Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

He Yafe – Chine et gouvernance mondiale

A ma connaissance ce livre publié en Italie ne l’est pas en France, mais il constitue une excellente présentation du livre de Xi Jinping “construisons une communauté de destin pour l’humanité” et surtout une contextualisation de celui-ci. Du moins si l’on doit en croire la synthèse qui en est faite par ce camarade italien (note et traduction de Danielle Bleitrach).

20 juin 2020 17:18 International – Chine

par Marco Pondrelli

He Yafe a été conseiller à la Mission permanente de la République populaire de Chine auprès de l’ONU, directeur adjoint du Département du contrôle des armements au ministère chinois des Affaires étrangères, conseiller et envoyé à l’ambassade de Chine aux États-Unis, il est certainement un excellent connaisseur de la politique étrangère et peut, mieux que beaucoup d’autres commentateurs improvisés, nous guider dans les changements globaux que nous vivons.


L’échec du monde unipolaire

Son dernier livre «La Chine et la gouvernance mondiale» est une précieuse contribution à la compréhension de la transition entre le monde unipolaire occidental et un nouveau monde guidé par une gouvernance unifiée est-ouest. Un monde partagé dans un «destin partagé».

Le système international post-1989 s’est avéré un échec, l’idée que la chute de l’URSS représentait la fin de l’histoire est symptomatique de l’approche que les États-Unis voulaient donner au sort du globe. Pour l’auteur, le modèle gagnant était le modèle américain et néolibéral, «la mondialisation dirigée par l’Occident était une mondialisation des grands acteurs économiques occidentaux» [p. 96]. Cet ordre a montré des distorsions gigantesques qui sont impitoyablement mises en évidence dans le livre. Une fois que le principe de non-ingérence dans les affaires intérieures de chaque pays a cessé, la “responsabilité de protéger” (R2P) a été utilisée par les États-Unis et l’Occident de manière totalement discrétionnaire, menant des guerres jamais autorisées par les Nations Unies. Les résultats en termes de décès, de torture, la misère et la faim sont là visibles de tous. En outre, ce système est responsable d’une augmentation des inégalités entre les États et au sein de ceux-ci. 

Les États-Unis eux-mêmes sont affectés par des inégalités croissantes, c’est la raison de la victoire de Trump. Clinton était perçue comme l’expression de la grande finance, c’est pourquoi de grandes parties du monde du travail croyaient en Trump. Personnellement, je suis d’accord avec l’analyse, mais je ne suis pas d’accord avec la définition du populisme en ce qui concerne Trump. Le populisme aux États-Unis fait référence à l’expérience du Parti populaire ou du Parti populiste de la fin du XIXe siècle qui a été la réaction au développement industriel dans la seconde moitié du siècle. Les États-Unis sont passés d’un développement dit “en herbe”, dans lequel de petits villages sont nés chacun avec leurs propres figures représentatives (maire, shérif, juge, médecin, etc …) à un développement vertical avec la naissance de véritables métropoles. Le populisme a été la réaction de l’ancienne classe dirigeante locale, aujourd’hui il n’y a rien de tout cela mais plutôt un affrontement entre une partie du capitalisme productif et la grande finance internationale. Je définirais le Trumpisme comme une protestation qui, depuis des positions de droite, a réussi à intercepter les votes des travailleurs, comme toujours ces phénomènes devraient interroger la gauche qui, cependant, est trop occupée à critiquer les électeurs pour réfléchir à ses erreurs.

Les inégalités concernent également les relations entre les États et évidemment les plus touchés ne sont pas les occidentaux. Des outils tels que le Fonds monétaire international ou la Banque mondiale se sont non seulement révélés incapables de résoudre les problèmes, mais les ont aggravés (pensez aux plans de réajustement structurel du FMI). L’Asie a besoin de 800 milliards de dollars par an pour construire des infrastructures, mais la Banque asiatique de développement et BM n’allouent que 20 milliards de dollars [page 104].

Contrairement à ce qu’une certaine gauche a dit il y a quelques décennies, la Banque mondiale n’est pas une puissance supranationale qui ne répond à personne. Le BM travaille pour des quotas qui sont achetés par des États individuels et, bien que les pays en développement aient augmenté leur poids, les États-Unis détiennent 15,85%, en gardant à l’esprit que les principales propositions doivent avoir au moins 85% des votes pour, cela donne à Washington le droit de veto.

C’est un système injuste et anachronique que la Chine s’engage à modifier.

Un destin partagé

Les caractéristiques du système international sont aujourd’hui 4:

1) une forte inégalité;

2) une croissance dynamique dans les pays en développement (dont la part du PIB mondial est passée de 23,6% en 2000 à 38,8% en 2016 [page 49]);

3) les valeurs néolibérales occidentales ne sont plus acceptées par le reste du monde;

4) le système actuel a donné, comme mentionné, une preuve d’inefficacité.

La crise de l’Occident et l’avancée de la Chine se sont fortement accélérées en 2008, la crise qui a éclaté aux États-Unis a plongé le monde dans la récession. La Chine a été le premier pays à se redresser en injectant 4 000 milliards de dollars dans l’économie [p. 138]. La Fed a également imprimé des milliers de milliards de dollars mais cet argent s’est arrêté à Wall Street et a grossi son capital financier, Main Street n’a pas été atteinte. En plus de se remettre rapidement de la crise, la Chine est devenue un facteur de stabilisation international, son prestige s’est énormément accru et même dans la gestion de la politique internationale, son rôle ne peut plus être ignoré.

Le livre a été écrit avant la crise pandémique qui a durement frappé le monde entier. Pékin se redresse et aide activement le reste de la communauté internationale (y compris l’Italie). Je pense personnellement que cette crise ne représentera pas un changement mais une forte accélération des tendances déjà en place. La force de la Chine devrait croître. Comme Graham Allison l’a écrit dans “Destinati alla guerra ” (livre très cité mais peu compris), «le retour à un rôle de prééminence d’une civilisation avec 5000 ans d’histoire et 1,4 milliard de personnes n’est pas un problème à résoudre. C’est une condition: une maladie chronique qui devra être gérée pendant une génération . »

La question à laquelle l’auteur tente de répondre dans la deuxième partie du livre est: à quoi ressemblera ce nouvel ordre mondial et quel sera le rôle de la Chine? Le débat en Italie, mais en général dans tout l’Occident, est très autoréférentiel et peut se résumer comme suit: le nôtre est le meilleur des systèmes possibles, peut-être pas parfait mais préférable à tout autre. La Chine répond avec sa civilisation millénaire et appelle à la coexistence en préfigurant, selon les mots du président Xi Jinping, «une communauté humaine avec un destin partagé basé sur le principe du développement commun» [pag. 102]. Le socialisme aux caractéristiques chinoises n’est pas le modèle que le monde doit suivre mais il montre la voie, pas seulement aux Chinois,

Pour ce faire, il est nécessaire de démocratiser les relations internationales, thème qui a très souvent porté Domenico Losurdo. Il existe de nombreux exemples qui pourraient être cités pour dénoncer les drames produits dans le monde unipolaire, on pense par exemple à la guerre en Irak bâtie sur de fausses preuves et dont on ne connaît pas précisément le nombre de victimes (probablement plus d’un million), car Bush et Blair (idole en Italie pour certains qui se définissent comme gauchistes) n’ont pas encore été jugés pour crimes contre l’humanité?

Si tel est l’objectif, quels sont les outils et actions que Pékin met en place pour y parvenir? La première étape importante est la nouvelle route de la soie. Un projet qui touchera 4,4 milliards de personnes (63% de la population mondiale) [pag. 92] et qui apportera des investissements chinois très importants, il suffit de penser qu’au cours des cinq prochaines années, le total des investissements directs étrangers de la Chine dépassera 500 milliards de dollars [pag. 91]. Contrairement au plan Marshall, auquel la route de la soie est souvent comparée à tort, nous parlons de chiffres beaucoup plus élevés mais surtout nous devons nous rappeler que le plan Marshall avait un objectif politique, il voulait ancrer les pays européens sur Washington. Pékin a plutôt précisé qu’il continuerait de ne pas entrer dans les choix de politique intérieure de chaque pays.

La route de la soie intègre une politique étrangère chinoise qui construisait déjà son propre espace avant Xi Jinping. La Chine travaille à changer les organisations qui existent aujourd’hui, comme le FMI ou la BM, pour les transformer en prenant note des changements dans l’équilibre mondial. Cependant, la tentative de créer de nouveaux outils tels que la Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures (AIIB) (qui comprend également l’Italie), dont le but est de fournir et de développer des projets d’infrastructure dans la région Asie-Pacifique, ainsi que la Nouvelle Banque de développement (NDB) qui fait référence aux BRICS. Les Brics ainsi que le SCO sont d’autres outils que la Chine utilise pour démocratiser les relations internationales. Au cœur de tout cela doit rester l’ONU, une organisation dans laquelle, pas seulement en mots, toutes les nations doivent compter également.

Conclusions

La Chine est le produit d’une civilisation millénaire; le socialisme aux caractéristiques chinoises guide désormais Pékin vers la prospérité intérieure et la construction d’un monde meilleur, sa force économique et politique est un fait. Les États-Unis ont encore deux atouts: l’armée et le dollar en tant que monnaie commerciale mondiale. Tout comme la machine de guerre des étoiles et des rayures reste solide mais s’est avérée non imbattable, le dollar montre également des signes de fatigue. Le yuan devient rapidement l’une des principales devises du commerce international, bien que son écart soit infiniment inférieur à celui du dollar. Ce  qu’a dit Ahmad Shah Massoud au sujet de l’Afghanistan vaut également pour la Chine: les Américains possèdent des montres, les Afghans ont leur propre temps. Aujourd’hui «la monnaie chinoise est devenue, pour la première fois, l’une des 10 devises les plus échangées au monde» [p. 204], cela conduit l’auteur à affirmer que «la baisse du dollar sera un long processus», processus déjà en cours. Le rôle des États-Unis est appelé à diminuer, que ce processus se déroule pacifiquement ou non, l’avenir nous le dira.

http://www.marx21.it/index.php/internazionale/cina/30563-he-yafe–la-cina-e-la-governance-globale

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments