Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Le rôle de l’individu dans l’histoire.

Il y a des moments historiques, comme aujourd’hui, où on est littéralement effrayé par la médiocrité des dirigeants politiques…mais cet effroi ne fait que redoubler celui du désarroi des masses qui hésitent à choisir la transformation. Si un petit groupe se radicalise, en revanche il a du mal à entraîner toute la société qui, elle au contraire, est inerte, à la recherche d’un compromis… Les masses paraissent se jeter en arrière à l’idée de franchir le Rubicon, elles sont désorganisées… C’est du moins ce qu’une perspective marxiste nous incite à penser alors qu’ordinairement, en particulier quand le parlementarisme est roi, on pense que la situation est sans issue parce que nous n’avons que des dirigeants médiocres.

Les implications politiques et théoriques de ce lien entre individu et histoire sont importantes. Par exemple, j’ai toujours été d’accord avec Althusser quand il refusait l’explication du “stalinisme” par le khrouchtchevisme comme “pouvoir personnel. Quand je décris des “génies”aussi incontestables que Lénine, Fidel Castro, ce génie est certes celui de gens qui voient ce que les autres ne voient pas, arrivent à les convaincre et manifstent une volonté peu commune, mais ce sont surtout des individus qui sont en prise avec la réalité, les besoins des masses.

On ne saurait les comparer à ceux qui produisent des catastrophes pour les raisons inverses.

Mais voyons la démonstration de ce renversement de perspective….

Il Y des hommes produits d’une époque et qui y jouent un rôle important dans l’accélération du désastre. je me souviens qu’en contemplant la fin du règne de W.G.Bush junior, je m’étais demandé comment un homme d’une telle médiocrité pouvait faire autant de dégâts. Nos présidents, de Sarkozy à Macron, en passant par Hollande, ne sont pas mal dans le genre non plus, mais Trump a un côté nettement plus apocalyptique. Il ressemble à ses partisans qui sont persuadés d’être protégés par dieu dans une pandémie mais ne peuvent s’empêcher de se ballader avec des armes de guerre pour se protéger de tout le reste.

Cette volonté parait de l’ordre du caprice et à si courte vue que ça en devient effrayant,il y a une sorte de négation du réel, des besoins humains, de leur peuple, comme si le réel leur échappait.

Bref des hommes de peu d’envergure peuvent marquer l’histoire et générer des chaos. Mais ce n’est pas de ce type d’hommes, qui paraissent accélérer les décadences et les chutes d’empire dont ils sont le produit, sur lesquels nous nous interrogeons, mais bien plutôt ceux qui sont capables d’accélérer l’histoire, de justement lui épargner de longues phases de barbarie, guerres et désordres.

Sur de longues périodes historiques un tel rôle peut paraître avoir moins d’importance qu’une marche beaucoup plus générale de l’histoire marquée par la contradiction entre le développement des forces productives et les rapports de production, la lutte des classe, pourtant ce rôle existe dans des moments particuliers. C’est ce l’historien Plekhanov a décrit d’une manière qui est plus que jamais pertinente :

On a observé depuis longtemps déjà, que les hommes de talent apparaissent partout et toujours là,où les conditions sociales sont favorables à leur développement. Cela revient à dire que tout talent qui se manifeste, c’est-à-dire qui devient ue force sociale est le fruit des rapports sociaux. Dès lors on comprend pourquoi, comme nous l’avons dit, les hommes de talent peuvent modifier la physionomie particulière, mais non l’orientation générale des événements, eux-mêmes n’existent que grâce à cette orientation; sans elle, ils n’auraient jamais franchi le seui qui sépare le possible du réel(1).

Plekhanov s’inscrit en faux devant une conception de l’histoire dans lequel l’élément individuel ne jouerait aucun rôle.


“Un grand homme est grand non parce que ses qualités personnelles donnent aux grands événements historiques leur physionomie propre, mais parce qu’il est doué de qualités qui le rendent plus capables que tous les autres de répondre aux grands besoins sociaux de son temps,besoins engendrés par des causes générales et particulières (…) Oui, le grand homme est un initiateur,parce qu’il voit plus loin et veut plus fortement que les autres. Il résoud les problèmes scientifiques que pose à l’ordre du jour la marche antérieure du développement intellectuel de la société; il signale les nouveaux besoins sociaux créés par le développement antérieur des rapports sociaux et le premier il entreprend de les satisfaire. Il est un héros. Non en ce sens qu’il pourrait arrêter ou modifier le cours naturel des choses, mais parce son action est l’expression consciente et libre de ce cours des choses, nécessaires et inconscient . Toute son importance est là, et aussi toute sa force. Mais cette importance est formidable, cette force est prodigieuse. ”

Le caractère de l’individu n’est un ‘facteur ‘ du développement social qu’au moment et dans la mesure où les rapports sociaux le lui permettent.

C’est tout à fait l’opinion de Fidel Castro qui expliquait que ce que l’on appelle le “génie politique” est beaucoup plus courant que d’autres types de génie, de tels hommes , ajoutait-il, sont le fruit de circonstances historiques et ils n’apparaissent jamais seuls mais avec un entourage et des masses, avec eux et la Révolution surgissent alors de partout des talents que nul n’aurait soupçonnés.

D’ailleurs les Cubains le savent et il est fréquent de les entendre dire sans nous, il n’aurait rien pu faire… Il y a une sorte de pédagogie réciproque.

C’est pour cela que quand dans une série d’article, j’ai tenté d’approcher le génie de Lénine, fort de cet exemple de l’illustre cubain, il a fallu décrire une stratégie dans laquelle un individu se désincarnait totalement, en voyant plus loin et en voulant plus fortement.

Cette conviction de la véritable place de l’individu dans l’histoire est si forte chez les bolcheviques qu’elle détermine bien des attitudes de Staline. Ainsi quand Les armées hitlériennes sont à quelques kilomètres de Moscou, il refuse de quitter la ville, non seulement pour soutenir le courage des habitants chez qui apparaît un début de panique, mais parce que comme il le déclare: “Napoléon a pu prendre Moscou parce qu’il représentait les forces du progrès mais Hitler ne le pourra pas parce qu’il est la réaction”. Lui-même est totalement collectif, désincarné.

Autre chose est si l’on suit Marx, la dénonciation du pouvoir despotique qu’il fait à propos du même Napoléon. Pouvoir despotique issu de la Révolution française, assurant la dictature de la bourgeoisie et confronté de ce fait aux coalitions féodales… Militarisant les masses… Il reste beaucoup de pistes d’analyse de l’histoire du communisme mais le fait que toujours se pose cette question de ce qui crée une volonté émancipatrice et de progrès, les choix politiques, l’analyse concrète d’une situation concrète.

C’est pourquoi tout ce qui est fait pour abolir cette volonté et renforcer l’inertie, tronquer y compris l’histoire et désorganiser les combattants, les individualiser, les fractionner en “communautés hostiles les unes aux autres, est un facteur puissant de médiocrité dans les perspectives et les choix politiques des dirigeants issus d’une telle politique qui n’est plus que le fruit d’ambitions personnelles et de manoeuvres de sérail. Le négationnisme historique, produit l’imbécillité des individus, leur méfiance.C’est vrai pour les Etats, comme pour les forces politiques. L’empire capitaliste succombe à sa propre propagande et Trump est sans doute l’incarnation de ce mépris fondamental du citoyen pour lui imposer l’injustice comme base de sa suprématie.

Danielle Bleitrach

(1) Plekhanov(G.V) Le rôle de l’individu dans l’histoire (1898) traduit de l’édition en langue russe in Les questions fondamentales du marxisme, Paris, 1947 (editions sociales.p.266-272)

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments