Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Les Kurdes resserrent leurs liens avec Washington pour faire face à Ankara et à Damas

Kurdistan contre aide au pillage pétrolier des USA . Faudra-t-il une présence permanente des USA pour créer un Kurdistan ou une fois de plus quand les Kurdes auront fait le travail des USA, ils seront lâchés (note et traduction de Danielle Bleitrach)

L’identité culturelle du Moyen-Orient, où leur peuple a vécu pendant un siècle sans État, a donné aux Kurdes une vocation particulièrement forte à poursuivre leur lutte pour l’indépendance au cours des dernières décennies, et les stratèges politiques américains en ont pleinement profité. C’est pourquoi les Kurdes ont reçu un endroit sur la carte pour établir leur propre État indépendant du Kurdistan dans les plans américains pour le Grand Moyen-Orient (MENA), qui servirait de nouvel allié contrôlé par Washington avec une population de 30 millions d’habitants, et devrait son existence aux États-Unis. Pourtant, pouvoir compter sur des groupes armés kurdes financés par les États-Unis pour faire face aux problèmes de sécurité régionale ne serait qu’une des tâches que la Maison Blanche prévoit d’attribuer à cet État kurde, étant donné que les Kurdes ont prouvé qu’ils étaient capables de combattre et ont démontré leur engagement à atteindre des objectifs militaires. L’État pourrait également être utilisé pour maintenir un équilibre des pouvoirs favorable au Moyen-Orient du point de vue de Washington, entre la Turquie, l’Iran, l’Irak et une partie de la patrie historique des Kurdes en Transcaucasie orientale entre les rivières Kur et Araxès, où ils ont vécu pendant des siècles.

Afin de s’emparer du territoire syrien et irakien où le Kurdistan pourrait s’établir à l’avenir sans violer le droit international, les États-Unis ont utilisé leur combat contre DAESH (interdit en Russie), qui avait pris toute la région historique géoculturelle traditionnellement habitée par le Kurdes au Levant. Washington prévoyait de soutenir le conflit kurde-turc entre la République de Turquie et divers groupes d’insurgés kurdes luttant pour obtenir l’indépendance du Kurdistan du Nord dans l’est et le sud-est de la Turquie. Washington se devait sûrement d’avoir son propre «plan kurde» pour l’Iran comme celui de la Turquie, où les Kurdes représentent 9% de la population du pays.

Après la destitution de Saddam Hussein par les Américains en 2005, une région autonome du Kurdistan a été créée en Irak, et des politologues américains ont rédigé une nouvelle constitution pour un «Irak libre», qui a attribué le poste présidentiel à un Kurde. Depuis lors, le président irakien a dû être un Kurde ethnique dans le cadre du nouvel accord de partage du pouvoir, bien que les Kurdes ne représentent que 16% de la population irakienne.

Après que le président Barack Obama ait envoyé des troupes américaines en Syrie en 2015, les Kurdes ont servi d’alliés les plus fiables des États-Unis dans ce pays pendant un certain temps, dévoués à leur cause dans la lutte contre DAESH au Levant. Les États-Unis ont fourni aux Kurdes des armes et de l’entraînement et les ont utilisés dans la guerre contre DAESH.

Cependant, les Kurdes ont été trahis à maintes reprises au cours de l’histoire comme des pions dans un jeu d’échecs politique joué par les «grandes puissances», et l’histoire s’est répétée. Trop souvent, les Kurdes ont dû faire la majeure partie du travail , et à la fin n’ont pu que constater que le prochain mouvement scellait un destin inéluctable, et ils devaient être offerts en sacrifice pour l’échec et mat. C’est exactement ce qui s’est passé après la décision de Trump de retirer les troupes américaines et de laisser les Kurdes déchirés par la Turquie en Syrie et en Irak.

Cependant, les Kurdes ont objectivement un outil très important et «bien huilé», qu’ils peuvent désormais utiliser comme levier dans la situation actuelle pour essayer de regagner l’affection de Washington. Ce n’est un secret pour personne que les réserves de pétrole et de gaz de la Syrie ont alimenté le conflit prolongé dans ce pays. Et les régions avec des réserves de pétrole et de gaz sont récemment passées des mains des terroristes aux Kurdes.

Dans ces circonstances, les récentes opérations américaines en Syrie se sont concentrées sur la stimulation du séparatisme kurde avec de l’argent provenant du commerce illégal de pétrole syrien à partir de brut extrait à l’est de l’Euphrate. Depuis mai, les États-Unis accélèrent le transfert de personnel militaire et d’armes dans la région sous le contrôle du Parti de l’Union démocratique (PYD), une branche syrienne du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), et intensifient leurs travaux. créer des infrastructures pour un État kurde, dont le centre administratif choisi par les Kurdes est la ville de Tabqa sous contrôle kurde, à 40 km à l’ouest de Raqqa. C’est pourquoi le Pentagone a commencé à transférer activement du personnel militaire, des armes et du matériel militaire du territoire irakien vers le gouvernorat d’al-Hasakah contrôlé par le PYD. Les forces américaines transfèrent des véhicules blindés accompagnés de drones à travers la frontière de Bara (Irak) et d’al-Hawl (Syrie) vers la base aérienne de Tal Baydar. L’armée américaine a également amené des convois de spécialistes du pétrole et du gaz du Canada, d’Arabie saoudite et du Koweït dans le nord de la Syrie, qui prévoient de maximiser la production pétrolière, ce qui mettra en pratique les plans de Washington, permettant l’établissement d’un «Grand Kurdistan» sur la Syrie, Territoire irakien, iranien et turc. Il y a eu de nombreux rapports publiés par divers médias, ainsi que des images satellite du ministère russe de la Défense, qui montrent des Américains se livrant à la production de pétrole sur le territoire syrien et le pétrole étant ensuite emporté par des camions-citernes pour l’exportation,

Les États-Unis ont commencé à créer une unité spéciale de coordination en Syrie pour garder les champs de pétrole à l’est de l’Euphrate, qui comprenait des combattants arabes de souche des Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance dans la guerre civile syrienne composée principalement de kurdes, arabes, et les milices assyriennes / syriaques, dont l’épine dorsale est constituée par les unités de protection du peuple kurde. Le 30 juillet, le sénateur américain Lindsey Graham a rapporté que des représentants politiques des Kurdes syriens avaient signé un accord avec une compagnie pétrolière américaine pour moderniser des champs pétrolifères dans des régions du nord-est de la République arabe syrienne qui sont sous le contrôle des Forces démocratiques syriennes à prédominance kurde. afin de renforcer les liens commerciaux avec Washington.

Pendant ce temps, les dirigeants des Forces démocratiques syriennes (FDS) composées de groupes paramilitaires kurdes ont embauché des lobbyistes à Washington afin de garantir une meilleure protection face aux forces armées turques lors de leur opération militaire «Claw-Eagle» et d’éviter de tomber. en vertu de la «César Act», qui est entrée en vigueur en Amérique au cours de l’été, interdisant toutes relations avec Damas officiel. Selon le Foreign Lobby Report, c’est ce qui a motivé les dirigeants kurdes à signer un contrat avec l’éminent avocat Ayal Frank et sa société AF International pour obtenir un lobbying pour leurs intérêts au Congrès et dans l’administration du président Donald Trump. L’accord comprendrait des services de conseil, l’élaboration d’un plan d’interaction avec les agences gouvernementales et les médias aux États-Unis,

Reste à savoir si ces actions menées par les FDS pour renforcer les liens avec Washington et perpétrer le vol du peuple syrien par les États-Unis renforceront l’autorité de cette alliance kurde, dans un pays où les Kurdes espèrent continuer à vivre, même si cela signifie continuer à endurer la présence militaire américaine illégale. Ou verrons-nous Washington abandonner à nouveau ses alliés kurdes, une fois qu’ils auront terminé la tâche d’aider l’Amérique à piller la Syrie?

Vladimir Danilov, observateur politique, exclusivement pour le magazine en ligne « New Eastern Outlook ».

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments