Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

The New Yorker : l’Amérique va-t-elle vers un nouveau type de guerre civile?

L’Amérique contemple avec stupéfaction non seulement la colère qui a saisi les noirs, les pauvres, mais le renforcement de l’extrême-droite et surtout l’absence d’institutions crédibles. Elle cherche ses marques dans la guerre civile, tant ce sont les mêmes lieux, mais même cette référence est fausse… Cette manière de se tourner vers le passé pour tenter de comprendre les déchirures du présent est moins une analogie que la conscience de l’impossibilité d’échapper à ce que l’Amérique n’a cessé d’exporter et continue à le faire. En effet, on apprend au même moment que Trump envoie des militaires en Colombie sous prétexte de lutter contre le trafic de drogue… au Venezuela, et envoie des navires de guerre provoquer la Chine. De surcroît ce qui n’est jamais remis en cause c’est le fondement même de la démocratie non seulement raciste mais qui repose sur un gouffre inégalitaire et qui fait de tout discours pseudo égalitaire sur les races à la Obama une duperie (note et traduction de Danielle Bleitrach).

Par Robin Wrigh t14 août 2017

Cette image peut contenir le chemin de la personne humaine asphalte asphalte asphalte symbole du drapeau intersection urbaine et urbaine
Les troubles récents à Charlottesville, en Virginie, après un rassemblement suprémaciste blanc ont attisé les craintes de certains Américains d’une nouvelle guerre civile. Photographie de Glenna Gordon pour The New Yorker

Un jour après les brutalités racistes en Virginie, le gouverneur Terry McAuliffe avait demandé: «Comment en sommes-nous arrivés là?» La question la plus pertinente après Charlottesville – et d’autres épisodes meurtriers à Ferguson, Charleston, Dallas, Saint-Paul, Baltimore, Baton Rouge et Alexandrie – est celle de se demander où vont les États-Unis. Quelle est la fragilité de l’Union, de notre république et d’un pays qui a longtemps été considéré comme la démocratie la plus stable du monde? Les dangers vont au-delà des épisodes collectifs de violence. “La droite radicale a mieux réussi à pénétrer la vie politique du pays qu’en un demi-siècle”, a rapporté le Southern Poverty Law Center en février. L’organisation a comptabilisé plus de neuf cents groupes haineux actifs (et nombreux) aux États-Unis.

La stabilité de l’Amérique est de plus en plus remise en question dans le discours politique. Il y a peu cette année, j’ai entamé une conversation avec Keith Mines sur la tourmente américaine. Mines a passé sa carrière dans les forces spéciales de l’armée américaine, les Nations Unies et maintenant le département d’État, il a vu des guerres civiles dans d’autres pays, notamment en Afghanistan, en Colombie, au Salvador, en Irak, en Somalie et au Soudan. Il est retourné à Washington seize ans après pour y trouver des conditions qu’il avait vues générer des guerres civiles à l’étranger maintenant visibles chez lui. Ça le hante. En mars, Mines était l’un des nombreux experts en sécurité nationale à qui la politique étrangère a demandé d’évaluer les risques d’une seconde guerre civile – en établissant un pourcentage de probabilité. Mines a conclu que les États-Unis étaient confrontés à une probabilité de 60% de guerre civile au cours des dix à quinze prochaines années. Les prévisions d’autres experts variaient de 5% à 95%. La moyenne qui donne à réfléchir était de trente-cinq pour cent. Et c’était cinq mois avant Charlottesville.

«Nous n’arrêtons pas de dire:« Ça ne peut pas arriver ici », mais pourtant, la fumée indique que cela peut arriver», m’a dit Mines avec qui j’ai parlé, ce dimanche, de Charlottesville. Le modèle des conflits civils a évolué dans le monde entier au cours des soixante dernières années. Aujourd’hui, peu de guerres civiles impliquent des batailles rangées à partir de tranchées le long de lignes de front géographiques soignées. Beaucoup sont des conflits de faible intensité avec une violence épisodique dans des lieux en évolution constante. La définition d’une guerre civile est une violence à grande échelle qui comprend le rejet de l’autorité politique traditionnelle et exige que la Garde nationale s’en occupe. Samedi, McAuliffe a mis la Garde nationale en alerte et a déclaré l’état d’urgence.

Sur la base de son expérience dans les guerres civiles sur trois continents, Mines a cité cinq conditions qui soutiennent sa prédiction: une polarisation nationale enracinée, sans lieu de rencontre évident pour la résolution; une couverture médiatique et un flux d’informations de plus en plus conflictuels; l’affaiblissement des institutions, notamment le Congrès et le pouvoir judiciaire; une liquidation ou un abandon de responsabilité par les dirigeants politiques; et la légitimation de la violence comme moyen «in» de s’imposer ou de résoudre des différends.

Le président Trump “a institué la violence comme un moyen de faire avancer l’intimidation sur le plan politique et il a validé l’intimidation pendant et après la campagne”, a écrit Mines dans Foreign Policy . “A en juger par les événements récents, la gauche est maintenant pleinement d’accord avec cela”, a-t-il poursuivi, citant les anarchistes dans les émeutes anti-mondialisation comme l’un des nombreux points chauds. “C’est comme en 1859, tout le monde est hors de soi sur un problème et tout le monde a un pistolet.”

Pour tester la description de Mines, j’ai contacté cinq éminents historiens de la guerre civile ce week-end. «Lorsque vous regardez la carte des États rouges et bleus et que vous superposez la carte de la guerre civile – et qui était alliée à qui pendant la guerre civile – peu de choses ont changé», m’a dit Judith Giesberg, rédactrice en chef du Journal de l’ère de la guerre civile et historienne à l’Université de Villanova. «Nous ne nous sommes jamais entendus sur l’issue de la guerre civile et sur la direction que le pays devrait prendre. Les amendements d’après-guerre étaient très controversés – en particulier le quatorzième amendement, qui offre une protection égale en vertu de la loi – et ils le sont toujours aujourd’hui. Que signifie donner le droit de vote aux personnes de couleur? Nous ne le savons toujours pas. “

Elle a ajouté: «Est-ce que cela nous rend vulnérables à une répétition du passé? Je ne vois pas de répétition de ces circonstances spécifiques. Mais cela ne signifie pas que nous n’entrons pas dans quelque chose de similaire dans le cadre d’une guerre culturelle. Nous sommes vulnérables au racisme, au tribalisme et aux visions contradictoires de la voie à suivre pour notre nation. »

L’anxiété face à l’approfondissement des schismes et des nouveaux conflits trouve un débouché dans la culture populaire: en avril, Amazon a sélectionné le roman dystopique « American War » – qui se concentre sur une deuxième guerre civile américaine – comme l’un de ses meilleurs livres du mois. Dans une revue du Washington Post, Ron Charles a écrit: «À travers ces pages fortes, éclate avec rage le choc que beaucoup d’entre nous anticipent avec inquiétude à l’époque de Trump: une nation déchirée par des idéologies inconciliables, aliénée par des soupçons bien ancrés. . . une nation à la fois poignante et horrible. ” Dans le Times le critique de livre a noté: «C’est une œuvre de fiction. Pour l’instant, de toute façon.” L’auteur du livre, Omar El Akkad, est né en Égypte et a couvert la guerre en Afghanistan, le printemps arabe et la manifestation de Ferguson en tant que journaliste pour le Globe and Mail du Canada.

Avant Charlottesville, David Blight, un historien de Yale, planifiait déjà une conférence en novembre sur «American Disunion, Then and Now». «Les parallèles et les analogies sont toujours risqués, mais nous avons des institutions affaiblies et pas seulement des partis polarisés, mais des partis qui risquent de se désintégrer, ce qui s’est produit dans les années 1850», m’a-t-il dit. «L’esclavage a déchiré, en quinze ans, les deux principaux partis politiques. Il a détruit le Parti Whig, qui a été remplacé par le Parti républicain, et a divisé le Parti démocrate en deux zones, le nord et sud. »

“Alors”, a-t-il dit, “il fallait regarder les partis” comme un indicateur de la santé de l’Amérique.

Dans les années 1850, Blight m’a dit que les Américains n’étaient pas en mesure de prévoir ou absorber le «choc des événements», notamment la loi sur les esclaves fugitifs, la décision Dred Scott de la Cour suprême, le raid de John Brown et même la guerre américano-mexicaine. «Personne ne les avait prédits. Ils ont forcé les gens à se repositionner », a déclaré Blight. «Nous traversons actuellement l’un de ces repositionnements. L’élection de Trump en fait partie, et nous essayons toujours de comprendre pourquoi ça a eu lieu. Mais ce n’est pas nouveau. Cela remonte à l’élection d’Obama. Nous pensions que cela entraînerait la culture dans l’autre sens, mais ce n’est pas le cas », a-t-il déclaré. «Il y avait une énorme résistance de la droite, puis ces épisodes de violence policière, et toutes ces choses [du passé] ont de nouveau explosé. Ce n’est pas seulement une polarisation raciale mais une crise d’identité. »

En règle générale, Blight a ajouté: «Nous savons que nous courons un risque de guerre civile, ou quelque chose du même genre, lorsqu’une élection, une loi, un événement, une action du gouvernement ou de personnes haut placées devient totalement inacceptable pour un parti, un grand groupe, un groupe important. ” La nation a été témoin de changements tectoniques à la veille de la guerre civile et pendant l’ère des droits civiques, les troubles de la fin des années 1960 et de la guerre du Vietnam, a-t-il déclaré. «Cela ne s’est pas produit avec Bush c. Gore, en 2000, mais nous en étions peut-être proches. Il n’est pas inconcevable que cela puisse arriver maintenant. »

Dans un renversement de l’opinion publique à partir des années 1960, a déclaré Blight, l’affaiblissement des institutions politiques aujourd’hui a conduit les Américains à changer d’avis sur les institutions qui sont crédibles. «En qui avons-nous confiance aujourd’hui? Peut-être, ironiquement dans le FBI », a-t-il dit. «Avec tous ces militaires dans l’administration Trump, c’est là que nous mettons notre espoir pour l’usage de la raison. Ce n’est pas le président. Ce n’est pas le Congrès, qui est totalement dysfonctionnel et dirigé par des hommes qui ont passé des décennies à nous diviser pour garder le contrôle, et pas même la Cour suprême, parce qu’elle a été tellement politisé. »

Dans le sillage de Charlottesville, le chœur de condamnations des politiciens de tous les horizons politiques a été encourageant, mais ce n’est pas nécessairement rassurant ou un indicateur de l’avenir, m’a dit Gregory Downs, historien à l’Université de Californie à Davis. Pendant la guerre civile, même les politiciens du Sud qui ont dénoncé la sécession ou se sont méfiés de la sécession pendant des années – dont Jefferson Davis – ont fini par devenir les dirigeants de la Confédération. “Si la source du conflit est profondément ancrée dans les forces culturelles ou sociales, alors les politiciens ne sont pas intrinsèquement capables de les tenir par des appels à la raison”, a déclaré Downs. Il a qualifié les suprématistes et les néonazis blancs nocifs de «messagers» plutôt que d ‘«architectes» de l’effondrement potentiel de la République. Mais, a-t-il averti, “Nous tenons notre stabilité pour acquise.”

Il a creusé pour moi une citation du livre du journaliste Murat Halstead « The War Claims of the South », publié en 1867. «La leçon de la guerre qui ne devrait jamais nous quitter», écrit Halstead, «est que le peuple américain n’est en rien exempté du sort ordinaire de l’humanité. Si nous péchons, nous devons souffrir pour nos péchés, comme les empires qui chancellent et les nations qui ont péri. »

Eric Foner, l’historien de la Columbia University, a remporté le prix Pulitzer, en 2011, pour son livre « The Fiery Trial: Abraham Lincoln and American Slavery ». Comme les autres universitaires à qui j’ai parlé, Foner est sceptique que le fait que le futur conflit pourrait ressembler à la dernière guerre civile américaine. “De toute évidence, nous avons des divisions assez profondes le long de plusieurs lignes – raciale, idéologique, rurale contre urbaine”, m’a-t-il dit. «Qu’ils mènent à une guerre civile, j’en doute. Nous avons de fortes forces gravitationnelles qui contrecarrent ce que nous voyons aujourd’hui. » Il a souligné que «l’étincelle à Charlottesville – abattre une statue de Robert E. Lee – n’a rien à voir avec la guerre civile. Les gens ne débattent pas de la guerre civile. Ils débattent de la société et des races américaines aujourd’hui. »

Charlottesville n’a pas été la première manifestation de la soi-disant alt-droite, ni la dernière. Neuf autres rassemblements sont prévus le week-end prochain et d’autres en septembre.

Robin Wright est un écrivain collaborateur du New Yorker depuis 1988. Il est l’auteur de « Rock the Casbah: Rage and Rebellion Across the Islamic World ».Plus:Guerre civileAmériqueAtoutHistoriens

Sera utilisé conformément à notre politique de confidentialité

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
Oldest
Newest
Inline Feedbacks
View all comments

Bonjour, Tocqueville a écrit sur la Constitution fédérative des USA des appréciations qui peuvent encore nous intéresser.   https://fr.m.wikisource.org/wiki/De_la_d%C3%A9mocratie_en_Am%C3%A9rique/%C3%89dition_1848/Tome_1/Premi%C3%A8re_partie/Chapitre_8   […] Lorsqu’on examine la constitution des États-Unis, la plus parfaite de toutes les constitutions fédérales connues, on est effrayé au contraire de la multitude de connaissances diverses et du discernement qu’elle suppose chez ceux qu’elle doit régir. Le gouvernement de l’Union repose presque tout entier sur des fictions légales. L’Union est une nation idéale qui n’existe pour ainsi dire que dans les esprits, et dont l’intelligence seule découvre l’étendue et les bornes.   […] Le principe sur lequel reposent toutes les confédérations… Lire la suite »