Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Hiroshima et Nagasaki : 75e anniversaire d’un crime atomique épouvantable

De Cuba, ce magnifique texte du Dr Leyde E. Rodríguez Hernández qui appelle à la vie contre la mort , celle que les USA ont osé porter et alors qu’ils semblent aujourd’hui être en capacité de renouveler leur abominable exploit. Cet appel à la conscience humaine, lancé par Fidel en désignant un enjeu fondamental de coopération pour sauver la planète et l’espèce humaine contre la folie d’une poignée de capitalistes criminels et leur bras armée les USA (note et traduction de Danielle Bleitrach pour Histoire et societe)

3 août 2020 – cubaporlagaz

Dr Leyde E. Rodríguez Hernández. Collaborateur du Mouvement cubain pour la paix et la souveraineté des peuples (Movpaz)

Cette année marque le 75e anniversaire d’un crime horrible: l’utilisation, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, de l’arme atomique contre les villes japonaises d’Hiroshima et Nagasaki.

Avec notre engagement conséquent en faveur de la paix, nous nous souvenons du fait qu’il n’est pas possible d’oublier le génocide des 6 et 9 août 1945, lorsque l’armée de l’air des États-Unis a délibérément lancé le feu nucléaire qui a réduit Hiroshima pacifique en cendres, brûlant instantanément plus de 25 000 personnes. Et quelques jours plus tard, comme si de rien n’était, la même action de terrorisme d’État contre son voisin Nagasaki a été répétée, avec plus de 13.000 victimes. Les estimations varient considérablement d’une source à l’autre, mais on estime qu’entre 150 000 et 250 000 personnes sont mortes à la suite des deux événements.

Dans la période qui a suivi, les conséquences des radiations nucléaires ont causé la population locale une lente agonie. Année après année, plus de 330 000 personnes ont souffert de maladies mortelles causées par le champignon atomique. Les dossiers scientifiques et les anecdotes des survivants de l’Holocauste s’accordent à dire que lorsque le bombardier américain a lancé l’engin explosif – ironiquement nommé Little Boy (petit garçon) – à Hiroshima, une région d’importance militaire pour l’armée japonaise, l’atmosphère raréfiée a immédiatement émis des radiations atteignant 300 000 degrés Celsius, une température dix fois plus élevée que celle libérée par le Soleil.

Et dans un rayon d’environ un mile autour du site de l’explosion, les corps sont devenus des fossiles sur un tapis de braises, les survivants désespérés ont essayé de boire de l’eau, mais le précieux liquide a été contaminé par la pluie chaude et visqueuse chargée de matières radioactives. En revivant la scène de ce moment écrasant, à chaque anniversaire, les Japonais et l’humanité sensée se souviennent de la tragédie avec une minute de silence ressenti comme un écho sans fin dans toutes les latitudes d’Est à l’Ouest.

Le bilan historique de ce crime contre l’humanité montre que le bombardement d’Hiroshima et de Nagasaki n’a pas été dirigé contre le Japon. Les habitants de l’archipel ont subi des pertes humaines et matérielles, mais le mouvement inexorable de la politique internationale a démontré le véritable but de la soi-disant « diplomatie du chantage nucléaire » dirigée par le président américain Harry Truman. Son objectif calculé était d’intimider l’Union soviétique, car le premier État socialiste du monde avait joué un rôle de premier plan, disons essentiel, dans la victoire contre le fascisme en Europe et deviendrait l’une des principales superpuissances du système international du XXe siècle.

Lorsque nous évoquons Hiroshima et Nagasaki, le passé nous emmène main dans la main vers un présent qui reste menacé par l’existence approximative de 13 400 ogives nucléaires détenues par neuf pays possédant ces armes mortelles. Selon les données publiées par le Stockholm International Institute for Peace Studies (SIPRI) au début de 2020, on sait que les États-Unis et la Russie ont plus de 90% de ces armes et que par rapport aux près de 70.000 ogives de l’ère de la guerre froide dans les années 1980, les armes d’aujourd’hui ne représentent qu’un cinquième, mais assez pour détruire la planète Terre à plusieurs reprises et provoquer un changement climatique mondial définitif.

Ajoutez à cette énorme puissance destructrice les conflits armés dévastateurs entre les différentes nations et entre les factions qui s’y trouvent, qui se poursuivent au milieu d’une pandémie mondiale de Covide-19, sous l’influence d’intérêts géopolitiques mesquins et de domination politico-militaire, qui empêchent un cessez-le-feu mondial et pourraient conduire au déclenchement d’une guerre avec des armes nucléaires. Est-ce que cela est imaginable?

Par conséquent, l’ère actuelle se caractérise par l’existence d’énormes menaces pour la paix et la sécurité internationales. L’arme nucléaire est la principale menace et intègre un facteur de force dans la politique étrangère des grandes puissances, empêchant la transformation démocratique des relations internationales.

Les États-Unis, la même superpuissance qui a imposé le blocus économique, commercial et financier le plus long, le plus illégal et le plus injuste au peuple cubain, causant d’énormes dommages humains, se sont livrés à d’intenses activités politiques et de propagande pour détruire le multilatéralisme dans les relations internationales. Avec sa politique dévastatrice, l’administration de Donald Trump a démantelé le système de traités et d’accords internationaux qui a jeté les bases de l’architecture de sécurité internationale après la Seconde Guerre mondiale.

En correspondance avec cette orientation militariste et unilatéraliste, elle a rompu ses responsabilités avec le Traité sur les armes nucléaires à moyenne et courte portée (INF) en 2019, et l’accord nucléaire à cinq puissances avec l’Iran, appelé Groupe 5+1, poursuit l’expansion de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) à l’est et du système antimissile américain aux frontières de la Russie.

Cette situation dangereuse ne surprend pas les gens bien informés. Il est bien connu que les États-Unis sont le principal promoteur de l’amélioration des armes nucléaires, de la militarisation du cyberespace et de l’espace extra-atmosphérique. Le développement de l’arme nucléaire et le processus de désarmement entre les grandes puissances se sont accompagnés de nouvelles avancées technologiques dans le domaine de la stratégie militaire. Les armes nucléaires d’aujourd’hui sont beaucoup plus sophistiquées que celles lancées sur Hiroshima et Nagasaki.

Le « Nuclear Posture Review » adopté par l’administration de Donald Trump a laissé ouverte la possibilité d’utiliser l’arsenal nucléaire américain. La prétendue grandeur de l’Amérique est comparée à la puissance de ses armes nucléaires. L’aberration et l’immoralité de Tamaña préconisent non seulement la permanence d’une structure d’un système nucléaire international, mais encouragent également le développement d’une distribution de puissance mondiale basée sur la prolifération nucléaire ou le veto à l’unité des acteurs qui atteignent la dimension maximale de la puissance militaire par le biais d’armes nucléaires.

Les armes nucléaires et les systèmes de défense antimissile représentent aujourd’hui une grave menace pour la stabilité et la sécurité internationales, car ils stimulent la course aux armements et augmentent les dépenses militaires. La lutte pour son interdiction et son élimination totale devraient être la priorité absolue dans le domaine du désarmement. La seule garantie absolue d’éviter la répétition de l’expérience cruelle d’Hiroshima et Nagasaki réside dans l’élimination totale des armes nucléaires, considérant qu’elles constituent la panoplie la plus dangereuse, destructrice et aveugle parmi tous les moyens de guerre qui existent aujourd’hui.

Les conceptions militaristes américaines cherchent à justifier l’utilisation d’armes nucléaires dans la « stratégie de dissuasion nucléaire » et dans la fausse croyance qu’un « premier coup d’État nucléaire » pourrait frapper en toute impunité pour d’autres puissances rivales. En raison de ses conséquences humanitaires catastrophiques, l’utilisation d’armes nucléaires signifierait une violation flagrante des normes internationales, y compris celles liées à la prévention du génocide et à la protection de l’environnement.

L’utilisation d’armes nucléaires est un crime de guerre. Il n’est pas possible de limiter les effets dévastateurs de ces armes qui se propagent durant des décennies. L’arme nucléaire est un affront aux principes éthiques et moraux qui doivent régir les relations entre les nations, mais aussi un conflit nucléaire signifierait la disparition de la civilisation humaine. D’où l’importance de stimuler l’activisme de l’opinion publique internationale en faveur du désarmement et, en particulier, de l’élimination totale des armes nucléaires. Cette revendication n’est pas seulement un devoir, mais aussi un droit légitime des peuples.

Le maintien et la modernisation des armes nucléaires consomment des ressources excessives qui pourraient et devraient être utilisées pour le développement économique, la création d’emplois, la réduction de la pauvreté et la faim, la solution des problèmes de santé, l’éradication de l’analphabétisme, la prévention et la confrontation avec les catastrophes naturelles causées par le changement climatique mondial. Ces ressources doivent être réorientées vers la réalisation des objectifs de développement durable, contenus dans l’Agenda 2030, et la lutte contre la pandémie de COVIDE-19 qui afflige l’humanité.

Mais c’est le contraire, c’est que les États-Unis arrivent en tête de liste des dix pays ayant les dépenses militaires les plus élevées en 2020, précisément dans le contexte de la crise sanitaire mondiale, dans laquelle ils sont également l’épicentre de la pandémie de COVIDE-19 avec plus de 150 000 morts en juillet 2020.

Face à cette réalité, il ne faut pas oublier que l’Amérique latine et les Caraïbes ont été la première région densément peuplée au monde établie comme une zone exempte d’armes nucléaires, en vertu du Traité de Tlatelolco. Et c’est la première région officiellement proclamée « zone de paix », à l’occasion du deuxième Sommet de la Communauté des États d’Amérique latine et des Caraïbes (CELAC), qui s’est tenu à La Havane, à Cuba, en janvier 2014. La proclamation de la zone de paix comprend l’engagement de tous les États de la région à aller vers le désarmement nucléaire en tant qu’objectif prioritaire et à contribuer au désarmement général et complet.

L’adoption, le 7 juillet 2017, du Traité des Nations Unies (ONU) sur l’interdiction des armes nucléaires a représenté une étape historique qui doit être défendue par les États et les peuples épris de paix. Cet instrument établit un nouvel état de droit international en interdisant les armes nucléaires en toutes circonstances.

75 ans après les bombardements atomiques criminels contre Hiroshima et Nagasaki, dans notre mouvement, nous sommes convaincus qu’un monde de paix et pas d’armes nucléaires est possible et nécessaire pour la préservation de notre espèce. Pour y parvenir, comme l’a exprimé le fondateur de la Révolution cubaine, Fidel Castro Ruz : « un saut dans la conscience de l’humanité est essentiel ».

Construisons un système international multipolaire sans armes nucléaires, dont les dimensions de puissance laissent le facteur militaire, en se concentrant sur les connaissances scientifiques et les possibilités infinies d’amélioration humaine. Ce n’est qu’ainsi que l’agenda de la paix pourra être avancé dans la solidarité, la coopération et le respect de la souveraineté des peuples.

Nous défendons sans relâche le droit à la vie en harmonie avec la nature, notre mère Terre.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments