Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Ne dépréciez pas les manifestants aux États-Unis en appelant leur lutte une «révolution des couleurs»

Magnifique texte d’Andre Vltchek qui dit la rébellion du monde et la manière dont partout l’impérialisme tente de discréditer, d’infiltrer ces rébellions. C’est sa stratégie et nous devons à la fois soutenir ces révoltes légitimes, y compris aux Etats-Unis, et savoir à quel point l’impérialisme se défend et tente de détruire par des mouvements contre-révolutionnaires tout pouvoir socialiste. L’occident je sais tout et ignare contribue à ces manœuvres (note et traduction de Danielle Bleitrach).

20/06/202

Texte et photos: Andre Vltchek

Depuis près d’une décennie, je couvre les «Révolutions des couleurs» dans pratiquement toutes les régions du monde. En faisant un film pour TeleSur , je faisais face à des chars égyptiens, risquant ma vie sous le feu de tireurs d’élite, me faisant malmener au milieu d’affrontements entre les partisans d’al-Sissi et de Morsi.

Avec les commandants syriens, j’étais également confronté aux terroristes à Idlib; j’ai défié les fascistes ukrainiens; je suis allé  rencontrer des anciens indigènes boliviens dans les hauts de l’Altiplano, après la révolution d’Evo Morales et du MAS écrasé par le coup d’État parrainé par les États-Unis en 2019. J’ai régulièrement travaillé au Venezuela, au Liban et en Irak. Et bien sûr, encore et encore, je suis retourné à Hong Kong, rapportant les tentatives occidentales systématiques de radicaliser la jeunesse de la RAS et de nuire à la Chine.

Je mentionne tout cela juste pour établir que je suis très conscient de la façon dont ces «Révolutions de couleur» sont déclenchées et mises en œuvre.

“Révolutions de couleur!” Contrairement à de nombreux «analystes» qui balancent maintenant ce terme à gauche et à droite, souvent sans jamais avoir vécu directement les événements, j’ai parlé avec les gens sur le terrain, examinant les dynamiques, posant des questions sans fin. À plusieurs reprises, j’ai risqué ma vie pour obtenir un contexte philosophique et une histoire juste.

Franchement, j’en ai marre des théories du complot, de l’ignorance, des clichés et de l’arrogance de ces «analystes» qui, dans le confort de leur canapé, quelque part en Europe ou en Amérique du Nord, portent des jugements et des conclusions, avec ce fier regard de supériorité.

Depuis que la police a assassiné M. Floyd à Minneapolis, depuis que les États-Unis ont littéralement explosé, depuis que les Afro-Américains, les Amérindiens et d’autres personnes terriblement opprimées sont descendus dans les rues de centaines de villes pour demander justice; un groupe substantiel d’analystes du genre «nous savons tout», principalement blancs, a commencé à rabaisser les manifestants, les qualifiant de «violents», les appelant «des émeutiers», les appelant « des créations de Soros et des sionistes »! Et à la fin, avec un sarcasme sombre, déclarant que les États-Unis eux-mêmes souffrent maintenant de ce qu’ils répandent dans le monde depuis des années – de la soi-disant «révolution de couleurs.

Beaucoup de ces “analystes” sont devenus tellement agressifs et bruyants qu’ils ont littéralement réussi à monopoliser le “récit alternatif”.

* * * *

Tout d’abord, même le terme lui-même – «Color Revolutions» – est devenu un mauvais cliché.

L’empire occidental détruit le monde depuis plus de 500 ans, de la manière la plus brutale imaginable. Des centaines de millions de vies ont été perdues. Des continents entiers ont été pillés. Les gens ont été réduits en esclavage.

À la fin de l’ère coloniale, dans diverses parties de notre planète, au moins une semi-indépendance a été atteinte. Mais d’innombrables gouvernements en Afrique, en Asie, au Moyen-Orient et en Amérique latine prenaient toujours le diktat directement de Washington, Londres, Paris et d’autres capitales occidentales.

Après l’effondrement de l’Union soviétique, la situation semblait désespérée. Mais avec l’essor de la Chine et de la Russie, ainsi que de l’Iran, un grand espoir est revenu et de nombreux pays se sont lancés dans la deuxième étape de la décolonisation.

Le processus était confus et déroutant. Chaque pays était différent. Il y a eu des tentatives pour déclencher de véritables révolutions (Égypte), mais il y a aussi eu des mouvements clairement anti-révolutionnaires et de droite (Syrie, Ukraine).

Dans de nombreux pays où de véritables griefs du peuple ont amené des masses dans les rues, des masses qui exigeaient principalement des réformes sociales et politiques, l’Occident a rapidement infiltré plusieurs mouvements et a littéralement kidnappé les révolutions. C’est ce qui s’est passé en Égypte, mais aussi, quelques années plus tard, au Liban et en Irak.

Mais prétendre que l’Égypte n’avait pas tenté une révolution serait insultant, condescendant et incorrect! L’Égypte souffrait du terrible régime pro-occidental et de l’armée. Le peuple égyptien s’est levé. Je travaillais avec un groupe de médecins marxistes pendant le processus. J’ai tout vu, depuis le terrain, pour ainsi dire. Mais la révolution a été infiltrée et finalement détruite.

Au Liban aussi. Pendant cinq ans, j’ai été basé là-bas; à Beyrouth et en Asie. Les gens en avaient assez de la soi-disant «démocratie confessionnelle», des religions déchirant la nation, du capitalisme sauvage, des infrastructures effondrées et des services sociaux inexistants. Le Hezbollah, détesté par l’Occident et Israël, est le seul fournisseur solide de services sociaux à tous les Libanais démunis depuis des années et des décennies. Et donc, au Liban aussi, les gens ont protesté. Fin 2019, mais cela protestait. Bien sûr, quelques semaines après, j’ai commencé à repérer les poings serrés «Odpor» et «Canvas» sur la place du Martyr (ceux utilisés en Serbie, lorsque le président Milosevich a été forcé de quitter le pouvoir, avec le plein parrainage de l’Occident). Bien sûr, l’Occident a commencé à soutenir les rebelles, car il voulait se débarrasser du Hezbollah, qui faisait partie de la coalition au pouvoir. Mais le peuple libanais a des milliers de griefs légitimes; des raisons de se rebeller. Cependant, l’Occident a habilement infiltré et, dans une certaine mesure, manipulé le soulèvement, qui se poursuit encore jusqu’à ce jour. Et nous ne savons pas où tout cela mènera.

Voyez-vous à quel point la situation est complexe? Cela ne correspond à aucune des simplifications et clichés! Et bien sûr, c’est encore plus compliqué que la façon dont je le décris ici. Il faut des livres entiers pour expliquer.

Syrie: une autre histoire totalement différente, et une espèce absolument distincte de «Color Revolutions», si c’est ainsi que vous voulez l’appeler. Certains griefs, oui. Mais aussi, un solide État socialiste panarabe, que l’Occident, les Saoudiens, les Qataris, les Israéliens et d’autres alliés de Washington voulaient désespérément détruire; un gouvernement qu’ils visaient à renverser. Après une rébellion relativement modérée à Alep et à Holms, soutenue par la coalition des États du Golfe, et l’Occident, les Saoudiens et les Turcs ont commencé à injecter des forces de combat monstrueuses et meurtrières en Syrie, de l’Etat islamique aux Ouïghours, et tout le reste.

Tous ces cas d’interférence de l’Occident sont totalement distincts, bien que certains modèles puissent être détectés. Et nous sommes toujours dans la même zone culturelle et géographique.

Maintenant, regardez plus loin: Bolivie, Cuba, Venezuela, Iran, Hong Kong (Chine).

Dans tous ces endroits, il y a des interventions directes, une contre-révolution claire! Elle est financée, soutenue et coordonnée par Washington, Londres, Berlin, Paris et d’autres capitales occidentales.

En Bolivie, les élites chrétiennes blanches, racistes et fondamentalistes ont renversé, avec le plein soutien de la Maison Blanche, le gouvernement multiculturel, démocratique et extrêmement prospère légitime du président Evo Morales. Cela a été fait après l’agitation d’un petit secteur de Boliviens, clairement financé par l’étranger et par les élites locales. Un mois après le coup d’État, je travaillais partout dans l’Altiplano, recueillant les témoignages d’indigènes humiliés, torturés, maltraités, voire tués par le nouveau régime illégitime.

C’est un «scénario» assez différent, n’est-ce pas; différent de celui du Liban, de la Syrie et de l’Égypte? Est-il vraiment légitime de tout cacher sous une seule étiquette «Color Revolutions»?

Regardez Cuba: des décennies et des décennies de terreur contre cette merveilleuse île! Avions de passagers projetés hors du ciel. D’innombrables assassinats complotent contre ses dirigeants. Guerre chimique, guerre biologique, bombardement de cafés, restaurants et hôtels. Tous prouvés et documentés. Et des tentatives constantes pour recruter, radicaliser des citoyens cubains – pour les forcer contre leur propre gouvernement.

Le Venezuela, une nation qui offrait un immense espoir à tout le continent divisé. Venezuela compatissant, courageux, construit sur la solidarité. Regardez ce qui lui a été fait. Un coup d’État tenté après l’autre. Embargos. Recrutement de cadres, trahison. Attaques de la Colombie voisine. Une autre «révolution des couleurs?» Ou simplement une campagne de terreur?

Hong Kong: une ville, ancienne colonie britannique, qui a été «sacrifiée» par l’Occident, alors qu’elle s’est littéralement transformée en champ de bataille contre le pays le plus optimiste de la Terre – la Chine. Là, le symbole était des parapluies, pas des couleurs. Maintenant, il ne semble y avoir aucun symbole que ce soit, juste de la rancune, de la violence et de la haine.

Il est facile de comprendre que l’étiquette de «Color Revolutions» banalise tout.

Je suis étonné que certains théoriciens du complot n’aient pas encore proposé un plan qui dirait que le terme même – «Révolutions de couleur» – a été inventé pour minimiser ce qui a été fait au monde par l’Occident impérialiste. Tout jeter dans un seul sac et tout confondre.

* * * *

De retour aux États-Unis.

«Color Revolution» là aussi? Pour l’amour du ciel, vraiment?

Après le meurtre de M. Floyd, les protestations sont discréditées, encore et encore, par des personnes qui, on pourrait le croire, devraient se tenir aux côtés des opprimés. Au lieu de cela, ils appellent la rébellion des «émeutes», ils prétendent qu’ils sont soutenus par Soros, Gates, d’autres!

La terrible vérité est apparue: aux États-Unis, il n’en reste presque plus. Pas vraiment de gauche. Pas de gauche internationaliste.

Au lieu de cela, il y a des tonnes de sites de théorie du complot.

De manière significative, dans les rues de Minneapolis, Atlanta, New York, les Noirs ne demandent pas seulement justice pour eux-mêmes; ils ont crié des slogans internationalistes, exigeant la justice pour le monde. C’est quelque chose de nouveau, quelque chose de merveilleux, quelque chose que l’on entend à peine à Paris ou à Berlin.

Mais ce fait passe inaperçu, à peine rapporté.

L’explosion de rage, un soulèvement courageux partout aux États-Unis, a ciblé les fondements même d’une histoire monstrueuse de plus de 200 ans, sur lesquels le pays est basé. D’abord, l’invasion colonialiste par les Européens génocidaires, puis l’extermination de la grande majorité des autochtones, et simultanément l’esclavage le plus répugnant qui a été endossé et utilisé par les pères fondateurs.

La situation du peuple opprimé aux États-Unis aujourd’hui est clairement et directement liée à ce passé. Mais pas seulement: l’état du monde entier ne peut être compris que s’il est considéré dans le contexte de ce qui a été fait aux autochtones et aux esclaves noirs brutalisés aux États-Unis eux-mêmes.

Le colonialisme et les campagnes d’extermination en Asie, en Afrique et en Amérique latine sont liés au sort des non-blancs aux États-Unis.

Aujourd’hui, les Noirs aux États-Unis se battent pour eux-mêmes et leurs enfants, mais aussi pour leurs frères et sœurs aux quatre coins du monde, qui sont toujours colonisés et pillés par Washington et Londres.

Tous les manifestants le savent-ils? Certains le savent, d’autres non, et beaucoup le ressentent intuitivement.

Maintenant, au point que font valoir ceux qui tentent de discréditer ce soulèvement: tout cela est-il aussi une lutte pour le pouvoir à l’intérieur de l’establishment américain? Les démocrates, par exemple, essaient-ils de manipuler la situation, en l’utilisant à leur avantage?

Je ne doute pas qu’il existe de telles tentatives. Aux États-Unis, presque tout le monde utilise toujours des choses, à la recherche d’avantages. C’est ce que les gens apprennent à faire, vivant dans un système capitaliste sauvage.

Mais ce sont deux problèmes distincts!

Même si Gates, Soros, l’État profond, les démocrates, les médias et qui sait qui d’autre, veulent kidnapper le récit et faire dérailler le soulèvement, cela ne change rien au fait que les peuples dont la vie a été, pendant des générations, ruinée, sont maintenant dans une colère sans fin, et que leur rébellion puisse ébranler les fondations de tout le pays, et le terrible ordre mondial!

Même maintenant, au moment où cela est écrit, le soulèvement aux États-Unis a déjà inspiré le nouveau mouvement @PapuanLivesMatter, qui fait référence à un génocide en cours en Papouasie occidentale, perpétré par l’État indonésien au nom des gouvernements occidentaux et des sociétés minières.

Et ce n’est qu’un début.

Les griefs sont légitimes. La lutte pour la justice est légitime. L’essentiel est maintenant de séparer la lutte contre le racisme, le colonialisme et l’impérialisme des intérêts politiques de l’establishment, ou d’une partie de celui-ci.

Cette séparation ne peut se produire que sur les barricades. Et puisque l’éducation a été enlevée par le régime, il doit y avoir une injection accélérée de l’éducation révolutionnaire administrée à la fois aux manifestants et au grand public. Éducation sur le passé et le présent.

Mais il ne faut pas abandonner les manifestants!

Et appeler leur soulèvement «Color Revolution» est irrespectueux et oui: raciste!

Leur rage est légitime. Et bien sûr, la rage des gens du monde entier est également légitime, sans aucun doute.

CONCLUSION

Premier point: le terme général «Révolutions de couleur» est incorrect. Ceux qui en font la promotion confondent la situation. Au cours des dernières années et des dernières décennies, l’Occident a utilisé de nombreuses tactiques différentes pour renverser les gouvernements, renverser les mouvements et révolutions légitimes et décourager la lutte révolutionnaire et anticolonialiste. Chacune doit être examinée et exposée séparément, individuellement. Sinon, cela créerait une masse indigeste, délibérément déroutante, et endommagerait davantage la lutte pour l’indépendance. Sinon, le nihilisme se répandrait et le zèle révolutionnaire dissuadé.

Deuxième point: aux États-Unis – la lutte continue contre le racisme, la ségrégation et l’impérialisme est une lutte légitime, qui a une influence énorme et positive sur le monde entier. S’il y a des intérêts politiques qui tentent de le saper et de le faire dérailler, ils devraient être dénoncés par le peuple américain. Mais cela ne signifie pas du tout que les manifestants doivent être découragés, et encore moins ridiculisés. Ceux qui luttent pour la justice et pour le monde entier devraient être accueillis et soutenus de tout cœur!

Andre Vltchek  est philosophe, romancier, cinéaste et journaliste d’investigation. Il a couvert des guerres et des conflits dans des dizaines de pays. Six de ses derniers livres sont « New Capital of Indonesia », « China Belt and Road Initiative», « China and Ecological Civilization» avec John B. Cobb, Jr., « Revolutionary Optimism, Western Nihilism»,  un roman révolutionnaire  «Aurora»  et un ouvrage à succès de non-fiction politique: « Exposing Lies Of The Empire ». Voir ses autres livres  ici . Regardez  Rwanda Gambit , son documentaire révolutionnaire sur le Rwanda et la RDCongo, et son film / dialogue avec Noam Chomsky «Sur le terrorisme occidental» . Vltchek

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments