Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Plus d’Américains ont soutenu Hitler que vous ne le pensez. Voici pourquoi l’histoire n’est pas mieux connue

Au delà du cas historique étudié, ce qui paraît intéressant c’est de voir comment les sympathisants nazis ont agi, ils n’ont pas proposé franchement de s’allier mais ils ont créé la confusion à travers l’anticommunisme en développant par-là la paralysie dans l’action. Une leçon qui ne manque pas d’actualité. Et on peut méditer sur la stratégie de l’extrême-droite pro-nazie : Ce qu’ils voulaient faire, c’est embrouiller l’opinion publique américaine. C’est ce que nous voyons revenir à l’ère des médias sociaux », explique-t-il. «Créer la confusion c’est paralyser la volonté publique de faire quoi que ce soit et dans une démocratie, nous comptons sur la volonté publique d’agir.» (note et traduction de Danielle Bleitrach).

PAR LILY ROTHMAN  

Ces jours-ci, et surtout depuis le rassemblement meurtrier de Charlottesville, en Virginie, en août dernier, il est devenu clair pour de nombreux Américains que le spectre du nazisme dans leur pays ne peut pas être limité à l’histoire des années 1930. Mais jusqu’à très récemment, cette partie de l’histoire, elle-même, était moins connue que ce que l’on en découvre aujourd’hui..

En fait, lorsque Bradley W. Hart a commencé à faire des recherches sur l’histoire de la sympathie nazie aux États-Unis il y a quelques années, il était largement motivé par l’absence d’études sur le sujet. Le nouveau livre de Hart, Hitler’s American Friends: The Third Reich’s Supporters in the United States, affirme que la menace du nazisme aux États-Unis avant la Seconde Guerre mondiale était plus grande que ce dont nous nous souvenons généralement aujourd’hui. Il affirme que connaître ces forces pro-nazies nous apporte de précieuses leçons des décennies plus tard – et pas seulement parce qu’une partie de cette histoire porte l’idée de «l’Amérique d’abord», née de l’isolationnisme d’avant la Seconde Guerre mondiale et qui a ressurgi plus tard comme un slogan pour l’actuel président Donald Trump.

“Il y a certainement un choc brut et viscéral à voir des croix gammées dressées dans les rues américaines “, a déclaré Hart à TIME. «Mais c’est un sujet sur lequel je travaillais depuis un certain temps à ce moment-là, et même si ce n’était pas quelque chose que j’attendais, c’était une tendance que j’avais observée. Je n’ai pas été terriblement choqué, mais il y a toujours une réaction viscérale quand vous voyez ce genre de symbolisme affiché au 21e siècle. »

Hart, qui est venu sur le sujet via des recherches sur le mouvement eugéniste et l’histoire des sympathies nazies en Grande-Bretagne, dit avoir réalisé très tôt qu’il y avait beaucoup plus de sympathisants nazis du côté américain que la plupart des manuels ne le reconnaissaient. Certains des grands noms pourraient être mentionnés brièvement – le prêtre de la radio, le père Charles Coughlin, ou l’organisation Bund allemande, très publique – mais en général, dit-il, le récit américain des années précédant la Seconde Guerre mondiale a éludé le rôle de ceux qui ont soutenu le mauvais côté. Et pourtant, les étudiants américains sont allés en Allemagne au titre des échanges et en sont revenus avec des discours élogieux, dans le même temps où Charles Lindbergh dénonçait le peuple juif pour pousser les États-Unis vers une guerre inutile. Dans ses diverses expressions, la position pro-nazie au cours de ces années ne visait principalement pas à créer une alliance militaire active avec l’Allemagne ou à placer les États-Unis sous contrôle nazi (ce que Hitler pensait lui-même impossible), mais plutôt à garder les États-Unis à l’écart de la guerre en Europe.

Alors pourquoi ce passé a-t-il été négligé si longtemps?

«Il a toujours été inconfortable dans ce pays de faire état de posions isolationnistes, même si ces idées sont toujours présentes», dit-il, «cela fait partie de la mythologie américaine. Nous voulons nous souvenir que nous avons toujours été du bon côté dans cette guerre. »

Il était également possible pour ceux qui avaient participé à des groupes sympathisants nazis de masquer plus tard leurs croyances dans la vague anticommuniste de la guerre froide – une dynamique qui avait en fait poussé certains d’entre eux à rallier le fascisme en premier lieu, car lutter contre le communisme était moins difficile que contre la démocratie comme le dit Hart (une enquête qu’il cite a révélé qu’en 1938, il y avait plus d’Américains qui pensaient que le communisme était pire que le fascisme que l’inverse). Ces personnes pouvaient honnêtement insister sur le fait qu’elles avaient toujours été anticommunistes sans révéler qu’elles avaient été fascistes et leurs camarades américains étaient si apeurés par le communisme qu’ils en oubliaient d’insister sur la question.

«Nous ne connaissons toujours pas totalement la portée de cette tendance fasciste », ajoute-t-il, notant que certains documents importants sont toujours classés.

Beaucoup de faits appartenant à l’histoire ont des homologies modernes. Par exemple, la loi sur l’enregistrement des agents étrangers qui a piégé Paul Manafort était un produit de cette époque. Le livre de Hart couvre également la controverse quant à savoir si ceux qui ont des opinions politiques extrêmes devraient être autorisés à parler sur les campus universitaires, un débat qui fait toujours rage aujourd’hui. Le parallèle le plus intéressant avec le cas Hart lui-même est celui entre le type de campagnes de désinformation sur les médias sociaux qui ont surgi autour des élections de 2016 et l’utilisation de la propagande par des agents nazis aux États-Unis (dans un incident remarquable, un agent allemand et un sympathique collaborateur du Congrès ont pu profiter des privilèges d’affranchissement – des services de courrier gratuits disponibles pour la communication du Congrès avec les électeurs – pour diffuser une énorme quantité de propagande d’apparence officielle). Dans les deux cas, l’un des principaux objectifs des personnes impliquées était simplement de créer une situation dans laquelle les Américains ne savaient pas trop quoi croire. La conclusion, dit-il, est que l’effet de nouvelles peu fiables peut être plus important que le contenu réel de ces histoires.

«Ils n’essayaient pas de pousser les États-Unis dans une alliance avec l’Allemagne nazie. Cela leur paraît hors de propos bien qu’ils auraient aimé une telle alliance. Ce qu’ils voulaient faire, c’est embrouiller l’opinion publique américaine. C’est ce que nous voyons revenir à l’ère des médias sociaux », explique-t-il. «Créer la confusion c’est paralyser la volonté publique de faire quoi que ce soit et dans une démocratie, nous comptons sur la volonté publique d’agir.»

Mais la principale raison pour laquelle il est possible que les États-Unis aient oublié cette histoire est peut-être que son pire potentiel – un politicien sympathique atteignant les plus hauts niveaux de pouvoir sur une plate-forme isolationniste – n’a jamais été réalisé.

“La véritable menace ici, que les États-Unis ont eu la chance d’éviter, était une figure comme Charles Lindbergh qui avait réussi à rassembler tous ces groupes à temps pour une élection”, dit Hart. “Le timing n’a tout simplement jamais vraiment fonctionné pour cela, heureusement.”

Les vrais héros de cette histoire, comme le voit Hart, sont les partis politiques américains et les politiciens de l’establishment qui ont tenu les isolationnistes extrêmes à l’écart des urnes. Aujourd’hui, maintenant que les élections primaires prennent généralement ces décisions à leur place, c’est un rôle qui incombe à tous les Américains.

«La responsabilité est passée des élites du parti aux électeurs primaires», dit Hart. “C’est quelque chose à laquelle toute personne qui vote en primaire devrait penser: cette personne pour laquelle je vote est-elle vraiment la bonne personne non seulement pour le parti mais pour le pays?”

ÉCRIVEZ À LILY ROTHMAN À LILY.ROTHMAN@TIME.COM .

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments