Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Révélé: le plan de l’armée américaine de 1962 pour conquérir Cuba

Ce que peu de gens savent c’est qu’en 1992, les USA découvrirent ce qu’ils auraient risqué en cas d’invasion. Fidel Castro organisa une sorte de jeu de rôle à la Havane au cours duquel les protagonistes de l’affaire des fusées de Cuba découvrirent ce qui aurait pu se passer. Il y avait un ou plusieurs généraux soviétiques qui le confirmèrent, et des anciens responsables américains dont Salinger conseiller de Kennedy. Ces derniers découvrirent que les Cubains étaient prêts à déclencher les missiles. Fidel ne faisait que répéter la prophétie de Maceo sur ce que trouverait tout envahisseur sur la terre de Cuba. Et il le faisait sciemment puisque l’île se trouvait désormais sans “parapluie soviétique”. Cela fait partie de ce que j’ai découvert moi-même de Cuba et je ne crois pas que nous soyons nombreux à en avoir conscience, à savoir le fait lui-même, et pourtant on ne mesure pas ce qu’est Cuba sans cette détermination des Révolutionnaires (la patrie ou la mort) qu’ils ont réussi à faire partager à tout un peuple. Le National Interest fait allusion à cela mais montre surtout l’autre versant de l’affaire, le caractère “rafraîchissant” dans sa crudité de la menace sur Cuba, la reprise de leur “colonie”. Je n’en ai jamais parlé même pas dans mes mémoires parce que c’est aux Cubains eux-mêmes de dire leur histoire (note et traduction de Danielle Bleitrach).

«La résistance aux forces armées américaines sera éradiquée par la force. Les contrevenants graves seront sévèrement punis. » par Michael Peck

Voici ce que vous devez retenir: Plus inquiétant, ce n’est qu’en 1992 que les États-Unis ont appris ce qui les attendait en tant que force d’invasion. “Les responsables soviétiques ont également révélé qu’ils avaient envoyé des armes nucléaires à courte portée à La Havane et que les commandants soviétiques étaient autorisés à les utiliser en cas d’invasion américaine”, selon le New York Times. Il y avait neuf missiles tactiques à courte portée avec de petites ogives nucléaires de six à douze tonnes. Les missiles n’avaient pas la portée nécessaire pour atteindre le continent américain, mais ils auraient pu anéantir une force d’assaut.

Attention, peuple de Cuba: obéissez aux ordres de l’armée américaine, ou subissez-en les conséquences.

C’est ce que les Cubains auraient dû faire si les États-Unis avaient envahi l’île pendant la crise des missiles cubains de 1962.

«La résistance aux forces armées américaines sera éradiquée de force. Les auteurs d’infractions graves seront sévèrement sanctionnés », indiquait un projet de proclamation qui aurait été diffusé au peuple cubain, selon des documents déclassifiés obtenus par le groupe des archives de la sécurité nationale.

La proclamation n° 1 de l’occupation militaire américaine se serait lue comme suit:

«Au peuple de Cuba,

«Considérant que les actes d’agression et illégaux du régime de Castro contre l’humanité ont violé le droit international et les principes fondamentaux de la liberté et de l’indépendance des nations; et considérant que les États-Unis d’Amérique, afin d’honorer leurs obligations et de se garantir ainsi que les autres libres nations du monde contre les menaces générées par ces actions agressives du régime de Castro, a dû entrer en conflit armé avec les forces du régime de Castro; et considérant que le peuple des États-Unis n’a jamais, pendant la dictature de Castro, perdu son sentiment d’amitié chaleureuse pour le peuple de Cuba et que les forces armées des États-Unis protégeront le peuple de Cuba dans l’exercice pacifique de ses activités légitimes dans la mesure où les exigences de la guerre le permettront. . . . “

Sous le langage du velours, nous venons en paix, il y avait les mots de fer d’une occupation militaire sans fioritures. Il était prévu de dire aux Cubains d’obéir à tous les ordres des troupes américaines ou d’être traduits devant un tribunal militaire. “La résistance aux forces armées américaines sera éradiquée de force”, prévient la proclamation. «Les contrevenants graves seront sévèrement punis.»

Les écoles et tribunaux cubains devront être fermés jusqu’à nouvel ordre. Cependant, les responsables du gouvernement cubain resteraient à leurs postes.

«Lorsque le régime agressif de Castro aura été complètement détruit et que des dispositions auront été prises pour mettre en place un gouvernement démocratique répondant aux désirs et aux besoins du peuple cubain, les forces armées américaines partiront et l’amitié traditionnelle des États-Unis et du gouvernement cubain sera assurée », concluait avec éclat la proclamation.

Des mots comme «amitié» et «démocratique» auraient pu sonner creux aux Cubains émergeant des décombres de leurs maisons, d’autant plus que Cuba n’avait techniquement pas commis d’acte de guerre contre les États-Unis en 1962 (en tout cas, l’invasion de la baie des Cochons de 1961 pourrait être interprété comme un acte de guerre des États-Unis contre Cuba).

D’un autre côté, la proclamation américaine était rafraîchissante dans sa simplicité, bien que dure. Pas de discours prétentieux sur l’édification d’une nation. Le message était clair: l’armée américaine contrôle Cuba. Obéissez ou faites face aux conséquences. On se demande si une telle approche en Irak en 2003 aurait pu éviter une partie du chaos et des effusions de sang.

Bien sûr, avant qu’une armée envahissante puisse émettre une proclamation d’occupation, elle doit réellement conquérir le territoire en question. L’opération Ortsac, l’invasion planifiée de Cuba, a appelé à des débarquements amphibies et aéroportés des First et Second Marine et des quatre-vingt-deuxième et 101st Airborne divisions.

Il s’avère que les États-Unis ont sous-estimé la difficulté d’envahir Cuba. Les Américains estimaient qu’il y avait dix mille soldats soviétiques à Cuba. Le nombre réel était de 43 000 hommes, en plus de 270 000 soldats et miliciens réguliers cubains.

Plus inquiétant, ce n’est qu’en 1992 que les États-Unis ont appris ce qui attendait une force d’invasion. “Les responsables soviétiques ont également révélé qu’ils avaient envoyé des armes nucléaires à courte portée à La Havane et que les commandants soviétiques étaient autorisés à les utiliser en cas d’invasion américaine”, selon le New York Times. Il y avait neuf missiles tactiques à courte portée avec de petites ogives nucléaires de six à douze tonnes. Les missiles n’avaient pas la portée nécessaire pour atteindre le continent américain, mais ils auraient pu anéantir une force d’assaut.

Tout aussi inquiétant, les responsables soviétiques ont admis plus tard qu’ils n’avaient pas réfléchi à la façon dont les États-Unis, qui se sentaient provoqués par des missiles à pointe nucléaire déployés à quatre-vingt-dix milles de la Floride, auraient pu réagir au largage d’armes atomiques sur sa force d’invasion.

Il ne fait aucun doute que les États-Unis auraient pu conquérir Cuba en 1962. Il ne resterait rien de Cuba – ou de l’Amérique, ou de la Russie – autre que des décombres radioactifs, mais c’est une autre affaire.

Michael Peck est un écrivain collaborateur pour l’ intérêt national . Il peut être trouvé sur Twitter et Facebook.

Image : Wikipedia.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments