Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Annonce chinoise: découverte révolutionnaire de traçage du virus…

Les experts chinois du CDC, grâce à trois enquêtes sur le marché de Xinfadi annoncent une découverte révolutionnaire de traçage de virus. Pour le moment il y a deux hypothèses, mais dans les deux cas, il s’avère que les zones humides et avec glaces des marchés sont le lieu idéal pour leur prolifération. De toute manière, est envisagée une nouvelle méthode de traçage qui peut être une grande aide dans la lutte contre les épidémies (note et traduction de Danielle Bleitrach).

Par Zhao Yusha Source: Global Times Publié: 2020/6/19 10:44:240


Photo: Li Hao / GT
Une première enquête épidémiologique montre que la souche de coronavirus détectée sur le marché de Xinfadi à Pékin est venue d’Europe, mais elle existe depuis plus longtemps que la souche de coronavirus actuelle circulant en Europe, ont dit les virologues chinois. Ils disent qu’il est possible que le virus n’ait pas muté pendant le transport car il a été scellé dans des aliments congelés, stockés dans des conditions froides et humides.

Depuis que la deuxième épidémie a éclaté à Xinfadi, les virologues ont visité le marché désormais fermé à trois reprises pour enquêter – les 14, 15 et 17 juin – et ont annoncé une découverte révolutionnaire. 

Plus de 200 échantillons du marché souterrain des fruits de mer ont été initialement collectés, y compris un écouvillon de gorge de saumon, et de nombreux échantillons ont été testés positifs pour le virus. La deuxième enquête a vu des virologues prélever des échantillons à deux kilomètres du marché, et de nombreux résultats sont également revenus positifs. La troisième enquête visait spécifiquement le système d’eau, y compris l’eau dans laquelle les poissons étaient conservés. Ces échantillons sont actuellement en cours de test.

“Tant d’échantillons positifs indiquent que cet endroit est gravement contaminé par le virus”, a déclaré Wu Guizhen, secrétaire du Parti de l’Institut national pour le contrôle et la prévention des maladies virales au Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies, au journal du Parti communiste chinois. (CPC) Commission centrale d’inspection de la discipline (CCDI).

Liu Jun, un chercheur de l’Institut national pour le contrôle et la prévention des maladies virales qui a également participé à des travaux de recherche de virus à Wuhan, a déclaré qu’il existe maintenant certaines hypothèses sur la façon dont le virus est arrivé à Pékin. Les produits de la mer peuvent avoir causé la dernière flambée après avoir été transportés sur le marché via la chaîne du froid. Une autre possibilité est qu’un individu infecté soit entré sur le marché puis ait propagé le virus à d’autres. 

Liu a déclaré qu’ils avaient deviné où le virus avait pu atterrir et avait d’abord testé des planches à découper et des comptoirs, qui sont facilement contaminés. 

Ils ont alors commencé à faire des hypothèses sur les zones susceptibles d’être infectées si c’était un porteur de virus qui avait mis le coronavirus sur le marché, a expliqué Liu. Ils ont prélevé des échantillons sur les murs, les surfaces des réfrigérateurs, les aquariums et autres surfaces. 

La collecte d’échantillons est une étape essentielle dans le traçage des virus, a déclaré Liu, notant que différents échantillons positifs peuvent conduire à des conclusions différentes. Par exemple, si le virus se trouve dans des aliments congelés scellés, cela prouverait que le virus a été transporté sur le marché via la chaîne du froid; si les aliments surgelés étaient ouverts, cela pourrait conduire à une autre conclusion, a déclaré Liu.

Photo: Li Hao / GT
 
Environnement froid et humide favorable au virus

Liu, qui s’est rendu au marché humide controversé de Wuhan plus de 20 fois et à Xinfadi trois fois, a déclaré que l’environnement froid et humide des marchés humides est idéal pour que le virus survive et se multiplie. 

Si un individu infecté par COVID-19 éternue, des gouttelettes peuvent tomber sur le sol et contaminer d’autres zones, a déclaré Liu. 

Mais nous ne pouvons pas sauter à la conclusion que le marché humide est à l’origine du virus simplement parce qu’une épidémie a eu lieu là-bas, a déclaré Liu.

Il a déclaré que l’épidémie de Pékin nous donne l’occasion de réexaminer nos précédentes spéculations selon lesquelles le virus proviendrait de la faune, car contrairement au marché humide de Wuhan, la possibilité que la faune provoque la dernière épidémie de Pékin est mince.

Cela nous rappelle qu’il est possible qu’un individu infecté ou un objet contaminé par le virus soit entré sur le marché humide, et le marché ne lui a donné qu’un environnement pour se multiplier, a déclaré Liu. 

“Il existe de nombreuses possibilités, mais le risque que le virus provienne de la faune [à Pékin] est très faible”, a déclaré Liu.

Virus dans le Xinfadi de Pékin en provenance d’Europe, mais plus ancien: CDC chinois

Le nouveau coronavirus trouvé dans la récente épidémie de Pékin sur le marché de Xinfadi est venu d’Europe, mais il est plus ancien que le virus le plus récent d’Europe, ont déclaré des responsables chinois de la santé. 

Bien que le coronavirus trouvé sur le marché de Xinfadi à Pékin vienne d’Europe, il diffère de ceux de leur épidémie actuelle, car il est plus ancien que le coronavirus européen actuel, selon les résultats des recherches préliminaires, a déclaré Zhang Yong, directeur adjoint de l’Institut national de contrôle des maladies virales et Prévention du Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies.

«Les grandes quantités d’échantillons trouvés sur le marché de gros de Xinfadi indiquent que le virus existe depuis un certain temps. S’il venait juste d’arriver dans la ville pour une courte période de temps, il n’y aurait peut-être pas eu autant d’échantillons positifs trouvés; cependant, nous avons besoin de plus de données avant de prendre une décision éclairée sur son origine », a déclaré Zhang.

L’épidémiologie génomique est l’une des principales méthodes utilisées pour déterminer la durée de vie du virus. “Nous devons d’abord séquencer le génome entier, avant de rassembler tous les différents virus pour voir quel virus a plus de mutations; c’est-à-dire que ceux avec plus de mutations suggèrent normalement un virus mis à jour, tandis que ceux avec moins de mutations plus proches du virus d’origine, et ils sont beaucoup plus âgés, circulant plus longtemps que les virus récemment découverts “, a déclaré Liu, ajoutant que certains calculs doivent également être effectués à l’aide de modèles mathématiques.

Gao Fu, directeur du Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies (CDC) ), a déclaré mardi que la récente flambée de Pékin ne s’était probablement pas produite fin mai ou début juin, mais qu’elle avait probablement commencé à se propager un mois plus tôt. 

“Dans cette épidémie spécifique, de nombreux cas asymptomatiques ou bénins ont été détectés, et c’est pourquoi l’environnement a une telle quantité d’échantillons enregistrés”, a déclaré Gao.

En fait, le nouveau coronavirus se propage plus facilement dans des environnements sombres, humides et pollués, ce qui peut surprendre certains résidents. Si les habitants des marchés de gros avaient été infectés, ils auraient probablement été exposés à de nombreuses personnes très rapidement, a ajouté Gao.

En ce qui concerne la première transmission du virus dans le pays, plusieurs possibilités sont à l’étude. “Par exemple, le virus peut être resté dans les aliments surgelés importés et n’a pas muté en raison de l’environnement congelé pendant toute la période de stockage et de transport, de l’étranger jusqu’à la Chine”, a déclaré Zhang.  

Il est également possible que le virus se soit caché dans des environnements sombres et humides, qui n’ont pas été correctement désinfectés et stérilisés, avant d’être ensuite exposé aux résidents locaux, provoquant sa lente évolution. “Au final, ce que nous constatons, c’est que ce virus est plus proche de l’ancien virus européen”, a expliqué Zhang. 

L’enquête épidémiologique et les mégadonnées peuvent trouver des liens entre les cas, mais il peut également ne pas déterminer quelles personnes ont propagé le virus. “Nous espérons que grâce à des tests de laboratoire et à l’analyse de la séquence du génome, nous pourrons apprendre les voies de transmission”, a déclaré Zhang.

L’Institut prend les devants dans la mise en place d’un système national de surveillance et de traçage des virus basé sur l’ensemble du génome viral, afin de faire face aux problèmes actuels entourant la traçabilité des virus, qui est une question profondément liée à la sécurité nationale, a déclaré Zhang.

Des scientifiques chinois travaillent jour et nuit pour savoir exactement comment le virus européen est arrivé sur le marché Xinfadi de Pékin. 

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments