Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Les réseaux d’influence de la propagande impérialiste, le cas de la Turquie

L’expérience de ce blog en matière d’information

A travers la propagande diffusée sans complexe par nos médias aux ordres contre la Chine où il est fait feu de tout bois sur “les camps de concentration Ouighours”, “la stérilisation forcée des mêmes”, “la destruction des mosquées”, j’en passe et des meilleures on découvre peu à peu les liens complexes entre “le terrorisme” et les Etats-Unis,et surtout ceelui de la Turquie, membre de l’OTAN.

Notons qu’effectivement en 2009, l’appel au Djiad par un chef du réseau extrémiste Al-Qaïda a appelé les Ouïghours au jihad contre le pouvoir en Chine et affirmé que le régime communiste de Pékin connaîtrait le même sort que celui de l’ex-URSS?.

“Que nos frères du Turkistan (nom donné par les islamistes à la province chinoise du Xinjiang) sachent qu’il n’y a point de salut ou de moyen de mettre un terme à l’opression et l’injustice que par un vrai retour à la foi et en se préparant sérieusement au jihad”, proclame Abou Yahia al-Libi, selon SITE. Abou Yahia al-Libi, considéré comme le numéro trois d’Al-Qaïda, a promis au régime communiste chinois le même sort de celui de l’ex-URSS.

Quant au rôle joué par la Turquie dans la constituion d’un parti terroriste au Xinjiang, il était évident pour l’observateur le plus naif qui se puisse imaginer.

Quand nous nous sommes rendues en Crimée, Marianne et moi, en 2014,nous avons été immédiatement confrontées au rôle joué par la Turquie en appui de celui des Etats-Unis auprès des Tatars de Crimée. Dans notre livre : URSS, vingt ans après nous rapportons diverses expériences de cette collusion.Nous rapportons notre voyage en pays tatar et en particulier à Bakhtchyssaraï, la capitale des Tatars de Crimée avec le splendide palais de leur khan. Nous avons rapporté à ce propos diverses discussions avec des femmes qui nous prenant pour des Françaises sympathisantes de leur cause n’ont pas fait mystère de leurs organsation anti-russe et de la manière dont la décision de décréter la séparation de la Crimée de l’Ukraine et le rattachement à la Russie par le parlement de Crimée leur avait coupé l’herbe sous les pieds.

Mais il s’est avéré que nous logions chez un couple , la femme russe était totalement pour Poutine et le retour de la Crimée à la patrie russe, comme sa fille mariée à un dirigeant communiste. Elle avait rencontré sonépoux qui était alors un jeune soviétique comme les autres, descendant exilé des Tatars qui avaient du quitter la Crimée; Ils s’étaient mariés,avaient eu des enfants, mais à la chute de l’URSS, sonmari s’était peu à peu découvert des origines tatars et avait souhaité profiter de la politique du “retour” initié par Gorbatchev. Rie n’avait été préparé pour ce retour et ils avaient vécu des difficultés sans nombre.

Mais le mari non content d’être désormais un natinaliste tatar était devenu un dévot musulman et peu à peu à travers lui nous avons découvert le travail effectué par la Turquie sur les musulmans de Crimée mais aussi d’Asie centrale. La mère et la fille étaient tout àfait hostiles à cet embrigadement et nous commentaient ce qu’il faisait de leur père et époux,nous avions les brochures, tout le matériel mis à la disposition du fanatisme.

Tout paraissait démarrer par des aides au pelerinage à la Mecque mais en fait il s’agissait partout de véritables bureaux de recrutement pour le terrorisme islamiste. L’ennemi désigné était la Russie q’il fallait achever, le travail avait été à peine entamé avec la fin de l’URSS. Cela passait à la fois par l’encouragement au séparatisme musulman dans la fédération de Russie et dans l’Asie centrale ou s’opérait déjà la rencontre avec la CHine.

Quand dans le second voyage , nous nous sommes rendues en Moldavie, en Transnitrie et dans le sud en Gagaouzie, nous avons été également confrontée à l’implantation turque par les mosquées et les écoles islamiques. Là encore dans une zone pourtant communiste et russophile, proche d’Odessa,nous avons découvert le rôle de la Turquie dans l”islamisation et l’invitation au Djiad. Ce que deux voyageuses ordinaires rencontraient à chaque instant dans leur périple ne pouvait être ignoré d’observateurs qui auraient fait un travail d’investigation. Mais il n’y avait pas de journalistes, ceux-ci la plupart du temps se contentaient des dépêches fournies par les Américains ou à la limite pour une faible part d’entre eux par les Russes.

Cette expérience qui intervenait après ce que j’avais découvert à Cuba, dans les Caraïbes et en AMérique latine concernant la faible crédibilité que l’on pouvait accorder à la presse, télévision occidentale, a engendré une méfiance instinctive face aux campagnes coordonnées et la manière dont elles sont livrées clé en main et correspondent en général à un travailde déstabilisation menée auprès des populations, utilisant leurs difficultés économiques, déversant des sommes considérables dans certaines communautés.

Ce que l’on découvre désormais concernant la Turquie et son rôle y compris jusque dans le pays Ouïghours devenu le nouveau mythe des origines des Turcs dans les folies expantionnistes d’Erdogan est en fait bien connu. IL suffit de suivre ce qui est écrit en Russie, en Chine et en Asie centrale… Ce à quoi s’attache grâce à Marianne ce blog pour savoir qui est recruté par “l’empire” dans sa lutte d’abord contre l’URSS et aujourd’hu contre la Chine. Il existe incontestablement une gauche qui sert de relais à ces campagnes, souvent des Trotskistes, mais pas seulement le pS, les syndicats réformistes ont leur propre réseau et y compris le pCF dont le secteur international tel qu’il fonctionne depuis la chute de l’URSS est complètement infiltré par cette propagande, l’Humanité la répercutant souvent. Le passage par Cuba et le Venezuela permettant souvent de mesurer l’ampleur de ce réseau d’influence constitué dans les dernières années de la lutte contre l’URSS et sans cesse activé. La censure impitoyable exercée par la direction de l’humanité contre toute publication mettant à jour ce réseau d’influence constitué au moment de l’assaut contre l’URSS m’étant apparu comme la meilleure preuve de ces liens qui s’épanouissent entre social démocratisation et communautarisme.

Mais il en est également comme pour le terrorisme dont on ne sait plus très bien qui le finance, très rapidement des réseaux d’extreme-droite, racistes antisémites dont le modèle en France est le couple Soral Dieudonné sont venus déconsidérer ceux qui tentaient de mettre à jour ces réseaux d’influence . Le rôle de l’Iran dans cette affaire est pour le moins ambiguë mais il y a par l’Arabie saoudite et le Qatar des liens plus directs avec la CIA. Les temps sont révolus, bien qu’ils commencent à s’éclairer, où il y avait une sorte de camp, contre camp. La confusion n’a cessé de régner mais il y a quelques bases : la première est la défense de la paix, la seconde la refus des boucs émissaires sur des bases raciales, la troisième rester bien fixé sur la dimension de classe et la justice sociale, cela évite les mauvaises fréquentations. Une autre règle que nous nous sommes imposées c’est de ne jamais avoir de voyage, de séjour financés par quelqu’un autre que nous mêmes, ce principe je l’ai tenu y compris dans le pays dans lequel j’ai le plus confiance à savoir Cuba. Jamais la moindre rétribution y compris de mon éditeur quand il s’agit de texte militants. Et n’avoir de contact qu’avec ceux qui offrent des garantes politiques.

Ainsi il est des noms, des sites, des auteurs d’article que vous ne trouverez jamais dans ce blog quelle que soit l’apparente proximité avec certains de nos combats.

C’est dire si tenter de dégager comme nous le faisons ici une information crédible, sur le fond et sans adhérences suspectes est malaisé. Je dois dire que malgré l’infiltration manifeste du secteur international du PCF et de l’humanité, le PCF demeure un des rares lieux fréquentable de cette guerre de l’information, en tous les cas en ce qui concerne la base du parti. dont les adhérents dans leur immense majorité sont les moins perméables aux dévoiements de toute sorte.

Danielle Bleitrach

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments