Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Affaire Samia Ghali : des perquisitions à la métropole Aix-Marseille et à la région Paca

L’idée du renouveau marseillais est fortement entaché par la présence de ces gens-là en tant qu’adjoint, le fait que lui a été confiée la gestion d’Euroméditerranée (1) et la possibilité de fait d’une corruption avec le Maghreb, l’Algérie… Bien des communistes eux s’étonnent que Coppola ait non seulement accepté un poste d’adjoint à la culture (sic) à ses côtés, mais n’ait toujours pas porté plainte contre les malversations électorales, le bourrage d’urnes qui ont permis à Samia Ghali, les siens (le système Guerini) avec l’aide du PS national (Olivier Faure flanqué de Ségolène Royal, mais aussi Collomb, Valls, Guerini) de rentrer en force à la mairie, voire de maintenir en état la métropole parce qu’avec ces gens-là effectivement les frontières entre la droite et la gauche ne sont plus que convention. Que fait le PCF avec ces gens-là? Le scandale est infiniment plus fort et plus lourd de conséquences pour les couches populaires que Vitry et pourtant aucune commission d’enquête, aucune dénonciation au CN? L’écœurement, la dépolitisation des couches populaires va avec le clientélisme mafieux (note de Danielle Bleitrach).

Après la perquisition au domicile de Samia Ghali hier à Marseille, les enquêteurs se sont intéressés aujourd’hui au service urbanisme de la Métropole Aix-Marseille et aux dossiers associatifs de la région Paca, ont annoncé nos confrères de Marsactu. Publié le 21/09/2017 à 16h52 • Mis à jour le 12/06/2020 à 20h06

Bouches-du-RhôneMarseille Le parquet national financier poursuit son enquête sur la sénatrice socialiste Samia Ghali. Après la perquisition à son domicile hier quartier du Roucas Blanc à Marseille, les enquêteurs se sont rendus aujourd’hui à la région et à la métropole pour réaliser de nouvelles perquisitions, annoncent nos confrères de Marsactu.

Des subventions accordées à la famille de Samia Ghali

Ils auraient notamment fouillé le service urbanisme de la métropole Aix-Marseille qui est situé dans le batiment World Trade Center et seraient repartis avec des documents qui concernent la villa de Samia Ghali. L’élue a été vice-présidente de la communauté urbaine Marseille-Provence.

À ce sujet, la rédaction vous recommande

Marseille : les motifs de l’enquête préliminaire concernant Samia Ghali
Ils sont également allés visiter le siège du conseil régional Paca pour consulter les dossiers relatifs aux associations. Ils rechercheraient des éléments sur des subventions accordées à des membres de la famille de Samia Ghali, lorsque celle-ci était vice-présidente de la région. 

Des documents datant de la précédente mandature ont été saisis

a précisé une source à l’AFP. 

Une villa à 1,35 million d’euros

Les vérifications de la justice portent notamment sur l’acquisition par Samia Ghali et son conjoint, le 12 mars 2010, de leur maison, pour un montant de 1,35 million d’euros. La demeure comporte notamment une piscine, construite de façon illicite par l’ancien propriétaire, mais régularisée ensuite par le couple, après que le Plan local d’urbanisme a été modifié.

“Un circuit pour distribuer de l’argent”

Les enquêteurs passent par ailleurs au peigne fin des subventions accordées par la région, à l’époque où la sénatrice y avait des responsabilités. Lors de l’enquête sur les malversations de l’ex-députée PS Sylvie Andrieux, condamnée pour avoir distribué des subventions à des associations fictives en échange de voix dans les quartiers nord de Marseille, l’un de ses proches avait évoqué en garde à vue le nom de Mme Ghali, affirmant qu’elle aurait eu “son propre circuit” pour distribuer de l’argent. La justice n’avait pas donné suite à ces déclarations.

(1) Euroméditerranée est un établissement public d’aménagement conduisant une opération de rénovation urbaine en cours à Marseille.

Le projet est lancé en 1995 à l’initiative de Robert Vigouroux, maire de Marseille, et de l’État. L’accord pour la mise en place d’un établissement public d’aménagement est signé le 26 avril 1994 œuvrant sur un périmètre de 310 hectares. Depuis 2007, « Euroméditerranée Acte 2 » a étendu ce périmètre à 170 hectares supplémentaires, pour couvrir une zone totale de 480 hectares. Ce projet est financé par l’Union européenne, l’État, le conseil régional, le conseil départemental, la métropole et la Ville de Marseille.

Parmi les réalisations à l’initiative d’Euroméditerranée : la rénovation des Docks en bureaux, la rénovation du Silo en salle de spectacle, la construction de la tour CMA-CGM de 33 étages. Le budget de l’opération s’élève à 7 milliards d’euros d’investissements dont 5 milliards d’investissements privés.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments