Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Les États-Unis ont payé le massacre des troupes soviétiques

Les thèmes de propagande US le plus souvent à usage interne en vue des élections mais aussi pour inviter leurs alliés à soutenir leurs croisades n’en finissent pas d’étonner ceux qui sont victimes de ces affabulations. Ici la réaction russe face à l’accusation de financer les attentats contre l’armée américaine (note de Danielle Bleitrach traduction de Marianne Dunlop).

Par Sergey Kozlov, Vétéran des forces spéciales

6 juillet 2020

https://vz.ru/opinions/2020/7/6/1048322.html

Un nouveau scandale antirusse éclate aux États-Unis – les services de renseignements militaires russes sont accusés de financer les talibans pour le meurtre de l’armée américaine. Sans discuter de spéculations aussi bon marché et non prouvées, je voudrais rappeler les véritables opérations de la CIA dans un passé pas si lointain. Les opérations que les Américains ont directement conçues et exécutées pour tuer les troupes soviétiques. Il s’agira de la guerre en Afghanistan.

Un cas qui semblait désespéré

Après une série d’échecs des services de renseignement américains, le Congrès américain a approuvé fin 1979 un nouvel ensemble de règles interdisant à la CIA de s’engager dans des «opérations sales». En décembre de la même année, la CIA a volontairement réduit toutes les opérations qui pouvaient entrer dans cette définition.

Par conséquent, quand en même temps les troupes soviétiques sont entrées en Afghanistan, les services de renseignement américains ne se sont pas fait d’illusions sur l’efficacité de leurs actions possibles pour soutenir les opposants à l’URSS. Certes, le président américain Carter a donné son feu vert au soutien des rebelles afghans. Les États-Unis étaient prêts (comme le Pakistan, l’Arabie saoudite, la Chine et un certain nombre de pays musulmans) à fournir des armes aux moudjahidines. Mais personne de la CIA n’a pensé qu’il était possible de remporter une victoire dans cette lutte.

Suivant l’ancienne règle, la CIA a tenté d’exclure la fourniture à l’Afghanistan (comme à d’autres pays) d’armes fabriquées aux États-Unis. À cette époque, le caractère secret de l’opération était extrêmement important pour la CIA; tout était fait pour éviter d’être accusés de ce qui se passait directement. Par conséquent, le premier lot (environ 1 000 unités), livré au Pakistan à partir de la base secrète de San Antonio, était composé d’armes et de munitions soviétiques préparées par la CIA spécifiquement à cet effet. Par la suite, les Américains ont acheté pour les Afghans des fusils britanniques Lee-Enfield de la Première Guerre mondiale et des munitions stockées en grandes quantités dans des entrepôts.

Mais l’essentiel n’est pas là. Le budget alloué pour soutenir les bandits afghans en 1980 n’était que de 5 millions de dollars par an. En 1981, ce montant a été doublé, mais restait toujours misérable – moins que le coût d’un seul avion de combat.

Le rôle des individus

Et c’est à ce moment-là qu’un ardent anti-communiste, membre du Congrès du Texas, Charles Wilson, s’est très vivement intéressé à la guerre en Afghanistan. Il estimait que l’Afghanistan pouvait devenir pour les Soviétiques ce que le Vietnam avait été pour les États-Unis. Entré dans le sous-comité des crédits, il a eu la possibilité de rechercher un financement accru pour cette guerre, qu’il a bientôt commencé à considérer comme la sienne. Mais pour que l’argent qu’il gagnait soit dépensé correctement, il avait besoin de liens avec la CIA. Cependant, l’agence de renseignement n’est pas habituée à travailler en étroite collaboration avec des gens du Congrès, craignant à juste titre une forte probabilité de fuite d’informations et un nouveau scandale.

Le nouveau chef du centre d’opérations de la CIA à Islamabad, Howard Hart, considérait que les Américains, soutenant les Afghans, visaient plusieurs objectifs. Premièrement, forcer l’URSS à détourner l’équipement militaire moderne de la direction occidentale, où les forces du Traité de Varsovie étaient opposées aux forces de l’OTAN. Deuxièmement, les dommages causés au budget soviétique. À son avis, il fallait dépenser moins, mais plus efficacement. Son opinion était partagée par le président du Pakistan, Ziya-ul-Haq. “Nous devons faire bouillir le breuvage pour les Russes, mais pour qu’il ne déborde pas sur le Pakistan”, a-t-il dit. Les Américains comme les Pakistanais craignaient qu’avec une augmentation de leur intervention dans les événements afghans, l’URSS ne puisse envoyer ses troupes au Pakistan.

L’opinion de Hart différait de celle de Wilson, qui voulait la victoire dans cette guerre – une idée extravagante pour l’époque. Cependant, sa conviction et sa volonté de trouver des fonds pour intensifier la guerre a plu au chef du département du Moyen-Orient de la CIA Chuck Kogan. En conséquence, en 1983, le montant de l’aide américaine aux moudjahidin est passé à 30 millions de dollars par an. Mais même cet argent était ridicule pour soutenir la guerre contre une formation aussi puissante que la 40e armée interarmes des forces armées de l’URSS.

En outre, Gast Avrakotos a été nommé au poste de chef du point opérationnel de la CIA en Afghanistan. Cet officier avait une vaste expérience dans la conduite d’opérations secrètes et en est rapidement venu à partager les vues de Wilson. Sa nomination a sérieusement changé l’attitude de la CIA (et donc des États-Unis) face à cette guerre. En outre, en 1983, Wilson a réussi à attirer Doc Long, président de la Commission des crédits du Congrès, à ses côtés. De plus, Wilson a convenu avec l’Arabie saoudite que pour chaque dollar dépensé par les États-Unis dans la guerre, l’Arabie saoudite en investirait autant. Ainsi, le montant du financement des moudjahidines en 1984 a considérablement augmenté. Et tous ces gens ont cherché à tuer les soldats soviétiques – et les ont tués.

Accent sur les systèmes de missiles antiaériens

À cette époque, Charles Wilson a appris l’existence d’armes contre lesquelles les Moudjahidines n’avaient pas de défense – les hélicoptères soviétiques Mi-24. Les moudjahidines utilisaient des mitrailleuses DShK de fabrication chinoise pour les combattre, mais elles étaient inefficaces – les balles ne faisaient que rebondir sur le blindage de l’hélicoptère. Par conséquent, Wilson a commencé à chercher d’autres armes.

Deux systèmes ont été présentés au choix de Wilson: le canon antiaérien automatique suisse Oerlikon et les canons antiaériens automatiques jumeaux ZU-23×2 soviétiques stockés dans les entrepôts des forces armées égyptiennes. Ces systèmes permettaient d’atteindre les hélicoptères soviétiques à une altitude de 5000 mètres. Mais les Égyptiens n’ont pas pu faire la preuve de l’efficacité des canons antiaériens dans les montagnes et la possibilité de les faire transporter par des bêtes de somme. En conséquence, un petit lot d’Oerlikon a été acheté. Et le financement de l’achat d’armes pour les moudjahidines a augmenté dans son ensemble de 100 millions de dollars.

La CIA également cherchait des armes contre le Mi-24. Avrakotos a réussi à organiser un achat secret de systèmes de défense aérienne portables (MANPADS) de fabrication soviétique, produits dans des usines polonaises. Cela a été facilité par l’un des généraux polonais qui détestait l’URSS – il a livré aux Américains des dépôts de l’armée polonaise un grand lot de MANPADS “Strela”. Des missiles similaires ont été fournis par les Chinois. Une tentative a été faite d’acheter les mêmes missiles aux Égyptiens, mais ils étaient stockés dans des conditions déplorables et se sont révélés hors d’usage. Grâce à son expérience et à sa connaissance du marché noirdes armes, Avrakotos a pu réduire considérablement le coût des armes et des munitions achetées pour les moudjahidin, augmentant ainsi le volume des fournitures.

En 1984, Gast Avrakotos a reçu le capitaine Vickers, un ancien “béret vert”, dans le cadre du point opérationnel de la CIA en Afghanistan. Ce type était plus que quiconque dans les secrets de la guérilla. C’est lui qui a réussi à calculer correctement la meilleure façon de gérer l’argent alloué. Vickers a calculé le nombre nécessaire de détachements partisans des moudjahidin afghans, les quantités d’armes, le nombre requis de munitions et d’autres éléments logistiques qui devaient être envoyés en Afghanistan. En particulier, il pensait que l’unité tactique principale des Moudjahidines devrait être un détachement d’une centaine de personnes armées de fusils d’assaut AK-47 et de trois mitrailleuses.

L’une des principales exigences de Vickers était une augmentation du nombre de MANPADS achetés pour les Afghans de 20 à 30 fois. Il estimait inutile de rechercher un seule type d’arme de défense aérienne contre les hélicoptères et qu’une combinaison de divers types d’armes pouvait également être efficace.

Selon les calculs de Vickers, les moudjahidin avaient besoin d’un budget de 1,2 milliard de dollars par an pour mener avec succès la guerre contre les troupes soviétiques. Après que Vickers a présenté avec succès son programme non seulement à la CIA, mais aussi à Wilson, le montant alloué au programme afghan est passé à 500 millions de dollars, dont la moitié provenait du Congrès américain et l’autre de l’Arabie saoudite.

Aide chinoise contre l’URSS

Cependant, trouver autant d’armes soviétiques sur le marché noir n’était pas si facile. C’est alors que les communistes chinois ont fait avancer l’affaire de la CIA, livrant des armes soviétiques à la fois sous licence soviétique et sans. En fait, la majeure partie des armes entrant en Afghanistan à partir de la fin de l’automne 1984 était de fabrication chinoise. En conséquence, les prix d’un fusil d’assaut Kalachnikov sont tombés à moins de 100 dollars, tandis que les prix des mines d’infanterie sont tombés à 75 dollars chacune.

Cependant, en équipant les Moudjahidines de MANPADS, les Chinois ne pouvaient offrir que des Strela de leur propre production. Ce complexe était obsolète et les hélicoptères soviétiques ont réussi à les éviter en utilisant des pièges à chaleur et le dispositif Lipa. La question s’est posée de l’acquisition pour les Afghans du dernier MANPADS britannique «Blow Pipe».

En 1985, des roquettes chinoises ont commencé à arriver en Afghanistan, que les Moudjahidines ont lancées en utilisant des sacs de sable et d’autres moyens artisanaux comme guides. De plus, des PU RS fabriqués en Chine ont été livrés aux moudjahidin. Cependant, la CIA cherchait des missiles avec une portée de tir de plus de 10 km et … elle a trouvé les Katiouchas soviétiques dans les entrepôts des forces armées égyptiennes, livrés à l’époque de l’URSS. Ils ont également été achetés, livrés en Afghanistan et utilisés pour bombarder Kaboul.

Sans plus de complexes

1985 a été un tournant dans cette guerre. Les Américains pensaient qu’à ce moment-là, l’URSS pouvait encore gagner si elle avait augmenté la taille de son groupe d’intervention à un demi-million de personnes. Les commandants de campagne qui ont combattu contre l’armée soviétique adhèrent désormais à cette idée. Ils admettent que si cela avait duré un peu plus, leur résistance aurait été brisée. Mais cela ne s’est pas produit. Gorbatchev est arrivé au pouvoir en URSS.

Fin 1985 – début 1986, il a été décidé de fournir à l’Afghanistan les derniers MANPADS américains Stinger. Cela marque un véritable tournant dans la lutte des moudjahidin contre les hélicoptères et les avions soviétiques. Les États-Unis ont tellement augmenté le montant du financement et des achats d’armes aux moudjahidines qu’il était impossible de le cacher davantage. De plus, maintenant que le budget de la CIA pour cette guerre s’élevait à 750 millions de dollars, les Américains n’avaient plus peur que l’URSS soit au courant de leur aide aux Moudjahidines. Comme l’a dit un membre de la CIA: «Et si le KGB apprenait notre aide aux Afghans? Vont-ils nous poursuivre en justice? »

En 1985, la CIA a consacré plus de 50% du budget alloué par le Congrès à l’Afghanistan, et en 1986 plus de 70%. En 1987, le financement total américano-saoudien pour les moudjahidines afghans a atteint 1 milliard de dollars. Et les pertes des troupes soviétiques en Afghanistan se sont élevées à des milliers de soldats et d’officiers. Ils ont en fait été tués avec l’argent des États-Unis d’Amérique.

* * *

Que dire dans ce cas des médias et des politiciens américains qui accusent aujourd’hui la Russie d’avoir financé le meurtre de trois soldats américains seulement? Que c’est techniquement, politiquement et même idéologiquement absurde? Et que même si les services spéciaux russes avaient voulu payer pour cela, ils n’auraient laissé aucune trace d’un tel financement?

Leur fantastique hypocrisie n’a d’égal que leur fanatisme politique et leur aveuglement.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments

Qu’est ce qui est le plus grave le corrupteur où les traîtres ? Ce qui me frappe le plus dans cet article n’est pas l’achat d’armes par les USA. Sur le champ de bataille se sont les hommes et les armes qui tuent pas les dollars. Ors la plupart des armes vendues sont selon l’article sont de fabrication soviétiques donc vendues à des pays amis qui ont bien participé au massacre par négligence ou complicité. Et la Chine semble sur le podium pour cette action. Il faut croire que l’harmonie avec l’URSS fonctionnait moins bien qu’avec les USA. En lisant… Lire la suite »

On a pas eaucoup de documents sur la période d’affrontement entre brejnev et la bande des quatre. Je considère comme une erreur tragique les rôle du gouvernement chinois dans cette guerre impérialiste en Afganistan. quand au rôle de Gorbatchev il a déjà été souligné ici donc c’est sans surprise.