Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Les aspirations de l’Ukraine à l’OTAN mèneront la Pologne jusqu’à la Mer Noire

Nous avons dans le cadre de l’effondrement de l’empire américain, occidental en général, les ambitions picrocholines à la turque ou à la polonaise de retrouver un stade antérieur d’expansion maximale, des rêves nationalistes aux dépends de pays en faillite que le pillage impérial a laissé exsangue, l’Otan est le cadre de ces ambitions, une manière d’accompagner l’encerclement de la Russie voire de la Chine… Leurs ambitions se servent de l’UE mais la relation est directe non pas avec les USA mais avec Trump lui-même dont ils partagent les mœurs grotesques et les appétits cyniques. Comme le disent les Chinois face au discours de Pompéo : “l’appétit grandit lorsque la raison décroît (traduction de Marianne Dunlop et note de Danielle Bleitrach).

La Pologne retrouve son influence sur les territoires de l'Est 0  28 juillet 2020, 20:00
Photo: facebook.com/UkraineMFA
Texte: Natalia Makarova,
Andrey Samokhin

https://vz.ru/world/2020/7/28/1052111.html

À Lublin, en Pologne, où la Rzeczpospolita a été autrefois établie, une nouvelle union polono-lituanienne-ukrainienne est annoncée. Le triangle de Lublin deviendra un moyen pour l’Ukraine de se rapprocher le plus possible de l’OTAN. Cependant, la Pologne joue le rôle principal dans cette alliance. Et Varsovie dans ce jeu poursuit de grands objectifs géopolitiques – étendre son influence sur un territoire allant d’une mer à l’autre.

La Pologne, l’Ukraine et la Lituanie ont créé un nouveau format d’interaction approfondie: le triangle de Lublin. Cela a été annoncé mardi par le  chef du ministère ukrainien des Affaires étrangères Dmitri Kuleba, s’exprimant dans la ville frontalière polonaise de Lublin lors d’une conférence de presse conjointe avec ses collègues polonais et lituanien Jacek Czaputovicz et Linas Linkevičius.

“Nous créons un format qui deviendra un élément important pour renforcer l’Ukraine en tant que membre à part entière de la famille des peuples européens et euro-atlantiques”, a annoncé Kuleba au nom de la nouvelle triple alliance. Selon lui, le «Triangle de Lublin» deviendra un instrument «d’engagement pour les pays qui exigent des contacts plus étroits avec l’Occident». Les parties ont également convenu de coopérer dans le domaine économique, ont déclaré les trois ministres dans un communiqué. “Peut-être que cette coopération s’étendra à d’autres institutions”, a déclaré le ministre polonais des Affaires étrangères Czaputovicz.

Le chef de la diplomatie ukrainienne ne s’est pas limité aux déclarations et, avec Czaputovicz et Linkevičius, a visité la base de la brigade multinationale polono-lituanienne-ukrainienne LITPOLUKRBRIG, qui est stationnée aussi à Lublin. La «brigade internationale de maintien de la paix» d’infanterie motorisée, composée de combattants ukrainiens et de militaires des deux pays de l’OTAN, compte trois régiments, soit 4,5 mille hommes. La division a été créée en 2015, non sans la participation active de Petro Porochenko. Depuis 2018, la brigade en trois parties est commandée par le colonel des forces armées Dmitry Bratishko. Avec l’arrivée au pouvoir de Vladimir Zelensky, le colonel a conservé son poste. La participation à des opérations internationales de maintien de la paix sous les auspices de l’ONU, de l’Union européenne et de l’Alliance nord-atlantique fait partie des tâches principales pour lesquelles la brigade a été créée.

A noter que la brigade, en plus de son abréviation complexe, porte le nom du prince Constantin Ostrog, ce qui est très symbolique. Le Grand Hetman du Grand-Duché de Lituanie des XVe-XVIe siècles, le prince Constantin – originaire de la ville de Turov (dans l’actuelle Biélorussie), était un voïvode de Vilno, qui s’est distingué lors de batailles dans les territoires de l’actuelle Ukraine et de la Pologne, mais surtout, il a commandé une armée dans deux guerres qui opposaient la Lituanie et la Russie.

L’emplacement du siège du LITPOLUKRBRIG et du «triangle» nouvellement formé semble également symbolique. Dans la polonaise Lublin en 1569, une union a été signée – une union d’État entre la Pologne et le Grand-Duché de Lituanie, qui comprenait les terres de l’actuelle Lituanie, la Biélorussie, l’Ukraine et une partie de la Russie. Au sein de cet État, qui a reçu le nom de Rzeczpospolita, les Polonais ont joué un rôle dominant. Varsovie est revenue à l’idée de Rzeczpospolita d’une mer à l’autre au XXe siècle. Sous Józef Piłsudski, le projet Intermarium a été élaboré. Il s’agissait d’une confédération de la Baltique à l’Adriatique et à la mer Noire, dirigée par la Pologne. 

A noter que lors de la présentation du Triangle de Lublin, le chef du ministère polonais des Affaires étrangères, Czaputovicz, a évoqué une association moderne très similaire. Le “Triangle” servira “à soutenir les aspirations européennes et euro-atlantiques de l’Ukraine et les liens du pays avec l’Initiative des Trois Mers “. L’Initiative des Trois Mers, l’Initiative Baltique-Adriato-Mer Noire, est une union de 12 États de l’UE qui fonctionne depuis 2016, ressemblant à un cordon sanitaire s’étendant de l’Estonie et de la Lettonie à la Roumanie et à la Bulgarie.

Il est significatif que le Sommet de l’Initiative, tenu en 2017 à Varsovie, ait été honoré par la présence de Donald Trump lui-même. Comme le  journal VZGLYAD l’a déjà noté, le parti au pouvoir en Pologne n’est même pas orienté vers les États-Unis, mais personnellement vers Trump et son administration. Cependant, à l’automne de l’année dernière, les démocrates du Congrès américain ont également appelé la Maison Blanche à aider les pays du Trimorye à réduire leur «dépendance» à l’égard de la Russie.

A la même époque, à l’automne 2019, le ministre Czaputovicz, répondant à une question du président ukrainien Volodymyr Zelensky, a déclaré : Kiev ne peut pas encore devenir un participant à part entière de l’Initiative des Trois Mers. Mais maintenant à Lublin, les représentants ukrainiens étaient clairement encouragés – une interaction est possible au sein du triangle Varsovie-Kiev-Vilnius.

«Devant nous se trouve une des configurations possibles du projet global que les Polonais ont toujours promu – Intermarium. Ce projet prévoit l’hégémonie de Varsovie, car la Pologne est bien plus grande que la Lituanie, la Lettonie, ou encore la République tchèque, la Slovaquie, la Hongrie en termes de capacités économiques, politiques, démographiques », a expliqué Nikolai Mezhevich, chercheur en chef à l’Institut d’Europe de l’Académie des sciences de Russie, au journal VZGLYAD.

L’Ukraine dans son état au début des années 90 était théoriquement un concurrent de la Pologne dans son potentiel, mais aujourd’hui elle en est bien loin, a noté l’expert. Par conséquent, à son avis, rien n’entrave l’hégémonie polonaise dans le Triangle de Lublin, et l’Ukraine, en tant que partenaire junior, comme la Lituanie ou même dans un statut inférieur, devra suivre l’ancienne politique polonaise, qui considère ce territoire comme ses territoires de l’Est – “vyskhodni krasy”. «Et comme le cours de la Lituanie et de l’Ukraine est purement pro-américain, et donc pro-polonais, il n’y a pas de gros obstacles à cela», souligne l’expert.

Lorsqu’il s’agit des projets de la Pologne de rassembler les pays voisins autour d’elle-même, remontent à la surface un tas de griefs historiques, qu’il s’agisse de différends sur le rôle de l’OUN * -UPA * dans les territoires de l’Est ou de souvenirs de l’occupation polonaise de Vilna-Vilnius en 1920-1939. 

Bien que d’anciennes contradictions entre la Pologne et la Lituanie, la Pologne et l’Ukraine existent et persisteront pendant de nombreuses décennies à venir, elles ne joueront pas un rôle significatif dans le triangle de Lublin, estime Mezhevich. “D’une part, les contradictions sont nivelées grâce au travail actif des Américains, et d’autre part, parce que les élites en Ukraine et en Lituanie sont faibles alors qu’en Pologne, elles sont fortes, influentes et mobilisées”, a déclaré l’expert.

Pour ennuyer Moscou, les Lituaniens sont prêts à fraterniser avec les Polonais et vice versa, tandis que les autorités ukrainiennes sont prêtes à embrasser n’importe qui. “

Bien sûr, la renaissance de la Rzeczpospolita en tant qu’union est impossible, mais une entité supranationale avec un programme qui sera dicté par Varsovie pourrait bien devenir une réalité, estime Mezhevich. Selon lui, LITPOLUKRBRIG «Hetman Ostrozhsky» est une association complètement prête au combat. «Étant donné que la Pologne et la Lituanie sont membres de l’OTAN et que l’Ukraine veut à tout prix s’y associer avec les mains, les pieds, les moustaches et les toupets, la coopération militaire de ces trois pays est un sérieux appel préventif à la Russie: non seulement pour notre ministère des Affaires étrangères, mais aussi pour le ministère de la Défense», a déclaré l’expert. …

L’analyste politique Alexander Asafov, quant à lui, estime qu’une tentative de création du «Triangle de Lublin» se heurtera à un fiasco, comme beaucoup d’autres projets d’unification de l’Europe de l’Est autour de Varsovie. «Les tentatives d’union sur le principe anti-russe, avec un appel à certaines racines du Grand-Duché de Lituanie, ne se manifestent que dans les accords de trois fonctionnaires, quoique d’un niveau assez élevé. C’est une nouvelle construction de propagande que rien ne suivra », a déclaré Asafov au journal VZGLYAD. Sur le plan économique et politique, la Pologne, l’Ukraine et la Lituanie poursuivent des objectifs différents, a souligné l’expert. Cependant, a-t-il noté, il existe également un facteur unificateur – le vecteur anti-russe de la politique et la loyauté envers les États-Unis.

* Une organisation à l’égard de laquelle le tribunal a adopté une décision définitive de liquidation ou d’interdiction d’activités pour les motifs prévus par la loi fédérale sur la lutte contre les activités extrémistes

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments