Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Des Cubains récoltent les fraises au Kolkhoze Lénine à Moscou

Nous vous avons dit récemment et nous y reviendrons que nos amis communistes russes appelaient à la solidarité autour du Kolkhoze Lénine menacé dans son existence pour des raisons politiques (son directeur a osé se présenter contre Poutine à la présidentielle au nom des communistes) et pour des raisons de spéculation foncière (ses terres sont convoitées).

Alors voici cette vidéo que l’on comprend même si on ne parle pas espagnol. Le kolkhoze Lénine est un lieu internationaliste, ici il accueille des Cubains et des Vénézueliens pour les aider dans la cueillette de fraises.

Voici un reportage que nous vous avions présenté sur le kolkhoze dans notre ancien blog :

Le Sovkhoze Lénine : Un petit coin d’URSS dans la banlieue de Moscou

09AOÛT 2017

  Le « Sovkhoze Lénine » est situé à la périphérie de Moscou sur l’autoroute Kachirskoe. Cette ferme d’Etat a été créée en 1928.

Le sovkhoze Lénine est en outre célèbre parce qu’il est le point de ralliement des convois humanitaires envoyés vers le Donbass par le parti communiste de la fédération de Russie. Pour avoir un idée de l’aide fournie, il faut savoir que  : le 22 juillet, on en était déjà au 39ème (contre 33 pour l’aide officielle de Moscou). http://cccp-2.su/blog/43045567549/Kusochek-SSSR-v-Podmoskove   Le principal produit de la ferme est la fraise [il s’agit en fait d’une variété de fraises appelée en russe klubnika – et non  zemlianika comme la grosse fraise ordinaire – et qui est bien plus parfumée ; cependant elle ne convient pas aux gros réseaux de distribution car elle ne se conserve pas, NdT]. Cette année [2013], il en a été recueilli 1000 tonnes. En outre, sont cultivés : des pommes de terre, avec un rendement de 430 quintaux l’hectare, des légumes, des pommes. Il y a aussi du bétail avec une production de 8 100 litres de lait par vache et par an. Le bénéfice net de la ferme pour 2012 était de 250 millions de roubles [3 559 841 €]. Par décision des actionnaires, les dividendes annuels ne sont pas versés, et tous les bénéfices visent à augmenter les salaires et les services sociaux des travailleurs.

Quels sont les résultats de cette politique? Pour les travailleurs agricoles, l’entreprise prend en charge 50% du coût du logement, l’employé paie la moitié restante en 15 ans, sans intérêts, bien sûr, ni frais supplémentaires.  Pour les jeunes médecins et les enseignants, l’entreprise agricole est prête à fournir un prêt sans intérêt pendant 15 ans pour acheter des appartements dans ces bâtiments. Les immeubles sont construits par le sovkhoze ​​et les prix pour les jeunes spécialistes sont fixés au minimum. Les appartements restants sont vendus à leur valeur de marché. 

Aire de jeux (jamais vu une si belle «toile d’araignée » pour les enfants).

La rénovation du terrain de sport de l’école est prise en charge par la ferme.

Complexe sportif (il y en a un second dans la Maison de la Culture, également entretenu aux frais de la ferme). Je n’ai pas réussi à faire de bonnes photos à l’intérieur, mais il y a des rings de boxe, un grand nombre de simulateurs, en gros, tout l’équipement nécessaire. 

Il y a beaucoup de sculptures de ce genre sur le site  

Le parc est magnifique. Au milieu d’un bassin est installé un jet d’eau illuminé la nuit, mais au moment de la photo malheureusement il était éteint. 

Un distributeur automatique de lait (la première fois que j’en vois un) 

Pas eu le temps de faire la visite de la clinique. Cependant, je vous laisse deviner qui assure l’entretien, la modernisation et paie régulièrement les médecins, les infirmières? Qui fournit les ambulances? En revanche, nous avons visité ce lieu. Non, ce n’est pas le chalet du directeur, mais l’école maternelle. 

La maternelle, d’une superficie de 6000 mètres carrés, a été construite entièrement aux frais de la ferme. Elle accueille gratuitement les enfants des salariés, et les enfants des environs sur liste d’attente ».

Terrain de sports pour les enfants 

L’une des trois aires de jeux.  A l’entrée.  Hall 1  Hall 2  Hall 3 : je n’ai pas fait de plan large, parce que nous étions un groupe de 35 personnes et il était impossible de photographier sans avoir quelqu’un dans le viseur.  L’escalier montant au premier étage  Un coin de la salle de gym  Je pense que vous avez remarqué que dans le jardin il y a pas mal de personnages de Disney. Le Directeur de la ferme est au courant. Alors maintenant, le parc se peuple de nouvelles statues sur ​​la base des contes de Pouchkine.      Naturellement, dans le village, il y a des statues de Vladimir Lénine.  c

Le Directeur de la ferme GRUDININ Pavel. Avec ce communiste, la ferme vit et évolue. La devise de Pavel Nikolaïevitch: « Vous ne pouvez pas être riche dans un pays pauvre »

Le salaire moyen des travailleurs est de 54 000 roubles [768 € – le salaire moyen à Moscou en 2013 était de 689 € NdT]. Chaque année, à l’occasion du 9 mai, les anciens combattants reçoivent de la ferme une aide financière de 75 000 roubles. Les retraités qui travaillent à la ferme sont envoyés chaque année dans des centres de repos et de cure.

Tous les employés de l’école maternelle sont des anciens travailleurs agricoles du sovkhoze, qui suite à la modernisation de la production ont été transférés dans de nouveaux emplois sans réduction de salaire. Dans le processus de modernisation, l’effectif du personnel a été réduit de 900 à 320, et le volume de production a augmenté de 5 fois. Les dirigeants de la ferme avec leurs employés ont repoussé quatre tentatives d’abus de biens et prise de possession de la part d’escrocs et de voleurs.  En conclusion, on peut dire que « la construction du socialisme dans un seul sovkhoze » est une tâche parfaitement réalisable quand on a les dirigeants qu’il faut. 

La récolte de fraises se fait à l’aide de « saisonniers » moscovites, payés en nature : 10% de leur récolte : « A partir du 22 juin (2015), le Sovkhoze Lénine invite tous ceux qui veulent participer à la récolte des fraises ! Votre travail sera rétribué à hauteur de 10% de votre récolte de la journée. Les navettes sont à prendre au métro Domodiédovo. rassemblement à partir de 6 h et jusqu’à 7h30 tous les matins près du magasin « Paninter ». Le trajet A/R est gratuit. Vous travaillerez jusqu’à 13.00 – 14.00 environ, ensuite vous recevrez votre part de la cueillette et on vous reconduira en bus jusqu’au métro. Prenez avec vous un casse-croûte et de la boisson, et un récipient pour recevoir votre salaire en nature. » … et bien sûr, on peut en manger autant qu’on veut durant la cueillette ! La direction conseille de venir plutôt en semaine, le WE, ils sont obligés de refuser du monde. http://an-crimea.ru/page/news/48548/ 

Le Sovkhoze Lénine a menacé d’abandonner la cueillette des fraises à cause du FAS Le Sovkhoze Lénine près de Moscou, qui est le plus grand producteur russe de fraises, a commencé à limiter la récolte en raison des graves problèmes de ses ventes dues aux mesures d’interdiction de la part du département de Moscou du Service antimonopole fédéral (FAS), a déclaré jeudi « Interfax » se référant au directeur Pavel Groudinin. Il a rappelé que l’année dernière la ferme a reçu l’autorisation du gouvernement de Moscou de faire la vente directe des cagettes de cette variété de fraises (qui ne se conservent pas) près des stations de métro, en contournant les nombreux intermédiaires. Cet été, le FAS Moscou a interdit cette vente directe, voyant là une violation de la loi, et aussi… une perte sèche en terme de bakchich et autres dessous de table. « Toutes nos démarches administratives, auprès de fonctionnaires exigeant de nous l’un ou l’autre papier, sont restées vaines, » – a déclaré le directeur général de la ferme. Il a dit que maintenant il devait attendre la décision du gouvernement de Moscou, qui se réunit le mardi, parce que la décision n’a pas été prise cette semaine. « Mais la cueillette des fraises se fait chaque jour, et elle ne peut pas attendre la permission, » – se plaint GRUDININ. Et de rappeler que la date limite pour la vente des fruits est au maximum de deux jours, et le pic de la récolte ne dure que deux semaines. Selon Groudinine, en ce moment l’exploitation récolte plus de 60 tonnes de fraises chaque jour. Elle est vendue dans la région de Moscou, lors de foires les week-end et le long des routes. Mais cela ne suffit pas. «Sur les 63 tonnes récoltées hier il reste encore 28 tonnes », – a déclaré Groudinine. Il a dit que, en 2014, où il n’y avait pas tous ces problèmes, on cueillait à la ferme 102 tonnes par jour de fruits. Mais maintenant, il est nécessaire de limiter la collecte au niveau de 40 tonnes par jour, « bien que la maturation des fraises ne se soumette pas à ces restrictions. » Groudinine a admis que les chaînes de supermarché reçoivent « sans enthousiasme » ses fraises moscovites, qui doivent être vendues en quelques jours. Elles préfèrent garder en rayon pendant des semaines des fruits importés insipides qui ont l’air d’être en « caoutchouc ». « Et tout cela dans un contexte d’appels à la substitution des importations » – a-t-il dit. De qui se moque-t-on ?

et pour le plaisir, la video réclame du Kolkhoze …

Une publicité « décalée » fait le buzz sur Youtube

Une jeune évaporée en petite tenue se délecte de fraises dans les champs du sovkhoze. Elle est délogée à coups de chevrotine par une solide gardienne des biens socialistes. Apparaît un slogan : « Le glamour pour les pétasses, les vitamines pour le peuple ».

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments

Pas simple ce vivre ensemble même s’il ne peut y avoir de riche ds un pays pauvre !!!!!