Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Un journalier meurt après un coup de chaleur et est abandonné devant un centre de santé

Saluons cet homme assassiné et laissé même pas comme un chien agonisant, lui que comme tant d’autres on exploite au delà des limites de l’être humain et voyons si une telle barbarie peut se poursuivre encore longtemps … (note et traduction de Danielle Bleitrach)

2 août 2020

Son corps presque sans vie a été abandonné par une camionnette devant un centre de santé avec personne à ses côtés, il a agonisé là.

Un homme qui avait environ la cinquantaine est décédé ce samedi dans la ville de Murcie de Lorca après avoir subi un coup de chaleur, a rapporté le 112.

Le centre de coordination d’urgence de la région “ 1-1-2 ” de Murcie a reçu un appel à 15h37 du service d’urgence du centre de santé de Sutullena, demandant d’urgence une ambulance médicale. Dans l’appel, ils rapportent qu’une camionnette a laissé au centre un homme inconscient, dans la cinquantaine et portant des vêtements de travail, avec un possible coup de chaleur et que personne n’était à ses côtés.

Le défunt a été sorti d’une camionnette, présentant les symptômes d’un éventuel coup de chaleur et il a été transféré à l’intérieur du centre de santé. Personne n’était resté à ses côtés. Une unité mobile d’urgence de la gestion des urgences et des urgences sanitaires a assisté l’homme, décédé des suites d’un coup de chaleur.

Il pourrait s’agir d’un travailleur agricole, selon les mêmes sources, de sorte que la police nationale et l’Institut de sécurité et de santé au travail de la communauté murcienne en ont été informés.

La région de Lorca était en alerte orange depuis 12 heures samedi en raison des températures élevées, comme le reste de la communauté murcienne, à l’exception de la région de Campo de Cartagena.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments

Très malheureux ce drame qui aurait pu être évité si l’entreprise qui l’employait était plis soucieuse de ses travailleurs ?