Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Le président du Kosovo, Thaci, fait face à une accusation de crimes de guerre

Nous avons été bien peu nombreux à dénoncer l’expédition menée en Yougoslavie, à cette époque-là fut montée une de ces opérations de “défense des droits de l’homme” et de criminalisation de la Yougoslavie avec en toile de fond l’infâme liste “bouge l’Europe” montée par Robert Hue et M.G.Buffet dont la moitié des élus étaient des socialistes engagés derrière cette expédition otanesque. A cette époque-là, étant déjà la moitié de mon temps à Cuba, j’avais une autre vision de cette intervention et ce fut le début de mon désaccord avec le PCF. Ma dernière publication dans la presse communiste, un anniversaire (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoire et société).

Voici le lien pour que ceux que cela intéresse avec l’article (le dernier) que j’écrivais alors dans la Pensée et qui suscité le courroux de jacques Fath alors en charge des questions internationales, le même qui nous envoya soutenir les “rebelles de Benghazi” dans la sinistre affaire libyenne.

  • 24 juin 2020

Le président du Kosovo, Hashim Thaci, a été accusé de crimes de guerre par un procureur international spécial à La Haye.

M. Thaci et d’autres “sont pénalement responsables de près de 100 meurtres”, d’actes de torture et de disparitions forcées, a déclaré le procureur.

Les accusations – couvrant la guerre d’indépendance du Kosovo contre la Serbie – sont évaluées par un juge des chambres spécialisées du Kosovo qui décidera si l’affaire sera jugée.

M. Thaci a nié tout acte répréhensible.

Dans son annonce, le Bureau du Procureur spécial (SPO) a déclaré que, le 24 avril, il avait déposé un acte d’accusation de 10 chefs d’accusation auprès de la KSC “pour examen par la Cour”. Il n’a pas communiqué de détails sur les crimes de guerre présumés.

“L’acte d’accusation n’est qu’une accusation. Il est le résultat d’une longue enquête et reflète la détermination du SPO qu’il peut prouver toutes les charges hors de tout doute raisonnable”, a-t-il déclaré.

Le communiqué indique également que M. Thaci et un autre des accusés, le politicien kosovar Kadri Veseli, ont cherché à “entraver et miner” le travail du SPO “afin de garantir qu’ils ne soient pas traduits en justice”.

Un juge de la mise en état dispose désormais de six mois pour décider si le tribunal portera des accusations.

Des allégations de trafic d’organes contre l’Armée de libération du Kosovo (ALK) – le mouvement rebelle dirigé par M. Thaci – ont été exposées pour la première fois par un ancien procureur chargé des crimes de guerre à La Haye, Carla del Ponte, en 2008. Le tribunal soutenu par l’UE a été créé pour enquêter les revendications.

Le gouvernement du Kosovo a nié avec colère ces allégations, les qualifiant de “sans fondement et diffamatoires” avant la publication d’un rapport en 2010.

M. Thaci est au pouvoir au Kosovo depuis la fin de la guerre – plus récemment en tant que président du Kosovo.

La guerre d’indépendance de 1998-1999 a coûté plus de 10 000 vies et n’a pris fin qu’après une campagne aérienne de l’OTAN.

Le Kosovo a déclaré son indépendance en 2008, ce que la Serbie ne reconnaît toujours pas.

M. Thaci devait se rendre à Washington DC pour des entretiens prévus avec les dirigeants de la Serbie à la Maison Blanche samedi.

Il a maintenant annulé son voyage.

Ligne grise de présentation
Guy Delauney

La Chambre des spécialistes du Kosovo (KSC) a soudainement rompu son silence de la manière la plus dramatique. Il a non seulement révélé que le président du Kosovo fait l’objet d’un acte d’accusation pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité, mais l’a également accusé d ‘”efforts répétés… pour entraver et saper le travail” de la Cour.

Pour quiconque a déjà tenté d’obtenir des informations du KSC, il s’agit d’une évolution stupéfiante. Le tribunal n’a pratiquement rien révélé de son travail depuis sa création en 2016. Même lorsque l’ancien Premier ministre du Kosovo, Ramush Haradinaj, a déclaré qu’il avait été interrogé en tant que suspect l’année dernière, il n’y avait aucune confirmation de la part du KSC.

Le fait que le procureur ait inculpé Hashim Thaci est en fait moins surprenant que la manière dont le tribunal l’a annoncé. Le KSC a été créé pour examiner les allégations dans un rapport du Conseil de l’Europe de 2011 qui a nommé M. Thaci comme chef d’une branche criminelle de l’Armée de libération du Kosovo impliquée dans le trafic de drogue, d’armes à feu et d’organes humains.

À l’époque, M. Thaci a déclaré que le rapport du Conseil contenait des “allégations sans fondement” et menaçait de poursuivre l’auteur, le sénateur suisse Dick Marty.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments