Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Etre révolutionnaire à Cuba aujourd’hui

Oui être révolutionnaire concerne une avant-garde mais celle-ci doit marcher avec le peuple… Cette avant-garde est le contraire du cynisme… Voici une magnifique leçon de ce qu’est un communiste et comment c’est un travail constant. Il ne suffit pas d’être des braves gens honnêtes, il faut aller plus loin, c’est la leçon de Cuba (note et traduction de Danielle Bleitrach).

Auteur: Enrique Ubieta Gómez | internet@granma.cu

20 septembre 2016

.Que signifie être révolutionnaire? Les gens qui connaissent le marxisme savent qu’il y a eu au départ la fracture du parti social-démocrate : d’un côté, les réformistes, qui s’éloignaient de plus en plus des conceptions de Marx, ont gardé le nom et les révolutionnaires ont créé le parti communiste. La polémique «réforme vs révolution »a une longue histoire.

Il y a là dessus les textes de Lénine, Rosa Luxemburg, entre autres.

Mais la définition ou l’option révolutionnaire, et son existence pratique, ne sont pas le fait exclusif d’un parti ou d’une classe sociale, bien que celle-ci marque une époque. Les bourgeois étaient révolutionnaires à une époque, et le mouvement anti-colonial à l’époque de l’impérialisme avait un caractère généralement révolutionnaire. José Martí a créé le Parti révolutionnaire pour obtenir l’indépendance de Cuba, et on sait qu’il a parlé de la révolution nécessaire qui devrait commencer une fois arrivé au pouvoir.

C’est pourquoi j’aime me référer à la tradition cubaine du terme. Cintio Vitier, par exemple, en assumant les risques réducteurs de tout regroupement, établit deux tendances “spirituelles” dans le dernier tiers du XIXe siècle: le révolutionnaire (indépendance, modernisme littéraire, anti-évolutionnisme) et le réformiste (autonomisme, conformisme littéraire, évolutionnisme positiviste).

La vérité est que la Révolution est Création, saut par-dessus l’abîme, ou par-dessus le mur d’une impossibilité apparente – “soyons réalistes, demandons l’impossible”, disent les étudiants parisiens de 68- le regard du condor, mais c’est avant tout une prise de parti «avec les pauvres de la Terre». Si nous prenons José Martí comme modèle de révolutionnaire, nous observerons en lui trois caractéristiques que l’on retrouve chez Fidel Castro:

1. Option éthique avant d’être théorique: une théorie est adoptée pour lutter contre l’exploitation, et non l’inverse. C’est une vocation pour la justice sociale. “Tout homme réel doit ressentir le coup que reçoit la joue d’un homme quelconque “, a écrit Martí. “Le véritable révolutionnaire est guidé par de grands sentiments d’amour”, a déclaré Ernesto Che Guevara. “C’est précisément l’homme, son semblable, la libération de ses semblables, qui constitue l’objectif des révolutionnaires”, a expliqué Fidel. Le poète révolutionnaire salvadorien Roque Dalton s’est moqué des positions snob “des marxistes de café au lait” dans ces versets:

Ceux qui / dans le meilleur des cas / veulent faire la révolution / pour l’Histoire pour la logique / pour la science et la nature / pour les livres de l’année prochaine ou pour l’avenir / l’emporter dans la discussion et même / enfin être publié dans les journaux / et pas simplement / pour éliminer la faim / pour éliminer l’exploitation des exploités.

Il y a des révolutionnaires qui ne connaissent pas la théorie marxiste. Et il y a des savants marxistes qui connaissent très bien chaque texte, chaque phrase de Marx, qui ne sont jamais sortis dans la rue, qui sont incapables de ressentir, de vibrer, avec la douleur ou la joie des autres, qui ne militent pas. Ces universitaires “marxistes” ne sont pas des révolutionnaires. Ils ne sont pas non plus des continuateurs de Marx. L’une des sources de formation et de parrainage d’une révolution est la solidarité.

2. Radicalité dans la compréhension et dans les actes; le révolutionnaire cherche la racine du problème, même s’il ne peut pas le supprimer immédiatement, même s’il a tort de le signaler, et il agit rapidement. Contrairement au réformiste, il n’est pas là pour atténuer la douleur ou à la masquer, mais pour éliminer la maladie.

3. Le révolutionnaire est une personne de foi. Pas au sens religieux. Pas de meilleure déclaration que celle que Martí (encore Martí) a faite à son fils, dans la dédicace de l’Ismaelillo: j’ai, dit-il, “la foi dans l’amélioration humaine, dans la vie future, dans l’utilité de la vertu, et en toi ». La foi dans les gens, dans leurs capacités. Le révolutionnaire comprend les limites apparentes de ce qui est possible et les transgresse, car il croit au peuple. En cela, le réformiste diffère également, lui qui pour des raisons de classe se méfie ou sous-estime le peuple. Croire ne fait pas disparaître le doute. Nous, révolutionnaires, éprouvons l’angoisse du doute, qui est celle de la connaissance. Cependant, le cynique est contre-révolutionnaire, même s’il ne le sait pas.

Certains idéologues de la contre-révolution réduisent l’attitude révolutionnaire aux actes de violence, à l’utilisation d’armes. Comme si les révolutions armées ne s’étaient pas produites en réponse à la violence du pouvoir bourgeois. Être radical – aller à la racine – ce n’est pas opter pour la violence. Dans leur quête visant à dénaturer idéologiquement le concept même de révolution, ils entendent faire passer pour révolutionnaires les révoltes violentes des politiciens pseudo-républicains, qui voulaient conquérir un pouvoir personnel. Tous les anti-machadistas ou les anti-batista n’étaient pas nécessairement révolutionnaires.

Et ces idéologues de la contre-révolution opposent le socialisme révolutionnaire à ce qu’ils appellent «démocratique» (social-démocrate), car le socialisme révolutionnaire selon eux ne respecte pas l’ordre bourgeois. Le socialisme non seulement peut, mais doit être démocratique, mais pas dans le sens que le système capitaliste donne au terme. Le socialisme devrait et peut être plus participatif, plus inclusif, plus solidaire, plus représentatif. Il doit et peut défendre l’individualité, non l’individualisme, car le socialisme est le seul moyen capable de transformer les masses en groupes d’individus.

Certaines qualités ou vertus éthiques constituent le fondement ou la base sur laquelle se construit un révolutionnaire. Mais c’est une éthique essentiellement politique, sociale et non privée, qui ne peut être vidée ou détachée des contradictions fondamentales de l’époque. Vous n’êtes pas révolutionnaire par rapport aux intérêts personnels, mais par rapport à la société.

Il y a des gens conservateurs – pour des raisons biographiques, et qui sait, même pour des raisons génétiques – que repoussent les changements brutaux, l’incertitude du nouveau, qui aiment l’ordre et la routine.

Ils ne sont pas contre-révolutionnaires. Dans ses Paroles aux intellectuels (1961), Fidel Castro a déclaré: «Personne n’a jamais supposé que (…) chaque homme honnête, pour être honnête, doit être un révolutionnaire. Être révolutionnaire est aussi une attitude envers la vie, être révolutionnaire est aussi une attitude envers la réalité existante (…) ». Et il a ajouté plus tard: «Il est possible que les hommes et les femmes qui ont une attitude vraiment révolutionnaire envers la réalité ne constituent pas le secteur majoritaire de la population; les révolutionnaires sont l’avant-garde du peuple, mais les révolutionnaires doivent aspirer à faire marcher avec eux tout le peuple (…) la Révolution ne doit jamais renoncer à avoir la majorité du peuple avec elle; compter non seulement les révolutionnaires, mais tous les honnêtes citoyens qui, bien qu’ils ne soient pas révolutionnaires, c’est-à-dire que même s’ils n’ont pas une attitude révolutionnaire envers la vie, sont avec elle. La Révolution ne devrait renoncer qu’à ceux qui sont incorrigiblement réactionnaires, qui sont incorrigiblement contre-révolutionnaires.

Partout où une révolution a triomphé, l’adjectif – qui dans le monde globalisé des partis bourgeois au pouvoir est souvent une insulte – se convertit en une louange. Une personne est travailleuse, “brave” et révolutionnaire. La vie quotidienne peut décontextualiser le substrat rebelle et la signification politique du terme et réduire la condition du révolutionnaire à l’honnêteté ou à la décence.

Parfois, depuis que la Révolution a pris le pouvoir, elle s’identifie à une bonne conduite ou à une attitude correcte. Nous disons: “au fond, il (elle) est révolutionnaire”, comme si nous disions qu’au-delà de ses apparences, “c’est un noble”. Et nous pensons que l’enfant ou le jeune “le plus révolutionnaire” est celui qui “se comporte bien”. D’une certaine manière, le qualificatif s’est embourgeoisé. Cela semble presque inévitable, mais ce n’est pas le cas; une révolution du pouvoir doit établir sa «normalité», sa gouvernabilité.

Se défendre en tant que pouvoir politique est la prémisse de tout pouvoir politique, d’autant plus lorsqu’il s’agit d’un contre-pouvoir acculé par le pouvoir mondial – qui se cache non seulement sur le plan physique (matériel, militaire), mais aussi sur le plan spirituel, dans le domaine de la la reproduction des valeurs – et que sa normalité est une «anomalie» en dehors de ses frontières géographiques.

Être révolutionnaire, c’est participer à la consolidation du gouvernement révolutionnaire, établir un front commun avec ce gouvernement, pour défendre chaque conquête et établir de nouveaux objectifs, même lorsque les degrés de participation à la détermination de ces objectifs sont encore insuffisants ou s’exercent formellement. La démocratie socialiste essentiellement supérieure a encore un long chemin à parcourir. Être révolutionnaire, c’est aussi participer à des critiques engagées. Critiquer, ce n’est pas énoncer un fait, c’est agir sur lui, le pousser vers sa solution. Ce qui donne véracité et équité à une critique n’est pas le fait déclaré, c’est son sens. Si la critique est dé-idéologisée, elle perd son noyau et l’énoncé en devient erroné.

De manière imperceptible, intervient un un lent processus de séparation ou de distillation du contenu “rebelle” que toute attitude révolutionnaire suppose. Ce n’est pas bien. Viennent ensuite ceux qui brandissent la rébellion et l’opposent à ce qu’elle soit révolutionnaire – une vieille aspiration à la subversion impérialiste: promouvoir la rébellion anti-révolutionnaire, ce qui signifie que les rebelles sont anti-rebelles, qu’ils aspirent à être «normaux», insatisfaits de la rébellion et se conformant à l’aliénation globale – ou aux antipodes, ceux qui considèrent qu’être rebelle est la véritable manière d’être révolutionnaire.

Ces derniers peuvent perdre leur sens de l’orientation, car la rébellion vidée de son sens, généralement manipulée par le marché capitaliste, a une longue histoire de coexistence et parfois de collusion avec le capitalisme. La rébellion juvénile n’est pas et ne peut pas être l’ennemi de l’esprit révolutionnaire. Être révolutionnaire est la forme supérieure de a rébellion. Sans la non-conformité que la rébellion favorise et sans votre volonté de briser les moules, les normes et les schémas, il est difficile d’être un révolutionnaire.

Les universités cubaines ne peuvent pas être «de ou pour les révolutionnaires», ce sont des centres de formation; elles doivent être, oui, formatrices de révolutionnaires. De leurs salles de classes Mella et Fidel sont sortis. Le capitalisme (la culture de l’avoir) tente d’apprivoiser la rébellion en encourageant ses formes primaires: le mépris, l’irrévérence; il essaie d’isoler le rebelle, de le concentrer sur lui-même, d’exploiter au maximum son expression individualiste, de le transformer en cynique. Le socialisme (la culture de l’être), vise à canaliser cette rébellion vers la transformation de l’action, à la capitaliser, à en faire un acteur des causes les plus justes de son temps.

J’ai vécu dans le quartier centre-Havane, à Colón, et je sais que de nombreuses personnes de cet environnement doivent faire face à des ennemis plus concrets et immédiats que l’impérialisme américain, du moins cela leur parait tel, lorsque la corruption, la bureaucratie, les doubles standards, l’insensibilité, le “sauve qui peut” l’emporte. Je crois, comme eux, que c’est l’ennemi principal.

Mais nous ne pouvons pas nous tromper sur son nom: c’est le capitalisme, sa capacité à se régénérer au sein du socialisme, qui n’est rien de plus qu’un chemin (pas un lieu d’arrivée) vers un autre lieu, vers un autre espoir ou la certitude d’une vie meilleure. Si nous dissocions ce nom de ces manifestations, ou si nous les lions par erreur au chemin socialiste dans lequel nous nous sommes engagés, nous perdons notre chemin. Nous ne pouvons pas être révolutionnaires aujourd’hui, dans ce monde globalisé, si nous ne sommes pas anticapitalistes, si nous ne sommes pas anti-impérialistes. Si nous ne ressentons pas les conquêtes, les dangers, les humiliations des autres peuples comme les nôtres. Si nous ne défendons pas l’unité des révolutionnaires cubains et celle des peuples latino-américains contre l’impérialisme.

Nous ne pouvons pas être révolutionnaires si nous pensons que le monde a la longueur et la largeur d’une rue, d’un quartier ou d’un pays. Si nous acceptons le consensus que les autres construisent, et si nous ne construisons pas le nôtre. Si nous vidons chaque mot du contenu du combat, car ils seront immédiatement remplis d’autres contenus, par ceux qui nous combattent.

Martí, Mella, Guiteras, Che, Fidel, sont trop proches pour que nous nous laissions prendre à ce numéro des générations. Ils n’ont pas cessé d’être jeunes. Les tâches, les coordonnées changent, mais pas les attitudes, les principes, l’horizon duquel nous nous approchons toujours sans y arriver. D’un autre côté, personne ne devient définitivement révolutionnaire.

Vous devez naître en tant que révolutionnaire chaque matin, chaque jour. Les rôles ne sont ni prédestinés ni immuables: le héros de 1868 a pu devenir un traître 20 ans plus tard; les indécis d’alors maniaient peut-être les armes avec dignité en 1895; le brave guerrier de la jungle pourrait être séduit par la politique néocoloniale corrompue; l’énergique anti-machadiste, désillusionné par ses idéaux de jeunesse ou devenant un professionnel de la violence; le révolutionnaire de la Sierra ou du Llano, pour s’accommoder ou s’emmêler dans les réseaux du bureaucratisme; le sceptique de l’époque, se transformer en milicien fervent, en héros quotidien et invisible; le jeune leader, appuyé sur le balcon de la bonne conduite et des applaudissements, devenant un répétiteur de slogans vides et le professionnel rebelle, grandir comme tel jusqu’à se transformer en révolutionnaire.

Parmi eux déguisés, se trouvent les opportunistes, les “pragmatistes”, les cyniques de tous les temps. De tous, l’histoire s’approche et, de ses multiples actes, seul dure le moment de l’éthique fondatrice qui soutient la patrie : «ce soleil du monde moral» qui illumine et définit les êtres humains, selon la phrase que Cintio a immortalisée de José de la Luz y Caballero. Une patrie qui est l’humanité, qui n’est pas dans «l’herbe sur laquelle nos pieds marchent», ou dans des coutumes en constante évolution, mais dans un projet collectif de justice. Une patrie qui aspire à fusionner avec l’Humanité, tout en défendant son espace pour fonder, créer, protéger la pleine dignité de ses hommes et de ses femmes.

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments