Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

LA COURSE AU VACCIN

Nombreux sont ceux qui ont vu dans la manifestation intervenue en Allemagne ce weekend contre les mesures de protection face à l’épidémie, un symbole de révolte positive. Simplement parce qu’ils ont conscience que nos gouvernants profitent de l’épidémie pour poursuivre leur destruction de nos droits. Et à partir de ce ressenti juste ils sont prêts à publier et à diffuser les pires délires obscurantistes, ceux des fascistes américains, par exemple contre les vaccins, alors que l’on sait que l’efficacité de celui-ci augmente avec le nombre de gens vaccinés. Ces crétins ont réussi à faire à nouveau de la rougeole une maladie mortelle. Ils n’ont jamais vu dans des villes africaines des jeunes êtres marcher à quatre pattes sur les genoux et les coudes simplement faute d’un vaccin contre la poliomyélite.

Donc à partir d’une vague conscience juste d’être privés de leurs droits à la santé, à une vie digne, ils perdent leur temps à papoter sur le masque, sa pseudo nocivité et sur celle des vaccins, sur le mode de la rumeur villageoise. A qui cela peut-il servir?

Le pire étant sans doute que personne ne mesure dans ce papotage irresponsable d’internet ce qu’il accomplit. Je viens d’avoir au téléphone une conversation houleuse avec un camarade qui diffuse systématiquement le pire d’une production quasi fascisante sur l’épidémie. Il m’a dit “c’est parce que ça m’interpelle alors je l’envoie pour discuter, comme ça !”… J’ai protesté: “mais est-ce que tu oserais diffuser des tracts fascistes devant une usine? Et que devrais-je te dire si je te voyais faire ça? Ce que tu fais par légèreté, paresse intellectuelle est du même style…Tu te laisses avoir par un titre, les trois premières lignes, tu es devenu incapable d’aller au-delà, c’est une forme de convivialité de l’irresponsabilité!”

Dans un contexte de récession économique sans précédent et que n’a fait qu’accélérer jusqu’au gouffre la Covid-19, on ne sait pas comment enrayer cette épidémie. “”Cette pandémie est une crise sanitaire comme on n’en voit qu’une par siècle et ses effets seront ressentis pour les décennies à venir“, a déclaré le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, au début de la réunion de vendredi. “

Selon la Tribune :

Sur le front médical, signe de la compétition intense entre les Etats, les contrats se multiplient pour tenter de s’assurer un accès à un éventuel vaccin contre le Covid-19. Dernier en date, l’accord annoncé vendredi entre Sanofi et GSK avec les Etats-Unis, pour un financement supérieur à deux milliards de dollars. Les laboratoires français et britannique vont recevoir jusqu’à 2,1 milliards de dollars des Etats-Unis contre la fourniture initiale de 100 millions de doses aux Américains.”

Ce primat des Américains (American first) qui redouble celui des sociétés pharmaceutiques et de la rente de monopole qu’elles espèrent sur la vie et la mort est profondément choquant. Cela revient à percevoir un droit d’entrée dans un abri lors d’un bombardement, droit que certains ne pourront jamais acquitter et qui se combine avec d’autres fléaux dont ils sont alors affligés, chômage, mal nutrition, etc…

Et il faut comparer cette attitude à celle des Chinois qui ont annoncé fournir aux pays du Tiers monde des vaccins gratuits. Se dire qu’il y a dans le socialisme des valeurs mais aussi les moyens d’un effort collectif pour que tous soient égaux devant la maladie. Les USA apparaissent de plus en plus comme ceux qui organisent les droits d’entrée mais aussi tout un battage médiatique autour de la “liberté” individuelle pour faire tolérer l’intolérable…

Il n’y a pas que les USA, c’est tout le système capitaliste, si l’on en croit la Tribune : “

L’Union européenne n’est pas en reste dans l’appropriation: elle a annoncé vendredi avoir sécurisé la réservation de 300 millions de doses de vaccins auprès de Sanofi et de GSK pour 2021. Le montant de ce futur contrat sans obligation d’achat n’a pas été divulgué. Le Japon a quant à lui conclu un accord avec l’alliance germano-américaine Biontech/Pfizer pour s’assurer 120 millions de doses de leur potentiel vaccin contre le Covid-19.

Des opérations similaires se multiplient à travers le monde et cette compétition est polémique, car elle pose la question de l’accès des pays en voie de développement au vaccin, qui n’ont, pour leur part, pas les moyens de financer des contrats si importants, nourrissant les craintes de les voir servis en dernier. dans le cas où ce seraient ces laboratoires et leurs bailleurs de fond qui l’emporteraient.

On n’appartient pas impunément à un tel monde de la concurrence, de l’individualisme forcené et ce monde-là a fabriqué nos propres réactions jusqu’à ceux qui comme des fascistes crient au nom de leur liberté “Vive la mort”…

Dans ce contexte, il y a d’autres FAITS.

La Chine et la Russie qui annoncent non seulement le vaccin pour l’automne mais sa gratuité (pour les Russes par la Russie) et pour les pays en voie de développement pour les Chinois ont vu aussitôt les Etats-Unis contester la fiabilité de ces vaccins en les accusant de ne pas avoir accompli les tests nécessaires.

On va probablement assister selon les mœurs des pays capitalistes à des campagnes de dénigrement des vaccins russes et encore plus chinois, une étape supplémentaire à ce à quoi on assiste depuis les débuts de la pandémie visant à stigmatiser la Chine voire l’OMS.

Nous pouvons nous attendre dans un tel contexte à des délires dans lesquels les maniaques des peurs irrationnelles se feront les vecteurs criminels d’un enjeu concurrentiel tout en imaginant soit défendre la liberté des individus menacés par le totalitarisme, soit se prendre pour des révolutionnaires contre les firmes pharmaceutiques, un comble, alors que la coopération devrait être la règle et en tous les cas l’exigence d’un vaccin pour tous.

Certains continueront simplement par irresponsabilité, par paresse intellectuelle à diffuser les tracts d’une société mortifère et fascisante sans s’interroger sur ce qu’ils font.

Il y a des moments où le crétinisme devient inexcusable. Mais pour être positive, je pense qu’il y a deux grandes questions que pose cette épidémie: la première est celle du refus de la guerre sous quelque forme qu’elle se présente. La seconde est l’exigence d’un véritable système de santé et de recherche avec contrôle public et transparence en s’appuyant en priorité sur son personnel et ses revendications. Parfois le simple bon sens devrait suffire…

Danielle Bleitrach

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments

Très salutaire ! Maintenant je saisis mieux le sens de mon travail pour retrouver la source (souvent odieuse) d’informations “émotionnelles” diffusées par mes amis, pourtant militants.

Dans le même esprit, que dire des appels à la restauration de la vie culturelle “comme avant” ? Quels seraient les critères d’une culture dont “les travailleurs” et “le monde à construire après” auraient besoin ? Tout autre chose que le nombrilisme artistique actuel…