Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Le président de Cuba et un scientifique de l’Université de la Havane publient des analyses sur la gestion gouvernementale et le rôle de la science devant le COVID-19

Le président de la République, Miguel Díaz-Canel Bermúdez a visiblement des préoccupations communes avec celles de Fidel, qui lui avait une véritable boulimie de connaissances scientifiques et une réflexion permanente sur les orientations en faveur du peuple, de la souveraineté. Ce texte est fondamental parce qu’il nous invite tous à réfléchir aux défis qui sont posés à l’humanité et aux conditions économiques, politiques et sociales qui sont les meilleures pour les affronter. A la lumière de la pandémie mais aussi d’autres problèmes dont nous ne parlons pas mais qui sont aussi endémiques comme la faim, ce texte d’un haut niveau propose une autre vision et nous invite au dialogue et à l’action (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoire et société).

L’objectif principal de cette contribution est de réfléchir sur les expériences accumulées dans la confrontation avec COVID-19 en relation avec le lien entre les scientifiques et le gouvernement et de les systématiser

Auteur: Digital Writing | internet@granma.cu

13 juin 2020 20:06:59

Un article sur la gestion gouvernementale et le rôle de la science cubaine dans la lutte contre COVID-19 a été publié dans le magazine Anales de l’Académie cubaine des sciences par le président de la République, Miguel Díaz-Canel Bermúdez, et le président de la Chaire de science, technologie et société de l’Université de La Havane, Jorge Núñez Jover.

L’objectif principal de cette contribution est de réfléchir sur les expériences accumulées lors de la confrontation avec COVID-19 en relation avec le lien entre les scientifiques et le gouvernement et de les systématiser.

Le résumé du document précise qu’il montre le système de travail utilisé et les principales actions et enquêtes menées, et résume les évaluations et les enseignements tirés de cette expérience. Le rôle pertinent joué par la science et la technologie nationales, organiquement lié à la gestion gouvernementale, est également mis en évidence, tout en offrant une réponse sociale, scientifique, politique et sanitaire capable de relever le défi que la pandémie nous a posé.

 Compte tenu du fait que la crise du COVID-19 est mondiale, l’article commence par explorer certaines caractéristiques du néolibéralisme qui rendent difficile la gestion de crises telles que celle générée par le nouveau coronavirus (SARS-CoV-2).

La convergence de diverses crises au niveau mondial et la complexité croissante des défis à relever accentuent la nécessité d’échapper au piège du néolibéralisme. Le texte insiste sur le fait que ce qui a été accompli à Cuba a également une signification éthique et politique.

En raison de son importance, Granma reproduit, dans son intégralité, cet article:

Le gouvernement cubain et la gestion scientifique dans la confrontation avec COVID-19

Gestion gouvernementale et science cubaine face à COVID-19

Miguel Díaz-Canel Bermúdez 1 ,
Jorge Núñez Jover 2


1 Président de la République de Cuba
2 Président de la Chaire pour la science, la technologie et la société, Université de La Havane; La Havane Cuba

Auteur correspondant:
Miguel Díaz-Canel Bermúdez
Président de la République de Cuba
Courriel: despacho@presidencia.gob.cu


RÉSUMÉ

L’objectif principal de cette contribution est de réfléchir sur les expériences accumulées dans la confrontation avec COVID-19 en relation avec le lien entre les scientifiques et le gouvernement et de les systématiser. Le système de travail utilisé et les principales actions et enquêtes effectuées sont présentés, et les évaluations et les apprentissages que cette expérience montre sont résumés. Le rôle pertinent joué par la science et la technologie nationales, organiquement lié à la gestion gouvernementale, est mis en évidence, tout en offrant une réponse sociale, scientifique, politique et sanitaire capable de relever le défi que la pandémie nous a posé. Tenant compte du fait que la crise du COVID-19 est mondiale, L’article commence par explorer certaines caractéristiques du néolibéralisme qui rendent difficile la gestion de crises telles que celles générées par le nouveau coronavirus (SARS-CoV-2). La convergence de différentes crises au niveau mondial et la complexité croissante des défis à relever accentuent la nécessité d’échapper au piège du néolibéralisme. Le texte insiste sur le fait que ce qui a été accompli à Cuba a également une signification éthique et politique.



INTRODUCTION

L’objectif principal de cette contribution est de réfléchir sur les expériences accumulées dans la confrontation avec COVID-19 en relation avec le lien entre les scientifiques et le gouvernement et de les systématiser. Le système de travail utilisé et les principales actions et investigations effectuées sont présentés, et les évaluations et les enseignements que cette expérience donne sont résumés. De même, le rôle pertinent joué par la science et la technologie nationales, organiquement liées à la gestion gouvernementale, est mis en évidence, le tout afin d’offrir une réponse sociale, scientifique, politique et sanitaire capable de faire face au défi posé par la pandémie. Mais, la crise COVID-19 est mondiale. Il n’est donc pas vain de regarder ce qui se passe dans le monde.

La nouvelle pandémie de coronavirus (SARS-CoV-2) couvre presque tous les pays du monde, dont les gouvernements et les systèmes de santé ont démontré des capacités de réponse très variables. Une question inévitable se pose alors: pourquoi les pays à économie solvable et aux capacités scientifiques et technologiques qui ne peuvent être sous-estimés ont-ils autant de difficultés à faire face à la crise? En cherchant des réponses, de nombreux yeux se sont tournés vers les modèles néolibéraux que plusieurs de ces pays pratiquent. Une autre question se pose: les dogmes du néolibéralisme et de ses politiques associées sont-ils les plus adaptés pour faire face aux processus complexes de gouvernance environnementale, sanitaire, économique et mondiale auxquels le monde est confronté?

Cet article identifie certaines caractéristiques du néolibéralisme qui mettent en doute sa capacité à répondre efficacement à COVID-19.

Dans un monde profondément interdépendant, nous devons prêter attention à ces expériences internationales et tirer les conclusions nécessaires, d’autant plus que COVID-19 ne doit pas être considéré comme un événement fortuit et isolé, exclusivement lié à la santé et sans conséquences futures.

Il existe des tendances mondiales qui ne feront que s’accentuer à partir de maintenant:

– Il est évident que le monde subit une pression croissante sur les seuils planétaires pour la vie. Le rythme et l’ampleur des problèmes environnementaux et sociaux et celui des catastrophes augmentent.

– Plusieurs crises convergent: santé, environnement, inégalités, exclusion, croissance démographique.

– Chaque pays, région – et aussi mondialement -, doit apprendre à gérer des systèmes complexes (non-linéarité, irréversibilité, interconnexions fortes, urgences insoupçonnées, incertitudes) qui exigent des débordements disciplinaires et nécessitent une collaboration intersectorielle, interinstitutionnelle et aussi transnationale.

Apprendre à faire face à la «société du risque» (1) semble un impératif de notre temps.

QUELQUES QUESTIONS AU NÉOLIBÉRALISME DEPUIS LA COVID-19

COVID-19 apporte non seulement de nombreuses questions scientifiques, dont certaines non publiées. Il a également débattu de certains des dogmes que le néolibéralisme soulève: État minimum, marché comme panacée, déréglementation, dénationalisation, privatisation, rétrécissement du secteur public, destruction des biens communs, politiques publiques fragiles, entre autres.

La crise actuelle est sanitaire et, en même temps, socio-économique et humanitaire. En fait, il y a plusieurs pandémies en cours qui incluent également la pauvreté et la faim. Cuba les a clairement dénoncés: “La pandémie aggrave les problèmes urgents d’une planète en proie à de profondes inégalités, dans lesquelles 600 millions de personnes vivent dans l’extrême pauvreté et où près de la moitié de la population n’a pas accès aux services de santé de base, en dont la gestion est imposée par le marché dans le but noble de sauver des vies. ” (2)

On dit à juste titre que dans ces circonstances l’idéologie et les politiques néolibérales ont été révélées, et nombreux sont ceux qui affirment que le monde devrait être différent après COVID-19.

Aux fins du présent article, plusieurs problèmes liés au néolibéralisme nécessitent une attention particulière:

1. La thèse d’État minimale ou moins d’État, mieux c’est. C’est l’un des principaux dogmes du néolibéralisme. Ses apologistes parlent d’un secteur “privé” révolutionnaire “dynamique, innovant et compétitif et d’un secteur public” indolent, bureaucratique et inertiel “” (3, p.49) .

Contrairement à cela: “Si nous ne remettons pas en question les nombreux mythes du développement économique et si nous n’abandonnons pas les vues conventionnelles du rôle de l’État, nous ne pouvons aspirer à relever les défis structurels du XXIe siècle ou à provoquer le changement technologique et organisationnel dont nous avons besoin pour assurer une croissance durable et équitable à long terme. ” (3 p.45)

Peut-on dispenser les États de la possibilité de mobiliser des acteurs, des ressources, des capacités pour faire face à des défis organisés?

2. Les politiques sociales, en particulier les politiques de santé, sont devenues de plus en plus subordonnées à la logique du profit et de la compétitivité des entreprises, et leurs capacités de réaction ont été réduites, en particulier dans les situations extrêmes. La santé doit-elle être un droit humain universel ou un bien commercial de plus, échangeable sur le marché?

3. Le néolibéralisme entraîne ce qu’on a appelé le “capitalisme cognitif”, qui n’est rien d’autre que la privatisation et la marchandisation du savoir dans le but de générer des profits pour le capital. (4) À l’opposé: la connaissance, partagée socialement, doit-elle faciliter la coopération entre scientifiques et se mettre au service des grands besoins humains?

4. Le capitalisme cognitif a généré de nouveaux modes de production de connaissances. Le modèle Triple Helix (5, 6) incorpore des concepts tels que “capitalisation des connaissances” ou “scientifique entrepreneurial”, qui indiquent clairement que dans les modèles qui émergent de l’expérience de la Silicon Valley ou similaires, Ils ajoutent de nouveaux objectifs de la science et que les scientifiques s’éloignent de ces valeurs incluses dans l’ éthique de la science, formulée par Robert Merton dans les années 40 (7) .

L’un d’eux, très important, était le désintérêt, qui reposait sur le fait que le scientifique ne poursuit rien d’autre que la recherche de la vérité. Une autre caractéristique est la mise en commun, qui incite à partager les résultats parce que la science est un travail collectif.

Il est évident qu’au temps de la “ruée vers l’or” fondée sur la connaissance, cet éthos s’est quelque peu érodé. Les valeurs des scientifiques resteront-elles si importantes dans la tâche difficile de faire face à des crises comme celle du nouveau coronavirus?

5. L’industrie médicale et pharmaceutique mondiale, largement aux mains d’un groupe de sociétés transnationales, définit ses programmes de recherche-développement en fonction de la rentabilité et des objectifs de profit. Les considérations liées au bien-être humain de la majorité, notamment dans les pays du Sud, ne sont pas au centre de leurs politiques. Pour cette raison, ils sont de préférence orientés pour s’occuper des profils épidémiologiques des pays du Nord et des groupes sociaux du Sud qui peuvent payer pour les produits qu’ils génèrent; Pendant ce temps, les nouvelles maladies et les maladies tropicales traditionnelles sont clairement négligées. Cela explique également pourquoi l’industrie médico-pharmaceutique a négligé le développement de nouveaux antiviraux et antibiotiques, tout en privilégiant des médicaments plus rentables.

COVID-19 soulève immédiatement des questions: l’objectif de faire de la santé un droit humain universel bénéficie-t-il du monopole de la connaissance géré par ces grandes entreprises? Les États, le secteur public, devraient-ils générer des capacités leur permettant de relever avec succès les défis actuels et futurs?

6. L’une des caractéristiques du monde contemporain est l’énorme concentration des capacités scientifiques et technologiques dans un groupe relativement restreint de pays du Nord (8) . Dans les pays en développement, il y a non seulement moins de capacités scientifiques et technologiques, mais ils ont tendance à mal s’accorder avec les secteurs productifs. Plus d’un petit nombre de pays ont placé leurs secteurs stratégiques entre les mains de capitaux étrangers, qui ont peu de dynamisation pour la science locale.

À cela s’ajoutent les carences observables en matière de souveraineté dans différents États. Une dépendance extrême à l’égard du Fonds monétaire international, de l’Organisation mondiale du commerce, de la Banque mondiale et d’autres organisations transnationales n’apporte rien à la voie souveraine de la science, de la technologie et de l’innovation (CTI).


La question est de savoir si ce qui précède est un problème et si des solutions aux grands défis économiques, sociaux, environnementaux et sanitaires, entre autres, peuvent être résolues avec la science et la technologie importées, livrées clé en main.

La position de Cuba contre le néolibéralisme dans le contexte de la pandémie est claire: “Lors de l’examen des événements qui ont mis l’humanité en danger au cours des quatre derniers mois, il est essentiel de mentionner les erreurs coûteuses des politiques néolibérales, qui ont conduit à la réduction de la gestion et des capacités des États à des privatisations excessives et l’oubli de la majorité ” (2) .

Les questions évoquées ci-dessus nous permettent d’identifier l’ampleur et la complexité des problèmes en jeu. Ils servent également d’introduction à l’exploration de l’expérience cubaine, déployés à partir de positions très différentes de celles du néolibéralisme.

SCIENCE, ÉTAT, GOUVERNEMENT?

En 1945, le rapport présenté par Vannevar Bush au président des États-Unis “Science, une frontière sans limites” (9) a ouvert la voie à des politiques scientifiques nationales. La science a cessé d’être une affaire presque exclusivement de scientifiques, qui travaillaient de préférence dans des laboratoires universitaires, pour devenir une affaire d’État dont le rôle dans le financement des activités de recherche et développement (R&D) n’a cessé de croître au cours des décennies Suivant. La longue période de la guerre froide a nettement accentué cette caractéristique qui, notamment dans les pays du Nord, subsiste encore aujourd’hui.

Lorsqu’en 1968, l’Argentin Jorge Sábato a formulé son fameux “triangle Sábato” (10) – qui pourrait avoir été le premier modèle interactif de science et de technologie, antécédent des approches actuelles Triple Helix, des systèmes d’innovation, entre autres -, il a inclus trois acteurs clés dont les interactions constitueraient un moteur important de développement. Ces acteurs étaient l’État, les entreprises (à l’époque, les plus importantes étaient l’État) et les universités, qui à l’époque étaient fondamentalement publiques.

L’entrée du néolibéralisme en Amérique latine s’est accompagnée d’un affaiblissement notable des politiques publiques en matière de science et de technologie. La direction a vaincu la politique; les objectifs nationaux ont été déplacés par la rationalité des entreprises.

L’une des recettes préférées du néolibéralisme est de recommander à l’État d’intervenir le moins possible et de laisser la régulation des processus au marché. Au niveau des politiques d’innovation, il y a des réponses fortes à ce précepte: “L’État développe-t-il les innovations  de manière folle  ? Oui, la plupart des innovations radicales et révolutionnaires qui ont alimenté la dynamique du capitalisme – du chemin de fer à Internet et les nanotechnologies et les produits pharmaceutiques modernes – reposent sur des investissements initiaux «entrepreneuriaux» risqués, caractérisés par une utilisation intensive des capitaux fournis par l’État » (3, 30) .

L’expérience de Cuba comprend une participation influente de l’État aux activités de production, de diffusion et d’utilisation des connaissances. La mention de certains jalons appuie cette affirmation. La campagne d’alphabétisation de 1961 et tous les plans éducatifs qui ont suivi ont été très importants. La fondation du Centre National de la Recherche Scientifique [i](CNIC), en 1965, a permis de créer un centre de recherche selon le modèle des pays les plus avancés. La clé de cette stratégie a été l’intégration de la recherche scientifique dans les universités à partir de la réforme universitaire de 1962, en mettant l’accent sur la période 1967-1972, où la présence permanente de Fidel à l’Université de La Havane a permis la construction d’une authentique politique scientifique. université bien articulée au projet national qui se déroulait. Lors du premier congrès du Parti communiste de Cuba (PCC), tenu en 1975, une thèse sur la politique scientifique a été approuvée, avancée pour l’époque. Dans les années 1980, la création du Pôle scientifique de biotechnologie a commencé, qui a jeté les bases de l’actuelle industrie médico-pharmaceutique cubaine, clé de la confrontation avec COVID-19. (Onze)

Actuellement, les questions liées à la connaissance, à la science, à la technologie et à l’innovation occupent une place pertinente dans les Lignes directrices pour la politique économique et sociale du parti et la révolution pour la période 2016-2021, la conceptualisation du modèle économique et Le développement social-socialiste cubain, les bases du Plan national de développement économique et social jusqu’en 2030: vision de la nation, axes et secteurs stratégiques (12) et la Constitution de la République (13) .

Il est nécessaire de continuer à progresser dans le renforcement des capacités de la science, de la technologie et de l’innovation, et dans les connexions de celles-ci avec les besoins de notre développement. Le chemin est encore long.

De nouvelles politiques et leurs normes juridiques respectives apparaissent progressivement, ce qui devrait permettre de renforcer le potentiel scientifique et technologique de la nation et de mieux l’utiliser pour notre économie et d’accroître sa contribution au bien-être des Cubains. Parmi les plus importants:

– Décret n ° 363/2019 (14) (GOC-2019-998-O86): sur les parcs scientifiques et technologiques et les entreprises scientifiques et technologiques qui fonctionnent comme une interface entre les universités et les entités de science, de technologie et d’innovation avec Entités productives et de service.

– Décret n ° 2/2020 (15) (GOC-2020-156-O16): des entreprises de haute technologie

– Décret-loi n ° 7 (16) : sur le système scientifique, technologique et d’innovation, signé par le président de l’Assemblée nationale du pouvoir populaire le 16 avril 2020.

– Résolution 286/2019 (17) (GOC-2019-999-O86): Règlement pour l’organisation et le fonctionnement du registre national des entités des sciences, de la technologie et de l’innovation.

– Résolution 287/2019 (18) (GOC-2019-1000-86): Règlement du système de programmes et projets pour la science, la technologie et l’innovation.


Sans aucun doute, la connaissance, la science, la technologie et l’innovation sont des éléments clés pour faire avancer le développement. Cependant, il est important de souligner le lien réciproque qui existe entre l’ITC et le développement. D’une part, les CTI constituent les moteurs du développement économique et social. Dans le même temps, l’orientation sociale de la CTI, les intérêts qu’elle sert et les groupes sociaux dont elle bénéficie dépendent de la qualité même des modèles de développement et des intérêts dominants. Par exemple, ce qui explique le développement de la biotechnologie cubaine et sa contribution au système de santé ne se limite pas à avoir de bonnes institutions et d’excellents professionnels. La politique historique de la Révolution visait à renforcer le système de santé publique gratuit et de qualité et le leadership politique de cette industrie, Le leadership de Fidel, en particulier, a été déterminant. Les valeurs dominantes de ces professionnels sont également l’expression du modèle socialiste et solidaire cubain. Le meilleur de la politique scientifique et technologique cubaine a été les valeurs sociales qui l’ont guidée, en particulier l’intérêt de mettre le savoir au service des exigences du développement et de la satisfaction des besoins humains fondamentaux de l’ensemble de la population.(19)

Cette observation met en évidence le rôle de l’État et du gouvernement et les intérêts qu’ils représentent. La direction du gouvernement doit favoriser que la science remplisse les fonctions sociales qu’exige le développement.

LA COVID-19 À CUBA

Le premier cas de COVID-19 a été détecté à Cuba le 11 mars 2020. Cependant, le pays avait réagi à l’épidémie et avait préparé des réponses bien avant. Ils montrent les premiers efforts pour articuler la gestion gouvernementale avec la gestion scientifique et technologique et les connaissances d’experts.

Le 7 janvier 2020, des scientifiques chinois ont identifié l’agent causal, un nouveau coronavirus, qui a ensuite été baptisé SARS-CoV-2 , et a nommé la nouvelle maladie causée par le virus COVID-19 . Le 30 janvier, l’Organisation mondiale de la santé a déclaré l’épidémie actuelle de coronavirus.

Dès cette date, le général d’armée Raúl Castro Ruz, premier secrétaire du Comité central du Parti, a indiqué la nécessité d’une stratégie nationale. En conséquence, le 29 janvier, le Conseil des ministres a approuvé un plan de prévention et de lutte contre les coronavirus qui sera ultérieurement enrichi. Le 3 février, la première étape de la formation a commencé pour les professionnels de la santé et les travailleurs des organismes de l’administration centrale de l’État sur les questions de biosécurité, et le 12 février, le groupe scientifique pour affronter le COVID a été créé. -19. Les 17 et 26 du même mois, l’Observatoire de la santé COVID-19 et le Comité de l’innovation ont été créés, respectivement [ii]. Le 28 février, les cinq premiers projets de recherche pour COVID-19 ont été approuvés. Au 1er juin, 460 enquêtes ont été effectuées, dont 85 étaient dirigées par le groupe scientifique du groupe technique national [iii] .

Cette brève chronologie illustre que, dès les premiers signes d’une crise potentielle dans le pays, le déploiement de la gestion gouvernementale visant à mobiliser toutes les capacités scientifiques, technologiques et professionnelles importantes qui permettraient de faire face à la pandémie a commencé. Au fil des mois, la gestion gouvernementale et la participation de scientifiques, de professionnels et de divers experts se sont intensifiées.

Comme expliqué, lors du Sommet virtuel du Mouvement des pays non alignés “Unis contre COVID-19”: (2)

Pour Cuba, le défi a été énorme. Quelques mois avant le déclenchement de la pandémie de COVID-19, nous étions déjà confrontés à une escalade brutale de la politique de blocus économique, commercial et financier des États-Unis, visant à étrangler complètement notre commerce, l’accès au carburant et les devises.

Avec d’énormes efforts et sacrifices, nous avons réussi à maintenir dans ces conditions le système universel de santé publique, gratuit et de professionnels hautement qualifiés et consacrés, reconnu dans le monde entier malgré les campagnes grossières et diffamatoires de discrédit de puissants adversaires.

Au milieu de ce contexte étouffant de guerre économique, les premiers signes avant-coureurs sont apparus quant à la possibilité que COVID-19 puisse devenir une pandémie et cela a accru l’ampleur des défis.

Immédiatement, un plan de mesures a été élaboré, basé sur nos forces fondamentales: un État organisé, chargé d’assurer la santé de ses citoyens et une société fortement impliquée dans la prise de décision et la résolution de ses problèmes.

Le travail des années consacrant des ressources au développement et au renforcement de la santé et de la science a été mis à l’épreuve, et l’évolution de la pandémie à Cuba au cours des deux derniers mois montre à quel point les politiques d’investissement social peuvent avoir un impact sur la confrontation des personnes âgées. et des défis plus inattendus. (2)


Passons en revue plus en détail certains éléments qui nous permettent de comprendre la réponse cubaine à COVID-19.

Même au milieu de circonstances défavorables, le pays déploie depuis des décennies une politique de santé publique, universelle et gratuite, absolument inclusive. Cuba consacre 27,5% de son budget au soutien des dépenses de santé et d’assistance sociale, ce qui permet au système de se préparer à faire face à la pandémie. [iv]

L’un des éléments les plus importants de cette politique est le système de soins primaires, dont la proximité des personnes favorise les échanges directs avec la population, facilite l’accès et permet des réponses rapides et efficaces à la fois à la promotion de la santé et à tout événement indésirable.

Selon l’ Annuaire statistique de la santé: (20)

Cuba compte 479 623 agents de santé, qui représentent 6,6% de la population en âge de travailler, dont 71,2% de femmes. Le taux d’habitants par médecin est de 116, 86,6 médecins pour 10 000 habitants et celui d’habitants par stomatologue, 566, 17,7 stomatologues pour 10 000 habitants. Il y a 150 hôpitaux, 20,0% ont 400 lits ou plus, 62,7% entre 100 et 399 lits et 17,3% avec moins de 100 lits. Le système national de santé compte 110 salles de soins intensifs, 120 zones municipales intensives, 449 polycliniques, 111 cliniques dentaires, 132 maternités, 12 instituts de recherche, 680 bibliothèques médicales, 155 maisons de soins infirmiers, 295 maisons de grands-parents, 52 services de gériatrie et 30 centres médicaux psychopédagogiques.

La formation des ressources humaines, de la santé, se déroule dans 13 universités et 9 facultés des sciences médicales, 4 facultés de stomatologie, 1 soins infirmiers, 1 technologie de la santé, 3 technologies et soins infirmiers, 12 affiliés des sciences médicales, le École latino-américaine de médecine et École nationale de santé publique. (vingt)


L’attention portée à la santé de la population est complétée par l’existence dans le secteur d’importantes capacités scientifiques, notamment des instituts et centres de recherche, de développement et d’innovation, dont les agendas sont définis en fonction des problèmes de santé du pays.

Un puissant soutien au système de santé cubain est offert par la solide industrie médico-pharmaceutique, capable d’investiguer, de produire et de mettre entre les mains de la population des ressources essentielles pour la santé humaine. Cette industrie, dans une situation de ressources limitées, utilise une variété d’options technologiques qui incluent la science avancée et génère des centaines d’innovations, dont certaines qu’elles qualifient de radicales. Cela permet à Cuba d’avoir un niveau raisonnable de souveraineté technologique dans le secteur de la santé.

Parallèlement aux capacités propres du secteur, le pays dispose d’un potentiel humain important travaillant dans les universités et les entités scientifiques, technologiques et d’innovation, capables de répondre à différentes imprévus. Cela comprend la formation de premier cycle et de troisième cycle, y compris un doctorat, dans des profils tels que la biologie, la microbiologie, la biochimie, la pharmacie, la psychologie, le génie biomédical et d’autres pertinents pour le secteur.

Il ne fait aucun doute que d’importantes capacités professionnelles, scientifiques et technologiques sont disponibles. Mais, peut-être les plus précieuses de ce contingent sont les valeurs qu’elles portent, parmi lesquelles celles de solidarité et de consécration, qui sont intégrées dans ces capacités et qui, dans des conditions telles que celles que nous avons eues à l’époque de COVID-19, s’expriment avec une intensité particulière. . La science, la technologie et les valeurs, toutes ensemble, offrent à Cuba la possibilité de chercher des réponses aux contingences anciennes et nouvelles.

Les plus de 28 000 collaborateurs en santé que Cuba compte aujourd’hui dans 59 pays [v] illustrent bien la texture éthique particulière de nos professionnels, scientifiques et techniciens. Il met en évidence le fait que 34 brigades médicales cubaines, composées de plus de 2 500 travailleurs humanitaires, ont offert leurs services en solidarité pour atténuer l’impact de la pandémie dans 26 pays, à la demande de leurs gouvernements.

En 2003, Fidel (21) a déclaré: “Ce pays vivra, fondamentalement, de ses productions intellectuelles, même s’il ne vivra pas exclusivement de cela; il vivra de plus en plus des productions intellectuelles, de sa science, du développement de ses services et produits médicaux”.

Pour l’instant, il est possible de dire que les renseignements créés aident notamment à sortir de la pandémie à laquelle le pays est confronté.

GESTION GOUVERNEMENTALE EN INTERACTION AVEC LES SCIENTIFIQUES

Les sections précédentes aident à comprendre l’importance d’une gouvernance active et capable de mobiliser le potentiel scientifique disponible pour trouver collectivement les meilleures réponses à COVID-19 [vi] .

Les éléments clés de la gestion effectuée ont été le dialogue direct des experts, des universitaires et des professionnels avec le gouvernement, la promotion de la collaboration interinstitutionnelle et intersectorielle, la participation interdisciplinaire, le déploiement d’un travail intense pour accélérer les réponses et une communication publique active. améliorer l’information et les performances de la population. Pour y parvenir, un système de travail a été mis en place, dont les principaux éléments sont:

– Création du Groupe National Temporaire dirigé par le Président et le Premier Ministre qui se réunit quotidiennement.

– Réunion hebdomadaire avec des experts et des scientifiques pour évaluer les résultats des investigations et leur application.

– Activation des Conseils provinciaux de défense sur l’ensemble du territoire national.

– Conférences de presse quotidiennes pour informer la population de la mise à jour du Plan de prévention et de contrôle du nouveau coronavirus (COVID-19).

– Tables rondes quotidiennes pour mettre à jour sur différents sujets liés au plan de prévention et de contrôle du COVID-19.

– Séance de travail hebdomadaire avec le Groupe consultatif économique pour aborder les questions concernant la stratégie de développement socio-économique.

– Visites de centres où les chercheurs développent leurs travaux.

– Présentation, devant le Conseil provincial de la défense de La Havane, des résultats des modèles mathématiques et des études de géolocalisation et de géoréférencement par des chercheurs des Facultés de Mathématiques et Géographie de l’Université de La Havane (UH).

– Analyse dans tous les Conseils provinciaux de défense du comportement de l’épidémie avec la cartographie réalisée par les géographes de l’UH.

– Conférence du Groupe consultatif sur la préparation mensuelle du Conseil des ministres sur les impacts du COVID-19, les scénarios et la transformation productive nécessaire.

– Approbation et mise en œuvre actuelle de la stratégie dans la phase de récupération post COVID-19.- Intense travail en cours dans la conception de la stratégie socio-économique au stade du renforcement de l’économie pour faire face à un scénario de crise prolongée. Ce processus de gestion et d’innovation comprend:

a) Séances de travail des groupes temporaires (GTT) de chaque organisme de l’administration centrale de l’État (OACE) pour l’élaboration de la stratégie.

b) Les bureaux de chaque GTT présenteront leurs propositions de stratégie aux dirigeants du gouvernement.

c) Préparation et présentation de la stratégie au Bureau politique.

d) Présentation de la stratégie au Comité Exécutif du Conseil des Ministres.

e) Présentation et approbation de la stratégie au Conseil des ministres.

f) Mise en œuvre et contrôle de la mise en œuvre.


Les principales actions menées ont été:

– Développement et mise à jour de modèles mathématiques pour le pronostic, la confrontation et l’évaluation du développement de la pandémie.

– Système de géolocalisation appliqué à la gestion épidémiologique.

– Échelle de classification pour les patients gravement malades.

– Etude des biomarqueurs pronostiques de la gravité de la maladie.

– Carte des zones à risque clinico-épidémiologiques avec la représentation des groupes à risque des personnes âgées de 60 ans et plus au niveau national.

– Utilisation du système ultra-micro-analytique (SUMA) comme moyen de diagnostic pour le dépistage de la population.

– Développement et production de moyens de protection pour le personnel de santé.

– Conception et développement de prototypes cubains de respirateurs pulmonaires d’urgence.

– Conception et développement d’une lampe de décontamination à la lumière ultraviolette.

– Utilisation de techniques de big data pour évaluer la mobilité de la population pendant la pandémie.

– Développement de cinq candidats vaccins cubains.

– Application de l’anticorps monoclonal anti-CD6, du peptide CIGB258 et de l’Heberferon chez les patients atteints de COVID-19.

– Réalisation d’essais cliniques pour le traitement des patients gravement malades et gravement malades.

– Modifications du protocole thérapeutique basées sur les résultats de PCR précoce négative avec Interféron alfa-2b et Interféron alfa plus gamma.

– Évaluation des résultats dans les applications informatiques: COVID-19-InfoCU, référentiel COVID-19, système de gestion et analyse de la surveillance et de la réponse aux épidémies, chercheur virtuel, COVID19CUBADATA, Andariego, recherche active du CINESOFT.

– Organisation du Symposium de modélisation, suivi et intervention épidémiologique-COVID-19.

– Élaboration et systématisation du modèle cubain de gestion clinico-épidémiologique pour la confrontation et le contrôle de COVID-19.

– Approbation et mise en œuvre du protocole de soins de convalescence.

– 460 investigations et études dans le plan de recherche COVID-19 (85 nationales et 375 provinciales). Une moyenne de 8,3 études et développement de produits, équipements et appareils médicaux par semaine est analysée et approuvée.

– Programme de mémoire historique contre COVID-19.

– Participation des sciences sociales à l’atténuation des impacts, responsabilité collective des soins, participation des personnes et de la communauté, initiatives innovantes contre l’isolement, utilisation éthique et responsable des médias, dénonciation de la campagne anti-cubaine.

– Mener de nombreuses enquêtes dont:

a) Développement de systèmes d’information statistique et d’un site Web pour la normalisation et l’affichage des informations (COVID19cubadata.github.io).

b) Développement de systèmes d’information géographique et automatisation de l’araignée épidémiologique.

c) Développement d’une application pour les appareils mobiles pour la recherche active et pour les enquêtes épidémiologiques de population.

d) Estimation des paramètres épidémiologiques: nombre reproductif de base (début de l’épidémie) et efficace (évaluation des interventions), force de l’infection.

e) Analyse de la propagation de la maladie, de la distribution et du risque de transmission par les provinces, les municipalités et les zones de santé, et de sa relation avec les facteurs de risque.

f) Prédictions de l’épidémie de COVID-19 analysant les facteurs climatiques, la température et l’humidité relative.

g) Modélisation en réseau pour le suivi des contacts et l’évaluation du contrôle de la chaîne épidémiologique de transmission.

h) Évaluation de l’impact des mesures sur la réduction de la mobilité de la population.

i) Évaluation de l’impact de l’introduction de produits biotechnologiques sur la réduction de la gravité et de la mortalité dues au COVID-19.

j) Développement de modèles à plusieurs niveaux et d’intelligence artificielle pour comparer le comportement de l’épidémie à Cuba avec d’autres pays de la région et du monde.

k) Étude démographique des porteurs.

l) Prédiction de la fin du comportement épidémique et post-épidémique.

m) Construction d’indicateurs pour désamorcer les mesures.

n) Application de la biomoduline-T à des personnes âgées résidant dans des établissements de soins de longue durée.

ñ) Caractérisation clinico-épidémiologique des enfants et adolescents cubains atteints de COVID-19.

o) Programmes d’intervention en santé mentale et soutien psychologique face à la pandémie COVID-19.

De tout ce qui est décrit, les évaluations suivantes résultent:

– La science cubaine a contribué de manière significative à la confrontation réussie et efficace de COVID-19, facilitant avec diverses enquêtes la prédiction, la conception des modes de confrontation, l’amélioration des protocoles thérapeutiques, la gestion de la confrontation avec la pandémie et la amélioration des modèles d’action pour réduire les risques et les vulnérabilités des épidémies.

– Une base de connaissances a été construite qui est devenue une référence et un soutien pour la gestion gouvernementale dans la lutte contre la pandémie.

– La mobilisation de l’expertise pour faire face à la pandémie a inclus comme élément très important le travail de l’ensemble du système de santé, en particulier les médecins, les infirmières et les étudiants qui interagissent quotidiennement avec la population.

– Un nombre remarquable d’investigations et d’essais cliniques ont été développés et appliqués.

– De nouveaux produits et développements ont été réalisés que le pays n’avait pas, qui deviennent également de futurs potentiels de production dans l’industrie nationale pour remplacer les importations et promouvoir de nouvelles opportunités d’exportation.- Une importante activité scientifique a été générée, qui est exprimée dans 66 articles publiés par des auteurs cubains dans des magazines et autres médias nationaux (57) et internationaux (9). Il y a 21 nouveaux articles en cours.

– Les produits de biotechnologie cubains appliqués ont considérablement empêché la mort de patients critiques et graves, et il a été possible d’économiser 80% tandis que 80% meurent dans le monde.- La science cubaine s’est développée, apportant des solutions précieuses à une époque d’une énorme complexité, elle a renforcé ses liens avec la société, avec les différents acteurs économiques et sociaux. Votre participation et votre contribution ont été déterminantes.

– La valeur inestimable de la science dans une perspective de pertinence et de responsabilité sociale, proche du concept de science de la durabilité (19), a été confirmée .- L’importance de consolider les bonnes pratiques et les meilleures valeurs de notre société dans la mise en œuvre de la politique scientifique afin d’apporter des solutions aux problèmes complexes de la société est démontrée. 




Ces avancées et ces résultats “constituent un échantillon fiable de la contribution de la science cubaine à cette confrontation” et montrent le potentiel du travail multidisciplinaire et de la collaboration interinstitutionnelle: “ils encouragent beaucoup, donnent une grande force et démontrent qu’il existe également une approche globale pour gestion de la science et de l’innovation, car toutes les connaissances scientifiques y participent ” (22) .

“En faisant face à la pandémie, nous avons obtenu un résultat digne, digne, et plus encore dans les conditions dans lesquelles le pays l’a fait” (…) “le résultat scientifique que nous avons obtenu a donné au pays une visibilité et un prestige considérables, tels que composante fondamentale de la confrontation “. En particulier, “la contribution de la biotechnologie cubaine dans la lutte contre le COVID-19 est remarquable, à la fois avec l’anticorps monoclonal Anti-CD6, de Molecular Immunology, et avec le peptide CIGB-258, du Center for Genetic Engineering and Biotechnology”. (2. 3)

La confrontation avec COVID-19 apporte des enseignements qui enrichissent les expériences futures. La capacité et l’opportunité d’une collaboration étroite entre les scientifiques et le gouvernement ont été confirmées.

CONCLUSIONS ET PERSPECTIVES D’AVENIR

L’expérience de la confrontation avec COVID-19 confirme les grandes opportunités offertes par une collaboration étroite et interactive entre les scientifiques et le gouvernement. C’est un sujet qui intéresse tous les pays. Il est communément admis que la formulation et l’évaluation des politiques publiques doivent toujours reposer sur des connaissances d’experts. Cependant, il est complexe d’y parvenir. Il n’est pas toujours possible de consolider une communication fluide et compréhensible entre le monde académique et les décideurs politiques.

Dans la première partie de cet article, plusieurs des problèmes engendrés par le néolibéralisme ont été identifiés. Le fait d’avoir un projet social socialiste alternatif offre à Cuba d’excellentes opportunités pour faire en sorte que la science agisse comme une force sociale transformatrice.

L’expérience accumulée dans la bataille contre COVID-19 montre que dans les conditions cubaines, cela est possible et très bénéfique pour atteindre des objectifs communs. Cette collaboration est basée sur des fondements éthiques et politiques que la Révolution a forgés.

La pertinence de considérer l’innovation, l’informatisation et la communication sociale comme piliers de la gestion du gouvernement cubain est confirmée, ce qui a conduit à des solutions innovantes de la science, au développement d’applications informatiques destinées à faire face à la pandémie et à la réalisation d’un exercice de communication sociale qui a offert confiance et orientation à la population, tout en honorant d’une reconnaissance sociale appréciable la contribution du personnel de santé et des scientifiques.

L’expérience accumulée indique en outre que la collaboration entre le gouvernement et les scientifiques doit constituer un style de travail permanent. Elle doit faciliter «l’exercice profond d’une pensée innovante» (24) qu’exige le développement du pays. L’objectif doit être «d’atteindre la transformation productive dont le pays a besoin en ce moment, qui garantisse des processus plus efficaces, plus productifs, plus utiles et plus rentables, qui satisfasse les demandes internes, qui nous donne des possibilités d’exportation et qui favorise également le bien-être, développement et prospérité. ” (24) En particulier, “si nous devons mettre toutes nos pensées dans quelque chose et le porter à une conception différente de ce que nous avons fait, c’est la production alimentaire.” (24)

Il s’agit d’appliquer le plus rapidement possible ce qui a été approuvé aux VIe et VIIe Congrès du Parti, l’adoption des Lignes directrices pour la politique économique et sociale du Parti et la Révolution, et la conceptualisation du modèle économique et social cubain de développement socialiste, qui a conçu des innovations importantes, en attente d’application.

Dans cet effort, les avis scientifiques, le rôle principal des connaissances expertes, sont essentiels, et les expériences discutées dans cet article constituent une base importante.

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

1. Beck U. La société du risque. Maison d’édition Paidós; 1998, 432 pp.

2. Díaz-Canel M. Discours prononcé lors du Sommet virtuel du Mouvement des pays non alignés “Unis contre COVID-19”, sous la forme du Groupe de contact. 4 mai 2020.

3. Mazzucato M. L’Etat entrepreneurial: mythes du secteur public contre privé. Barcelone: ​​RBA Economy; 2019. ISBN: 978-84-9056-296-3

4. Restakis R. Les implications socio-économiques d’une économie de la connaissance sociale. 2014. Disponible sur: https://book.floksociety.org/ec/3-1-institucionalidad-sociencia-del-conocimiento-economia-social-y-partner-state/

5. Etzkowitz H. MIT et la montée de la science entrepreneuriale. Londres: Routledge; 2001.

6. Etzkowitz H. Groupes de recherche en tant que «quasi-entreprises»: l’invention de la politique de recherche universitaire entrepreneuriale. 2003; 32 (1): 109-121.

7. Merton RK. Les impératifs institutionnels de la science, à Barnes, B (compilateur): Etudes sur la sociologie des sciences. Madrid: Alliance universitaire; 1980.

8. UNESCO. Rapport de l’UNESCO sur la science. 2015. [Consulté le 2.06.2020]. Disponible sur: https://es.unesco.org/unesco_science_report.

9. Bush V. Science – La frontière sans fin. Washington: National Science Foundation; 1945.

10. Sábato J, Botana N. La science et la technologie dans le développement de l’Amérique latine. Dans: Amérique latine, Science et technologie dans le développement des sociétés. Chili: Editorial Universidad; 1970.

11. Núñez J. Connaissances académiques et société. Essais sur la politique universitaire et postuniversitaire. La Havane: Editorial UH; 2010, 222 p. ISBN 978-959-7211-04-4.

12. Documents du 7. Congrès du Parti approuvé par le III plénum du Comité central du PCC le 18 mai 2017 et approuvé par l’Assemblée nationale du pouvoir populaire le 1er juin 2017 (I). [Consulté le 1er juin 2020]. Disponible sur: http://www.granma.cu/file/pdf/gaceta/%C3%BAltimo%20PDF%2032.pdf

13. Constitution de la République de Cuba. [Consulté le 1er juin 2020]. Disponible sur: http://www.granma.cu/file/pdf/gaceta/Nueva%20Constituci%C3%B3n%20240%20KB-1.pdf

14. Décret n ° 363/2019 (GOC-2019-998-O86): sur les parcs scientifiques et technologiques et les entreprises scientifiques et technologiques qui fonctionnent comme une interface entre les universités et les entités scientifiques, technologiques et d’innovation avec des entités productifs et services. 2019

15. Décret n ° 2/2020 (GOC-2020-156-O16): des sociétés de haute technologie. 2020.

16. Décret-loi n ° 7 sur le système scientifique, technologique et d’innovation. 2020.

17. Résolution 286/2019 (GOC-2019-999-O86): Règlement pour l’organisation et le fonctionnement du registre national des entités scientifiques, technologiques et innovantes. 2019.

18. Résolution 287/2019 (GOC-2019-1000-86): Règlement du système des programmes et projets de science, technologie et innovation. 2019.

19. Núñez J. Penser à la science au temps de COVID-19. Annales de l’Académie cubaine des sciences. 2020; 10 (2): COVID-19 [monographique]. Disponible sur: http://www.revistaccuba.sld.cu/index.php/revacc/article/view/797/827

20. MINSAP. Annuaire statistique de la santé. Information au 31 décembre 2019. ISNN. Version électronique: 1561-4433. 2020. Disponible sur: http://files.sld.cu/bvscuba/files/2020/05/Anuario-Electr%C3%B3nico-Espa%C3%B1ol-2019-ed-2020.pdf

21. Castro F. Discours prononcé à la clôture du VIe Congrès de la CDR, au théâtre “Karl Marx”. [consulté le 2 juin 2020]. 28 septembre 2003. Disponible sur: http://www.fidelcastro.cu/es/citas-sobre/CienciayTécnica

22. Díaz-Canel M. Les résultats de la science cubaine nous exaltent. 2020. [consulté le 2 juin 2020] Disponible sur: https://www.presidencia.gob.cu/es/noticias/los-resultados-de-la-ciencia-cubana-nos-enaltecen/

23. La réponse de Díaz-Canel M. Cuba à la pandémie a été très louable. 2020. [consulté le 2 juin 2020] Disponible sur: https://www.presidencia.gob.cu/es/noticias/la-respuesta-de-cuba-a-la-pandemia-ha-sido-muy- digne /

24. Díaz-Canel M. Pour un exercice de pensée qui transforme le pays. 2020. [consulté le 2 juin 2020] Disponible sur: https://www.presidencia.gob.cu/es/noticias/por-un-ejercicio-de-pensamiento-que-transforme-al-pais/


[i] En 1966, le CNIC est devenu une partie de l’Université de La Havane. Actuellement, il fait partie du Groupe des industries biotechnologiques et pharmaceutiques de Cuba (BioCubaFarma).

[ii] Il fait partie de la structure du groupe scientifique. Évalue et approuve les propositions de produits de recherche, d’innovation et de développement, les protocoles thérapeutiques et les essais cliniques, et rationalise les procédures d’approbation sur les questions réglementaires. Il est coordonné par les directeurs de la science et de l’innovation du MINSAP et de BioCubaFarma et les directeurs du Centre d’État des médicaments, de l’équipement et des dispositifs médicaux (CEDMED) et du Centre national de coordination des essais cliniques (CENCEC).

[iii] Coordonne les actions d’investigation et de suivi du protocole de gestion clinique. Évalue et approuve la recherche, les interventions, les essais cliniques et les applications qui ont un impact sur les mesures du plan d’adaptation. Il est composé du comité d’innovation, de groupes d’experts et de l’Observatoire scientifique de COVID-19.

[iv] http://www.cubadebate.cu/noticias/2020/05/29/cuba-no-relaja-medidas-ni-se-confia-pese-a-escenario-favorable-en-el-manejo-de -la-Covid-19-video / #. XtHU-szBw0N

[v] Agence de presse cubaine. Les 28 000 collaborateurs de santé à l’étranger: en bonne santé et formés avant COVID-19. Claudia González Corrales, 17 mars 2020. http://www.acn.cu/salud/62198-los-28-mil-colaboradores-de-salud-en-el-exterior-sanos-y-capacitados-ante-la- covid-19

[vi] Les relations étroites entre le gouvernement et les scientifiques qui ont été établies à Cuba ne l’ont pas été dans tous les pays: “Mais il vaudra également la peine de tirer parti de certaines des leçons qu’une expérience aussi difficile nous a laissées. L’une qui semble importante sera d’analyser Pourquoi le divorce entre la science, les scientifiques et les gouvernements? Comme l’affirme Ignacio Ramonet, ils n’ont pas été écoutés, en dépit de l’imminence d’une maladie respiratoire hautement transmissible et virulente qui pourrait devenir une pandémie, ni des avertissements répétés de l’Organisation mondiale de la santé. la Santé (OMS) qui a exhorté en septembre 2019 une pandémie flétri et extrêmement meurtrière “(Aragonés A, 2020).

Vous pouvez consulter le document original ici .

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments