Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Mariages mixtes et présence des étrangers dans l’Hôpital public et la recherche scientifique par Amar Bellal

Mariages mixtes et présence des étrangers dans l’Hôpital public et la recherche scientifique : 2 oublis fréquents et dommageables. Fort heureusement la réalité de la société française est différente de la société des États-Unis. Amar Bellal avance ici des faits qu’il serait bon de prendre en compte pour exiger des institutions conformes à ce que nous sommes et pas celles dont rêve l’affrontement Macron-Le Pen. S’il y a un problème à mes yeux il ne réside pas dans l’absence de mixité de la société française, mais la manière dont nous ne formons pas assez de médecins et nous pillons des pays qui les ont formés à grand peine, qu’il s’agisse de l’Afrique ou des ex-pays de l’est, en créant les conditions du sous-développement et là le pillage est organisé au niveau de l’UE, de la manière où certains vont dans les camps de réfugiés pour y recruter un certain type de main d’oeuvre… (note de Danielle Bleitrach)
——————–

La nouvelle mobilisation d’ampleur mondiale contre le racisme, et qui fait échos en France avec les manifestations de ces derniers jours, est une très bonne nouvelle : elle peut être annonciatrice d’une prise de conscience en France qu’il ne faut plus de demi-mesures dans des services publics clés comme celui de la police qui doit être réformé. Ce service public doit être clairement purgé des militants d’extrême droite qui s’y trouvent, et qui n’ont rien à y faire, entachant l’image d’une grande partie des fonctionnaires qui font leur travail correctement dans des conditions difficiles, dont d’ailleurs une partie est issue de l’immigration. Tout ce tableau faisant porter le risque d’une grave coupure avec la jeunesse. Mais dans tout les discours qu’on entend sur le racisme, et qui dépassent maintenant le cas des violences policières, étonnamment il y a 2 idées pratiquement absentes, et ce depuis de nombreuses années, alors qu’elles seraient très utiles au combat contre le racisme. D ‘abord l’idée qu’en France les mariages mixtes sont plus importants qu’ailleurs et continuent de progresser : la preuve qu’il faut s’y intéresser, l’extrême droite le déplore …. Autre idée : le rôle joué par les étrangers notamment venant d’Afrique dans l’Hôpital public et la recherche scientifique. Ces deux secteurs s’effondreraient sans eux. Là aussi, l’extrême droite est mal à l’aise et tente laborieusement de renverser cette réalité trop visible sans convaincre vraiment, affirmant par exemple que la crise de l’hôpital vient de la présence massive de médecins étrangers (interdit de rire) …

Mariages mixtes

Sur les mariages mixtes, j’aime bien rappeler que dans les séries américaines il est rare de voir des couples mixtes, même si on constate quelques progrès ces dernières années. Cela met assez mal à l’aise vu de France, car on ne comprend pas pourquoi après des générations de présence commune, il y a toujours cette séparation qui est assez nette entre noirs, blancs et hispaniques. C’est oublier que les USA sont une société foncièrement différentes de la nôtre, où l’appartenance ethnique est quelque chose de reconnu, et parfois officiel : on est latino, noir ou blanc, on peut l’indiquer sur ses papiers, et cela ne choque pas, c’est culturel (et il y aussi l’histoire..). On peut ne pas être d’accord et combattre ce système : des progressistes américains remettent en cause cette vision et y dénoncent les pièges qu’ils comporte, notamment le rôle que cela joue dans la division du monde du travail. En France, on a une approche qui est différente, aucun groupe n’est reconnu, même si pour des recherches en sociologie, notamment sur les discriminations, on tolère qu’il y ait des indicateurs d’origines : par exemple en s’appuyant sur les prénoms dans les archives et les statistiques. Et ici aussi c’est culturel : la France ne veut pas renoncer à cette idée d’universalisme, sans pour autant nier les identités de chaque individu ou les gommer : cela vient des lumières, de la révolution de 1789, et enrichie par tout le courant des grands mouvements ouvriers et des idéaux marxistes, que se sont d’ailleurs appropriés nombre de leaders des mouvements de la décolonisation formés en France métropolitaine (le cas de l’Indochine, l’Algérie … ). Alors pourquoi ce relatif silence au sujet des mariages mixtes dans les débats sur le racisme? Osons une thèse : reconnaitre qu’en France on se mélange bien plus qu’ailleurs, c’est en creux reconnaître à notre pays qu’il y a des choses qui fonctionnent au moins aussi bien qu’ailleurs, malgré le tableau très sombre qu’on fait des institutions républicaines et de leurs effets. Et ce même si il y a des situations particulières comme la police, service public à réformer de toute urgence (moyens à revoir, recrutement, formation, sanctions fermes à prendre en interne etc..). D’ailleurs des figures de l’extrême droite (que je ne veux pas nommer) le reconnaissent, et se plaignent régulièrement de ce nombre important et en progression de mariages mixtes, en avançant des chiffres qui pour une fois sont …. complètement vrais. Ils ressentent cela comme une menace pour l’identité française (l’idée qu’ils s’en font en tout cas) : cette inquiétude est un bon indicateur que c’est au contraire une excellente nouvelle.

Présence massive des étrangers dans la Recherche et l’hôpital public

Il y aussi la forte présence dans les hôpitaux publics des médecins étrangers pour ne parler que d’eux, et des chercheurs souvent d’origine africaine, dans les universités, formés dans leur pays d’origine du niveau bac à bac +5, et dont la France bénéficie allégrement car immédiatement productifs et dans la force de l’âge. Ce qui n’est pas sans poser d’autres problèmes d’ailleurs, et montre la nécessité de construire une coopération scientifique équitable entre les pays africains et la France pour rééquilibrer, sans oublier la lutte actuelle sur les droits d’inscription pour que les étudiants étrangers puissent continuer à venir en France. On en parle rarement, alors qu’on devrait plutôt le mettre en avant, un contre-discours qui pourrait s’avérer très utile alors que l’extrême droite répète inlassablement que immigré = délinquant en puissance, incapable de quoi que ce soit et intellectuellement inférieur. Cela pourrait en outre aider à « débloquer » une situation politique délétère, démonter ce mensonge massivement relayé à des fins électorales. Alors pourquoi y fait-on si peu référence ? Ce fait gêne considérablement car on replace la question du travail au centre du débat, et on véhicule l’idée que nous sommes, avant tout, ni plus ni moins, que des salariés, avec ce même sentiment d’être en partie exploités par un système qui a pour boussole, non pas le bien collectif, mais le seul profit … l’idée que nous sommes surtout des salariés qui faisons tourner le pays, avec les mêmes fiches de paie, les mêmes conditions et risques au travail, la même envie du travail bien fait, avec cet autre caractéristique très française : vouloir à tout prix donner un sens à son travail qui n’est pas simplement un gagne pain. Rappeler ainsi cette évidence, qu’il y a des noirs et des arabes qui soignent, qui sauvent des vies, transportent, font tourner les usines, les centres de recherches, etc, les mêmes que nous avons applaudis au balcon à 20h en plein Covid19 … eh bien on voit les choses différemment ainsi et on dégonfle un tas de problèmes. Mais comme cela replace la question du travail au centre : ce n’est jamais vraiment bienvenu pour les obsédés de l’identité de toute part.

Autre explication, peut être du second ordre, mais plausible également : ces professions « intellectuelles » ne se retrouvent pas dans certains discours antiracistes de ces dernières années. Pourtant tous ces médecins, ces universitaires originaires d’Afrique devraient y adhérer en masse, mais ce n’est pas le cas …. Et plus généralement ces discours ne percent pas dans les milieux intellectuels et universitaires toutes origines confondues. Les listes de signataires des textes qu’on voit souvent circuler en témoignent : quand il y en a, ce sont toujours les mêmes qui les signent, et surtout en tant que personnalités ayant une surface médiatique, et non pas pour d’éventuels travaux reconnus par la communauté scientifique de façon incontestable. Ce qui est aussi un sacré problème de ne pas convaincre les milieux intellectuels, cela n’aide pas vraiment en retour à la qualité du discours et de la réflexion, afin appréhender au mieux ce qui se passe en France et faire progresser la cause. Et pour preuve ces mouvements sont incapables de produire une réflexion propre au contexte français et en sont d’ailleurs réduits à coller au vocabulaire, aux productions et analyses des intellectuels nord américains, qui eux font ce travail, mais avec le contexte culturel spécifique qui est le leur, et dont on est en droit de contester d’ailleurs la pertinence pour son application en France, mais y compris aux USA même, si on veut être universaliste jusqu’au bout.

Il ne s’agit pas de dire ici que cela suffit à lutter globalement contre le racisme, et que cela résout tous les problèmes, mais cela aiderait. Ces deux idées devraient revenir en force dans les discours politiques : l’importance des mariages mixtes, et la forte présence des étrangers dans certains secteurs clés. Deux idées que n’aiment pas l’extrême droite.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments

Un de mes chirurgiens a Lille vient d Equateur . Il a d abord eté recruté sans papiers . Le directeur de l hopital l apprennant le vire . Mobilisation generale du service …car c est un tres bon …et le directeur lui a fait obtenir ses papiers et l’a recruté de nouveau …. c etait l an dernier .
Mon infirmiére est cap verdienne .
Une de mes auxiliaire de vie est d origine brésilienne !
Vive l internationale !