Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Leçons de la police cubaine, aux États-Unis (+vidéos)

Qu’il me soit permis d’ajouter à cette description du travail respectueux et efficace de la police cubaine cette anecdote. Je vivais à quelques pas du Malecon dans le Vedado et c’était un soir de fête, les hauts parleurs diffusaient de la musique. En bas de ma porte que je voyais depuis le balcon, il y avait un petit car de police en attente. A un moment à ma grande stupéfaction le car s’est mis à bouger au rythme de la musique, les policiers dansaient à l’intérieur… Mais pour être plus sérieuse, je dois dire que pour avoir bourlingué dans les caraïbes et dans le reste de l’Amérique, je peux confirmer que la pire des insécurités règne dans les pays où la police est brutale, corrompue (note et traduction de Danielle Bleitrach).

Dans cet article:23 juin 2020 

Un groupe de policiers musclés portant des pistolets semi-automatiques et des matraques se déplacent lentement dans la foule à la fin d’un concert de salsa en plein air. Mes amis et moi avons une bouteille de rhum, et je pense que les flics vont la confisquer et peut-être même nous arrêter.

Au lieu de cela, la police nous demande de boire et nous nous conformons rapidement. Ils confisquent la bouteille en verre afin qu’elle ne puisse pas être brisée et utilisée comme arme.

Cet incident a eu lieu à La Havane il y a quelques années et en dit long sur ce qui constitue une bonne surveillance policière. Les policiers souhaitaient prévenir le crime et non l’aggraver.

Contrairement à l’image des communistes brutaux et répressifs, la police cubaine offre un exemple instructif aux militants américains. Les policiers vivent dans les villes où ils patrouillent. Ils traitent généralement les citoyens avec respect. Comme je l’ai documenté dans mon livre Dateline Havana, les passages à tabac de criminels par la police sont rares et les tueries par la police sont inexistantes. Cuba a l’un des taux de criminalité les plus bas d’Amérique latine.

La poursuite des manifestations pour la vie des Noirs aux États-Unis a forcé un débat national sans précédent sur le rôle de la police. Les services de police devraient-ils être financés et cet argent détourné pour aider les communautés pauvres? La police doit-elle être complètement abolie?

Cuba est aux prises avec des problèmes de police depuis la révolution de 1959. Le gouvernement, bien qu’il ait certainement sa part d’échecs, a créé un système d’interaction entre la communauté et la police qui réduit la criminalité sans dépendre de la force brute.

La lutte contre la criminalité à Cuba commence par un filet de sécurité sociale, qui offre à chaque Cubain une éducation gratuite, des soins médicaux gratuits et des événements culturels subventionnés. Cuba ne souffre pas des fléaux de l’itinérance et de la toxicomanie provoqués par les cartels, malgré les tentatives régulières des trafiquants de faire entrer de la drogue à Cuba depuis la Floride.

L’économie socialiste signifie que Cuba n’a pas d’extrêmes de richesse et de pauvreté. J’ai visité les maisons de hauts fonctionnaires du gouvernement vivant dans des quartiers à revenu intermédiaire. J’ai rencontré des policiers qui vivent dans un modeste complexe d’appartements dans le même quartier qu’ils patrouillent.

Cuba utilise la pression communautaire pour décourager la criminalité. Les Comités pour la défense de la révolution (CDR) ont été créés à l’origine au début des années 60 pour éradiquer les contre-révolutionnaires soutenus par les États-Unis. Aujourd’hui, les CDR font la promotion de la santé publique et agissent comme des groupes de surveillance de quartier.

Humberto Carillo Ramírez, un dirigeant national du CDR à l’époque, m’a dit dans un documentaire radiophonique que les résidents locaux savent souvent qui sont les criminels.

«Si une famille n’envoie pas ses enfants à l’école ou si un jeune ne travaille pas et a des ennuis. . . nous les avons rencontrés “, dit-il.” Nous vivons dans [leur] bloc … Nous expliquons pourquoi c’est mauvais pour le pays et nous expliquons également les graves conséquences juridiques pour eux. “

Lorsque des résidents sont reconnus coupables de crimes, les membres du CDR leur rendent visite en prison. “Nous voulons … les réintégrer dans la société après leur départ”, explique Carillo.

Au début des années 90, Cuba a été confrontée à une crise économique massive provoquée par l’effondrement de l’Union soviétique et intensifiée par les efforts des États-Unis pour renverser le gouvernement. Les Cubains étaient confrontés à une grave pénurie d’essence, de nourriture et d’électricité. À partir de 1996, le pays a connu une forte augmentation des vols à domicile et des voies de fait; il y a même eu une tentative de vol d’un véhicule blindé.

Selon les normes américaines, le crime à Cuba était encore léger, mais il était plus que ce que les Cubains étaient prêts à accepter. En 1999, le gouvernement a adopté une loi qui a doublé certaines peines de prison. Les juges ont également autorisé la libération conditionnelle de moins de prisonniers. Des policiers étaient stationnés à chaque coin des zones touristiques. La répression a entraîné une baisse de 20% de la criminalité, m’avait alors expliqué le juge de la Cour suprême, Jorge Bodes Torres.

Il attribue le succès aux mesures «d’ordre public» et à l’organisation communautaire. “La plupart des gens participent à la lutte contre le crime”, dit-il. “C’est le facteur le plus important.”

Les dissidents politiques cubains sont en profond désaccord. Ils affirment que la police bat et emprisonne régulièrement des opposants au gouvernement. Cependant, comme je l’ai documenté, beaucoup de ces dissidents sont financés par Washington et diffusent régulièrement de fausses nouvelles, de sorte que leurs allégations de brutalité systématique manquent de crédibilité.

Certains Cubains ont des plaintes légitimes. J’ai interviewé des dizaines de jeunes Afro-Cubains qui ont été détenus et interrogés par la police parce qu’ils sont noirs.

Pablo Michel, un jeune afro-cubain, me dit qu’il a été détenu plusieurs fois par la police dans les zones touristiques de La Havane. À une occasion, il a emmené deux touristes blancs à l’aéroport de La Havane. La police s’est arrêtée et a interrogé Michel, soupçonnant qu’il dirigeait un service de taxi illégal. Il dit que les Cubains blancs qui amènent des étrangers à l’aéroport “n’ont pas les mêmes problèmes”.

Michel et d’autres personnes interrogées disent que la police n’effectue pas de fouilles violentes et qu’elle ne frappe ni ne tire sur les suspects. Cependant, de nombreux officiers de police cubains à la peau sombre stéréotypés comme des voleurs et des arnaqueurs, dit-il.

À la fin de l’année dernière, le gouvernement cubain a annoncé une importante campagne contre le racisme. Les responsables prévoient d’identifier des domaines spécifiques de discrimination, d’engager un débat public et d’éduquer le public.

“Il s’agit d’un véritable pas en avant, après tant d’années de lutte”, a déclaré à Reuters en novembre dernier Deyni Terri, fondatrice de l’Alliance pour l’unité raciale à La Havane. “C’est un bon début.”

De toute évidence, les institutions développées à Cuba ne peuvent pas simplement être transférées en gros aux États-Unis. Mais nous pouvons apprendre du concept d’implication communautaire, explique Max Rameau, organisateur du groupe d’action communautaire panafricain de Washington DC, qui a étudié les pratiques policières cubaines.

“Nous avons besoin de différentes entités dans la communauté pour différentes tâches qui sont responsables de la sécurité et du bien-être du quartier”, me dit-il lors d’un entretien téléphonique. Par exemple, les groupes communautaires américains peuvent résoudre les problèmes de santé mentale et les conflits familiaux sans impliquer la police.

Mais Rameau n’est pas favorable à l’élimination complète de la police.

Si un suprémaciste blanc attaque une église noire, comme cela s’est produit en Caroline du Sud en 2015, il déclare: «Nous voulons nous assurer que notre équipe de sécurité communautaire peut répondre. Dans toute société avec différentes classes, vous aurez des policiers. Mais nous devons avoir le contrôle sur eux. “

Le débat américain sur le maintien de l’ordre s’est clairement déplacé vers la gauche. Après l’assassinat de la police de Michael Brown en 2014 à Ferguson, Missouri, les politiciens ont demandé à la police d’utiliser des caméras corporelles. Aujourd’hui, après le meurtre de George Floyd, le conseil municipal de Minneapolis a voté le démantèlement de la police, bien qu’elle donne toujours des détails.

Les groupes de lutte contre la brutalité policière ont élaboré divers plans pour décentraliser les services de police en forces communautaires, régies par des commissions civiles.

Pour la première fois dans l’histoire récente, des personnes de tous horizons aux États-Unis discutent sérieusement de la manière de changer fondamentalement les forces de police. L’expérience de Cuba devrait faire partie de cette discussion.

(Extrait de la traduction progressive / révisée de Cubadebate)

Voir en vidéos l’action de la Police nationale révolutionnaire en période de pandémie:

Partager77

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
Oldest
Newest
Inline Feedbacks
View all comments

[…] Lien vers l’article : https://histoireetsociete.com/…/lecons-de-la-police-cubain…/ […]