Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Quand les bolcheviks ont vaincu le typhus

Chaque fois que l’on est confronté à l’oeuvre titanesque de l’URSS, ce qu’elle a dû affronter et les leçons que nous pouvons en tirer encore aujourd’hui, l’indignation nous soulève sur la manière dont a été nié ce pas de géant de l’humanité accompli dans des conditions surhumaines. Ils ont vaincu l’épidémie et la contre révolution en créant un système de santé à l’époque sans équivalent dans le monde. Face à la situation de pays qui vivent encore à cause du capital des drames équivalents, mais aussi face à l’épidémie en France, en Europe, aux USA, ces leçons gardent leur pertinence. Cette analyse qui vient d’Argentine nous décrit ce qui a été accompli et ce qui devrait être fait (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoire et société).

La construction d’hôpitaux et l’éducation sanitaire ont permis d’éviter des milliers de décès dus au typhus et de maîtriser cette épidémie. Pour ce faire, ils ont centralisé leurs ressources en fonction des besoins de la grande majorité.

Juan Paz Médecine (Université nationale de Tucuman)

Mardi 14 avril | 12 h 05 https://www.laizquierdadiario.com/Juan-Paz

Photo: Hôpital pour l’isolement des patients. 1920

Le typhus est une maladie infectieuse causée par la bactérie Rickettsia Prawazekii et transmise par les poux des vêtements (Pediculo Humanas Corporis). Il est actuellement endémique dans les pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique du Sud et est lié à de mauvaises conditions sanitaires de base. Cette maladie est traitée avec des mesures d’hygiène et avec un antibiotique appelé Doxycycline, qui a été breveté en 1957 et a permis de réduire considérablement la mortalité due à cette maladie. Mais avant la découverte de ce médicament, l’humanité a subi des milliers de morts avec des épidémies majeures de cette maladie, dont la dernière s’est produite sur le front oriental de la Première Guerre mondiale.

Déchaîné le carnage humain de la Grande Guerre, de la Serbie à la Russie, Typhus a laissé les soldats hors de combat, soit parce qu’ils sont tombés malades, soit parce qu’ils sont morts dans les tranchées. Avec la révolution bolchevique et la prise du pouvoir par les Soviétiques, des négociations de paix ont commencé à être signées à Brest-Litovsk en mars 1918. Pour le jeune gouvernement révolutionnaire, il fallait mettre fin à la guerre impérialiste et pouvoir ainsi avancer dans la voie socialiste, combattre la faim, le retard matériel et la maladie.

Pendant cette période, l’Union soviétique était isolée des autres pays et intérieurement, la famine, la guerre civile et l’épidémie de typhus ont aggravé la détérioration matérielle des masses. Les rapports du Dr Fedorov ont enregistré 47 333 cas à Petrograd, dont 9,2% sont morts entre 1918 et 1922. Dans toute l’URSS, environ 4 millions de personnes ont été touchées et pendant la guerre civile, cette maladie n’a pas choisi son camp, les armées rouge et blanche ont été affectées.

L’année cruciale a été 1918, lorsque les établissements de santé publique se sont effondrés et que les poux ont connu pour la première fois une mobilité sans précédent. Sans opération de santé publique, les services manquaient de données fiables sur l’apparition du typhus et d’autres maladies transmissibles.

Source: Sysin, ‘Epidemii & Rossii 1914-22 godakh’, Vrachebnaya gazeta, 1927

Source: Pletnev, Sypnoi tif, 2e éd., Moscou, Knizhnaya pomoshch, 1922.

Lénine a estimé que le problème de l’épidémie de typhus concernait la santé publique et qu’il s’agissait d’une tâche clé pour la construction et le développement de l’État prolétarien. En 1919, il s’adresse au VIIe Congrès des travailleurs et des paysans avec les mots suivants:

Un troisième fléau nous attaque, les poux et le typhus qui abattent nos troupes. Camarades, il est impossible d’imaginer la terrible situation dans les régions du typhus, où la population est brisée, affaiblie, sans ressources matérielles, où toute vie, toute vie publique cesse. À cela, nous disons: «Camarades, nous devons tout concentrer sur ce problème. Soit les poux vaincront le socialisme, soit le socialisme vaincra les poux! … Il faut que chaque ouvrier, chaque organisation, chaque institution en tienne compte à chaque réunion. Si nous sommes capables de fournir des céréales, si nous pouvons augmenter l’approvisionnement en carburant, si nous consacrons tous nos efforts pour éliminer le typhus en Russie, qui vient du manque de culture, de la pauvreté, du retard et de l’ignorance. Si nous nous consacrons à cette guerre sans effusion de sang,.

En juillet 1918, le Commissariat du Peuple à la Santé Publique “Narkomzdrav” fut créé, en désignant le docteur Nikolai Semashko, comme celui d’où les forces se concentraient pour améliorer les conditions d’existence matérielle et culturelle des masses. En principe, les praticiens libéraux se sont opposés au Commissariat à la Santé naissant, mais le manque de «clients» dû à la pauvreté et la nécessité de centraliser les politiques de santé contre les épidémies les ont conduits à collaborer avec les bolcheviks. Lénine le rapporta au septième congrès:

Il y a encore des médecins, bien sûr, qui ont des idées préconçues et n’ont aucune confiance dans le gouvernement ouvrier, qui préfèrent facturer des honoraires aux riches plutôt que de mener la dure bataille contre le typhus. Mais ceux-ci sont minoritaires, ils sont de moins en moins nombreux, et la majorité voit que les gens se battent pour leur propre existence, ils se rendent compte qu’avec leur combat, les gens veulent résoudre la question fondamentale de la préservation de la civilisation. Ces médecins se comportent dans cette affaire difficile avec autant de dévouement que les spécialistes militaires. Ils sont prêts à se mettre au service des travailleurs. Je dois dire que nous commençons également à sortir de cette crise. Le camarade Semashko m’a donné des informations sur ce travail. Selon les nouvelles du front, 122 médecins et 467 assistants étaient arrivés au front le 1er octobre. Cent cinquante médecins ont été envoyés de Moscou. Nous avons des raisons de croire que d’ici le 15 décembre, 800 autres médecins seront arrivés en première ligne pour participer à la lutte contre le typhus..

Les mesures sanitaires étaient basées sur le contrôle de la propagation du typhus par le contrôle des vecteurs (poux), l’isolement des malades, l’éducation sanitaire et l’utilisation de produits chimiques pour repousser l’entrée des poux dans le corps. Les vêtements des gens, ainsi que les uniformes des soldats, ont été emmenés dans un grand stérilisateur à vapeur pour tuer les poux et détruire leurs œufs.

Des douches chaudes, des bains, du savon fort, des huiles de noix de coco et de la térébenthine (surnommée Semashkina) ont été fournis. Le naphtalène et les pyréthrines ont été largement utilisés pour l’épouillage (plus tard remplacés par le DDT).

Le gouvernement soviétique a créé quelque 250 000 lits pour les patients atteints du typhus et érigé quelque 300 stations d’isolement et de désinfection le long des voies ferrées et des voies navigables. Des centaines de détachements de toilettes et de désinfection ont été créés dans l’armée pour expulser les troupes. Les patients ont été contrôlés cliniquement et leurs soignants ont été informés de toutes les mesures et précautions nécessaires pour éviter les infections et les complications. Des trains sanitaires d’épouillage ont été créés, parcourant tout le front soviétique, transférant les patients vers les principaux hôpitaux pour la thérapie nécessaire en fonction de la gravité. Les usines disposaient de salles d’assistance avec médecins et de salles de bain pour l’hygiène personnelle.

Des trains sans poux transportant des patients atteints de typhus

Propagande soviétique pour l’hygiène personnelle dans les usines.

Avec l’amélioration des conditions matérielles, la construction d’hôpitaux et l’éducation sanitaire, des milliers de décès dus au typhus ont été évités et cette épidémie maîtrisée. Pour ce faire, ils ont centralisé leurs ressources en fonction des besoins de la grande majorité, et alors qu’à cette période historique, le développement de la science et de la technologie n’était pas aussi avancé qu’aujourd’hui. Le typhus n’était plus un problème pour la population européenne après l’utilisation du DDT en 1939 et la découverte de la Doxycycline, un antibiotique très peu coûteux.

Cette maladie n’existe que dans les pays où les conditions de vie sont très mauvaises en raison du capitalisme qui commercialise la santé et la science depuis des décennies. Cette marchandisation a conduit à une augmentation des profits et à une accumulation capitaliste de l’industrie pharmaceutique et scientifique. Tous les progrès ont eu pour objectif de profiter économiquement à un petit secteur de la société avec un bénéfice résiduel dépendant de l’accessibilité économique des personnes.

La pandémie COVID-19 montre le visage le plus brutal et inhumain de ce système, car dans divers pays, la commercialisation de la santé et de la science pharmacologique empêche des millions de personnes d’accéder aux ressources de santé faute d’argent ou que le développement d’un vaccin contre la pandémie libère la concurrence entre les centres de recherche du monde entier pour une activité potentiellement très rentable pour l’industrie pharmaceutique. Les bolcheviks, malgré le retard scientifique, économique et culturel, ont démontré qu’avec la nationalisation et la centralisation des ressources sanitaires, des réponses sanitaires efficaces aux maladies épidémiques peuvent être apportées.

Aujourd’hui, avec tout le développement de la science et de la technologie dans le domaine de la santé, il est essentiel de prendre ces politiques et de les mettre en œuvre pour la grande majorité.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments