Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Ce qui a sauvé Khrouchtchev des “purges de Staline”

Ce texte provient d’un commentaire -traduit par Marianne- dans un forum de discussion russe… Il y a des faits qui cadrent avec ce que je sais et d’autres non. Le plus intéressant c’est qu’effectivement la politique consistant à financer partout des partis et des individus plus ou moins révolutionnaires est celle de Khrouchtchev et pas de Staline, mais elle doit être mise en regard avec la crise sino-soviétique et la lutte que se livrent partout Soviétiques et Chinois. Cette politique ne mène nulle part et coûte des sommes colossales. Ensuite imaginer Kaganovitch qui restera jusqu’au bout fidèle à Staline en train de recommander Khrouchtchev qu’il déteste parce que ce dernier est antisémite et que Kanagovitch est juif, mais aussi parce qu’il n’a aucune confiance dans les capacités de gestionnaire sur le terrain, parait bizarre (note de Danielle Bleitrach).

La réponse à cette question doit être recherchée non seulement dans les activités de Nikita Khrouchtchev en tant que premier secrétaire du Comité central du Parti communiste de l’Union soviétique, mais aussi dans son passé. Le compagnon de lutte de Staline Lazar Kaganovich, lors de la nomination de Khrouchtchev au Comité de Moscou du BKP (b), l’a caractérisé comme un ancien trotskiste et l’a directement rapporté à Staline, et quand il a demandé: “Et maintenant?”, Kaganovich a répondu ce qui suit: “… Il combat les trotskistes. Il agit activement. Se bat sincèrement » (Felix Tchouev« Ainsi parlait Kaganovich »). Cependant, les activités ultérieures de Khrouchtchev ont montré qu’il ne s’était peut-être pas séparé des idées trotskistes pour le reste de sa vie.

Le trotskisme tel qu’en lui-même

Le terme “trotskisme” a été utilisé pour la première fois en 1907 par le chef des “cadets” Pavel Milioukov, qui a qualifié le mouvement de “plein d’illusions révolutionnaires”; le terme apparaît à nouveau lors de la lutte interne du parti des années vingt dans les articles de Boukharine, Kamenev, Zinoviev et Staline, mais le concept fait l’objet de débats jusqu’à nos jours.

Le Docteur en sciences historiques B.M. Ivanov définit le trotskisme comme un mouvement idéologique et politique qui se pare des attributs révolutionnaires. Les trotskistes se disent marxistes, communistes et déclarent lutter contre le capitalisme, l’impérialisme et le chauvinisme, et ils font preuve de mépris pour les besoins du commerçant et du paysan. Les méthodes de lutte des trotskistes sont la terreur, la scission, le coup d’État et la dictature du prolétariat, et l’idée principale est l’expansion de la révolution, qui devrait couvrir le monde entier. En fait, le trotskisme est le fruit des idées libérales qui ont pénétré Léon Trotski, et les trotskistes eux-mêmes, plus encore que le capitalisme, détestent les communistes et les peuples des pays socialistes, dès qu’ils se mêlent de restaurer l’industrie et l’agriculture.

Renvoyés de leurs postes par Staline, qui ne leur a pas permis «d’allumer le feu mondial de la révolution», les trotskistes ont commencé à haïr le dirigeant, qui, selon Trotski, a tenté de remplacer la dictature du prolétariat par la nomenclature du parti et restaurer le capitalisme.

C’est Alliluyeva qui l’a sauvé

Kaganovich a raconté l’histoire d’un membre du parti qui, en 1921, vota en faveur d’une résolution trotskiste et fut expulsé du parti. Khrouchtchev a voté quatre fois pour une résolution trotskiste et a reçu une promotion. On pense qu’il a été sauvé par Nadezhda Alliluyeva, qui était dans la même école que lui et avait qui il avait conservé de bonnes relations. Après le suicide de sa femme, Staline a perçu Khrouchtchev comme une personne proche d’elle, ce qui a sauvé la vie de Khrouchtchev.

Mettre en œuvre les idées de Trotski?

Les activités de Khrouchtchev en tant que premier secrétaire du Comité central du Parti communiste de l’Union soviétique font penser à de nombreux historiens que les idées du trotskisme n’ont pas disparu et lorsqu’il est arrivé au pouvoir, Khrouchtchev a commencé à les mettre en œuvre. En effet, les résultats de son règne ont été désastreux pour le pays.

Le combat contre Staline

Lu par Khrouchtchev au XXe Congrès du Parti, le rapport «Sur le culte de la personnalité de Staline» a été non seulement un «vent de changement», mais aussi le début de l’effondrement du camp socialiste: la fermentation a commencé dans les pays européens, et la Chine a considéré le rapport comme une trahison des idées du communisme et a également refusé de coopérer. L’URSS a perdu sa base militaire de Port Arthur et les prêts investis dans l’économie chinoise.

Après le congrès, une scission s’est produite au sein du PCUS, renforcée par le fait que Khrouchtchev a divisé les comités régionaux sur le terrain en ruraux et urbains, divisant le parti en deux. Le Conseil des députés du peuple du Ministère des affaires étrangères et le KGB ont été placés directement sous l’autorité du PCUS, mesure où on peut voir la mise en œuvre de la directive de Trotski sur le monopole du pouvoir accordé au parti. C’est complètement dans le style de Trotski qu’une campagne contre la consommation a été menée, une censure totale a été introduite, excluant la pénétration de la “culture bourgeoise” dans le pays.

L’agriculture

Avant l’arrivée de Khrouchtchev, l’agriculture soviétique connaissait une augmentation de 10% chaque année, mais en 1958 Khrouchtchev a commencé la destruction des fermes privées: il était interdit d’élever du bétail sur des parcelles subsidiaires, le bétail des agriculteurs collectifs devait être racheté par l’État et les parcelles ont été réduites. En réponse, les agriculteurs collectifs ont commencé à abattre le bétail, le nombre d’animaux domestiques et de volaille a été réduit, le paysan était dans une situation difficile – il n’avait même pas assez de son «troudoden» (salaire du kolkhozien) pour se nourrir.

À cela s’est ajoutée une arnaque grandiose au maïs, qu’il a été décidé de faire pousser de la mer Noire à l’Océan arctique, mais qui ne pouvait pas mûrir sous notre climat. Les récoltes de blé ont diminué, en 1963 le pays était menacé de faim, le blé devait être acheté aux USA.

L’industrie

Le système d’incitations matérielles a été supprimé et le principe de péréquation des salaires a été introduit. Le mouvement stakhanoviste a été détruit et le secteur coopératif liquidé, dans lequel sous Staline 2 000 000 de personnes travaillaient, fournissant au pays des biens essentiels. L’ukrainisation des Russes en Ukraine a commencé, et les mêmes processus se déroulaient dans les autres républiques, où des personnes de nationalité “titulaire” étaient nommées à des postes de direction; le pouvoir et la gestion des entreprises ont été transférées aux républiques.

L’officier du KGB Philip Bobkov dans une interview rappelle qu’il y avait des émeutes régulières dans le pays: émeutes et grèves qui devaient être réprimées; après le départ de Khrouchtchev, la situation s’est améliorée.

Les résultats des réformes économiques peuvent être jugés par les réserves d’or du pays: en 1953, les réserves de l’URSS s’élevaient à 2049,8 tonnes et à la fin du règne de Khrouchtchev – 1600 tonnes.

Les relations internationales

En vertu d’un accord avec les États-Unis, Khrouchtchev a légalisé l’avortement et a commencé à réduire l’armée: de 1955 à 1957, elle a diminué de 2 040 000, le nombre d’écoles militaires a été réduit et 400 navires de la flotte soviétique ont été mis hors service.

Les injections financières ont commencé dans les pays d’Afrique, d’Asie, d’Amérique latine, comme si Khrouchtchev essayait de réaliser l’idée d’une révolution mondiale. «Ils ne résolvaient pas nos problèmes, mais construisaient des stades en Indonésie», a expliqué Philip Bobkov.

Le 14 octobre 1964, l’assemblée plénière du Comité central du Parti communiste du Parti communiste d’Ukraine limogea Khrouchtchev de son poste et, deux mois plus tard, les réformes furent interrompues. Leur résultat a été l’affaiblissement de l’URSS sur la scène mondiale, l’appauvrissement de la population, l’émergence de forces centrifuges dans les républiques; Khrouchtchev a jeté une bombe à retardement que, au cours des années suivantes, on n’a pas pu ou n’a pas osé neutraliser et qui, au final, ayant explosé, a conduit à l’effondrement du pays.

Maya Novik

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments