Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Cuba :La terre fertilisée avec ingéniosité et avec ses propres moyens

Les composts fabriqués par les producteurs d’Holguine à base de micro-organismes peuvent remplacer les engrais et autres produits chimiques importés à des fins agricoles. Comment face au blocus avec l’aide des instituts scientifiques Cuba remplace les engrais chimiques par des solutions écologiques. (note et traduction de Danielle Bleitrach)

Auteur: Germán Veloz Placencia | german@granma.cu

28 mai 2020 00:05:28

Les Pupo Bermúdez assurent que les avantages des formules qu'ils utilisent pour revigorer les terres justifient le temps qu'ils consacrent à leur préparation.
Les Pupo Bermúdez assurent que les avantages des formules qu’ils utilisent pour revigorer les terres justifient le temps qu’ils consacrent à leur préparation. Photo: de l’auteur

Velasco, Holguín – Pour améliorer les sols et les cultures, on utilise un compost liquide qui contient de la chaux, du soufre, des matières rocheuses bleues (écrasées en presque poudre) et de la farine de poisson. Son application dans des parcelles de goyave, de maïs, de haricots, de soja et de pomme de terre, confirme qu’il exerce des fonctions fongicide, acaricide et biofertilisant.

Pour le vérifier, il suffit de visiter la ferme Santa Ana, dans la région de San Mateo, où les Pupo Bermúdez vivent en parfaite symbiose avec la nature. Là, tout curieux hostile finira frustré s’il essaie de démontrer la domination des produits chimiques dans les pratiques agricoles.

Il y a dix ans, ils ont opté pour des techniques agroécologiques. Depuis lors, ils utilisent des micro-organismes efficaces, définis par Daniel (l’aîné des frères), comme base de toutes les actions productives en cours dans les zones de plantation.

Pour Joel, qui a impliqué la famille dans une expérience rentable, le succès est d’obtenir des rendements similaires à ceux des agriculteurs locaux qui dépendent des engrais, herbicides et fongicides importés dans les cultures. 

«Menu» nutritif et original

Les bactéries phototropes, l’acide lactique, la levure et certains champignons sont les principaux micro-organismes utilisés sur les trois hectares utilisés à Santa Ana pour diverses cultures. Tout cela a besoins de la “mère”, un pansement de litière de feuilles mortes de marabout, de bambou et d’autres arbres, recueilli dans la forêt vierge, dans une zone qui n’a pas subi d’incendies et n’est pas traversée par des ravins, décrit Joel; qui précise que ce n’est pas de la superstition, mais de la science, car ces conditions assurent l’état optimal des microorganismes contenus dans la masse végétale.

À ce qui a été collecté, explique-t-il, ils ajoutent de la mélasse de canne, du babeurre ou du yaourt naturel, des épis de maïs préalablement moulus et de l’eau, une procédure qui se poursuit avec le mélange homogène de tous ces éléments. Ainsi, dans une cuve en plastique, ils préparent 300 kilogrammes de pâte, ce qui est nécessaire pour une année de travail.

Avec la «mère», ils fabriquent le liquide qui contribue à l’amélioration des propriétés physiques et chimiques du sol et, en même temps, agit comme un fongicide, en plus de repousser les insectes comme les mouches. C’est également un probiotique pour les animaux. Chez les porcs, il contrôle la diarrhée et chez les poulets, il sert à lutter contre la maladie de Carré, explique Joel.

Celui qui se rapproche du bon arbre …

Pendant des années, ils ont utilisé le liquide que nous venons de décrire pour accélérer les processus d’obtention de compost et d’humus de vers de terre, produits désormais remplacés par “l’engrais de huit jours”, une formule retenue par Joel lors d’un séminaire sur les techniques agroécologiques tenu au Costa Rica.

L’installation dans cette zone d’expérimentation est le résultat des efforts de la Station expérimentale de pâturages et de fourrages Indio Hatuey, de Matanzas, et de l’Unité de vulgarisation, de recherche et de formation agricole (Ueica), à Holguín, entités qui, conjointement avec l’Institut national des sciences agricoles (INCA) et l’Université de Holguín, fournissent des conseils scientifiques constants au travail créatif qui distingue Santa Ana.    

L’engrais mentionné, selon la description faite par les frères en présence du pilier familial, le vieux Juan, qui soutient les enfants dans tout le travail intense qui accompagne les techniques agro-écologiques, contient du fumier de bovin ou de porc, de la pierre bleue concassée, cendres (qui peuvent être remplacées par du charbon broyé), mélasse de canne et micro-organismes sous forme solide et liquide.

Tout est méticuleusement mélangé et placé dans des sacs, qui sont placés à l’abri dans des endroits frais pendant les huit jours recommandés avant utilisation. le mélange apporte du phosphore, du potassium, de l’azote, des minéraux et des protéines au sol. Ils ont déjà appliqué les trois premières tonnes et, après l’impact favorable trouvé par eux et les spécialistes d’Ueica, ils sont en train de préparer une autre quantité similaire.

Les feuilles de Nim, d’anamú et de ciboulette, accumulées pendant six jours dans un réservoir contenant de l’eau, des micro-organismes et du liquide résiduel provenant du biodigesteur qui fournit le gaz pour le poêle des maisons, composent une fermentation qui est appliquée aux cultures grâce à des techniques fertilisation.

Ils ont également incorporé du sulfo-calcium. Lors de leur fabrication, ils mélangent du soufre, du calcium et de l’eau, des éléments qui bouillent. Ils ajoutent ensuite les micro-organismes cultivés et, lorsque la préparation est de couleur brique, ils l’utilisent pour pulvériser. Dans les légumes, ils recommandent entre 150 et 200 centimètres cubes pour 16 litres d’eau sans chlore.

Ceux qui relient les réalisations du Pupo Bermúdez aux travaux expérimentaux dans des zones non étendues et aux conseils bien mérités des institutions scientifiques du pays, doivent raisonner sur l’utilisation possible de certaines des formules appliquées à Santa Ana pour revigorer les terres et les enrichir pour obtenir l’auto-suffisance alimentaire la nourriture que la population exige.

Les produits qui y sont assaisonnés, avec des micro-organismes naturels et de l’intelligence, peuvent être reproduits par de nombreux agriculteurs afin de supplanter, aujourd’hui et ultérieurement, les engrais et autres produits chimiques destinés à l’agriculture, acquis à des coûts élevés à l’étranger. Il s’agit d’une solution créole efficace pour échapper à l’impact du blocus américain et aider à amortir les conséquences économiques de COVID-19.  

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments