Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Quelques jours de vacances, et si Maximilien s’était trompé?

La canicule est là et avec elle certains effets dépressifs, le doute sur l’utilité de tout cela… Oui quand il n’y a plus rien auquel croire,le doute est encore une forme de vertu…

Oui! l’abstention est bien le fait central des dernières élections. Autre chose est l’interprétation: ne veut-on pas se convaincre qu’il s’agirait d’un surcroît de conscience d’un peuple trahi par ses élites! Et si l’un et les autres se valaient . Comme le criait avec rage Pasolini : “ce n’est rien d’autre qu’une insécurité vitale, une antique angoisse économique: la règle de notre vie animale”(…) “C’est pourquoi la bassesse est la même chez nous comme aux grises origines et aux derniers jours gris de toute civilisation”.

Je n’ai pas assez pris mes distances, j’ai de la difficulté à renoncer à espérer… Attendre quoi encore après être allée jusqu’à certaines phrases comme un fer rouge, à la douleur fulgurante se mêle alors l’orgueil de ne pas être eux… Les mots de Pasolini à Chiaramonte(1) me remontent dans un haut le coeur: “Ne te fais pas d’illusion : la passion n’obtient jamais le pardon. Je ne te pardonne pas non plus, moi qui vis de passion”

Tout cela ne date pas d’aujourd’hui, peut-être même du jour où tu t’es engagée… même si l’heure des comptes s’approche.

S’étonner que dans cet effondrement historique, chaque peuple ait ses médiocrités intraduisibles… Des foutaises qui paraissent les seules susceptibles de réveiller les passions citoyennes. L’Espagne qui n’en finit pas de se décomposer nous livre des textes immondes sur les mœurs sexuelles des Bourbon, comme si les combats républicains étaient tombés dans le caniveau… De Garcia Lorca nous voici aux bonnes feuilles du Crapouillot… Que dire de la France? Tout se résumerait-il à la promotion de la chloroquine ou aux exploits dits féministes ? Le refus du masque est le symbole de mon indépendance d’esprit, j’en passe et des meilleure… Les enjeux sont devenus microscopiques tandis que nous sommes pris dans la chute de l’empire d’occident.

Les médias, ah! les médias ils sont unanimement,pas un pour sauver l’autre, lancés dans la dernière croisade impériale contre la Chine… Pourtant après les armes de destruction massive, croire un mot de ce genre de campagne c’est croire un paranoïaque mythomane quand il vous décrit celui à qui il veut du mal.

Voilà, il fait chaud, pourquoi témoigner encore? Parce que Cuba résiste, je ne vois que cet argument là qui tienne: si Cuba tient, tu peux les supporter, ils ne sont pas pires que les yankees, soumis de fait à leur influence.

Est-ce notre faute si nous avons été interdits comme des coupables nous qui pensions qu’il existait une issue qui ne soit pas la reproduction du même? Résultat, l’essentiel des souvenirs s’est conservé dans nos seules mémoires et une part importante d’entre eux disparaît à chaque génération.

Et si Maximilien s’était trompé?

Les mains non jointes liées derrière le dos … cette chanson de Reggiani dit bien le travail qui a été opéré sur notre histoire de France: faire douter Robespierre lui-même devant l’échafaud de la nature de son combat. Le peuple n’était peut-être pas une boussole, mais une bande de braillards se vendant à n’importe qui… Il mérite ce peuple français tel qu’il est devenu ses “élites” et son abstention n’est qu’une veulerie supplémentaire lui que l’on a gorgé depuis des années de la haine de la Révolution, que l’on a fait pleurer sur les mérites de Marie Antoinette et d’Olympe de Gouges, le féminisme purement réactionnaire pour social démocrate cherchant caution à ses corruptions… et fait avaler jour après jour la haine des révolutionnaires devenus des “despotes”

Il fait si chaud que j’aurai tendance à penser que dans ce pays, ce pauvre pays, il n’y pas grand chose à faire…

Je suis seul, vous êtes seuls. Dans cette lutte qui est la lutte suprême, parce qu’elle résume toutes les autres, personne ne vous écoute, dit encore Pasolini… Croyez -moi il n’y a rien de plus vrai qu’un verre d’eau fraîche, ajouterais-je…

danielle Bleitrach

(1) Nicola Chiaromonte (1905-1972), essayiste antifasciste ami d’Albert Camus, Hannah Arendt, il prit des positions semblables aux leurs, anticommunistes.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
12 Commentaires
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments

“C’est à la facilité avec laquelle un esprit se satisfait qu’on peut mesurer l’étendue de sa perte” (HEGEL)

Et pourtant je vous dis que le bonheur existe, ailleurs que dans le rêve ailleurs que dans les nues, terre terre voici tes rades inconnues …
Vivre une mutation du monde et non une crise ( Jean Malaury) c’est éprouvant. Je pense souvent à ces générations qui ont vu déferler les hordes nazis et le élites occidentales déjà corrompues. Je n’arrive pas à être désespérée. Malgré une ambiance délétère.
Boire un verre d’eau fraîche. Prendre un peu ( beaucoup ?) de recul et repartir…

Triste texte. Où est la lumière qui justifierait de continuer à combattre et à espérer ? Le peuple.. vaste concept ! J’ai personnellement repris espoir avec les gilets jaunes… Ils ont bien compris dés le début contre qui il fallait lutter et.. ils luttaient pour leur survie ! Rétablir l’impôt sur les grandes fortunes, sortir la guillotine sur les rond-points, réunir toutes les couches sociales en participant à toutes les luttes en cours, réinventer les comités autogéré improvisés sur la place publique (les rond-points)…. J’étais fier de participer à ce mouvement et déçu de voir les syndicats et partis de… Lire la suite »

Je parlais de votre commentaire, pas de Regia I. Désolé pour le malentendu. Je connais 89, et sa suite (j’ai lu la Révolution de Jaurès). Robespierre est de mes amis et la guillotine sur les rond-points n’était pas du folklore. Je dis juste que le peuple parfois, on ne le reconnais pas alors qu’il se tient devant vous en colère. Dommage car ça permet d’espérer.

Bonjour Danielle, Ne vas pas nous péter un câble en cette belle saison estivale. Le rôle des intellectuelles n’est-il pas de discerner et d’éclairer au cœur de “la servitude volontaire” les prémisses d’épisodes plus glorieux comme l’Histoire sait si bien les concocter; 1789, 1830, 1848, 1871, 1936, 1945, 1968 et ils ne sont pas tous là… rien que les franchouillards… alors, tu penses, si on regarde le Monde… Des fois, localement, le temps s’arrête ou ralentit… Les peuples sont d’une patience infinie mais d’une ténacité indéfectible. Sinon, ils ne seraient pas le Peuple. Ne trouves-tu pas que nous prenons un… Lire la suite »

Restons simple: Hasta la Victoria Siempre de toutes façons, nous n’avons jamais eu le choix ni ne l’aurons jamais C’est d’ailleurs ce qui causera leur perte. Autres choses: As-tu remarqué la différence entre les “indiens” d’Amérique et les soviétiques c’est le T34, les orgues et les kalachnikovs plus quelques “bricoles” La conquête de l’Est ne s’est terminée en aucun cas comme la conquête de l’Ouest et Staline n’a jamais tenu le rôle de Sitting Bull dans le cirque de Buffalo Bill. Le soviétisme aura rendu les “tribus” russes invincibles L’empire et ses sbires ne l’avaient pas prévu. Tu vois, tout… Lire la suite »

Churchill / Engels… comme quoi en toute bonne fois, il est possible d’accorder à l’adversaire de classe une pensée perspicace
Rendons à César ce qui appartient à César.
.