Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Révélations : Trump a proposé de “vendre” l’île de Porto Rico après que celle-ci ait été frappée par l’ouragan Maria

Dans un autre sujet, aujourd’hui nous abordons la manière dont le capitalisme et la marchandisation empêche le rapport des êtres humains à la nature. Nous avons ici une illustration. Il ne s’agit pas seulement d’un trop de consommation, il s’agit de voir seulement les êtres humains à travers le profit. Trump est caricatural parce qu’il a la moitié du cerveau comme le Ku klux klan (toujours à la recherche de celui qui mérite ou non de vivre) et l’autre comme un tiroir caisse. Dans les deux cas le puritanisme, l’ascétisme, sont le complément indispensable à la perversion du raisonnement, l’idéologie qui justifie l’inhumanité de la vente et l’achat des besoins humains (note et traduction de Danielle Bleitrach).

Publié:12 juil.2020 05:31 GM

La catastrophe naturelle, survenue en 2017, a coûté la vie à plus de 3000 personnes.

Jonathan Ernst
Donald Trump et Ricardo Rosselló, gouverneur de Porto Rico, lors d’une réunion en Caroline (Porto Rico, États-Unis), le 3 octobre 2017.Reuters

Elaine Duke, ancienne secrétaire adjointe de la sécurité intérieure du président américain Donald Trump, a assuré qu’il avait proposé de “céder” ou “vendre” le Commonwealth de Porto Rico qu’il ait été frappé par l’ ouragan Maria en 2017, comme elle le révèle ce samedi dans une interview au New York Times.

“Les idées initiales du président étaient plutôt celles d’un homme d’affaires”, explique Duke. “Pouvons-nous sous-traiter l’électricité? Pouvons-nous vendre l’île? Vous savez où vous départir de cet actif?”, a déclaré le président américain. Cependant, l’ancienne fonctionnaire a précisé que cette suggestion n’a jamais été sérieusement examinée ou discutée.

“Source de déception”

Trump "déforme la réalité" sur les envois à destination de Porto Rico après l'ouragan Maria

Duke dit que la réponse de l’administration Trump à la catastrophe naturelle – qui a coûté la vie à plus de 3000 personnes – a été “une source de déception”.

L’ancienne responsable assure qu’avant que l’ouragan n’atteigne Puerto Rico, elle a proposé une déclaration d’urgence sur le territoire, mais que le directeur du budget de Trump, Mick Mulvaney, avait refusé. “Arrêtez d’être si émue, Elaine. Ce n’est pas une question de gens, c’est une question d’argent “, lui aurait dit Mulvaney, qui a nié avoir fait de telles déclarations.

Bien que Duke reconnaisse qu’elle était heureuse lorsque, le lendemain, le président américain a exprimé sa préoccupation pour le peuple portoricain, ce sentiment s’est transformé en frustration peu de temps après que Trump a échangé des tweets en colère avec les politiciens de l’île.

“Haineux”

Trump: "J'ai pris soin de Porto Rico mieux que tout autre être humain vivant" (VIDEO)

Trump: “J’ai pris soin de Porto Rico mieux que tout autre être humain vivant” (VIDEO)

D’un autre côté, l’ancien secrétaire adjoint à la sécurité intérieure affirme dans l’interview que l’administration actuelle se conduit souvent par idéologie au lieu de délibérer, et que le président adopte un langage “plein de haine, de colère et de division”. Duke avoue qu’elle ne sait pas si elle votera pour Trump lors des élections présidentielles du 3 novembre.

D’un autre côté, bien qu’elle assure qu’elle soutient les efforts du locataire de la Maison Blanche pour renforcer la sécurité de l’immigration, elle regrette que la philosophie de Trump de “l’Amérique d’abord”  ait dévié vers “Seulement l’Amérique”. À cet égard, elle critique la politique de séparation des familles le long de la frontière, que son successeur a approuvée des mois après qu’elle eut quitté ses fonctions. “L’une des façons dont nous pouvons aider les gens est par le biais de notre système d’immigration”, dit-il.

Enfin, l’ancienne responsable considère que les actions face aux arrivées d’enfants (DACA) “n’est pas un programme légal”, malgré le fait qu’en 2017 elle a elle-même signé – sous pression – un mémorandum pour y mettre fin . “Il s’agit d’une décision sérieuse, non seulement d’un point de vue juridique, mais en raison de son effet sur […] 700 000 personnes et leurs familles”, conclut-elle.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments