Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Noam Chomsky sur l’afflux de troupes de Trump dans les villes démocratiques et est-ce qu’il quittera ses fonctions s’il perd

la lacune de Chomsky c’est la croyance en l’existence d’une alternative à Trump, une roue de secours en la personne de Biden, malheureusement le mal est plus profond parce que l’origine n’est pas le psychopathe à la tête des Etats-Unis mais bien ce qui a permis un tel personnel politique à la tête de la première puissance du monde et le déclin dangereux de cette société. Ce n’est pas un hasard si aujourd’hui même les Chinois mettent le monde en garde sur l’incapacité dans laquelle ils se trouvent de contenir la violence guerrière fasciste des USA (note et traduction de Danielle Bleitrach)

27/07/2020 https://www.democracynow.org/2020/7/24/man_woman_camera_person_tv_noam

24 juillet 2020

«Le président Trump est désespéré», déclare le dissident de renommée mondiale, le professeur Noam Chomsky, dans une longue interview qui débute sur la volonté du président Trump d’envoyer une «vague» d’agents fédéraux dans les grandes villes démocrates des États-Unis. «Toute son attention est fixée sur une seule question dans son esprit: c’est l’élection. Il doit dissimuler le fait qu’il est personnellement responsable du meurtre de dizaines de milliers d’Américains. Il est impossible de cacher cela plus longtemps.

Transcription

Ceci est une transcription rapide. La copie peut ne pas être dans sa forme définitive.

AMY GOODMAN : C’est la démocratie maintenant! , Democracynow.org , Le rapport de quarantaine. Je suis Amy Goodman.

À peine 100 jours avant l’élection présidentielle de novembre, le président Trump a annoncé cette semaine qu’il enverrait une vague d’officiers fédéraux dans les grandes villes dirigées par les démocrates comme Chicago. Cela survient après que Trump a envoyé pour la première fois des agents fédéraux à Portland, dans l’Oregon, où les agents paramilitaires vêtus de camouflage ont attaqué des manifestants antiracistes, voire arraché des militants dans les rues pour les conduire dans des fourgons camouflés. Mercredi soir, lorsque les forces fédérales ont de nouveau tiré des gaz lacrymogènes sur les manifestants à Portland, parmi les personnes touchées se trouvait le maire de Portland, Ted Wheeler, qui est également commissaire de police de Portland.

La réponse au déploiement scandaleux et probablement inconstitutionnel d’agents fédéraux par Trump a été extrêmement critique. La gouverneure de l’Oregon, Kate Brown, a dénoncé «la police secrète qui a enlevé des gens», et le procureur général de l’Oregon a maintenant poursuivi plusieurs des agences fédérales impliquées. Dans les rues, un contingent de femmes s’est agrandi chaque nuit, protégeant les manifestants en formant un mur de mères. Le sénateur de l’Oregon, Ron Wyden, a décrit les agents fédéraux comme «essentiellement fascistes» et a averti: «Si la ligne n’est pas tracée dans l’arène en ce moment, l’Amérique pourrait contempler une explosion de la loi martiale au milieu d’une élection présidentielle.»

Eh bien, pour en savoir plus et bien plus encore, nous passons le reste de l’heure avec Noam Chomsky, dissident politique, linguiste et auteur de renommée mondiale, professeur lauréat au Département de linguistique de l’Université de l’Arizona et professeur émérite au Massachusetts. Institut de technologie, où il a enseigné pendant plus de 50 ans.

Il a parlé avec Democracy Now! Nermeen Shaikh et moi jeudi. Nous l’avons rejoint chez lui à Tucson, en Arizona, où il se’est réfugié avec sa femme, Valeria. J’ai commencé par demander au professeur Chomsky de répondre à la vague d’agents fédéraux que Trump promet de déchaîner sur le pays.

NOAM CHOMSKY : Le président Trump est désespéré. Toute son attention focalisée sur un seul problème; c’est l’élection. Il doit dissimuler le fait qu’il est personnellement responsable du meurtre de dizaines de milliers d’Américains. Il est impossible de cacher cela beaucoup plus longtemps. Comparez simplement les États-Unis avec l’Europe ou même le Canada; il devient un État paria au point où les Américains ne sont même pas autorisés à voyager en Europe. L’Europe ne les acceptera pas.

Ses chances de victoire dépendent de s’il arrive à dramatiser la situation . Il a essayé fortement d’organiser les affrontements militaires dont vous avez parlé, la loi martiale. Il se dirige vers la loi martiale. Il pourrait même essayer d’annuler les élections. On ne sait pas ce qu’il est capable de faire .Il est complètement désespéré. C’est comme les actions d’un dictateur en fer-blanc dans une néo-colonie quelque part, un petit pays qui a un coup d’État militaire tous les deux ans. Il n’y a aucun précédent historique pour quoi que ce soit de ce genre dans une société démocratique qui fonctionne. S’il pouvait envoyer des chemises noires dans les rues, il serait heureux de le faire.

Il est très difficile de dire exactement comment cela se produira. Il est peu probable que les tribunaux fassent quoi que ce soit. Nous pouvons même arriver à un point où le commandement militaire doit décider de quel côté il se trouve. L’homme est désespéré. Il est psychotique. Il court un danger extrême de perdre son poste à la Maison Blanche et fera tout ce qu’il peut pour l’empêcher.

NERMEEN SHAIKH : Professeur Chomsky, ce que vous venez de dire fait écho aux préoccupations du sénateur Ron Wyden selon lesquelles nous pourrions nous diriger – les États-Unis pourraient se diriger vers l’imposition de la loi martiale. Vous venez de qualifier Trump de psychopathe, après l’avoir qualifié de sociopathe. Et a souligné les différences entre – les énormes différences entre Biden et Trump lorsque nous vous avons eu plus tôt cette année, en disant à propos de Biden qu’il est assez creux de telle sorte que l’on peut le pousser d’une manière ou d’une autre. Et vous avez également dit qu’il s’agissait de l’élection la plus cruciale de l’histoire humaine, littéralement. Maintenant, dans une interview à Fox News dimanche dernier, Trump a refusé de s’engager à accepter le résultat des élections de 2020.

PRÉSIDENT DONALD TRUMP : Je ne suis pas un bon perdant. Je n’aime pas perdre. Je ne perds pas trop souvent. Je n’aime pas perdre.

CHRIS WALLACE : Mais êtes-vous correct?

PRÉSIDENT DONALD TRUMP : On ne peut rien dire avant de voir. Ça dépend. Je pense que le vote par correspondance va truquer les élections. J’en suis convaincu.

CHRIS WALLACE : Êtes-vous en train de suggérer que vous pourriez ne pas accepter les résultats de l’élection?

PRÉSIDENT DONALD TRUMP : Je dois voir. Écoutez, Hillary Clinton m’a demandé la même chose.

NERMEEN SHAIKH : Pourriez-vous commenter cela et quelles sont vos inquiétudes dans le cas – je veux dire, vous venez de dire qu’en fait les élections pourraient être annulées d’une manière ou d’une autre. Pourriez-vous nous dire dans quelles conditions Trump pourrait le faire? Et dans le cas où ils ne sont pas annulés, quelles sont vos préoccupations, en fonction du résultat du vote, que pourrait faire Trump?

NOAM CHOMSKY : Eh bien, il existe diverses manœuvres qu’ils pourraient théoriquement entreprendre. On pourrait essayer d’empêcher l’élection au — de refuser d’accepter le vote, de s’assurer que les gouverneurs républicains n’autorisent pas leurs propres électeurs. C’est routinier et automatique, mais techniquement, ils pourraient refuser. Cela pourrait avoir lieu à la Chambre où il y a suffisamment de républicains pour essentiellement transformer l’élection en le genre de farce que vous trouvez, comme je l’ai dit, dans une dictature de pacotille. C’est une possibilité. Une autre possibilité est qu’il pourrait simplement essayer d’appeler l’armée à imposer la loi martiale.

Le fait est qu’il ne peut pas perdre. Tout d’abord, il est psychologiquement incapable de perdre. Deuxièmement, s’il perd, s’il quitte la Maison Blanche, il peut être confronté à de graves problèmes juridiques. Maintenant, il a l’immunité, mais il y a tout un marais autour de lui. Il a essayé de l’empêcher de faire l’objet d’une enquête. Il a licencié tous les inspecteurs généraux alors qu’ils commençaient à enquêter. Le procureur fédéral du district sud de New York, c’est Wall Street et ainsi de suite, le plus important, a commencé à se pencher sur la question. Il l’a renvoyé, l’a remplacé par un flack du secteur du capital-investissement. Il ne fera tout pour essayer de conserver ses fonctions. Pratiquement rien auquel vous pouvez penser.

C’est une crise majeure. Il existe une forme ou une autre de démocratie parlementaire depuis 350 ans en Angleterre et 250 ans ici, et rien de tel ne s’est produit auparavant. Nous avons affaire à un personnage qui est hors du spectre politique des démocraties telle qu’elles fonctionnent . Et il a derrière lui un parti politique qui vient de se transformer en lâches sycophantes. Ils sont terrifiés à l’idée de croiser Sa Majesté Impériale. Il a une base populaire de milices suprémacistes blanches fortement armées et en colère. On ne sait pas ce qu’il en ferai.Je pense que le pays, d’ici novembre, sera peut-être un pays différent. Et un monde différent, étant donné la puissance américaine.

Mais c’est en quelque sorte le problème immédiat. La raison pour laquelle il s’agit de l’élection la plus importante de l’histoire n’a rien à voir avec cela. Quatre autres années de politique climatique et de politique nucléaire de Trump pourraient tout simplement condamner l’espèce humaine, littéralement. Nous n’avons pas beaucoup de temps pour faire face à la crise environnementale. C’est très grave. Toutes les prédictions faites par les scientifiques ont été trop conservatrices. À chaque fois, ça devient pire.

Je ne vais pas passer en revue les détails, mais c’est une catastrophe majeure qui se profile. Nous avons le temps de nous en occuper. Quatre autres années de Trump pourraient bien nous conduire à des points de basculement irréversibles. À tout le moins, il sera beaucoup plus difficile de faire face à cette crise croissante. Rien n’empêche les calottes glaciaires polaires, les calottes glaciaires de fondre, la forêt amazonienne d’être détruite. De grandes parties du monde pourraient devenir tout simplement invivables. Nous parlons d’élévations potentielles de la mer de peut-être un ou deux pieds d’ici la fin du siècle. Beaucoup plus, plus tard. Tout cela est totalement catastrophique. Vous ne pouvez pas concevoir comment la société humaine peut survivre de manière organisée.

Dans le même temps, Trump est déterminé à détruire le régime de contrôle des armements. En août dernier, il a mis fin au traité INF Reagan-Gorbatchev , qui a aidé à contrôler le potentiel de guerre nucléaire découlant d’un conflit européen. Maintenant, il a démantelé le Traité Ciel Ouvert qui remonte à Eisenhower. C’est parti. Il a imposé des demandes frivoles pour tenter de retarder les négociations sur le nouveau traité START , que les Russes plaident depuis longtemps. Cela doit être renouvelé dans quelques mois. Il est peut-être déjà trop tard pour le renégocier, le dernier des traités de contrôle des armements. Il menace maintenant de procéder à des essais d’armes nucléaires, essais qui porteraient atteinte au Traité d’interdiction complète des essais, depuis près de 30 ans. Les États-Unis ne l’ont jamais ratifié, mais ils l’ont respecté.

Tout cela ouvre la porte à d’autres pays pour qu’ils réagissent de la même manière. L’industrie de l’armement est bien sûr euphorique. Ils obtiennent d’énormes nouveaux contrats pour développer des armes majeures afin de nous détruire tous. Cela encourage les autres à faire de même. Il y a donc de nouveaux contrats sur la route pour des moyens désespérés pour essayer de nous défendre contre les monstruosités que nous aidons à construire. C’est Trump, qui court vers cela, en en étant ravi apparemment. Vous ne pouvez pas le décrire normalement – le terme que vous avez utilisé, sociopathe, est parfaitement exact. Nous ne savons pas si cela peut exister dans les structures constitutionnelles des États-Unis.

Quelque chose de similaire s’est produit au Royaume-Uni il y a quelques mois. Boris Johnson, le Premier ministre, a prorogé le Parlement, a fermé le Parlement, afin qu’il puisse enfoncer sa version du Brexit. Cela a été considéré par les juristes britanniques comme la pire crise en 350 ans. Eh bien, en Grande-Bretagne, la Cour suprême l’a annulé. Il est peu probable que cela se produise ici.

Je pourrais dire qu’il y a un autre pays qui essaie d’imiter les États-Unis, le Brésil, avec un autre dictateur ridicule, Jair Bolsonaro, qui essaie d’être un clone de Trump. Il faisait l’objet d’une enquête par – lui et sa famille impliqués dans toutes sortes d’activités criminelles sordides, ils ont fait l’objet d’une enquête. Il a renvoyé les enquêteurs. Mais cela a été bloqué par les tribunaux brésiliens. Pas ici. Quand Trump les a tous renvoyés, purgé l’exécutif, rien des tribunaux. Rien des républicains au Congrès. Le Brésil a au moins une mince barrière contre une autre dictature militaire. Les États-Unis sont en pire état. C’est assez grave. Il n’y a rien eu de tel. Il n’existe aucun précédent qui ait une réelle pertinence.

NERMEEN SHAIKH : Professeur Chomsky, vous avez de nouveau mentionné le manque de garanties aux États-Unis contre l’imposition éventuelle de la loi martiale. Mais même dans d’autres pays du monde où la loi martiale a été déclarée, elle exige au minimum la conformité de ceux qui sont en charge de l’armée. Voyez-vous ceux aux États-Unis se rallier à Trump au cas où il choisirait de tenter de déclarer la loi martiale?

NOAM CHOMSKY : Comme je l’ai dit, il n’y a pas de précédent pour cela dans une démocratie fonctionnant au minimum. Il y a des pays, beaucoup d’entre eux, où l’armée a pris le relais, souvent avec le soutien ou même l’initiative des États-Unis, parce que nous voulions renverser le gouvernement civil. Et rien de tel ne s’est produit depuis – à part les régimes fascistes et les régimes de guerre, des conditions totalement différentes. Il n’y a tout simplement pas de précédent.

Il y a eu, comme vous vous en souvenez peut-être, il y a quelques semaines des articles de presse avec des gros titres sur la façon dont Trump étend sa purge de l’exécutif, qui a presque été débarrassé de tout contrôle ou voix dissidente. Il étend cela à essayer de purger l’armée. Eh bien, il y avait des spéculations à l’époque que la purge de l’armée pourrait être la préparation d’un plan pour essayer d’amener l’armée à effectuer quelque chose qui équivaudrait à un coup d’État militaire.

Jusqu’à présent, l’armée a refusé. A sorti la 82e Airborne de Washington après que Trump l’ait voulu là-bas. Ils ont rejeté les propositions de la Maison Blanche pour plus de force et de violence. C’est pourquoi il a recours à des forces extérieures à l’armée officielle dans sa campagne actuelle pour organiser de violents affrontements dans les villes dirigées par les démocrates, cela fait partie d’un plan en ce moment. Ce que feraient les militaires, nous ne le savons pas.

Si vous cherchez des précédents dans les dictatures du tiers monde, cela dépendra de la réaction des colonels, les gens se rapprochent des troupes. Mais nous n’avons aucun précédent pour quoi que ce soit de ce genre. Il n’y a rien de tel. C’est une situation unique dans l’histoire moderne, dans l’histoire moderne des sociétés démocratiques, plus ou moins démocratiques.

AMY GOODMAN : Professeur émérite du MIT Noam Chomsky, linguiste, auteur, activiste. Quand nous revenons, je lui demande si le président Trump se vante d’avoir passé un test cognitif pour la démence. Tout cela et plus, dans une minute.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments