Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Trump promet de vaincre le socialisme

▲ Le principal journal mexicain rapporte les propos totalement délirants de Trump sur la manière dont il aurait Cuba et le Venezuela sous contrôle et prétend le faire au nom des peuples de ce pays. On se demande s’il y croit réellement et s’il prend son électorat pour de totaux abrutis. Cuba par son président lui a répondu en le traitant “d’analphabète politique” cherchant à engranger les votes de la Floride pour la présidentielle (note et traduction de Danielle Bleitrach).

Le président Donald Trump a participé à un forum en Floride pour soutenir le peuple du Venezuela. Photo Afp David Brooks Correspondant Journal La Jornada
samedi 11 juillet 2020, p. 28

New York., Le président Donald Trump a promis hier de vaincre le socialisme au Venezuela, à Cuba et aux États-Unis, lors de son voyage en Floride pour visiter le Southern Command et participer à un forum sur la République bolivarienne.

Lors du forum devant la communauté vénézuélienne et cubaine, qui s’est tenu à l’Iglesia Centro de Adoración de Jesús, Trump a réitéré son soutien au chef de l’opposition vénézuélienne, Juan Guaidó, et a rappelé que son gouvernement avait mis fin à la politique d’Obama et Biden en ce qui concerne le Régime de Castro ; politique qu’il qualifiait de ridicule.

De nombreux participants ont remercié Trump pour sa politique et pour avoir tenu sa promesse de lutter contre le socialisme dans la région. Le pasteur Mario Bramnick a déclaré: Vous êtes l’obstacle entre le capitalisme et le socialisme. Le député cubano-américain Mario Díaz-Balart a déclaré que l’histoire l’enregistrerait comme le président qui a libéré cet hémisphère du socialisme, a rapporté le Miami Herald.

En réponse aux histoires des personnes présentes sur la façon dont ils ont fui les pays socialistes, Trump a déclaré que son adversaire démocrate, le candidat présidentiel Joe Biden, était une marionnette de Bernie Sanders, d’AOC (la député fédérale Alexandria Ocasio-Cortez) et de la gauche radicale. … Personne ne serait en sécurité dans un Biden America.

Le président les a également accusés d’être du côté de ceux qui renversent les statues des pères fondateurs du pays. Il a même accusé les démocrates de vouloir supprimer les statues de Jésus-Christ.

Il a prévenu: les patriotes qui sont ici aujourd’hui ont fui le socialisme pour retrouver la liberté. Et maintenant, Joe Biden et la gauche radicale essaient d’imposer ce système ici-même.

Peu de temps avant, avant le Commandement Sud, Trump s’est retiré: nous allons nous battre (pour le Venezuela), et nous allons nous battre pour nos amis à Cuba … Cuba et le Venezuela, nous avons cela sous contrôle. Sa visite au Commandement sud des États-Unis est due au fait que ledit organisme évalue les opérations de lutte contre le trafic de drogue dans les Caraïbes, mais plusieurs analystes soupçonnent qu’il se consacre également à accroître l’hostilité contre le Venezuela et Cuba.

Le conseiller à la sécurité nationale de Trump, Robert O’Brien, qui l’accompagnait, a déclaré dans le Southern Command que “le Venezuela est un narco-État, dirigé par un régime corrompu, criminel et illégitime”. Il a affirmé: Pendant des années, le Venezuela a inondé les États-Unis de cocaïne, et pour cette raison, entre autres, la campagne de pression maximale contre le président de cette nation, Nicolás Maduro, se poursuivra.

Trump a rappelé qu’en avril, il avait annoncé une opération militaire contre le trafic de drogue dans l’hémisphère occidental, qu’il a proclamée comme un succès, mettant en évidence la réalisation de plus d’un millier d’arrestations et la confiscation de 120 tonnes de stupéfiants.

Le but du voyage n’était pas un mystère, car il est de notoriété publique que la Floride, un État clé sur la carte électorale, est fondamentale pour l’effort de réélection du président, et où la base républicaine latine pourrait être décisive. Les stratèges électoraux du magnat ont été alarmés par les récents sondages où Trump est parfois en dessous de Biden dans cet état pour la première fois.

Le président a évité de dire qu’il se rendait dans un État qui est maintenant l’épicentre d’une épidémie de Covid-19, car le nombre d’infections a atteint des niveaux record dans cette région. Selon les derniers chiffres, le comté de Miami-Dade a connu une augmentation de 74% des hospitalisations, une augmentation de 88% du nombre de lits de soins intensifs et une augmentation de 123% de l’utilisation des ventilateurs. Lors de sa visite, Trump a refusé de se conformer à la réglementation locale sur l’utilisation obligatoire des masques.

Médias associés: L’indépendant | Radio Nederland | Gara | Page / 12 | Lettre de Maior | Radio bilingue


Copyright © 1996-2018 DEMOS, Desarrollo de Medios, SA de CV
Tous droits réservés.
Copyright 04-2005-011817321500-203.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments