Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Les Canadiens commencent à avoir honte des Ukrainiens qu’ils ont réchauffés sur leur sein

Les Russes qui ont mal digéré la manière dont il a été tenté de leur attribuer la deuxième guerre mondiale, autant que la tendance de l’occident à peindre les pires fascistes en combattants de la liberté multiplient les anecdotes sur la conduite réelle des alliés face au fascisme. Ici le Canada et la manière dont il a accueilli des nazis qui font campagne contre la Russie. Au passage, ils détestent la manie iconoclaste des occidentaux et affirment qu’une nation doit assumer toute son histoire (note de Danielle Bleitrach, traduction de Marianne Dunlop).

Cette histoire a commencé dans la petite ville d'Oakville, en Ontario, où se trouve le cimetière Saint-Vladimir.  21 juillet 2020,
Photo: Kontakt Ukrainian TV3 / YouTube
Texte: Dmitry Bavyrin   

 

https://vz.ru/world/2020/7/21/1050838.html

Des processus tectoniques commencent au Canada. L’opinion publique, qui avait précédemment soutenu la «lutte de libération nationale des Ukrainiens contre la Russie», découvre soudain qu’elle protège des nazis – aussi bien les contemporains que ceux qui prêtaient serment d’allégeance à Hitler de son vivant. La raison en est un acte de vandalisme dans l’esprit de ceux qui ont secoué l’Amérique dans le cadre de la lutte contre le racisme.

Qui aurait pensé que les «chutes de monuments » et autres formes de lutte contre le racisme dans le cadre de la soi-disant nouvelle éthique  pourraient apporter des avantages à la Russie et au monde russe en matière de politique étrangère. Mais c’est exactement ce qui s’est passé maintenant.

Cette histoire a commencé dans la petite ville d’Oakville (Ontario, Canada), où se trouve le cimetière de Saint-Vladimir – le même Vladimir qui a baptisé la Russie et que les historiens ukrainiens modernes considèrent comme un «homme d’État ukrainien». Il s’agit d’une clarification importante, car le cimetière est considéré comme ukrainien et l’une de ses attractions est le monument aux combattants pour la liberté de l’Ukraine.

L’inscription dessus se lit comme suit: “Bienheureuse mémoire des participants aux batailles près de Brody en 1944”. En d’autres termes, le monument est dédié aux légionnaires de la division SS “Galicia”, et uniquement à eux. Le politiquement correct nous a empêché d’appeler les choses par leur vrai nom.

Le 21 juin de cette année, le monument a été vandalisé: quelqu’un a écrit dessus en peinture blanche “monument militaire nazi”. Tout en soulignant que le vandalisme dans les cimetières est un phénomène répugnant et n’a aucune justification, notons ceci: si nous prenons en compte le décalage horaire entre l’Ontario et Moscou, nous pouvons supposer que l’inscription est apparue dans la nuit du 22 juin, lorsque l’Allemagne nazie a attaqué l’URSS.

La police a déclaré que cet acte de vandalisme a été qualifié «crime haineux», ce qui, en droit canadien, alourdit gravement le cas. Pour quels motifs cela a été fait, il est difficile de le dire, peut-être sans arrière-pensée: un tel appendice à l’accusation est censé s’appliquer si «l’acte de haine» est dirigé contre un «groupe identifié». Comme nous l’avons vu précédemment, il est très facile ici d’identifier des «combattants pour la liberté de l’Ukraine».

Un mois s’est écoulé. Aucun vandale n’a été trouvé. Mais la police de l’Ontario semble ne plus être elle-même – elle retire ses déclarations précédentes, s’excuse et jure qu’elle ne soutient pas le nazisme et qu’elle ne veut rien dire de tel. De plus, le maire d’Oakville, Rob Burton, et le chef de la police municipale, Steve Tanner, demandent le démantèlement du monument ukrainien. “Personnellement, je suis choqué et surpris qu’un tel monument existe même”, a déclaré Tanner sur Twitter.

Le fait est qu’au cours du mois dernier, des journalistes et des scientifiques ont donné aux Canadiens plusieurs leçons d’histoire concernant la «Galice», les SS en général, le serment personnel des légionnaires à Hitler et la participation des nationalistes ukrainiens à l’Holocauste.

Nous avons écrit à ce sujet à plusieurs reprises et ne nous répéterons pas. Mieux vaut raconter une autre histoire – celle des Ukrainiens du Canada, sans laquelle il sera difficile de répondre à la question de Steve Tanner.

Les premiers Ukrainiens se sont établis au Canada à la fin du 19e siècle, où ils ont colonisé des contrées reculées de la province actuelle du Manitoba. Plus précisément, ils étaient des sujets de l’Empire austro-hongrois qui se faisaient appeler peuple russe. Dans les brochures de propagande “Sur les terres libres” et “Sur l’émigration”, rédigées par un immigrant de premier plan, ancien professeur de l’Université de Lviv, Iosif Oleskov, les Ukrainiens ne sont même pas mentionnés.

La deuxième vague d’immigration ukrainienne a été donnée par la Pologne dans les années 1920 et 1930. En même temps, les Ukrainiens canadiens avaient des mouvements politiques et des associations publiques qui encouragent l’installation de compatriotes.

La troisième vague est venue après la Seconde Guerre mondiale et contenait un grand nombre de collaborateurs ukrainiens qui ont fui l’Armée rouge vers la zone d’occupation occidentale. Ils ont été activement invités au Canada par la diaspora déjà formée, parfois même prête à payer pour le voyage, et le premier ministre Mackenzie King n’a pas interféré avec cela. Les Ukrainiens faisaient déjà partie du paysage canadien pour lui, mais il n’aimait pas les Juifs, essayant de limiter leurs possibilités de déménagement.

Oui, le Canada a combattu aux côtés des Alliés. Mais bien avant cela, Mackenzie King avait succombé au charme d’Hitler, qu’il avait rencontré en personne. Il voyait dans le Führer rien de moins qu’un «possible sauveur de l’humanité».

Je ne voudrais pas que ce personnage soit considéré uniquement comme un raciste primitif – c’est un politicien sérieux et bien méritoire, son portrait sur le billet de cinquante dollars canadien n’est pas apparu par accident. Cependant, la participation des nationalistes ukrainiens à l’extermination des juifs n’était apparemment pas un élément spécialement compromettant aux yeux de Mackenzie King.

Dans le Canada moderne, qui connaît déjà sa quatrième vague – «indépendante» -, vit la troisième plus grande diaspora ukrainienne (la deuxième, bien sûr, est en Russie) – plus de 1,2 million de personnes, soit 4% de la population du pays. Seuls 0,5% des Canadiens indiquent l’ukrainien comme langue maternelle, mais le russe, par exemple, n’est qu’à 0,3%. Dans la province susmentionnée de l’Ontario, où se trouvent la capitale Ottawa et la plus grande ville de Toronto, il y a aussi deux fois moins de Russes que d’Ukrainiens (et il y a environ 350 000 Ukrainiens).

En général, il n’y a aucune raison d’être surpris ni du monument de la «Galice», ni du fait que le gouvernement canadien adopte une position pro-ukrainienne ferme sur toutes les questions – même plus dure que les États-Unis. De nombreux hommes d’affaires et politiciens du pays peuvent se vanter de leurs racines ukrainiennes, notamment Chrystia Freeland, ministre canadienne des Affaires étrangères sous le précédent gouvernement de Justin Trudeau.

Le grand-père de Freeland était collaborateur et éditeur d’un journal antisémite. Nous le savons grâce à l’oncle de Freeland, l’historien John-Paul Khimka, spécialiste du nationalisme ukrainien. Cela n’a cependant pas empêché Freeland de déclarer que son origine était calomniée par les journalistes et blogueurs russes, et le premier ministre Trudeau est soit tombé sous le charme en raison d’un manque de connaissance de l’histoire, soit a décidé que les Russes n’étaient a priori pas dignes de confiance, ou a fait le cynique, mais le fait est qu’il a expulsé des diplomates russes “pour protester contre le discrédit du ministre des Affaires étrangères”.

Peut-être plus tard, ils ont néanmoins lu la biographie de Freeland, révélant son stupide mensonge, peut-être que Trudeau est toujours dans l’ignorance, mais dans son deuxième gouvernement, l’ukrainienne n’a pas conservé le poste de ministre des Affaires étrangères. Ce qui, cependant, n’a rien à voir avec l’histoire du cimetière en Ontario – le chef du ministère des Affaires étrangères n’a aucun pouvoir sur le gouvernement local. Un changement d’humeur aussi dramatique est dicté par une autre raison: la solidarité des libéraux avec le mouvement BLM, qui s’en prend également à la police et aux «monuments racistes».

On ne peut pas dire que l’existence de monuments érigés en l’honneur des nazis était inconnue au Canada auparavant. L’ambassade de Russie a attiré l’attention des Canadiens sur le monument d’Oakville en 2017 (et en même temps sur le buste de Roman Shukhevych à Edmonton). Mais cela a été noyé par les hurlements ukrainiens à propos de la «propagande russe», et maintenant, apparemment, il faudra admettre que la «propagande russe» disait la pure vérité, alors que c’était la partie ukrainienne qui répandait la désinformation.

Celle-ci a l’habitude d’être littéralement choyée au Canada, comme une minorité nationale opprimée par la Russie, mais maintenant la fierté nationale ukrainienne a pris un rude coup. Soudain, il est devenu clair qu’il était encore possible de pénétrer dans l’ère de la «nouvelle éthique» avec la haine des Russes, mais avec la division SS Galicia, ce n’était plus possible.

L’importance de cette question est bien plus grande que les griefs historiques des villageois avec leur nourriture simple et grasse. La diaspora canadienne des Ukrainiens est une force consolidée qui fait constamment la promotion de son programme à Ottawa – de la fourniture d’armes à Kiev à l’introduction de nouvelles sanctions contre Moscou. Tout cela est imprégné d’ethnopatriotisme et de mythes nationaux sur la lutte contre le Mordor, qui étaient auparavant perçus sans critique dans le Canada libéral. 

Il est difficile de dire si, après les événements du cimetière, l’influence politique du Congrès ukrainien du Canada (UCC) diminuera, qui depuis de nombreuses années essaie au mieux de ses capacités de mettre des bâtons  dans les roues de la Russie et de soutenir les «patriotes» en Ukraine avec de l’argent et des efforts de lobbying. Ce sont des gens rusés qui changeront définitivement de vêtements lorsqu’ils se rendront compte que tout leur mythe national ne peut plus être sauvé et qu’au moins les SS galiciens devront être sacrifiés.

Mais les Canadiens ont vraiment commencé à ouvrir les yeux sur le genre de nazis qu’ils réchauffaient sur leur sein.

Comme dans le cas des monuments aux généraux confédérés aux États-Unis, le monument aux Combattants pour la liberté d’Ukraine a soudainement commencé à être perçu comme un phénomène beaucoup plus honteux que le vandalisme dirigé contre lui (comme on s’en souvient, dans un cimetière).

Soit dit en passant, ce sont les «patriotes ukrainiens» qui ont attiré ce scandale sur leurs propres têtes – en pleine conformité avec leur plan historique de perdants. Il est possible que la police aurait continué d’enquêter sur un “crime de haine” contre les SS, puisqu’elle n’a pas publié de photographies du monument et de l’inscription dessus. Mais certains blogueurs vidéo ukrainiens sont arrivés sur les lieux pour regarder et être horrifiés. C’est grâce à leurs images qu’on a appris au Canada que l’action vandale était antinazie, comme des centaines d’autres actions similaires au cours du mois dernier.

Nous ne pouvons qu’espérer que les habitants du pays à la feuille d’érable sur le drapeau continueront de satisfaire leur curiosité et, demain, le 22 juillet, porteront leurs regards sur l’Ukraine moderne. Là-bas sûrement, avec des honneurs militaires et avec une splendeur choquante pour un pays pauvre, ils fêteront encore une fois l’anniversaire de la défaite de cette même division SS “Galicia” près de Brody. Alors, les Canadiens verront de leurs propres yeux à la fois les racistes et les néonazis – souvent ceux-là mêmes qui ont été honorés hier comme des «héros du Maïdan», des «militants démocratiques» et des «combattants pour la liberté de l’Ukraine». Plus il y aura d’habitants dans l’ensemble du monde occidental détestant sincèrement le nazisme ou tentant de s’intégrer dans la «nouvelle éthique» qui verront les crocs nazis sous leur doux minois slave, moins il y a de russophones dans le Donbass qui mourront des bombardements et des conséquences du blocus organisé par les fans modernes de Bandera, Shukhevych et la Galice “.          
Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments