Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Pourquoi cette «révolution» américaine en cours devrait-elle échouer? par André Vltchek

Ce texte sur l’incapacité révolutionnaire des Etats unis nous interroge nous Français, et singulièrement les communistes français. Le PCF pourquoi le cacher est divisé entre ceux qui par opportunisme veulent nous faire ressembler aux États-Unis, sous prétexte que nous y sommes déjà et que la lutte des classes c’est dépassé et ceux qui tentent de retrouver une issue, des positions de classe, le socialisme. Depuis Robert Hue et les suivants, on nous incite à ressembler à la “modernité” du néo-libéralisme, au communautarisme à la mode US, à cautionner sous couvert de droits de l’homme les pillages impérialistes, à rompre avec la solidarité internationaliste. Voilà l’enjeu du prochain congrès tel qu’il est posé pour le peuple français par André Vltchek (note et traduction de Danielle Bleitrach).

Région: USA dans le monde

USR54344353453

Observés depuis l’espace, les États-Unis sont dans une tourmente révolutionnaire. Des incendies dévorent, des milliers de personnes affrontent la police et d’autres forces de sécurité. Il y a des barricades, des bannières, des affiches et il y a de la rage.

La rage est bien justifiée. Les griefs sont profonds, dans les veines d’une population en pleine confusion et socialement précaire, dans les villes comme à la campagne. Les minorités se sentent et sont en fait opprimées. En effet, elles ont été honteusement opprimées, depuis la naissance du pays, il y a plus de deux siècles (voir mon dernier rapport publié dans ce magazine).

Il y a des mots corrects prononcés et écrits; de nombreux sentiments appropriés sont exprimés.

Et pourtant, et pourtant… Cela ressemble à une révolution, cela ressemble à une révolution, mais ce n’est pas une révolution. Ce n’est certainement pas le cas! Pourquoi?

***

Un expert de la Chine communiste, un homme qui a passé de nombreuses années à vivre et à écrire des livres sur le pays le plus peuplé de la Terre, Jeff Brown, a récemment déclaré quelque chose qui a immédiatement attiré mon attention. Il a décrit avec précision, sur son China Rising Radio Sinoland, ce qui s’est passé dans son pays d’origine, les États-Unis:

«Les manifestations aux États-Unis, terre de Marlboro Man, n’aboutiront à rien car il n’y a pas de solidarité, pas de vision, ni d’idéologie directrice pour unir le peuple dans la lutte commune contre le 1%. Demandez aux Black Panthers et à Mao Zedong. » 

C’est précisément quand «guider l’idéologie» est désespérément nécessaire! Que ce qui pourrait guider est introuvable.

Pendant des années et des décennies, les élites américaines (et européennes) et leurs médias de masse, ainsi que leurs points de vente éducatifs et de divertissement, ont systématiquement dépolitisé le cerveau de leurs citoyens. Pornographie, consumérisme et sitcoms au lieu de livres et de films profonds et philosophiques. Des voyages collectifs – souvent alcoolisés et axés sur le sexe -, au lieu de parcourir le monde à la recherche de connaissances, de réponses, tout en jetant des ponts entre différentes cultures (même entre celles des victimes et des agresseurs).

Les résultats sont de plus en plus évidents.

On a dit aux citoyens des pays occidentaux que les idéologies, en particulier celles de gauche, sont devenues «quelque chose qui appartient au passé», «quelque chose de lourd», peu attrayant et certainement pas «cool». Les masses occidentales l’ont accepté facilement, sans se rendre compte que sans les idéologies de gauche, il ne peut y avoir de changement, pas de révolution, ni d’opposition organisée au régime, qui pille le monde depuis plusieurs centaines d’années.

On leur a dit que les démocrates représentaient l’aile gauche et les républicains l’aile droite. Au fond, beaucoup sentaient que c’était des ordures. Il n’y a qu’un seul parti politique de droite aux États-Unis – démocrate-républicain. Mais il valait mieux pour la grande majorité ignorer ses propres instincts et nager avec le courant.

***

Cela est allé si loin que la plupart des gens en Amérique du Nord et en Europe ont atteint le point où ils n’étaient même plus en mesure de s’engager dans rien, du mouvement communiste au mariage en passant par la totalité des relations humaines. J’ai récemment décrit cet événement dans mon livre ” Revolutionary Optimism, Western Nihilism “.

Il y a de nombreuses explications à cela. L’un d’eux: le régime a créé une société fondée sur un individualisme extrême, l’égoïsme et une perception superficielle du monde. Organiser, s’engager, nécessite en fait au moins un peu de discipline, d’efforts et certainement un grand effort dédié à apprendre (sur le monde, une personne ou un mouvement) et travailler dur pour un monde meilleur. Il n’est pas facile de devenir un révolutionnaire lorsque l’on est installé à demeure sur un canapé ou une salle de sport, ou tout en frappant pendant des heures chaque jour dans un smartphone.

Les résultats sont tristes. L’anarchisme, nourri d’innombrables approches fragmentées, est de plus en plus populaire, mais il ne changera certainement pas le pays.

Lorsque les dirigeants de la «commune révolutionnaire» de Seattle ont été approchés par des journalistes sympathiques et interrogés sur leurs objectifs, ils n’ont pas pu répondre. C’étaient, sans aucun doute, des gens de bonnes intentions, indignés par le racisme et le meurtre de personnes innocentes. Mais ont-ils des plans, une stratégie, une organisation pour renverser le système qui étouffe littéralement des milliards de vies sur tous les continents? Définitivement pas!

Le 11 juin 2020, RT a déposé un rapport sur la situation à Seattle:

“Quelques organisations différentes ont des demandes différentes, et personne ne parle pour tout le monde, mais tout le monde essaie de se réunir”, a précisé Simone, laissant entendre que la liste très discutée des “demandes” qui ont circulé ces derniers jours ne représente pas les souhaits de toute la communauté. Cependant, il existe quelques lignes communes notifiées dans le règlement.

«Tout le monde est bouleversé. Nous sommes tous venus ici dans l’unité, juste parce que les flics doivent rendre des comptes », a-t-elle dit, déclarant que sa décision de se joindre à la manifestation était« d’essayer d’envoyer un message et de faire en sorte que la responsabilité soit reconnue».

“Maintenant, nous sommes ici – ouvrons le dialogue”, a poursuivi Simone, ne voulant pas s’engager à prendre le contrôle d’autres zones, à étendre la Zone, ou à toute demande ambitieuse formulée par d’autres membres du groupe. “

***

Les bolcheviks russes l’ont dit clairement, et on peut en dire autant de leurs partisans. Avant la grande révolution socialiste d’octobre 1917, ils ont passé des années et des décennies à éduquer les gens dans tout leur vaste pays. Certains des plus grands penseurs et écrivains, dont le romancier Maxime Gorki et le poète Vladimir Maïakovski, participaient au «projet». Même les paysans simples comprenaient facilement la réalité de leur triste existence tout en étant inspirés par certains des plus grands esprits de leur nation. Sans la guerre froide et l’ingérence brutale de l’Occident, l’Union soviétique survivrait et prospérerait jusqu’à ce jour.

On pourrait en dire autant des grandes luttes révolutionnaires de Chine, du Vietnam, du Laos, de Cuba, du Venezuela, où des centaines de millions d’énormes œuvres de philosophie, de fiction et de poésie ont été distribuées gratuitement aux paysans et aux travailleurs, qui ont facilement compris et se sont inspiré d’eux. En Chine, dans les années 1930, toute une «école de cinéma de Shanghai» est née, un véritable mouvement de réalisme socialiste qui a aidé à éduquer le public chinois sur l’état dans lequel il était contraint d’exister.

Des révolutions importantes et réussies ont été construites puis soutenues par les pauvres éduqués des zones urbaines et rurales, qui ont été réveillés et par conséquent indignés par leur position dans la société.

***

La rébellion aux États-Unis est stratégiquement superficielle. Il n’y a pas de grands leaders, pas de personnalités culturelles qui le dirigent, pas d’éducateurs extraordinaires.

Sans aucun doute, il y a des raisons claires de rage et de résistance. Le racisme en est un formidable.

Et il y en a d’autres: la société américaine, en général, est fatiguée car elle est déprimée. Comme c’est confus. Le pays vole, pillant littéralement toute la planète. Il torture des gens dans divers pays. Les forêts tropicales brûlent en Indonésie, au Brésil et au Congo pour satisfaire les demandes de plus d’huile de palme et d’autres matières premières. Les citoyens américains consomment comme aucune autre nation sous le soleil. Ils se divertissent, vivent souvent des vies frivoles et vides. Et pourtant, presque personne ne semble être heureux là-bas; personne n’est satisfait.

Les gens savent que quelque chose s’est mal passé, mais ils ne savent pas exactement ce que c’est. Ou, qui devrait vraiment être blâmé?

Il y a un manque aigu de solidarité. Et tout a lieu à l’improviste.

Les «membres de la majorité» aux États-Unis sont-ils vraiment à genoux parce qu’ils sont à l’unisson avec les minorités opprimées et le monde non occidental brutalisé? Ou bien «essaient-ils de sauver leur propre peau» et, à la fin, maintiennent-ils le statu quo, comme cela s’est produit en Australie et leur «Mouvement We Are Sorry! 2008?

Il n’y a pas de «front» fort, il n’y a pas de programme révolutionnaire.

Il semble que le pays ne soit pas prêt, ni préparé, pour un énorme travail de redéfinition.

L’insécurité est due au manque de soins médicaux gratuits, d’éducation et de logements subventionnés. La plupart des gens sont endettés. La dépression est, au moins partiellement, due à une surconsommation de déchets intellectuels et émotionnels. Il y a beaucoup de religions fondamentalistes, mais presque aucune discussion sur la façon d’améliorer la vie dans ce monde.

La société ségrégée, atomisée et fragmentée semble incapable de donner naissance à un projet national véritablement compatissant et égalitaire.

De nombreux citoyens américains se considèrent comme des «victimes». Les minorités ethniques le sont certainement. Les autres aussi? Qui est la victime et qui en est l’auteur? De quel côté de la balance se trouve une famille de classe moyenne régulière, conforme à la norme et, par comparaison mondiale, fortement adepte de la surconsommation? Jusqu’à présent, il n’y a pas de discussion ouverte sur ce sujet. En fait, il est évité par tous les moyens.

Il semble y avoir au moins un certain consensus selon lequel 1% des plus riches est à blâmer, ainsi que l’ensemble du système politique et des entreprises, ainsi que les banques. Mais qu’en est-il de la majorité; ces individus qui continuent de voter le système, ceux qui assurent ignorer l’impérialisme, le racisme, l’inégalité?

De nombreuses questions devraient être posées, en particulier maintenant, mais elles ne le sont pas. Des questions très inconfortables .

Mais sans leur demander, sans chercher de réponses honnêtes, il n’y a pas de voie à suivre et aucune véritable révolution n’est possible.

Le système néolibéral a créé des nations entières qui ne peuvent pas penser de manière indépendante et créative. Les États-Unis en font définitivement partie. Les gens ont été bombardés de slogans de propagande selon lesquels ils sont libres et jouissent des libertés. Mais lorsque le jour de l’action est arrivé, il n’y a rien de substantiel en termes de nouvelles idées révolutionnaires. Juste un énorme vide. Rien de ce qui pourrait inspirer la nation et le monde.

L’indignation suscitée par le meurtre brutal de la police a propulsé des millions de personnes dans les rues. L’ambiance a été vraiment rebelle, révolutionnaire, orientée vers de grands changements.

Mais alors, rien!

La révolution est reportée. Reporté pour combien d’années?

La vérité est qu’il n’y a pas de raccourcis. Ceux qui veulent sincèrement changer les États-Unis devront suivre la formule révolutionnaire des autres pays. La formule est principalement basée sur l’éducation, la connaissance et un travail déterminé et désintéressé pour le pays et le monde, appelé «internationalisme».

À moins que les États-Unis ne proposent une stratégie, une formule absolument nouvelle, mais pour le moment, franchement, cela semble être extrêmement loin de la proposer!

Andre Vltchek est philosophe, romancier, cinéaste et journaliste d’investigation. Il est le créateur du monde de Vltchek en mots et en images, et un écrivain qui a écrit un certain nombre de livres, y compris l’initiative de la ceinture et de la route de la Chine: connecter les pays sauver des millions de vies . Il écrit spécialement pour le magazine en ligne  «New Eastern Outlook».

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments