nous devons également faire connaître nos politiques et nos normes pour nous assurer que nous sommes tous sur la même longueur d’onde et guider tous les secteurs de la société dans une compréhension précise de ces politiques afin d’éviter l’émergence d’interprétations divergentes.

III. Nous devons déployer des efforts solides cette année et l’an prochain dans la lutte contre la pauvreté.

Compte tenu de tout cela, la Chine a déjà atteint pour l’essentiel l’objectif de construire une société moyennement prospère à tous égards. Cependant, il subsiste certaines lacunes, la plus grande étant dans notre lutte contre la pauvreté. La lutte contre la pauvreté est maintenant entrée dans une étape cruciale pour que nous puissions obtenir une victoire décisive. Notre approche à ce stade devrait différer de la planification globale de la phase initiale et de l’avancement global de la phase intermédiaire, car la tâche la plus urgente consiste désormais à empêcher que nos efforts ne se relâchent ou ne retournent en arrière. Toutes les localités et tous les départements doivent avancer sans répit, ne lâchant pas jusqu’à ce qu’une victoire complète soit obtenue.

Xi Jinping s’entretient avec des responsables locaux et des représentants du public au domicile de Zhang Guoli, un habitant du village de Maanshan à Chifeng, le 15 juillet 2019, lors d’une visite qu’il a effectuée en Mongolie intérieure du 15 au 16 juillet, où il a fourni des conseils pour la campagne d’éducation «Rester fidèle à nos aspirations originales et à notre mission fondatrice».

PHOTO PAR XINHUA REPORTER XIE HUANCHI

Deuxièmement, nous devons surmonter les défis les plus difficiles de la réduction de la pauvreté. Nos efforts pour s’attaquer aux problèmes dans les régions où la pauvreté est extrême, les conditions de base médiocres, les causes complexes de la pauvreté et les problèmes ethniques, religieux et de stabilité qui se chevauchent sont essentiels pour déterminer si nous pouvons gagner la bataille contre la pauvreté. En juin 2017, dans le Shanxi, j’ai présidé un symposium sur la réduction de la pauvreté dans les zones profondément appauvries, appelant à des efforts concentrés pour sortir de la pauvreté des zones profondément pauvres telles que les «trois régions et trois préfectures». Après la réunion, le Comité central du PCC a formulé des lignes directrices pour soutenir la réduction de la pauvreté dans ces domaines. Bien que divers secteurs aient intensifié leurs efforts à cet égard, nous devons nous assurer que les efforts ne se relâchent pas.

Troisièmement, nous devons travailler sérieusement pour rectifier les problèmes. La dernière série d’inspections spéciales et d’évaluations de l’impact de la réduction de la pauvreté a permis de découvrir de nombreux problèmes en suspens et endémiques, qui existent principalement dans les domaines suivants. Le premier est de ne pas considérer la réduction de la pauvreté comme une tâche politique majeure. Cela se traduit par une prise de responsabilité inadéquate, une pensée discordante et une mise en œuvre terne. Le second est la déviation du principe de la réduction ciblée de la pauvreté. Certains ont réduit la réduction de la pauvreté à la simple distribution d’argent et de fournitures, aux dividendes des entreprises communautaires ou aux allocations de subsistance au lieu de concentrer leur énergie sur un travail précis. Le troisième est le formalisme excessif et les pratiques bureaucratiques. Par exemple, certains ont dépensé de l’argent pour blanchir les murs, ce qui n’apporte aucun avantage au public et ne constitue qu’un gaspillage inutile de l’argent du pays. En outre, les responsables locaux ont été amenés au point d’épuisement par le grand nombre de réunions à assister, d’inspections à effectuer et de formulaires à remplir. Les autorités de toutes les régions et de tous les départements devraient dresser un inventaire complet des problèmes et veiller à ce que les problèmes de chaque catégorie soient correctement corrigés, afin que nous puissions jeter des bases solides pour les travaux de l’année prochaine.

Sixièmement, nous devons améliorer notre conduite. Nous devons intégrer l’exigence de gouverner globalement le Parti avec une discipline stricte tout au long du processus de notre lutte pour éradiquer la pauvreté, et améliorer notre conduite afin de garantir que des efforts concrets sont faits pour réduire la pauvreté, que les canaux pour sortir de la pauvreté soient solides. , et que la réduction de la pauvreté conduit à de véritables résultats. Nous devons mettre en œuvre et améliorer les systèmes et mécanismes de promotion de la réduction de la pauvreté grâce à la construction du Parti, former efficacement les responsables de la lutte contre la pauvreté et renforcer les capacités des responsables à tous les niveaux tout en leur inculquant un plus fort sentiment de mission et de responsabilité. Nous devons exercer le rôle crucial des organisations locales du Parti pour sortir le grand public de la pauvreté et vers la prospérité,

La grande majorité des fonctionnaires travaillant aux premières lignes de la réduction de la pauvreté ont gardé leur mission fermement à l’esprit et ont travaillé dur pour le bien-être des pauvres. Certains ont longtemps été surchargés de travail, certains n’ont pas eu le temps de s’occuper de leur famille et de leurs enfants, certains se sont épuisés au point de ne plus pouvoir continuer pour des raisons de santé, et certains ont même sacrifié leur vie. Nous devons faire preuve de grand soin pour la vie, la santé et la sécurité de ceux qui sont en première ligne de la lutte contre la pauvreté, et fournir immédiatement des subventions et un soutien à long terme aux familles des fonctionnaires décédés. Nous devons veiller à ce que les fonctionnaires qui ont obtenu de bons résultats et obtenu l’approbation du public au niveau local soient effectivement formés et mis à profit. Nous devons également renforcer la publicité et féliciter des fonctionnaires exceptionnels afin que le public soit au courant des histoires d’héroïsme de la lutte contre la pauvreté. Enfin, en ce qui concerne les responsables de la lutte contre la pauvreté qui tressaillent face aux difficultés, s’embrouillent dans leur travail ou s’abandonnent à la tromperie, nous devons renforcer l’éducation et la supervision, remplacer ceux qui devraient être remplacés et demander des comptes à ceux qui devraient être tenus responsables.

Gagner la lutte contre la pauvreté est une mission historique à la fois glorieuse et extrêmement stimulante. Si nous voulons réussir pleinement cette mission, nous devons continuer à déployer des efforts ardus. Nous devons continuer avec courage et détermination, en apportant des contributions nouvelles et plus importantes afin que nous puissions réaliser nos objectifs de gagner la lutte contre la pauvreté et de construire une société moyennement prospère dans les délais.

(Paru à l’origine dans Qiushi Journal, édition chinoise, n ° 16, 2019)

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments