Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Comment perdre sa souveraineté: le Liban, un exemple parmi d’autres au Moyen-Orient

Quand les médias français s’extasient sur La Révolution libanaise et l’attribuent au raid éclair de Macron, on peut s’interroger sur les forces en présence et à quel colonialisme est voué le Moyen Orient. Le Liban n’étant qu’un exemple parmi d’autres de la domination US.(note et traduction de danielle Bleitrach)

Alberto Rodriguez GarciaPublié:7 août 2020 15:31 GM

À une époque de pourriture morale et de déclin spirituel, où l’argent et le pouvoir valent plus que tout le reste, où le Moyen-Orient est l’arrière-cour des puissances incapables de supposer que le colonialisme a pris fin (du moins sur le papier), le mécanisme d’interférence ne s’arrête jamais. Cela ne se repose jamais. Même après – et presque pendant – le drame de l’ explosion du port de Beyrouth , avec plus de 130 morts et 5 000 blessés, ça ne s’arrête pas. Pas même lorsque les familles pleurent encore leurs martyrs.

Et c’est pourquoi, de tous les dirigeants arabes et occidentaux, de tous les dirigeants du monde, Emmanuel Macron s’est rendu au Liban – essayant d’imiter Chirac après l’assassinat de Rafik Hariri – pour promettre de l’aide aux victimes de la catastrophe … et délégitimer définitivement les institutions libanaises en petit comité ; Voyons s’il peut enfin concrétiser l’idée d’un «protectorat postmoderne» dans un Liban qui ne s’est jamais débarrassé du joug colonial.

Alberto Rodríguez García, journaliste spécialisé sur le Moyen-Orient, la propagande et le terrorisme

Dès qu’un pays du giron menace de ne pas partir, mais de se diversifier pour éviter la dépendance, il reçoit une lettre de Mike Pompeo; d’abord avec la menace, puis avec la punition

Car le cas libanais , dont l’histoire a toujours été déterminée par des tiers encore aujourd’hui, avec un système hérité de la France – basé sur le partage pour la conquête – et une économie condamnée à vivre de prêts et à payer des dettes dans les différentes conférences de Paris I, II , III et IV – ne jamais prospérer – est le cas de tout le Moyen-Orient ; là où la souveraineté n’existe pas, et le développement du pays est déterminé par sa position régionale et internationale: se soumettre ou accepter un harcèlement constant . La conspiration constante.

L’Égypte, très fatiguée par le passé de ne pas reconnaître Israël et de subir la menace des Frères musulmans, s’est progressivement convertie – sauf dans des cas spécifiques comme le printemps arabe, qui a échoué rapidement, et la présence de l’Etat islamique dans le Sinaï. – dans le pays arabe le plus stable depuis qu’il a reconnu l’Etat d’Israël en 1979. Cependant, la «tranquillité» a un prix très élevé, et maintenant que le Caire veut acheter des avions de combat à Moscou, Washington menace ; parce qu’ils ne veulent pas perdre le monopole qu’ils ont sur le matériel de défense égyptien. Dès qu’un pays du giron menace de ne pas partir, mais de se diversifier pour éviter la dépendance, il reçoit une lettre de Mike Pompeo; d’abord avec la menace, puis avec la punition.

Et la punition contre ceux qui cherchent à être souverains est toujours aussi brutale que disproportionnée.. L’Irak a souffert de famines, de mortalité infantile, de misère… en raison des sanctions que les États-Unis ont imposées au régime de Saddam Hussein. Mais les sanctions ne sont pas venues pour le lancement d’une guerre contre l’Iran. Ils ne sont pas venus non plus pour avoir gazé des milliers de Kurdes à Halabja. Les sanctions sont venues pour la mise en danger des intérêts américains dans la région. Aujourd’hui, la même chose arrive à la Syrie, qui, faisant partie de l’Axe de la Résistance, étant l’un des rares États arabes à continuer de soutenir – vraiment, sans pantomimes sectaires – la cause palestinienne, refuse d’accepter les conditions de soumission que l’Amérique du Nord se propose de mettre mettre fin à l’agression. Une agression militaire et économique qui atteint le ridicule de la sanction excessive en sanctionnant le fils de Bachar al-Assad, un adolescent sans aucun poste au gouvernement,

Président du Liban: La cause de l'explosion est encore inconnue, la participation de forces extérieures, d'un missile ou d'une bombe n'est pas exclue

Président du Liban: La cause de l’explosion est encore inconnue, la participation de forces extérieures, d’un missile ou d’une bombe n’est pas exclue

Même entre amis, il n’y a pas de respect pour la souveraineté. Israël, pratiquement le 51e État des États-Unis, tente de se rapprocher du marché chinois depuis des années, mais il a un obstacle majeur: l’Oncle Sam. Empêcher les alliés de développer leur armée et leur économie en dépendant de moins en moins de Washington est une chose qui est devenue courante. Dernièrement, Pompeo a menacé l’Allemagne de sanctions et de conséquences diplomatiques et économiques de toutes sortes pour tenter d’arrêter le projet Nord Stream 2 , qui désormais presque achevé, amènerait le gaz russe directement au cœur du territoire allemand via la Baltique. La chose surprenante est que Washington fait cette fois pression sur son allié le plus fidèle.

Les Israéliens, habitués à toujours faire ce qu’ils voulaient au Moyen-Orient, se sont retrouvés face à face avec la réalité, et c’est que les grands mangent toujours le petit. Bien qu’ils tolèrent dans une certaine mesure de bonnes relations commerciales entre la Chine et Israël, les faucons de Washington ont décidé de passer à l’offensive en forçant Israël à annuler des contrats avec les Chinois allant de l’industrie aérospatiale à la construction d’une usine de dessalement. C’est le prix pour la Chine de prendre le contrôle du port de Haïfa. Car honnêtement, personne n’a de souveraineté au Moyen-Orient sans la tutelle des anciennes puissances.Cela se passe dans tous les coins du monde où il y a des opportunistes qui, sans la moindre dignité, se montrent désireux de devenir collaborateurs

L’axe franco-anglo-saxon n’a pas encore vaincu la mentalité coloniale. Mais à cause de la misère et des erreurs de leurs états encore jeunes, il y en a encore beaucoup qui aspirent au passé, conservent la mentalité des colonisés. Il n’y a pas de domination sans vendus. Cela se passe en Syrie, avec les soi-disant Kurdes – qui ne représentent qu’un groupe ethno-nationaliste très spécifique – ouvrant les portes à l’occupation américaine et au pillage de ressources qui n’appartiennent qu’à la Syrie et aux Syriens. Cela se passe au Liban où les falangistes, les soi-disant nationalistes à la française, signent en masse des pétitions pour redevenir un protectorat. Et cela se passe dans tous les coins du monde où il y a des opportunistes qui, sans la moindre dignité, vivent désireux de devenir collaborateurs. Parce que la souveraineté ne se perd pas comme ça.

Le Liban avant l’explosion de Beyrouth traversait déjà une crise sans précédent. Le jour même de l’explosion du port, l’économie libanaise est entrée en hyper-inflation. Le besoin d’une vie digne, les protestations à peine entendues, le gouvernement aussi corrompu qu’inefficace, a conduit de nombreux Libanais à se jeter dans les bras du colon dans une recherche désespérée d’aide. Et ainsi, avec une classe politique disparue et des promesses empoisonnées, le Liban perd peu à peu ce qui reste de sa souveraineté. Mais le Liban n’est qu’un exemple de plus dans la région.

@AlRodriguezGar

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments