Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

La “ dé-dollarisation ” tranquille de la Chine se poursuit au milieu des tensions

Cet article analyse une tendance qui semble s’être accélérée avec l’épidémie, celle d’un effritement du dollar en tant que monnaie universelle. Les mesures prises contre Hong Kong selon cet analyste ne peuvent qu’accélérer la dé-dollarisation. Les trois modes d’hégémonie sur lesquelles repose la puissance américaine sont 1) la puissance militaire sans équivalent dans le monde 2) le monopole de l’information 3) le dollar. Aucun de ces modes d’hégémonie n’a réellement disparu mais on mesure bien à quel point ils subissent un effondrement et les USA n’ont plus les moyens de maintenir leur coûteuse puissance et ils perdent la confiance sans laquelle le dollar ne peut se maintenir (note et traduction de Danielle Bleitrach).

Par Wang Wen Source: Global Times Publié: 2020/7/20 19:31:4154


Illustration: Liu Rui / GT Une tendance mondiale à la «dé-dollarisation» a déjà commencé. Le dernier morceau de «mur porteur» de «l’Empire State Building américain» s’est fissuré, en d’autres termes.

Les politiques mondiales de «dé-dollarisation» comprennent la réduction brutale de la dette américaine, l’abandon du statut du dollar américain en tant que devise d’ancrage, l’augmentation du commerce des produits de base en monnaie autre que le dollar, l’augmentation de la réserve de devises autres que le dollar et le renforcement de la couverture de l’or contre le dollar.

Du point de vue de la dette américaine, 22 mois consécutifs d’avril 2018 à mars 2020 ont vu les banques centrales mondiales réduire leurs avoirs en dette américaine. En mars, la Réserve fédérale américaine a promis un assouplissement quantitatif illimité, achetant plus de 1 billion de dollars de bons du Trésor en un mois. La Réserve fédérale est devenue le plus grand possesseur de bons du Trésor américain. 

En mars, les rendements des bons du Trésor à un et trois mois ont été négatifs, tandis que le rendement du Trésor à 10 ans est descendu en dessous de 1% pour la première fois, selon les médias. Cela illustre les anticipations mondiales d’une économie américaine plus faible.

On ne peut exclure la possibilité qu’un petit nombre d’investisseurs étrangers à court terme accroisse leurs avoirs en bons du Trésor américain. Cependant, à long terme, les investisseurs étrangers réduiront probablement leurs avoirs en dette américaine. La Réserve fédérale, qui a passé plus d’un demi-siècle à bâtir sa crédibilité mondiale, est devenue le dernier fossé des bons du Trésor américain.

Ces dernières années, de nombreux membres du G20, comme la Chine, la France, l’Allemagne et la Russie, ont réduit leur utilisation des dollars américains dans les accords commerciaux.

Selon les informations divulguées par la Society for Worldwide Interbank Financial Telecommunication (SWIFT), en mai, la part du dollar américain sur le marché des paiements internationaux était de 40,88%, contre 44,1% en mars. 

Le marché estime que bien qu’il y ait un long chemin à parcourir pour réaliser la «dé-dollarisation», d’autres pays se sont mis sur la voie pour y parvenir.

Le système SWIFT, qui était traditionnellement utilisé pour le dédouanement et les paiements, et qui est massivement contrôlé par les États-Unis, a été largement critiqué à travers le monde. De nombreux pays s’efforcent de mettre en place des systèmes de paiement dédollarisés. Par exemple, la Chine a lancé le système de paiement interbancaire transfrontalier en 2015. Il est très probable que la part des dollars américains dans les systèmes de paiement internationaux chutera à moins de 40%.

La part du dollar américain dans le total des réserves de change de tous les pays membres du FMI est passée de 72% en 2000 à 61,99% à la fin du premier trimestre de 2020. Bien que la part du dollar américain dans les réserves de change occupe toujours le premier rang mondial, son déclin ces dernières années est assez évident. Les pays sont déterminés à diversifier leurs réserves de change. Pendant ce temps, les banques centrales de nombreux pays ont augmenté leurs réserves d’or et l’année 2019 a marqué la 10e année consécutive d’achats nets annuels d’or.

Pour compenser les risques liés au dollar américain, la part des États-Unis dans les réserves mondiales d’or est passée de 23,64% fin juin 2019 à 15,5% fin juin 2020. Cela reflète l’affaiblissement de la confiance des pays dans le dollar américain. Il est concevable que les sanctions américaines contre la Chine en raison de la législation de sécurité nationale du pays pour Hong Kong accélèrent davantage les programmes de «dé-dollarisation» de la plupart des pays. 

Outre les bons du Trésor américain, les paiements ainsi que les réserves de change, la monnaie numérique est le dernier facteur qui affecte les progrès de la «dé-dollarisation». La monnaie numérique vise un remplacement complet du dollar américain en tant que principale monnaie internationale en termes d’émission, de technologie et d’outils. Les principales économies, dont la Chine, l’UE et le Japon, ainsi que de nombreuses sociétés multinationales, ont mené des recherches à long terme sur la monnaie numérique.

Depuis le début du XXIe siècle, de nombreux sceptiques sur la «dé-dollarisation» soutiennent que la «dé-dollarisation» mondiale n’en est qu’à ses débuts. Ils estiment que les marchés dépendent principalement du dollar américain. Mais la pandémie de COVID-19 semble avoir déclenché une progression plus rapide de la “dé-dollarisation”. Compte tenu des décisions diplomatiques des autres pays et des attentes du marché pour le dollar américain, on peut juger que les États-Unis ne peuvent jamais former un cercle de confinement stratégique contre la Chine. 

La Chine est confiante en cela.

L’auteur est professeur et doyen exécutif de l’Institut d’études financières de Chongyang à l’Université Renmin de Chine, et directeur exécutif du centre de recherche Chine-États-Unis pour l’échange de personnes à personnes. wangwen2013@ruc.edu.cn

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments