Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Un article du Canada sur les canadiens qui soutiennent le maïdan ukrainien

Chrystia Freeland doit rendre compte de son grand-père collaborateur nazi explique cet article. Cette description d’une politicienne canadienne très impliquée dans le soutien au maÏdan ukrainien a l’intérêt de nous présenter comment cette immigration née de la fuite d’anciens nazis a désormais un rôle de premier plan. Il ne s’agit pas seulement de l’Amérique latine où on sait le poids de ces gens-là, mais le Canada et l’UE. La promotion avec l’aide de la CIA d’enfants de nazis est une réalité comme le financement des journalistes ou encore l’invention de prix Nobel. Voici donc le passé d’une ministre des Affaires étrangères canadienne (note de danielle Bleitrach)

Chrystia Freeland célèbre le jour de l’indépendance ukrainienne. Photo via le Twitter de Chrystia Freeland.

Il est non seulement juste de critiquer Freeland pour la façon dont elle a géré le passé de son grand-père, mais aussi de la plus grande nécessité.

Davide Mastracci

27 AOÛT 2020

  • https://readpassage.com/category/right-wing-politics/

Chrystia Freeland, députée de l’Université — Rosedale et ancienne ministre des Affaires étrangères, est une star politique. Au cours de la dernière année seulement, elle a été promue vice-premier ministre et, à la suite du scandale WE Charity, ministre des Finances. Rien n’indique que son ascension s’arrêtera de si tôt. Peu de gens seraient surpris de la voir finalement devenir chef du Parti libéral fédéral. 

Dans cet esprit, il est important que Freeland, comme tous les autres politiciens, soit tenue de rendre compte de ses décisions et opinions troublantes. Jusqu’à présent, cependant, Freeland a réussi à éviter tout examen approfondi de quelque chose qui a changé la carrière des politiciens d’autres pays. Telle est bien sûr sa réponse au fait que son grand-père, Michael Chomiak (Mykhailo Khomiak), était un collaborateur nazi. Plutôt que d’admettre et de condamner son passé, elle a concocté des théories du complot qui ont déplacé l’attention ailleurs et sali celles qui ont mis le problème en lumière. 

Depuis les nouvelles éclaté à l’échelle nationale en Mars 2017 par un Globe and Mail article basé sur la recherche des autres, flagorneurs politiques et les ennemis de Freeland Alike ont cherché à excuser la manipulation de ce fait en affirmant: son grand – père était pas vraiment un collaborateur; les revendications sont de la propagande russe; elle n’est pas responsable des actions de son grand-père. 

Chacune de ces trois excuses est fausse. De plus, plutôt que d’être simplement un indicateur d’échec moral, le traitement de l’incident par Freeland a des implications troublantes pour la politique canadienne dans son ensemble. Cela compte pour nous tous. Voici comment. 

Le grand-père de Freeland était un collaborateur nazi

Certains prétendent que le grand-père de Freeland n’était pas vraiment un collaborateur nazi, ou qu’il a simplement fait ce que chacun de nous ferait dans ces circonstances. C’est insultant. Voici les faits.

En 1939, Chomiak, un nationaliste ukrainien, vivait à Lviv, en Pologne (aujourd’hui l’Ukraine). Cette ville se trouvait dans la zone que l’Union soviétique finirait par occuper. Chomiak a décidé de partir et de se diriger vers Cracovie, où les nazis étaient aux commandes. Chomiak a décidé que vivre sous le régime nazi était préférable à l’occupation soviétique. C’était un choix qu’il avait fait, pas quelque chose qu’il était obligé de faire.

À Cracovie, Chomiak a commencé à travailler à Krakivs′ki visti, un journal ukrainien lancé en janvier 1940 peu après l’occupation nazie. Il devint rédacteur en chef, poste qu’il occupera jusqu’en 1945. Chomiak rencontra et élabora une stratégie avec des hauts fonctionnaires nazis pour s’acquitter de ses fonctions, car le journal était une partie importante de la machine de propagande allemande. 

Comme l’a résumé la journaliste Yasha Levine, Krakivs′ki visti «a fait l’éloge d’Hitler, a diffusé des publicités géantes pour le recrutement des SS ukrainiens, répandu de la propagande antisémite, pompé des ordures viles qui ont aidé à justifier le massacre de juifs, de Polonais et de Russes…». 

Quant au grand-père de Freeland, Levine note: «À un moment donné, vers la fin de la guerre, Michael Chomiak a publié un numéro spécial pro-génocide destiné à rappeler aux Ukrainiens la menace juive, même si la plupart des Juifs avaient déjà été génocidés à ce moment-là. . Il a fait tout cela en utilisant une presse à imprimer qui avait été saisie dans un journal juif et en vivant à un court trajet en train d’Auschwitz et d’une demi-douzaine d’autres camps d’esclaves d’extermination – où les Juifs étaient massacrés nuit et jour. 

Selon le chercheur John-Paul Himka, «La propagande antisémite du journal a contribué à créer une atmosphère propice au meurtre de masse des Juifs qui était déjà en cours [en 1941]». 

Les choix de Chomiak étaient méprisables. Il n’a pas été forcé de travailler dans un journal qui a été confisqué par les nazis à son propriétaire juif qui allait être tué dans un camp de la mort – en fait, les autorités ont eu du mal à trouver quelqu’un prêt à faire son travail. 

Il n’a pas été forcé de vivre dans un appartement qui a été saisi par les nazis d’une famille juive qui serait plus tard tuée dans un camp de la mort. 

Lorsque les Soviétiques avançaient sur Cracovie, il n’a pas été forcé de fuir avec les nazis à Vienne, où il a continué à travailler à la rédaction du journal. 

Des millions d’Ukrainiens se sont bravement battus avec l’Union soviétique pour vaincre les nazis. Chomiak a choisi de travailler avec les nazis à la place.

L’idée que les choix de Chomiak étaient en quelque sorte justifiés a été réfutée il y a des décennies, juste après la fin de la Seconde Guerre mondiale. Les procès de Nuremberg ont établi que «le simple fait de prendre les commandes» n’était pas une excuse valable pour les crimes. 

Julius Streicher était le fondateur et l’éditeur de Der Stürmer, un journal antisémite faisant partie de la machine de propagande nazie. Les papiers de Streicher et Chomiak n’étaient certainement pas identiques, pas plus que les deux hommes, mais ils ont tous deux publié des articles promouvant le génocide et encourageant les gens à rejoindre les rangs nazis. 

Streicher était l’un des hommes jugés à Nuremberg. Il a été reconnu coupable de crimes contre l’humanité pour incitation à l’extermination du peuple juif et a été exécuté. 

Avec tout cela à l’esprit, il est clair que Chomiak était un collaborateur nazi qui a juste réussi à éviter toute punition. 

L’histoire n’est pas la propagande russe

La réplique probablement la plus courante à cette histoire à l’époque, lorsque le «Russiagate» était en plein effet, était que c’était de la propagande russe. Freeland a fait partie de cet effort pour délégitimer les réclamations faites contre son grand-père. Par exemple, interrogée sur le passé de son grand-père lors d’une conférence de presse le 6 mars 2017, Freeland a répondu :

«Permettez-moi de commencer… en disant que je ne pense pas que tous les Russes ne m’aiment pas. J’ai beaucoup d’amis russes proches et bons et j’ai beaucoup aimé vivre et travailler à Moscou en tant que correspondant étranger. Je parle russe et je suis un grand admirateur et un fan de la langue et de la culture russes. Je pense qu’il est également de notoriété publique que la Russie a déployé des efforts, comme l’ont dit les forces de renseignement américaines, pour déstabiliser le système politique américain. Je pense que les Canadiens, et en fait d’autres pays occidentaux, devraient être prêts à ce que des efforts similaires soient dirigés contre nous. J’ai confiance en la démocratie de notre pays et je suis convaincu que nous pouvons tenir tête à ces efforts et les mener à bien. 

L’article du Globe paru le lendemain contenait une citation de l’attaché de presse de Freeland, déclarant: «Les gens devraient se demander d’où proviennent ces informations et les motivations qui les sous-tendent.

Freeland et son bureau n’ont contesté aucun des faits concernant son grand-père, concentrant plutôt leurs efforts sur la tentative de discréditer l’information parce qu’elle provenait prétendument d’une source russe. 

D’autres politiciens ont également maintenu cette ligne. Le Globe a rapporté que Peter Kent, alors porte-parole des affaires étrangères, «a déclaré qu’il était évident que les Russes ont déterré des détails sur le passé de M. Chomiak pour salir Mme Freeland. ‘C’est inadmissible. Il semble qu’ils essaient de salir un ministre avec des détails historiques qui ont probablement été déformés. »Cette allégation était même la raison pour laquelle le premier ministre Justin Trudeau a donné pour expulser quatre diplomates russes du Canada en 2018, qui avaient partagé des histoires sur le grand-père de Freeland, mais ne l’ont pas fait. t les rechercher ou les créer.  

Connaître la source de l’information peut ajouter du contexte à une histoire, mais cela ne change pas les faits. Joseph Staline pourrait revenir de la tombe et répandre la nouvelle que le grand-père de Freeland était un collaborateur nazi et ce serait toujours vrai. L’idée que l’histoire est née de la propagande russe est cependant manifestement fausse. En fait, l’histoire vient de la communauté ukrainienne canadienne dont Freeland dit qu’elle est fière d’être membre.  

Pour commencer, Chomiak a conservé une collection de documents personnels tout au long de sa vie, qui ont été transmis à sa femme, Aleksandra, après sa mort en 1984. En 1985, Aleksandra en a fait don aux Archives provinciales de l’Alberta, auquel cas ils sont devenus publics. . 

Puis, en 1996, Himka, qui est l’oncle de Freeland et le gendre de Chomiak, a publié un article académique mentionnant l’implication de Chomiak dans le journal. L’avant-propos de l’article mentionne également les efforts de Freeland pour aider tout au long du processus d’édition. Cela signifie qu’une grande partie des informations sur Chomiak sur lesquelles les histoires suivantes ont été basées sont venues de lui-même et ont été diffusées par des membres de sa famille, y compris Freeland.

Plus récemment, Alex Boykowich, membre du Parti communiste du Canada, a découvert les dossiers personnels de Chomiak alors qu’il se trouvait dans le bâtiment des archives à la recherche de fichiers de son parti qui avaient été donnés. Boykowich – également ukrainien – et ses compagnons ont reconnu le nom de Chomiak, ont commencé à chercher dans les fichiers et ont découvert ce qui était disponible depuis des décennies pour ceux qui étaient assez curieux pour regarder: Chomiak était un collaborateur nazi. 

Boykowich a déclaré qu’il avait commencé à publier ce qu’il avait trouvé sur Facebook en décembre 2016. Puis un collègue a transmis l’information à Twitter et a finalement mis en relation Boykowich avec des journalistes. L’histoire a décollé de là. Levine a une longue interview avec Boykowich où il raconte tout cela. 

En somme, aucun Russe n’a été impliqué dans la révélation du passé de Chomiak. C’était principalement des Ukrainiens, et Freeland en déduisant qu’ils pourraient être des pions russes est un mauvais retour au 20e siècle, lorsque le gouvernement a écrasé la gauche ukrainienne canadienne et démoli leurs institutions, les accusant d’être des espions soviétiques. Les organisations de remplacement de droite approuvées par le gouvernement, comme le Congrès ukrainien canadien, qui défend toujours les collaborateurs ukrainiens nazis, sont célébrées aujourd’hui par Freeland. 

Freeland n’a jamais renoncé aux actions de son grand-père

Vous ne choisissez pas la famille dans laquelle vous êtes né. Tout le monde a un membre de la famille avec lequel il se plaint d’être associé. Vous ne voudriez certainement pas être jugé à cause dudit membre de la famille, dont vous n’avez probablement aucun contrôle sur les actions et les opinions dans la vie. C’est apparemment pourquoi de nombreux alliés politiques et ennemis ont cherché à donner à Freeland un laissez-passer pour le fait que son grand-père était un collaborateur nazi. Mais ils ont tort de le faire. 

Être connecté à quelqu’un qui a commis des actes répugnants ou qui a eu des opinions terribles est une chose. Refuser de condamner ou même reconnaître ce qu’ils ont fait, continuer à promouvoir une version blanchie de leur passé et admettre qu’ils ont eu une influence majeure sur vos opinions politiques et votre carrière est quelque chose de complètement différent. C’est exactement ce que Freeland a fait.

Comme je l’ai noté dans la section précédente, la seule réponse publique de Freeland à ce jour à être interrogée sur l’histoire de son grand-père a été de la rejeter à tort comme de la propagande russe. Elle n’a pas abordé directement les détails des réclamations. Elle n’a contesté aucun des faits. Elle n’a pas discuté du moment où elle a appris ces faits pour la première fois, ou s’ils l’ont fait ressentir différemment de son grand-père. Elle n’a jamais condamné les choix qu’il a faits. 

De plus, Freeland pousse toujours une version blanchie à la chaux de l’histoire de ses grands-parents. Par exemple, dans un essai de Brookings de mai 2015 , Freeland a écrit que ses grands-parents «se considéraient comme des exilés politiques ayant la responsabilité de maintenir en vie l’idée d’une Ukraine indépendante». Elle ne conteste pas leur caractérisation. 

Dans un profil éclatant du Toronto Star 2015 , Freeland présente à tort le destin de ses grands-parents comme celui qui était typique des Ukrainiens, écrivant: «Ils savaient que les Soviétiques envahiraient l’ouest de l’Ukraine (et) s’enfuyaient… et, comme beaucoup d’Ukrainiens, se sont retrouvés après le guerre dans un camp de personnes déplacées en Allemagne où ma mère est née. (Cela donne l’impression que ses grands-parents étaient peut-être des travailleurs esclaves pris par les nazis. Ils ne l’étaient pas.)

Le plus important, cependant, est que Freeland a admis que l’expérience de ses grands-parents et les opinions ont eu un «très grand effet» sur elle. Elle les décrit comme étant «attachés à l’idée, comme la plupart des membres de la diaspora (ukrainienne), que l’Ukraine serait un jour indépendante et que la communauté avait une responsabilité envers le pays qu’elle avait été forcée de fuir… de maintenir cette flamme vivante. “

En août 2016, elle a tweeté : «En pensant à mes grands-parents Mykhailo et Aleksandra Chomiak à l’occasion de la Journée du ruban noir. Ils ont toujours été reconnaissants au Canada de leur avoir donné refuge et ils ont travaillé fort pour rendre la liberté et la démocratie en Ukraine. Je suis fier d’honorer leur mémoire aujourd’hui.

Et honorez leur mémoire qu’elle a certainement, en utilisant ses positions gouvernementales pour aider à promouvoir ou à soutenir des politiques qui s’alignent sur l’idéologie nationaliste ukrainienne d’extrême droite.

Idéologie nationaliste ukrainienne de Freeland

Freeland n’est pas un nazi et a condamné le nazisme dans le passé. Cependant, elle est une fière nationaliste ukrainienne. 

Freeland est un fervent partisan de la «Journée nationale du souvenir des victimes du communisme et du nazisme» au Canada, une idée qui a surgi dans les cercles nationalistes au pays et qui assimile explicitement les deux idéologies, minimisant ainsi l’Holocauste. Le «jour du ruban noir», comme on l’appelle souvent, est également populaire dans les groupes ukrainiens soutenus par Freeland, qui sont de fervents partisans des collaborateurs nazis et qui ont récemment fait la une des journaux pour défendre leurs statues.

Freeland a également utilisé des slogans populaires auprès de ces groupes. Dans un tweet du 24 août célébrant le jour de l’indépendance ukrainienne, Freeland a inclus la phrase « Слава Україні !», Qui se traduit par «Gloire à l’Ukraine». Certains prétendent qu’il s’agit d’un slogan inoffensif, mais, comme l’a souligné le journaliste Andray Domise , il est né au début des années 1920 de la Ligue des fascistes ukrainiens. Il est ensuite devenu populaire parmi les OUN, dont l’écrivain de Passage, Moss Robeson, a souligné qu’il s’agissait d’un groupe qui est devenu de plus en plus pro-nazi dans les années 1930, pour finalement devenir des collaborateurs. Le slogan continue d’être utilisé par ce genre de personnages en Ukraine aujourd’hui, dans le cadre d’une résurgence fasciste post-soviétique.    

Mais cela va au-delà des slogans ou des phrases et s’est infiltré dans la politique étrangère du Canada.

La seule fois où Freeland a été interrogée publiquement sur le passé de collaborateur nazi de son grand-père, c’était lors de la conférence de presse de 2017 où elle a annoncé que le Canada prolongerait sa mission militaire en Ukraine – l’opération UNIFIER, lancée en 2015 – jusqu’en 2019. La mission impliquerait au moins 200 Des soldats canadiens entraînent des Ukrainiens à combattre les Russes. Il a de nouveau été prolongé en 2019, pour durer au moins jusqu’en 2022. 

En décembre 2017, Freeland a annoncé que l’Ukraine serait ajoutée à une liste de pays auxquels les entreprises canadiennes sont autorisées à vendre des armes à feu et des armes, affirmant: «Le Canada est inébranlable dans son soutien à la souveraineté, à la sécurité et à la prospérité de l’Ukraine. En août 2018, le Canada a approuvé la vente de 1 million de dollars de fusils de précision à l’Ukraine.

Ces actions ont fait l’objet d’un examen minutieux car, comme l’écrivait Lital Khaikin dans Canadian Dimensions, «En juin 2014, l’Ukraine avait officiellement intégré des milices d’extrême droite extrémistes, dont les bataillons Aidar, Dnipro, Donbass et Azov, dans la Garde nationale – qui est elle-même sous la commandement du Ministère de l’intérieur. Avec cette intégration, la distinction entre l’armée officielle et ses factions volontaires extrémistes d’extrême droite s’est estompée. 

Des membres de ces groupes ont reçu une formation de soldats canadiens, ont eu des réunions avec des fonctionnaires canadiens et se sont avérés être également en possession d’armes canadiennes.

En somme, les politiques introduites ou développées par Freeland soutiennent efficacement les extrémistes d’extrême droite pour combattre les Russes, ce qui signifie qu’elle honore l’héritage de son grand-père. Rien de tout cela ne veut dire que ces politiques n’auraient été mises en œuvre que sous la surveillance de Freeland ou qu’elles provenaient toutes d’elle, mais plutôt qu’il est malhonnête d’agir comme si la façon dont elle a géré le passé de son grand-père n’est pas pertinente pour les décisions politiques qu’elle a prises. 

Pour résumer, voici les faits: le grand-père de Freeland était un collaborateur nazi pour des raisons idéologiques. Elle n’a jamais publiquement condamné ses opinions ou ses actions, citant au moins certains d’entre eux comme source d’inspiration pour sa propre carrière. Elle est maintenant en position de pouvoir et a participé à la prise de décisions pour le Canada dans son ensemble qui sont conformes à cette idéologie. En tant que tel, il est non seulement juste de critiquer Freeland pour la façon dont elle a géré le passé de son grand-père, mais de la plus grande nécessité. Cette histoire devrait coller à Freeland et la suivre partout où elle va.

Pendant que 

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments