Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Soros, Gates, la Chine et la “menace” du communisme visant à dominer le monde

L’histoire de l’internationale d’extrême-droite par temps de pandémie… quand on lit ce qui se passe en Amérique latine, on est frappé par le fait que les thèmes anti-confinement , anti-science, anti-vaccin, anti-5G, médicament miracle dont un complot mondial veut priver les gens, anti-chine, existence d’un complot mondial, sont repris en France dans les réseaux sociaux jusque dans les rangs des communistes et véhiculés par des gens qui parfois s’estiment proches de l’écologie, voir même des anti-racistes communautaristes, alors qu’en Amérique latine ce sont ceux diffusés par l’extrême-droite, les évangélistes, les soutiens de Trump et Bolsanaro. Comme le décrit cet article argentin, l’extrême-droite coordonne désormais ses thèmes, les diffuse et ne craint pas de comparer tout ce qui est progressiste au nazisme (note et traduction de danielle Bleitrach)

Par Cecilia González | 06/04/2020 | MondeSources: RT

La pandémie a servi de prétexte à l’extrême-droite internationale pour dénoncer, avec des discours et des actions coordonnées, de prétendues “menaces aux libertés individuelles”, mais ces gesticulations concernent uniquement les gouvernements qu’ils n’aiment pas.

C’est pourquoi ils sortent pour protester contre l’isolement, s’assurer que le virus n’existe pas et que les vaccins ne fonctionnent pas (et au point ils en sont ils réitèrent leur rejet de la légalisation de l’avortement), ils dénoncent les dictatures inexistantes, demandent la démission des présidents, s’inquiètent davantage pour l’économie que pour la vie humaine,il ne craignent pas de comparer les quarantaines avec le nazisme , comme si prendre soin de la santé publique revenait à commettre un génocide.

Ils dénoncent également un complot international impliquant des hommes d’affaires milliardaires comme George Soros et Bill Gates, et le gouvernement chinois, visant à dominer le monde grâce à la technologie 5G, rendre la population malade, la forcer à être enfermée et implanter le communisme. Dieu nous protège, disent-ils, parce que “la liberté est en danger” et “nous allons être comme le Venezuela”.

Il y a encore quelques années, des arguments de ce type pouvaient provoquer des rires. Ils semblaient absurdes. Mais la croissance des mouvements complotistes et anti-vaccins (ce sont généralement les mêmes) et, surtout, l’arrivée de Donald Trump et Jair Bolsonaro aux présidences des États-Unis et du Brésil, ont démontré le danger et le pouvoir de pénétration des discours. des politiciens radicalisés qui font appel à toutes sortes de violences.

La confusion est si grande que ces groupes s’estiment victimes de critiques et ils prétendent défendre leur liberté d’expression. Ils ont tort. Ce droit a aussi ses limites. Être xénophobe, discriminatoire, machiste et raciste ne signifie pas “penser différemment” , ce lieu commun naïf répandu par la droite ces dernières années et qui, en réalité, implique de promouvoir la criminalité.

Les protestations ne sont pas isolées. La coordination était évidente dans la simultanéité des marches qui ont eu lieu au cours du week-end au Mexique, en Argentine et en Italie, similaires à celles qui ont déjà eu lieu en Espagne. Dans tous les cas, les manifestants ont appelé à la fin non démocratique des gouvernements en raison de la façon dont ils ont géré la crise due à la pandémie; Ils ont comparé la quarantaine à l’assignation à résidence et ont mis en garde contre “la menace communiste” qu’ils définissent comme celle d’ Andrés Manuel López Obrador, Alberto Fernández, Giuseppe Conte et Pedro Sánchez.

Aux États-Unis et au Brésil, ils ont également marché, mais pour soutenir Trump et Bolsonaro, emblèmes du populisme de droite en Amérique , les mêmes qui ont rejeté la gravité du coronavirus, qui ont attaqué la science et qui accumulent maintenant le plus grand nombre de morts. et d’ infections . Ceux qui défendent tant un capitalisme dans lequel la prédominance des intérêts économiques et la concentration de la richesse dans quelques mains ont généré une inégalité endémique qui a eu un impact négatif sur la santé des personnes, comme en témoigne la pandémie. Si vous voulez continuer à vous vanter du «succès» capitaliste, vous pourriez bien demander aux communautés noires de ces deux pays aujourd’hui. Ils ont beaucoup à dire.

Au Mexique, la manifestation qui a eu lieu dans des dizaines de villes a eu une dimension de classe en accord avec l’inégalité sociale qui existe dans le pays. Les non-conformistes ont organisé des caravanes dans des voitures et dans de nombreux cas, ils ont présumé leur sens de la supériorité pour leur richesse. «Socialiste» et «avorteur», ainsi été décrit López Obrador dans les pancartes. “Espérons”, ont répondu les féministes sur les réseaux sociaux, le président ne soutenant même pas le débat sur l’interruption légale de grossesse.

Un peu plus tôt, un journaliste avait déjà demandé sur Twitter si les citoyens soutiendraient un coup d’État s’ils remarquaient que le Mexique “se rapprochait” du communisme. Sur près de 45 000 personnes qui ont voté, plus de la moitié ont approuvé la proposition. Ce sont les mêmes qui ont décrit plus tard le président comme “antidémocratique”. Et à qui López Obrador a refusé d’imposer la quarantaine obligatoire car il conteste constamment les recommandations de son sous-secrétaire à la Santé et porte-parole de la crise, Hugo López-Gatell.

En Argentine, ils sont devenus créatifs. Alors que certains opposants ont marché vers l’Obélisque, d’autres ont publié aujourd’hui une lettre dans laquelle ils dénonçaient le fait que le pays souffre d’une “infection” . La chef de l’opposition, Patricia Bullrich, avait déjà comparé une prestigieuse spécialiste des maladies infectieuses à une «terroriste» uniquement parce qu’elle avait mis en garde contre les risques de mettre fin à la quarantaine. “Fascisme” est l’un de ses mots préférés pour faire référence au gouvernement Fernández, malgré le fait que ce terme soit plus proche des actions qu’elle a menées lorsqu’elle était ministre de la Sécurité de Mauricio Macri et alors elle défendait des répressions violentes et même a poursuivi en matière criminelle des tweeters qui critiquaient ou plaisantaient surle gouvernement précédent.

La distorsion de l’histoire a été une constante . L’aile droite argentine a ravivé les termes de la guerre froide sans raison et, en plus d’avertir que le communisme allait venir et que le pays allait être le Venezuela (comme si cela était possible), alerté sur l’arrivée de médecins cubains qui, selon eux, ce sont en fait des espions. L’isolement d’un quartier pauvre les a incité à le comparer avec le ghetto de Varsovie. Ils ont oublié le petit détail que la quarantaine empêche les décès. Et, sans aucun respect pour les victimes de l’Holocauste, ils invoquent de façon récurrente les crimes du nazisme en l’assimilant au gouvernement Fernández, qui (il semble ridicule de devoir l’expliquer) a été élu démocratiquement et, en outre, a atteint l’un des niveaux les plus bas de décès et infections par coronavirus dans la région.

Malgré leurs politiques et personnalités pandémiques différentes, López Obrador et Alberto Fernández jouissent toujours d’un haut niveau de popularité. Le président argentin a également l’avantage d’avoir le soutien d’une grande partie de l’opposition, ce qui est impensable à l’époque pré-pandémique en raison de la polarisation qui règne dans le pays. La «dictature» dénoncée par les secteurs les plus radicalisés n’est appuyée sur rien.

La critique des gouvernements est nécessaire. L’existence d’oppositions solides et sérieuses garantit la démocratie. Mais au Mexique et en Argentine, la droite construit une opposition confuse marquée par le mépris et la rancune qui sont antérieurs au coronavirus . Peu importe que les stratégies de López Obrador et Fernández autour de la pandémie soient si opposées. Pour leurs opposants extrêmes, ils auraient eu tort de toute façon simplement parce qu’ils représentent tous deux des gouvernements progressistes.

La présence dans la rue de ces groupes est encore minoritaire, mais c’est aussi un avertissement que le discours de haine se cache. Et que leurs représentants remportent un jour les élections.

Source: https://actualidad.rt.com/opinion/cecilia-gonzalez/355133-soros-china-amenaza-comunismo-derecha-relato-pandemia

Las críticas a los gobiernos son necesarias. La existencia de oposiciones sólidas y serias garantiza la democracia. Pero en México y en Argentina la derecha construye un relato confuso y marcado por un desprecio y rencor que antecede al coronavirus. No importa que las estrategias de López Obrador y Fernández en torno a la pandemia sean tan opuestas. Para sus opositores extremos, de cualquier manera hubieran estado mal solamente porque ambos representan a gobiernos progresistas.

La presencia en las calles de estos grupos todavía es minoritaria, pero también es una advertencia de que los discursos de odio están al acecho. Y de que sus representantes algún día pueden ganar elecciones.

Fuente: https://actualidad.rt.com/opinion/cecilia-gonzalez/355133-soros-china-amenaza-comunismo-derecha-relato-pandemia

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments