Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

La Chine n’est pas une menace militaire, déclare l’UE

Cette déclaration du haut représentant de l’UE va dans le sens de la plupart des FAITS intervenus jusqu’ici. Alors que l’on a fait grand bruit de la dénonciation des fausses informations provenant de la Chine et de la Russie, comme le note Borell, peu de moyens sont consacrés à cette affaire, en revanche l’Allemagne et même la France, le noyau européen, dans le contexte du désamour avec les Etats-Unis cherchent leur salut économique du côté de la Chine. L’Europe a du mal à s’impliquer dans les croisades de Trump qu’il s’agisse de l’Iran ou de la Russie et de La Chine. Mais Trump, avec l’OTAN et certains pays comme la Pologne joue l’éclatement de l’UE. Nous sommes incontestablement devant une recomposition de la carte mondiale (note de Danielle Bleitrach).

Le Haut représentant européen de l’Union pour les affaires étrangères, Josep Borrell | Kenzo Tribouillard / Photo de la piscine via l’EPA

https://www.politico.eu/article/china-is-not-a-military-threat-eu-top-diplomat-says/

La Chine peut être un rival systémique de l’Union européenne, mais ce n’est pas une menace pour la paix mondiale, a déclaré mardi le chef des Affaires étrangères de l’UE, Josep Borrell.

Borrell a émergé d’une discussion vidéo de trois heures avec le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi pour défendre ce qu’il a appelé une approche “réaliste” de Pékin. Sa vision optimiste des ambitions militaires de la Chine le met en contradiction avec les États-Unis et certains voisins de la Chine, du Japon à l’Inde, qui craignent de plus en plus que Pékin ne fasse fléchir son muscle militaire de l’Himalaya à la mer de Chine méridionale.

La discussion de Borrell avec Wang a eu lieu alors que les relations UE-Chine font l’objet d’un examen approfondi après que la Chine a décidé de renforcer son emprise juridique sur Hong Kong et que certains pays membres ont appelé l’UE à s’attaquer à la désinformation plus agressive de la Chine et de la Russie concernant le coronavirus.

Borrell a déclaré que Hong Kong, ainsi que les droits de l’homme, faisaient partie des pourparlers “ouverts et francs”. Et l’un des principaux points de discussion a été la décision prise l’année dernière par l’UE d’appeler la Chine un “rival systémique”.

“Je comprends que le fait que la Chine soit présentée comme un rival systémique est quelque chose qui semblait un peu controversé”, a-t-il déclaré aux journalistes lors d’une vidéoconférence après les pourparlers. “Nous en avons beaucoup parlé, … les mots comptent et parfois ils comptent beaucoup, ” il a ajouté.

Le Premier ministre chinois Li Keqiang | Hwee Young-Pool / Getty Images

Mais Borrell a souligné que ce terme ne signifie pas que l’UE considère Pékin comme une menace pour la sécurité. “La Chine a une ambition mondiale mais en même temps, je ne pense pas que la Chine joue un rôle qui puisse menacer la paix mondiale”, a-t-il expliqué.

“Ils se sont à nouveau engagés à vouloir être présents dans le monde et à jouer un rôle mondial mais ils n’ont pas d’ambitions militaires et ils ne veulent pas utiliser la force pour participer à des conflits militaires”, a-t-il ajouté.

Un certain nombre de pays ont clairement indiqué qu’ils se méfiaient beaucoup plus de la puissance militaire croissante de la Chine.

Un haut responsable américain de la défense, John C. Rood, a déclaré l’année dernière que la Chine “promeut un modèle autoritaire, qui ne respecte pas la souveraineté des autres”.

“On commence à voir la Chine développer des bases militaires à l’étranger, des lieux de collecte de renseignements à l’étranger”, a noté Rood.

Le Japon, l’Inde , le Vietnam et Taïwan sont parmi d’autres pays à avoir exprimé leur profonde préoccupation face aux ambitions militaires de la Chine. Tokyo a signalé l’an dernier que la Chine était la plus grande menace à la sécurité du pays – plus grande que la Corée du Nord, dotée de l’arme nucléaire.

Borrell a souligné que l’UE avait de nombreux points communs avec la Chine, tels que le soutien continu à l’accord sur le nucléaire iranien, dont les États-Unis se sont retirés en 2018.

La discussion de mardi visait également à préparer une prochaine réunion vidéo prévue plus tard ce mois-ci entre le président du Conseil européen Charles Michel, la présidente de la Commission Ursula von der Leyen et le Premier ministre chinois Li Keqiang.

Borrell a déclaré que le sommet pourrait finaliser un document définissant la coopération avec Pékin, appelé Agenda 2025. Il a déclaré qu’un accord d’investissement “ne sera pas prêt pour le sommet, c’est clair”.

L’accord d’investissement est destiné par l’UE à pousser Pékin à tenir ses promesses d’égalité de traitement pour les entreprises européennes et à mettre fin à une pratique obligeant les entreprises étrangères à partager leur savoir-faire lorsqu’elles opèrent en Chine.

Un plus grand sommet UE-Chine – impliquant les dirigeants des pays membres du bloc et le président chinois Xi Jinping – devait se tenir en septembre dans la ville allemande de Leipzig, mais il a été reporté en raison du coronavirus.

“C’est sûr que nous devons allouer plus de ressources à la lutte contre la désinformation” – Josep Borrell, chef des Affaires étrangères de l’UE

Borrell devrait présenter mercredi une proposition avec la vice-présidente de la Commission, Vĕra Jourová, sur la manière d’intensifier la réponse de l’UE à la désinformation sur la pandémie. L’UE a pointé le doigt du blâme sur la Chine et la Russie pour une telle désinformation.

Borrell a déclaré que le bras de politique étrangère de l’UE est prêt à faire plus pour lutter contre la désinformation en provenance de Chine et d’ailleurs si les pays membres fournissent les moyens. “C’est sûr que nous devons allouer plus de ressources à la lutte contre la désinformation”, a-t-il déclaré. “Je suis heureux de consacrer plus de ressources, mais les États membres doivent s’entendre là-dessus, non seulement prêcher mais fournir.”

Histoires connexes sur ces sujets:
Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments

Et toujours ce renversements des faits. Comment l’U E peut-elle se défendre face aux appétits Us en appliquant systématiquement leur mode de propagande inverse. de jour en jjour cette manie de l’ U E de colporter tous les mensonges venant d’outre atlantique apporte de plus en plus de méfiance et d’incompréhension visà vis des autorités européennes. Alors qu’il faudrait s’ouvrir sur la communauté mondiale pour remonter la pente après lacrise du corona virus, l’UE s’enferre dans les shémas atlantistes dont seuls les USA tireront leur épingle du jeu. décidément il est temps de sortir
de ce marécage otanesque.