Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Lénine sur le racisme aux États-Unis

Ce court article a le mérite de démontrer preuve à l’appui que la seule manière de sortir de l’esclavage est d’adopter le socialisme? Qu’il s’agisse de la Russie ou les effets du servage et de l’aliénation coloniale étaient encore plus évident qu’aux Etats-Unis, de la Chine, du Vietnam ou de Cuba, les effets de la colonisation, de l’esclavage sont durables, mais la seule manière de les combattre avec efficacité est le socialisme qui justement dépasse le “communautarisme”, les victimisations et atteint l’universel humain (note de Danielle Bleitrach).

Dans un article écrit fin janvier-début février 1913, sous le titre “Russes et nègres”, Vladimir Ilitch Lénine tente une brève comparaison entre la situation d’alors du peuple noir aux États-Unis et du peuple russe sous le régime tsariste. 
L’article, signé par Lénine comme “W”, a été écrit pendant une période de censure sévère. Il a été  publié pour la première fois en 1925 dans le magazine “Krasnaya Niva”.

 Russes et nègres

Quelle étrange comparaison, le lecteur peut penser. Comment comparer une race avec une nation? 

C’est une comparaison admissible. Les Noirs ont été les derniers à être libérés de l’esclavage, et ils portent encore, plus que quiconque, les marques cruelles de l’esclavage – même dans les pays avancés – car le capitalisme n’a pas de «place» pour autre chose que l’émancipation légale, et même cette dernière a des restrictions de toutes les manières possibles. 

En ce qui concerne les Russes, l’histoire veut qu’ils aient été «presque» libérés de l’esclavage des serfs en 1861. C’est à peu près à la même époque, après la guerre civile contre les esclavagistes américains, que les Noirs d’Amérique du Nord ont été libérés de l’esclavage.

L’émancipation des esclaves américains s’est déroulée d’une manière moins «réformatrice» que celle des esclaves russes. 

C’est pourquoi aujourd’hui, un demi-siècle plus tard, les Russes présentent encore bien plus de traces d’esclavage que les Noirs. En effet, il serait plus juste de parler d’institutions et pas seulement de traces. Mais dans ce court article, nous nous limiterons à une petite illustration de ce que nous avons dit, à savoir la question de l’alphabétisation. On sait que l’analphabétisme est l’une des marques de l’esclavage. Dans un pays opprimé par les pachas, les Purishkeviches et leurs semblables, la majorité de la population ne sait pas lire et écrire. 

En Russie, il y a 73% d’analphabètes, à l’exclusion des enfants de moins de neuf ans. 

Parmi les Noirs américains, il y avait (en 1900) 44,5% d’analphabètes. 

Un pourcentage scandaleusement élevé d’analphabètes est une honte pour un pays civilisé et avancé comme la République nord-américaine. De plus, tout le monde sait que la position des Noirs en Amérique en général est indigne d’un pays civilisé – le capitalisme ne peut donner ni une émancipation complète ni même une égalité complète. 

Il est instructif que parmi les Blancs d’Amérique, la proportion d’analphabètes ne dépasse pas 6%. Mais si nous divisons l’Amérique en ce qui étaient auparavant des zones de détention d’esclaves (une «Russie» américaine) et des zones sans esclaves (une non-Russie américaine), nous trouverons 11 à 12% d’analphabètes parmi les Blancs dans les premières et de 4 à 6% dans les dernières!

La proportion d’analphabètes parmi les Blancs est deux fois plus élevée dans les anciennes zones de détention d’esclaves. Ce ne sont pas seulement les nègres qui montrent des traces d’esclavage! 

Honte à l’Amérique pour le sort des Noirs!

Source: Lenin Collected Works, Progress Publishers,  1975, Moscou, Volume 18, pages 543-544 / via marxists.org

http://www.idcommunism.com/2020/06/lenin-on-racism-in-united-states.html?m=1&fbclid=IwAR01psZ9ZuqxcNehOWZwAmI-hqgaXwO4aqhzzGGNFhaTjpk6gcDb4BJAXXI

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments