Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

L’expulsion de scientifiques chinois coûtera cher à l’Amérique

Cet universitaire russe se moque de l’intention de Trump de vouloir interdire les étudiants et les chercheurs chinois aux Etats-Unis. Le remède causerait bien plus de dégâts que le mal, vu ce qu’est le système universitaire américain et la manière dont les Chinois sont déjà en capacité d’accueil (note et traduction de Danielle Bleitrach).
Des scientifiques chinois inondent les laboratoires américains5  3 juin 2020, 14 h 44
Photo: REUTERS / Jason Reed
Texte: Gevorg Mirzayan, professeur agrégé, Université financière
   •

Les États-Unis ont ouvert un autre front dans la lutte contre la Chine – cette fois sur leur propre territoire. L’interdiction d’apprendre et d’enseigner le chinois dans les universités américaines est sérieusement discutée, et tout cela pour lutter contre l’espionnage industriel chinois. Paradoxalement, de telles interdictions porteront principalement préjudice aux États-Unis : il y en a déjà eu des exemples dans l’histoire.

Lorsque des experts individuels ont qualifié les relations russo-américaines actuelles de «nouvelle guerre froide», ils se sont, pour le dire légèrement, trompés. Au mieux, c’était une «guerre fraîche» – il s’agissait de conflits politiques et de l’utilisation du facteur russe dans le jeu politique américain. La guerre froide (qui se déroule actuellement entre les États-Unis et la Chine) implique un affrontement total dans tous les domaines, à l’exception des opérations militaires directes – c’est-à-dire idéologiques, économiques, politiques, culturelles et même scientifiques.

Oui, c’est la Chine qui est déclarée la principale menace pour la science américaine. Et en partie c’est vrai. De 2000 à 2017, les dépenses américaines en recherche et développement ont augmenté d’environ 4,3% par an et les dépenses chinoises d’environ 17%. Et cela a permis à Pékin déjà en 2019 de dépasser les États-Unis en termes de dépenses totales dans ce domaine. En conséquence, la Chine a déjà dépassé les États-Unis dans le domaine de l’informatique quantique (la technologie la plus importante pour mener une guerre moderne), les experts avertissent que dans un proche avenir, elle dépassera la recherche et le développement dans plusieurs autres domaines.

Cependant, les autorités américaines sont convaincues qu’il ne s’agit pas d’investissements, mais de vol de technologie américaine. «Aucun autre pays ne représente une menace aussi grande, à long terme et aussi grave pour notre sécurité et notre bien-être économique que la Chine. L’objectif du gouvernement communiste chinois est de remplacer les États-Unis en tant que superpuissance, et ils enfreignent la loi pour y parvenir », a déclaré le FBI. “Pékin va gravir les échelons économiques en nous volant”, a déclaré le directeur du Bureau, Christopher Ray. Et ce vol n’est pas organisé par l’intermédiaire de Beijing James Bond, mais par des étudiants et des scientifiques chinois ordinaires qui travaillent aux États-Unis.

Et il y en a un grand nombre en Amérique. Au cours de l’année académique 2018/2019, sur 1,1 million d’étudiants étrangers étudiant aux États-Unis, près de 370 000 (soit environ un tiers) venaient de Chine. Le plus proche groupe qui suit – l’Inde – est derrière cet indicateur de près de 170 000 âmes. À titre de comparaison, il y avait environ cinq mille étudiants russes – dont le gouvernement, comme tout Américain le sait, envoit constamment ses agents aux États-Unis. Quant aux scientifiques, voici des chiffres encore plus intéressants. Selon le New York Times, les Chinois de souche représentent près de 50% de tous les employés des laboratoires de recherche américains.

Sur ce sujet

Lors de conversations privées, Trump aurait déclaré que presque tous les étudiants chinois qui viennent aux États-Unis sont des espions. Et les Réseaux sociaux fourmillent d’histoires sur la façon dont les agences de renseignement chinois envoient des milliers de ces jeunes “agents dormants” aux États-Unis, dont la tâche est d’obtenir une éducation, d’obtenir un emploi dans des laboratoires et des sociétés privées américains, puis de voler des secrets.

Des milliers de talents

Oui, ces opérations ont lieu. Environ 90% des étudiants chinois qui étudient aux États-Unis en sciences et technologies, après avoir terminé leurs études, continuent à travailler sur le sol américain (à titre de comparaison, les étudiants indiens sont 83% et les étudiants européens 69%). Cependant, l’espionnage (si, bien sûr, il s’agit de cela) se produit d’une manière différente – beaucoup plus fine.

Le fait est que la Chine essaie activement de convaincre des compatriotes travaillant à l’extérieur du pays (et pas seulement) de travailler en Chine ou de se déplacer pour faire des découvertes dans l’Empire du Milieu. Il a été créé près de 200 programmes spéciaux dans ce domaine (le plus célèbre – le programme “Thousand Talents”), a délivré d’énormes subventions. En conséquence, la Chine a attiré beaucoup de gens intelligents (selon la fin de 2019, les auteurs qui ont publié près de 12% de toutes les études et articles en Chine travaillaient auparavant dans d’autres pays), ou ont convaincu ces personnes de travailler avec des collègues d’institutions chinoises et de partager avec eux les résultats de leur travail. Il est clair que, compte tenu de la relation traditionnelle de la diaspora chinoise avec sa patrie,

Les scientifiques américains d’origine chinoise sont ceux qui ont travaillé le plus activement avec Pékin. Y compris ceux qui ne voulaient pas déménager en Chine.

Oui, cela n’a pas commencé hier (par exemple, le programme Thousand Talents a été lancé en 2008). Oui, les soupçons frappant des scientifiques chinois se sont intensifiés non pas sous Trump, mais sous Obama depuis le début des années 2010. Cependant, c’est au sein du cabinet du président actuel que la protection de la propriété intellectuelle américaine contre les Chinois a atteint un nouveau niveau – dans le cadre du cours général de la guerre froide avec la Chine. En novembre 2018, le ministère américain de la Justice a lancé l‘Initiative chinoise, un programme de lutte contre l’espionnage scientifique chinois et ils ont commencé à surveiller de près l’activité des chercheurs américains. Ils envoient régulièrement aux universités et centres de recherche locaux des lettres avertissant que les employés étrangers peuvent se livrer au vol de propriété intellectuelle. Et ils attrapent et punissent également des scientifiques avec des noms de famille chinois pour avoir collaboré  avec des collègues en Chine. À la fin de 2019, sur six mille scientifiques chinois ayant reçu des subventions de l’Institut national de la santé, 180 étaient sous enquête pour une possible violation de la loi sur la propriété intellectuelle.

Tous dehors

Cependant, jusqu’à présent, cette lutte pose aux Américains plus de problèmes que de victoires. Oui, quelqu’un a été attrapé – mais en même temps, les médias sont pleins d’histoires sur la façon dont les Chinois, poursuivis par les autorités américaines, restreignent leurs activités aux États-Unis et les transfèrent dans leur patrie historique. Les scientifiques font de même et ne reviennent en aucun cas en Chine les mains vides. Parfois, ils emportent  avec eux les résultats de recherche de leur institut ou entreprise, y compris ceux qui coûtent  plus de cent millions de dollars. Il leur faut bien un bagage pour rebondir, une fois expulsés du pays.

De plus, les autorités chinoises elles-mêmes se sont adaptées aux soupçons américains – ainsi, après la décision des autorités américaines de poursuivre les scientifiques collaborant avec la Chine, Pékin, par exemple, a cessé de publier des listes de chercheurs travaillant dans le cadre des «Mille talents»). Les Chinois sont prêts à travailler avec des scientifiques dans des conditions de secret, pour anticiper la condamnation, ils vont jusqu’à dupliquer le travail de ces scientifiques en Chine. «De nombreux instituts américains ne savent même pas que leurs départements ont des laboratoires en Chine. Et ils ne l’apprennent que lorsque des représentants des autorités américaines le leur disent», explique Michael Lauer, directeur adjoint du National Institute of Health des États-Unis. Pas étonnant que le Sénat ait appelé ces programmes «une menace pour les intérêts nationaux américains».

Il a désigné – et a décidé d’intensifier la lutte contre eux pour de bon. A défaut d’arrêter «l’espionnage chinois» par d’autres méthodes, l’establishment américain discute de promulguer une interdiction totale des étudiants chinois de venir et d’étudier aux Etats-Unis dans des spécialités scientifiques et techniques. Le sénateur Tom Cotton, le principal adversaire de la Chine au Congrès américain, a déjà proposé une telle initiative, proposant à ses collègues la «Campus Safety Act». «Le Parti communiste chinois utilise depuis trop longtemps les universités américaines pour espionner les États-Unis. Pire encore, les lacunes de notre législation les ont aidés à mener à bien leurs activités. Il est temps de mettre fin à cela », a déclaré le sénateur. “Nous payons les innovations chinoises depuis trop longtemps au détriment des contribuables américains – il est temps de protéger la science américaine de l’espionnage économique chinois”, repris par la sénatrice Marsha Blackburn. Selon la proposition de Cotton, si les Chinois veulent venir aux États-Unis pour des études, on les laissera étudier Shakespeare et les notes des fédéralistes dans les universités américaines (articles par les pères fondateurs des États-Unis – VZGLIAD).

Pour étudier Shakespeare, les Chinois (s’ils le veulent) iront à Londres, et les textes des pères fondateurs ne seront probablement pas intéressants pour eux.

Par conséquent, le résultat des interdictions américaines, si elles sont adoptées, sera un exode massif d’étudiants et de scientifiques chinois des États-Unis. Les experts ont déjà averti qu’un tel exil coûterait encore plus à l’Amérique que la surveillance des Chinois.

Si une interdiction sur les étudiants est imposée, les universités qui gagnent de l’argent sur les étudiants se révolteront. Quatre étudiants sur cinq des universités américaines dans les spécialités liées au génie électrique et à l’informatique sont des citoyens étrangers, et si nous prenons spécifiquement les Chinois, les États-Unis gagnent environ 14 milliards de dollars grâce à leurs études. Les grandes universités préviennent qu’en cas d’interdiction, elles seront obligées de réduire les opportunités d’éducation pour les étudiants américains en raison de la perte de revenus.

Si l’interdiction du travail touche les scientifiques, alors, selon les experts, ce sera un coup dur pour la science américaine. Dans la Silicon Valley, les scientifiques ironisent en disant que si tous les scientifiques chinois sont expulsés des États-Unis pour lutter contre le vol de technologies chinois, il n’y aura plus rien à voler. En effet, la proportion de personnes portant des noms de famille chinois représente jusqu’à 10% de tous les nouveaux brevets enregistrés aux États-Unis (à titre de comparaison, il y a 45 ans, ce chiffre n’était que de 2). Près de 40% des articles scientifiques publiés par des scientifiques américains ont été co-écrits. Et dans 25% des cas , les  Chinois étaient co-auteurs.

D’autres chiffres peuvent être donnés – cependant, les meilleures conséquences possibles de la «chasse aux sorcières chinoises» dans les laboratoires et universités américains sont mieux illustrées par un exemple simple.

Un étudiant chinois du nom de Qian Xuesen (钱学森) est venu de Nanjing pour étudier aux États-Unis dans les années 1930. Il est diplômé du Massachusetts Institute of Technology, puis du California Technological Institute, après quoi il est resté aux États-Unis – il était engagé dans l’aéronautique. Cependant, dans les années 50, le rouleau compresseur du «maccarthysme» l’a effleuré. Il a été accusé de sympathie pour le communisme et en fait, expulsé des États-Unis. Qian est retourné dans son pays natal – et le Premier ministre chinois Zhou Enlai a qualifié cet exil de “plus beau cadeau” des Américains. Parce que Qian est devenu le père fondateur du programme de missiles chinois – le chinois Sergey Korolev. Pour comprendre l’importance de cette personne pour la Chine, il faut dire que toute la direction de la RPC était présente à ses funérailles en 2009 – alors secrétaire général par intérim Hu Jintao, son prédécesseur Jian Zemin et d’autres personnes respectées. 

Et combien de ces Qian Xuesen Trump offrira-t-il à la Chine?

https://vz.ru/world/2020/6/3/1042924.html

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
3 Commentaires
Oldest
Newest
Inline Feedbacks
View all comments

C’est bien connu…..la CIA n’espionne pas , les SR des pays occidentaux n’espionnent pas. Ils font de la recherche scientifique pour le bien de leur pays. Faut-il avoir l’esprit mal tourné pour prétendre qu’ils pratiquent l’espionnage? Avant le COVI-19, la Russie espionnait, s’introduisait même dans les boîtes mail des personnalités occidentales: Hilary Clinton, Merschel, Macron etc…Quelle honte!!! Mais, l’espionnage de la Russie passe au second plan, la Chine annonce la 5G. Hola….danger!!! La Chine va nous espionner. Du moins selon les sinologues “avertis” occidentaux. Vraisemblablement qu’avec la 4G quid de l’espionnage. Sérieusement, je ne crois pas que la Chine vise… Lire la suite »

Si le marché des scientifique reste ouvert la Chine a des atouts que les USA n’auront pas forcément, stabilité, éducation, santé, sécurité. Si la Chine se met à payer avantageusement les scientifiques et donner les moyens de la recherche l’attrait pourrait être fort pour des chercheurs du monde entier et remplacer les universités américaines. Celle-ci finalement n’ont comme atout que la qualité de leurs enseignants et les budgets. Il se pourrait bien que les USA n’ai bientôt plus que Shakespeare à étudier. Comme nous en France transformée en gigantesque parc d’attraction pour touristes, la crise du COVID a bien montré… Lire la suite »

Encore une autre bourde de Tom Cotton sénateur républicain de l Arkansas !
Cotton celui qui veut aussi envoyer l armée des USA mettre de l ordre dans le pays !