Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Un mensonge: la Chine détient des millions d’Ouïghours, par Ajit Singh et Max Blumenthal

Les allégations selon lesquelles la Chine a détenu des millions de musulmans ouïghours sont fondées en grande partie sur deux études. Un examen plus approfondi de ces documents révèle le soutien du gouvernement américain, des méthodologies absurdes et de mauvaise qualité et un chercheur évangélique fondamentaliste nommé Adrian Zenz.

La Chambre des représentants des États-Unis a adopté la loi sur la politique ouïghoure en matière de droits de l’homme le 3 décembre, une loi qui appelle l’administration Donald Trump à imposer des sanctions contre la Chine à partir d’allégations selon lesquelles Pékin aurait détenu des millions d’Ouïghours à majorité musulmane dans la région ouest du Xinjiang.

Pour susciter le soutien au projet de loi sur les sanctions, les gouvernements occidentaux et les médias ont dépeint la République populaire comme un violeur des droits de l’homme au même titre que l’Allemagne nazie. Le représentant républicain Chris Smith, par exemple, a dénoncé le gouvernement chinois pour ce qu’il a appelé «l’internement massif de millions de personnes à une échelle sans précédent depuis la Shoah», dans «des camps de concentration modernes». 

L’affirmation selon laquelle la Chine a détenu des millions d’ouïghours de souche dans sa région du Xinjiang est répétée avec une fréquence croissante, mais les faits ne sont pas vérifiés. Pourtant, un examen plus approfondi du chiffre et de la manière dont il a été obtenu révèle une grave lacune dans les données.

Bien que cette affirmation extraordinaire soit considérée comme inattaquable en Occident, elle se fonde en fait sur deux «études» très douteuses. 

La première, en provenance du réseau de défenseurs des droits de l’homme chinois soutenu par le gouvernement américain, a établi son estimation en interrogeant un total de huit personnes.

La deuxième étude s’est appuyée sur des rapports de presse et des spéculations fragiles. Elle a été rédigée par Adrian Zenz, un chrétien fondamentaliste d’extrême droite qui s’oppose à l’homosexualité et à l’égalité des sexes, soutient la «fessée scripturale» des enfants et croit qu’il est «dirigé par Dieu» dans une «mission» contre la Chine.

Alors que Washington accroît la pression sur la Chine, Zenz a été sorti de l’obscurité et transformé presque du jour au lendemain en un expert sur le Xinjiang. Il a témoigné devant le Congrès, il a fourni des commentaires dans des médias du Wall Street Journal à Democracy Now !, et ses citations sont désignées comme celles d’experts dans le récent rapport «China Cables» du Consortium international des journalistes d’investigation. Sa biographie sur Twitter note qu’il «se déplace de l’autre côté de l’Atlantique» depuis son Allemagne natale.

Avant que le rédacteur en chef de Grayzone, Max Blumenthal, n’interroge Zenz sur sa «mission» religieuse, lors d’un récent événement sur le Xinjiang à l’intérieur du Capitole américain, il avait reçu une promotion presque entièrement non critique des médias occidentaux.

Le Réseau des défenseurs des droits de l’homme chinois, qui est celui qui a popularisé le chiffre des «millions de détenus», a également pu fonctionner sans la moindre attention critique des médias.

Une ONG soutenue par Washington affirme que des millions de personnes sont détenues après avoir interrogé huit personnes

Le chiffre des «millions de détenus» a été popularisé pour la première fois par une ONG basée à Washington, DC qui est soutenue par le gouvernement américain, le Network of Chinese Human Rights Defenders (CHRD).

Dans un rapport de 2018 soumis au Comité des Nations Unies pour l’élimination de la discrimination raciale – souvent devenu abusivement dans les médias occidentaux un rapport des Nations Unies – le CHRD «estime [d] qu’environ un million de membres de l’ethnie ouïghoure ont été envoyés en rééducation «des camps de détention et environ deux millions ont été contraints de suivre des programmes de « rééducation » au Xinjiang.» Selon CHRD, ce chiffre a été “[b] asé sur des entretiens et des données limitées.” 

Alors que le CHRD déclare avoir interrogé des dizaines d’ouïghours de souche au cours de son étude, cette énorme estimation était finalement basée sur des entretiens avec exactement huit individus ouïghours.

Sur la base de cet échantillon absurdement restreint de sujets de recherche dans une zone dont la population totale est de 20 millions d’habitants, le CHRD «extrapole des estimations» selon lesquelles «au moins 10% des villageois […] sont détenus dans des camps de rééducation et 20% forcés d’assister à des camps de rééducation jour / soir dans les villages ou les cantons, totalisant 30% dans les deux types de camps. »

En appliquant ces taux estimés à l’ensemble du Xinjiang, CHRD est arrivé aux chiffres soumis à l’ONU affirmant qu’un million d’ouïghours ethniques ont été détenus dans des «camps de détention de rééducation» et deux millions d’autres ont été «contraints à des sessions d’éducation ». 

Grâce à des sources douteuses comme le CHRD, le gouvernement des États-Unis a accusé la Chine de “détenir arbitrairement [800] peut-être plus de deux millions de Ouïghours, de Kazakhs de souche et d’autres musulmans dans des camps d’internement destinés à effacer les identités religieuses et ethniques”.

Témoignant devant le comité sénatorial des relations étrangères en 2018, le responsable du département d’ÉtatScott Busby, a déclaré que ceci ” est l’évaluation du gouvernement américain, soutenue par notre communauté du renseignement et des rapports open source”.

Le gouvernement chinois a rejeté les allégations américaines et affirme qu’il a en fait créé «des centres d’enseignement et de formation professionnels […] pour empêcher la multiplication et la propagation du terrorisme et de l’extrémisme religieux». Le ministère chinois des Affaires étrangères a déclaré qu’«il n’y a aucun soi-disant « camp de rééducation » dans le Xinjiang. Les centres d’enseignement et de formation professionnels exploités légalement dans le Xinjiang visent à aider un petit nombre de personnes touchées par des idéologies terroristes et extrémistes et à les doter de compétences leur permettant de devenir autonomes et de se réinsérer dans la société. »

Dans leur campagne de pression croissante contre la Chine, les États-Unis ne comptent pas uniquement sur CHRD pour les données; le gouvernement US finance directement ses opérations. Comme Ben Norton et Ajit Singh l’ont déjà signalé pour The Grayzone, CHRD reçoit un soutien financier important de la part du bras de changement de régime de Washington, le National Endowment for Democracy (NED).

L’ONG a passé des années à faire campagne au nom de personnalités d’extrême droite qui célèbrent le colonialisme et appellent à «l’occidentalisation» de la Chine.

Un «expert de premier plan» sur le Xinjiang s’appuie sur des spéculations et un rapport douteux

Adrian Zenz est la deuxième source clé pour affirmer que la Chine a arrêté des millions de musulmans ouïghours. Il est chercheur principal sur la Chine à la Fondation d’extrême-droite Victims of Communism Memorial, créée par le gouvernement américain en 1983.

La Fondation commémorative des victimes du communisme est une excroissance du Comité national des nations captives, un groupe fondé par le nationaliste ukrainien Lev Dobriansky pour faire pression contre tout effort de détente avec l’Union soviétique. Son coprésident, Yaroslav Stetsko, était l’un des principaux dirigeants de la milice fasciste OUN-B qui a combattu aux côtés de l’Allemagne nazie lors de son occupation de l’Ukraine pendant la Seconde Guerre mondiale. Ensemble, les deux ont aidé à fonder la Ligue mondiale anti-communiste décrite par le journaliste Joe Conason comme «le paradis organisationnel des néonazis, des fascistes et des extrémistes antisémites de deux douzaines de pays».

Aujourd’hui, la fille de Dobriansky, Paula, siège au conseil d’administration de Victims of Communism Memorial Foundation. Ancienne responsable de Reagan et George HW Bush et signataire du document original Project for a New American Century, Paula Dobriansky est devenue une référence dans les cercles néoconservateurs de Capitol Hill.

Depuis son bureau de Washington, la Victims of Communism Memorial Foundation milite pour un changement de régime du Venezuela à la périphérie de la Chine, faisant avancer la théorie du «double génocide» qui réécrit l’histoire de l’Holocauste et pose le communisme comme un mal mortel au même titre que le fascisme hitlérien.

Les recherches politisées de Zenz sur le Xinjiang et le Tibet sont devenues l’une des armes les plus efficaces de ce groupe de droite. 

En septembre 2018, Zenz a écrit un article publié dans la revue Central Asian Survey concluant que «le nombre total d’internements de rééducation au Xinjiang peut être estimé à un peu plus d’un million». (Une version condensée de l’article a été initialement publiée par la Jamestown Foundation, un groupe de réflexion néoconservateur fondé au plus fort de la guerre froide par le personnel de l’administration Reagan avec le soutien du directeur de l’époque de la CIA, William J.Casey).

Comme le CHRD, Zenz est arrivé à son estimation «plus d’un million» de manière douteuse. Il l’a basée sur un seul reportage d’Istiqlal TV, une organisation médiatique ouïghoure en exil basée en Turquie, qui a été republiée par Newsweek Japan. Loin d’être une organisation journalistique impartiale, Istiqlal TV fait avancer la cause séparatiste tout en accueillant un assortiment de personnalités extrémistes. 

Abdulkadir Yapuquan, l’un des principaux dirigeants du Mouvement islamique du Turkestan oriental (ETIM), un groupe séparatiste qui vise à établir une patrie indépendante dans le Xinjiang, est le Turkestan oriental. 

ETIM a été désignée comme une organisation terroriste ayant des liens avec al-Qaïda par les États-Unisl’Union européenne et le Comité des sanctions contre Al-Qaida du Conseil de sécurité des Nations Unies. Associated Press a rapporté que depuis «2013, des milliers d’Ouïghours… se sont rendus en Syrie pour s’entraîner avec le groupe militant ouïghour Turkistan Islamic Party et combattre aux côtés d’al-Qaida», avec «plusieurs centaines de membres de l’État islamique». 

Le Parti islamique du Turkestan (TIP) a été parmi les forces les plus récalcitrantes opérant dans la province d’Idlib, contrôlée par Al-Qaïda, rejetant tous les efforts de cessez-le-feu tout en endoctrinant des enfants au militantisme. La direction de TIP a appelé les musulmans étrangers à mener le jihad en Syrie, en publiant une vidéo de recrutement en ligne en 2018 qui a célébré les attentats du 11 septembre comme des représailles sacrées contre des États-Unis décadent inondés d’homosexualité et de péché.

Enfants du Parti islamique du Turkistan à Idlib, Syrie

Selon le Los Angeles Times, Yapuquan est «un invité régulier sur Istiqlal TV… où ses interviews se sont souvent prolongées en des tirades émotionnelles de plusieurs heures contre la Chine».

Le journaliste turc Abdullah Bozkurt a rapporté qu’Istiqlal TV avait également accueilli des antisémites fanatiques comme Nureddin Yıldız, qui dans une interview sur le réseau, “a appelé au jihad armé non seulement dans la région autonome du Xinjiang, mais partout dans le monde et a décrit la Chine comme une nation des sauvages, pire que les Juifs. “

Le reportage d’Istiqlal TV sur lequel s’appuie Zenz a publié un tableau non vérifié de “chiffres de détenus en rééducation” qui auraient été “divulgués” par les autorités chinoises, totalisant 892000 personnes dans 68 comtés du Xinjiang au printemps 2018. 

Zenz compile ces données en citant des rapports de Radio Free Asia, une agence de presse financée par les États-Unis créée par la CIA pendant la guerre froide pour faire de la propagande contre la Chine (la loi ouïghoure sur les droits de l’homme récemment adoptée par le Congrès donne mandat à l’agence américaine pour les médias mondiaux – la société mère de Radio Free Asia – de faire un rapport sur le Xinjiang, y compris «des évaluations des stratégies de propagande chinoise»).

Avec son bricolage de sources douteuses, Zenz extrapole une estimation extrêmement large «entre plusieurs centaines de milliers et un peu plus d’un million». 

Tout en admettant qu’«il n’y a aucune certitude» dans son estimation, il a conclu qu’il est néanmoins «raisonnable de spéculer». Il a tenté d’éluder la responsabilité personnelle de la fiabilité douteuse du chiffre, cependant, en déclarant que «[l] ‘exactitude de cette estimation est bien entendu fondée sur la supposée validité des sources indiquées». 

Au fil du temps, Zenz continue de gonfler son estimation spéculative des détenus ouïghours. S’exprimant lors d’un événement organisé par la mission américaine à Genève en mars 2019, Zenz a déclaré : “Bien qu’il soit spéculatif, il semble approprié d’estimer que jusqu’à 1,5 million de minorités ethniques [ont été arrêtées par la Chine au Xinjiang].” Zenz a encore augmenté son estimation dans une interview accordée à Radio Free Asia en novembre 2019, affirmant que la Chine détenait 1,8 million de personnes. 

Dans une interview avec Spiegel, Zenz a affirmé que la Chine avait effectivement interdit la pratique de l’islam au Xinjiang. “Quiconque au Xinjiang s’engage dans n’importe quel type de pratique religieuse, quiconque a même un seul verset du Coran enregistré sur son téléphone portable, sera soumis à un processus brutal de rééducation sans procès”, a-t-il maintenu.

Ces allégations incendiaires ont conféré à Zenz le statut d’«expert» international sur le Xinjiang, lui ont valu des invitations à témoigner devant le Congrès américain et le Parlement canadien, et à commenter dans les principaux médias américains, notamment le New York Timesle Washington PostCNN, et la démocratie maintenant! 

Zenz a également été présenté par le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) comme la principale autorité légitimant leur récente enquête «China Cables». Le rapport de l’ICIJ affirme que «[l] es ingénieurs, experts en documents et en Xinjiang, y compris Zenz, qui ont examiné les documents ont exprimé leur confiance en leur authenticité».

Compte tenu de l’habitude de spéculation de Zenz et de la fiabilité douteuse du seul rapport des médias d’Istiqlal TV sur lequel il s’appuie pour ses estimations, il est troublant que les gouvernements et les médias occidentaux aient accepté et promu ses affirmations sans aucune trace de scepticisme.

Un examen plus attentif des propres préjugés de Zenz devrait amplifier ces préoccupations, car il est un temporisateur évangélique à part entière qui semble croire que Dieu l’a envoyé en croisade sainte contre la République populaire de Chine.

Un chrétien fondamentaliste «dirigé par Dieu» en mission contre la Chine, l’homosexualité et l’égalité des sexes

Chrétien né de nouveau qui prétend prêcher dans son église locale, Adrian Zenz est professeur à l’École européenne de culture et de théologie. Ce campus à consonance anodine est en fait la base allemande de Columbia International University, un séminaire chrétien évangélique basé aux États-Unis qui considère la « Bible [comme] le fondement ultime et la vérité finale dans tous les aspects de nos vies », et dont la mission est d’ « éduquer les gens dans une vision biblique du monde pour impacter les nations avec le message du Christ». 

Le travail de Zenz sur la Chine est inspiré par cette vision biblique du monde, comme il l’a récemment expliqué dans une interview au Wall Street Journal . «Je me sens très clairement conduit par Dieu à faire cela», a-t-il déclaré. «Je peux le dire ainsi. Je n’ai pas peur de le dire. Avec le Xinjiang, les choses ont vraiment changé. C’est devenu comme une mission ou un ministère. »

Parallèlement à sa «mission» contre la Chine, des conseils célestes ont apparemment incité Zenz à dénoncer l’homosexualité, l’égalité des sexes et l’interdiction des châtiments corporels contre les enfants en tant que menaces pour le christianisme.

Zenz a décrit ces points de vue dans un livre qu’il a co-écrit en 2012, intitulé Worthy to Escape : Why All Believers Will Not Be Raptured Before the Tribulation. Dans le tome, Zenz a discuté du retour de Jésus-Christ, de la colère à venir de Dieu et de la montée de l’Antéchrist. 

Zenz a prédit que la future chute du capitalisme amènera l’Antéchrist au pouvoir dans «quelques décennies». Il a identifié la force qui «fera entrer l’Antéchrist au pouvoir» comme «la chute économique et financière de« Babylone », « Babylone » représentant symboliquement le système économique mondial (le capitalisme)».

Digne d'échapper à Adrian Zenz Ouïghours en Chine
“Digne de s’échapper: pourquoi tous les croyants ne seront pas enlevés avant la tribulation”, par Adrian Zenz et Marlon L. Sias

Parallèlement à la chute du capitalisme, Zenz considère également «le relativisme postmoderne et la pensée de tolérance» et leur promotion apparente de l’homosexualité, de l’égalité des sexes et de la parentalité non violente comme des menaces pour le christianisme et «[t] il le pouvoir trompeur, semblable à un léopard derrière l’Antéchrist. ” 

«Il est très probable que la persécution mondiale des vrais croyants se concentrera sur l’accusation de promouvoir des « opinions intolérantes », a écrit Zenz,« en particulier en ce qui concerne la prédication contre l’homosexualité. »

Zenz a fait valoir que «[les] lois contre le crime et la lutte contre la discrimination joueront probablement un rôle majeur dans la répression du christianisme biblique» et faisaient partie d’une «campagne de tolérance» anti-chrétienne » parce qu’elles « interdisaient aux employeurs de discriminer sur la base de genre ou orientations sexuelles.

“Le résultat de ce processus est une rébellion ouverte contre Dieu et les structures d’autorité humaine données par Dieu”, a déclaré Zenz, décriant que “[r] es nombres de pays interdisent toutes les formes de punition physique des enfants, la principale méthode scripturale pour inculquer respect de l’autorité dans la jeune génération et protection contre les tendances rebelles. » Zenz assure aux lecteurs que «la vraie fessée biblique est l’amour de la discipline et non la violence».

“Une autre structure d’autorité importante donnée par Dieu que Satan attaque à travers l’esprit postmoderne est celle des structures d’autorité de genre”, a poursuivi Zenz. «Grâce aux notions d’égalité des sexes […], l’ennemi mine les attributions de rôle uniques mais différentes de Dieu pour les hommes et les femmes.»

Compte tenu de ces vues obscurantistes de droite, il n’est pas surprenant que la préoccupation proclamée de Zenz pour la condition des musulmans en Chine ne semble pas s’étendre aux musulmans ailleurs.

Une recherche sur le profil Twitter de Zenz ne renvoie aucun tweet concernant la montée de l’islamophobie en Occident, ni des guerres américaines et des frappes de drones contre les pays à majorité musulmane. Le seul Tweet de Zenz concernant les musulmans qui n’est pas lié à la Chine est un déni qu’il existe un double standard dans la façon dont la violence est jugée lorsqu’elle est commise par des blancs par rapport aux musulmans.

«La fin des temps est un sujet très fascinant»

Dans son témoignage du 10 décembre 2019 devant la commission des affaires étrangères de la Chambre , Adrian Zenz a en quelque sorte fait un tour de force pour l’adoption par le Congrès de la loi ouïghoure sur les droits de l’homme la semaine précédente, qui a imposé de nouvelles sanctions au gouvernement chinois. Citant le succès du projet de loi, il a appelé à l’ouverture d’un nouveau front contre la Chine avec une enquête américaine sur «le travail involontaire en relation avec le Xinjiang».

Adrian Zenz témoignera devant le Congrès le 10 décembre 2019

Ce même jour, Zenz est également apparu sur un panneau dédié au Xinjiang qui était organisé par la Victims of Communism Memorial Foundation au US Capitol Visitor Center.

Des poids lourds républicains comme Sam Brownback, l’ancien gouverneur farouchement anti-LGBT et anti-avortement du Kansas et actuel ambassadeur des États-Unis pour la liberté de religion, ainsi que les principaux membres du personnel du sénateur Marco Rubio, parrain de pratiquement tous les Le projet de loi sur les sanctions contre la Chine sera approuvé par le Congrès ces dernières semaines.

Sam Brownback, un ancien sénateur fondamentaliste de droite, lors du panel Victims of Communism sur le Xinjiang. (Zenz est deuxième à sa droite).

Au cours d’une session de questions-réponses, le rédacteur en chef de Grayzone, Max Blumenthal, a interrogé Zenz sur ses opinions religieuses fondamentalistes et sa politique d’extrême droite.

Zenz ne s’est pas éloigné de ses déclarations antérieures dénonçant l’égalité des sexes et la «pensée de tolérance», ni de son plaidoyer pour la «fessée scripturale» des enfants. Au lieu de cela, il a affirmé qu’il n’y avait aucune incohérence entre ces opinions et la qualité de ses recherches sur la région chinoise du Xinjiang.

“J’ai des antécédents divers et j’ai des relations personnelles que je ne crois pas incompatibles avec mes recherches”, a répondu Zenz à Blumenthal. «Je ne soutiens en aucune façon les méthodes autoritaires de la Chine, et je crois qu’il y a un Dieu qui porte un jugement sous différentes formes. La fin des temps est un sujet très fascinant, un sujet très complexe, et je pense, très pertinent. Et je pense qu’il est bon de vivre conscient de cela. “

Quelques instants plus tard, un jeune homme visiblement bouleversé s’est levé de son siège pour «condamner Max Blumenthal». Déchaînant un torrent d’insultes à Blumenthal, il n’a nullement tenté de réfuter la ligne d’interrogation du journaliste.

La condamnation rigoureusement appliquée exposée dans les chambres politiquement hermétiques du Capitole américain englobe également l’ensemble des médias occidentaux, où même des médias prétendument progressistes ont fourni à Zenz une plate-forme non critique.

Des salles de pouvoir de Washington aux principales salles de rédaction, peu sont prêts à laisser des faits gênants entraver une nouvelle croisade de la guerre froide, indéniablement fondée sur la foi. 

Ajit Singh

Ajit Singh est avocat et journaliste. Il est un auteur collaborateur de  Keywords in Radical Philosophy and Education: Common Concepts for Contemporary Movements  (Brill: 2019). Il tweete sur  @ajitxsingh .

ABONNEZ-VOUS À LA LISTE DE DIFFUSION

Adresse e-mail *

LA GRAYZONE SUR TWITTER
Journalisme d’investigation sur la politique et l’empire
Trouvez-nous sur
Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
4 Commentaires
Oldest
Newest
Inline Feedbacks
View all comments

[…] Un mensonge : la Chine détient des millions d’Ouïghours […]

[…] Traduction : Histoire et Société […]

[…] Traduction : Histoire et Société […]