Histoire et société

Dieu me pardonne c'est son métier

Israël doit tenir compte des USA, mais ses liens avec la Chine peuvent prospérer

Il y a incontestablement un pragmatisme chinois qui s’accommode des difficultés que l’hostilité des Etats-Unis peut créer et qui tient compte des “camps politiques” mais sans en rajouter et de l’autre côté c’est pareil. Avec les russes le jeu est encore plus complexe, résultat les premiers investisseurs en Crimée actuelle sont les Israéliens et les Chinois . La Chine a besoin de la paix tandis que les USA, “l’occident” ne voit de salut que dans les guerres, c’est aussi simple que cela.(note de danielle Bleitrach)

Selon Carice Witte, les liens entre Pékin et Jérusalem resteront forts, car la Chine comprend en fin de compte que la première allégeance d’Israël sera toujours aux États-Unis

Par RAPHAEL AHRENAujourd’hui, 09:310

Carice Witte (Autorisation)

Les relations entre Israël et la Chine connaissent actuellement d’importantes turbulences, alors que les hauts fonctionnaires de l’administration américaine mettent en garde Jérusalem contre les investissements des entreprises contrôlées par le Parti communiste chinois, et la mort soudaine de l’ambassadeur de Pékin à Herzliya.

Mais les liens entre Pékin et Jérusalem resteront forts, car la Chine comprend en fin de compte que la première allégeance d’Israël sera toujours en direction des États-Unis et pourra travailler avec cela, selon Carice Witte, une experte de premier plan sur les relations entre Israël et la Chine.

« Israël et la Chine veulent continuer à faire des affaires ensemble », a-t-elle déclaré. « Il y a beaucoup de choses que la Chine attend d’Israël et je crois que, si cela est bien présenté, les Chinois coopéreraient dans des démarches visant à prendre en considération les préoccupations américaines si cela signifiait que certaines relations commerciales pourraient se poursuivre. »

Il est vrai que Washington fait pression sur ses alliés pour choisir un camp dans sa guerre commerciale actuelle avec Pékin, a reconnu Witte, la fondatrice et directrice d’une organisation à but non lucratif nommée Sino-Israel Global Network & Academic Leadership, connue sous le nom de SIGNAL.

« Israël a déjà un camp. Il n’y a pas de choix à faire ici. Et la Chine le sait », a-t-elle déclaré dans un entretien par courrier électronique. « La Chine réalise que le développement conjoint de la technologie militaire entre les États-Unis et Israël, le soutien financier des États-Unis pour l’équipement militaire, ainsi que le veto américain au Conseil de sécurité des Nations unies, sont des choses que la Chine ne fournira pas. »

En fait, les Chinois sont des étroits alliés de l’Iran et aident même le principal ennemi régional d’Israël dans son projet de s’implanter en Syrie, a déclaré Mme Witte.

« Les Chinois savent que nous ne sommes pas le 51e État [américain] et espèrent que nous continuerons à coopérer comme nous l’avons fait au cours de la dernière décennie. D’un autre côté, j’ai l’impression que dans la constellation États-Unis-Chine-Israël, ils savent où se trouve l’alliance d’Israël. »

Les relations commerciales entre Jérusalem et Pékin ont récemment fait la une des journaux alors que le secrétaire d’État américain Mike Pompeo, lors de sa visite éclair en Israël la semaine dernière, a souligné à plusieurs reprises que l’État juif devrait réfléchir à deux fois avant de se lier avec des entreprises chinoises.Le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo, à gauche, avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu à la résidence du Premier ministre à Jérusalem, le 13 mai 2020. (Crédit : Kobi Gideon/PMO)

« Nous ne voulons pas que le Parti communiste chinois ait accès aux infrastructures israéliennes, aux systèmes de communication israéliens, à toutes ces choses qui mettent en danger les citoyens israéliens et qui, à leur tour, mettent en danger la capacité de l’Amérique à travailler aux côtés d’Israël sur des projets importants », a déclaré le diplomate américain le 13 mai. « Nous pensons que ces risques sont réels, et nous avons partagé avec eux des informations à ce sujet afin qu’ils puissent prendre de bonnes décisions pour eux-mêmes. »

Un projet que Pompeo a peut-être évoqué en particulier avec ses interlocuteurs israéliens pourrait être l’offre d’une entreprise liée à la Chine pour la construction d’une usine de dessalement à Palmachim à hauteur de 1,5 milliard de dollars.

Hutchison Water International, qui appartient à CK Hutchison Holdings, basée à Hong Kong, est l’une des deux sociétés à avoir atteint la phase finale de l’appel d’offres pour la construction de l’usine Sorek B, qui devrait être la plus grande installation de dessalement au monde. Après que les États-Unis ont fait part de leur désapprobation concernant l’accord, les responsables israéliens l’auraient reconsidéré. Le gagnant de l’appel d’offres sera annoncé dimanche.(c’est fait ils ont repoussé l’offre chinoise NHS)

Witte, qui, après avoir quitté les États-Unis pour s’installer en Israël à la fin des années 1980, a travaillé dans les domaines de l’immobilier et de la technologie internationale, notamment la sécurité sur Internet et la monnaie électronique, a fait remarquer que la centrale se trouve à proximité d’un site nucléaire et d’une base militaire avec des troupes américaines.

« Mais disons qu’il n’y a pas de problème de sécurité intrinsèque », a-t-elle estimé.

« Si Israël peut montrer aux États-Unis qu’il comprend comment la Chine fait les choses, qu’il est conscient de la culture chinoise et de son impact sur la collaboration, si Israël a un plan qui prend en considération les sensibilités américaines et peut même apporter des avantages aux États-Unis ainsi qu’à Israël, je crois que la collaboration avec la Chine peut se développer sur plusieurs fronts », a-t-elle déclaré. « Mais il faut pour cela prendre à cœur les préoccupations des États-Unis en matière de sécurité nationale. »Vue de l’usine de dessalement de Sorek A, le 22 novembre 2018. (Crédit : Isaac Harari/Flash90)

Ce qui suit est une transcription de notre échange.

Times of Israël : Commençons par la mort inattendue de l’ambassadeur Du Wei. Il est le deuxième diplomate chinois à décéder alors qu’il servait en Israël ces dernières années, et Pékin aurait un temps envisagé d’envoyer une équipe pour enquêter sur les circonstances de sa mort. Pensez-vous que quelqu’un suspecte un acte criminel ?

Carice Witte : Chaque fois qu’un ambassadeur meurt dans le pays où il sert, il y aura des questions. Ajoutez le COVID-19, les tensions entre les États-Unis et la Chine, la récente visite de Pompeo ici et l’article que l’ambassade a écrit dans le journal de vendredi dernier avant sa mort, et vous avez la recette d’un complot.Du Wei, ambassadeur chinois, alors en poste en Ukraine (à gauche), s’exprime lors d’une réception solennelle à Kiev, Ukraine, le 24 septembre 2019. (Crédit : Sergey Starostenko/Xinhua via AP)

Mais malheureusement, il arrive parfois que des gens meurent de façon inattendue. Compte tenu de la bonne coopération entre l’ambassade de Chine et la police israélienne, je ne pense pas que quiconque suspecte quoi que ce soit de fâcheux. Il y a ceux qui voudraient évoquer des problèmes entre les États-Unis et Israël, ou la Chine et Israël, ou même la Chine et les États-Unis, qui soulèveraient la question de la criminalité. Mais il y a suffisamment de bon sens parmi eux pour ne pas tomber dans cet état d’esprit.

La coopération entre l’ambassade de Chine et les autorités locales s’est déroulée sans heurts au lendemain de sa disparition. Pensez-vous que cet événement tragique puisse avoir un impact négatif sur les relations bilatérales ?

Étant donné que dès le début, les experts médicaux ont déclaré que l’ambassadeur était mort de causes naturelles – probablement d’un arrêt cardiaque – il s’agit d’une tragédie personnelle pour l’ambassadeur Du Wei, sa famille et ses amis et d’une grande perte nationale pour le peuple chinois qui a perdu un diplomate de haut niveau.Yuval Rotem @Yuval_Rotem

On behalf of Israel’s FM & @IsraelMFA I participated in the memorial service, in honor of the late Ambassador of the People’s Republic of #China to Israel, H.E. Du Wei, to express our sorrow & bid farewell.

🇮🇱 sends its deep condolences to the ppl & Govt of 🇨🇳 and to his family.

Voir l'image sur Twitter
Voir l'image sur Twitter
Voir l'image sur Twitter

Les relations bilatérales entre Israël et la Chine sont basées sur un ensemble d’intérêts clairs qui tournent autour des affaires, de l’innovation, de la technologie, des infrastructures, de la recherche commune, etc. Ces intérêts demeurent. Le facteur central qui a toujours eu un impact sur les relations entre Israël et la Chine, presque depuis la fondation des États modernes d’Israël et de la RPC [République populaire de Chine, en octobre 1949], est les États-Unis.

Mais Israël pourrait également vouloir accorder une attention particulière à la Chine au Moyen-Orient, compte tenu de nos préoccupations en matière de sécurité régionale. Alors que des signes montrent que les États-Unis veulent une présence moindre dans cette région, les affaires, les investissements, les infrastructures et, dans certains cas, l’armée de la Chine se développent ici.

Je pense que la collaboration avec la Chine peut se développer sur plusieurs fronts. Mais il faut pour cela prendre à cœur les préoccupations des États-Unis en matière de sécurité nationale

Elle construit des villes en Égypte, les Emirats Arabes Unis (EAU) ont signé des accords d’une valeur de 3,4 milliards de dollars et CNBC a rapporté en avril dernier que la Chine considère le port de Jebel Ali [à Dubaï] comme une plaque tournante précieuse pour l’expédition de produits chinois dans le monde en utilisant la position des EAU comme centre de commerce maritime et terrestre.

En Syrie, l’Iran et la Chine ont récemment convenu de conclure un accord de développement énergétique. Et les troupes chinoises déployées en Syrie sont là à cause des Ouïghours, mais aussi pour repérer les possibilités de reconstruction pour les entreprises d’État chinoises.

Ok, alors regardons la situation dans son ensemble maintenant. Ce n’est un secret pour personne que les relations entre Israël et la Chine sont compliquées, notamment en raison des efforts de l’administration Trump pour amener Israël à réduire les investissements chinois dans les grands projets d’infrastructure. Que pensez-vous de la visite du secrétaire d’Etat Pompeo en Israël la semaine dernière, au cours de laquelle il a souligné à plusieurs reprises combien les Etats-Unis sont mécontents de la politique chinoise d’Israël ? Que pensez-vous exactement que l’administration souhaite voir changer à Jérusalem ?

Je ne crois pas que le secrétaire d’État se soit rendu en Israël au beau milieu de la crise du coronavirus aux États-Unis, son premier voyage depuis le début de celle-ci, en raison des tensions entre les États-Unis et la Chine.

À mon avis, seul un facteur temporel pourrait motiver ce voyage. Quels que soient les problèmes que les États-Unis ont avec la Chine, ils ne seront pas abordés lors d’une visite urgente. Ils sont à long terme et très variés. Ils touchent au cœur même de la gouvernance mondiale, des valeurs et des questions qui sont profondément liées entre elles.Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo débarque en Israël pour une visite d’une journée, le 13 mai 2020. (Crédit : Matty Stern/ Ambassade des États-Unis à Jérusalem)

Toutefois, si Pompeo n’est peut-être pas venu à cause de la Chine, on peut s’attendre à ce que, pendant son séjour, il aborde les relations entre Israël et la Chine comme le font les États-Unis avec tous leurs alliés. Compte tenu de l’ampleur mondiale de la destruction humaine et économique provoquée par la pandémie, et dans le contexte de la guerre commerciale et des problèmes profonds qui en découlent, les États-Unis, en tant que superpuissance mondiale, semblent forger leur position et cela implique de s’assurer la coopération des alliés.

Il semble que l’administration américaine demande à Israël de faire un choix : c’est soit nous, soit la Chine. Y a-t-il d’autres options pour quadriller le triangle Israël-Chine-États-Unis qui n’impliqueraient pas qu’Israël réduise considérablement ses relations économiques avec Pékin ?

Vous avez raison : Washington a demandé à ses alliés de faire un choix sur toute une série de questions. la 5G [une norme technologique avancée pour les réseaux cellulaires qui est au cœur de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine] est une question majeure. Mais Israël n’allait jamais utiliser Huawei [le géant chinois de la technologie] pour la 5G. Compte tenu de nos préoccupations en matière de sécurité, un fournisseur extérieur n’était pas réaliste.L’entrepreneur israélien Michael Chojnacki de la société de technologie dans le domaine du sport Baseline Vision présente son idée aux investisseurs chinois à Jinan, en Chine, le 28 mai 2019. (Crédit : Joshua Davidovich/Times of Israël)

Mais dans d’autres domaines – technologie, infrastructure, recherche commune – Israël veut continuer à faire des affaires avec la Chine.

Si Israël peut montrer aux États-Unis qu’il comprend comment la Chine fait les choses, qu’il est conscient de la culture chinoise et de son impact sur la collaboration ; si Israël a un plan qui prend en considération les sensibilités américaines et peut même apporter des avantages aux États-Unis comme à Israël, je pense que la collaboration avec la Chine peut prospérer sur plusieurs fronts. Mais il faut pour cela prendre à cœur les préoccupations des États-Unis en matière de sécurité nationale.

Que disent les Chinois sur la position d’Israël ? Comprennent-ils que la première alliance de Jérusalem sera toujours avec Washington, ou sont-ils en colère qu’Israël ne tienne pas tête à l’administration pour sauvegarder ses propres intérêts économiques ?

Les gens parlent des pressions exercées par les États-Unis sur leurs alliés pour qu’ils choisissent. Choisissez un camp. Israël a déjà un camp. Il n’y a pas de choix à faire ici. Et la Chine le sait. La Chine se rend compte que le développement conjoint de technologies militaires entre les États-Unis et Israël, le soutien financier des États-Unis pour les équipements militaires et le veto américain au Conseil de sécurité des Nations unies sont des choses que la Chine ne fournira pas.

La Chine est, à tout le moins, un peuple à l’esprit pratique. Lorsqu’Israël rappelle à la Chine ces facteurs et qu’en revanche, la Chine vote avec une constance de 100 % dans toutes les instances internationales contre Israël, la Chine comprend.Carice Witte (au centre) accueillant les membres d’une délégation des droits de l’homme du gouvernement chinois dans le bureau de son organisation à Ramat Gan. La visite, menée par l’ancien vice-président du Comité national de la Conférence consultative politique du peuple chinois Huang Mengfu, visait à comprendre la perspective d’Israël sur les droits de l’homme et ses vues sur l’approche de la Chine. (Crédit : Gilad Kavalerchik)

Israël et la Chine veulent continuer à faire des affaires ensemble. La Chine attend beaucoup d’Israël et je crois que, si les choses sont bien présentées, les Chinois coopéreraient dans le cadre de mesures destinées à prendre en considération les préoccupations des États-Unis si cela signifiait que certaines relations commerciales pourraient se poursuivre.

Pensez-vous que les relations entre la Chine et les Etats-Unis continueront à se détériorer même si un démocrate gagne la Maison Blanche en novembre ?

Joe Biden a critiqué Trump pour sa trop grande indulgence envers la Chine. Cela ne laisse pas présager une période plus facile pour les relations entre la Chine et les Etats-Unis si les Démocrates gagnent.

La Chine est présentée à Washington comme le seul enjeu bipartite solide. Lorsque le monde des affaires, historiquement le poids des relations entre les États-Unis et la Chine, a commencé à considérer la Chine comme un problème, cela est devenu une question nationale. Et, en fait, les questions centrales auront un impact égal sur les deux parties – dans quelle mesure les États-Unis vont-ils encore investir en eux-mêmes – dans la R&D, dans leur population, dans leurs écoles ?Le président chinois Xi Jinping (à droite) salue le président américain Donald Trump avant une réunion bilatérale en marge du sommet du G20 à Osaka, le 29 juin 2019. (Crédit : Brendan Smialowski / AFP)

Le monde se tourne vers les modèles de réussite et veut nouer le dialogue avec eux pour en profiter. C’est ce que nous constatons avec Israël. Avec une économie très forte, une monnaie extrêmement robuste, une innovation puissante et un écosystème technologique, sans parler de notre armée, de plus en plus de pays sont attirés par Israël, de l’Afrique et de l’Asie à l’Amérique latine.

Que pensez-vous du dernier brouhaha concernant l’offre de CK Hutchison Holdings pour la construction de l’usine de dessalement Sorek B à Palmachim ? Y a-t-il un danger pour Israël de laisser ce conglomérat construire et gérer de grands projets d’infrastructure ?

Il ne m’appartient pas de dire si le fait que Hutchison ait remporté cet appel d’offres pose directement un problème de sécurité. Mais disons qu’il n’y a pas de problème de sécurité intrinsèque. Le fait qu’il se trouve à proximité d’un site nucléaire et d’une base avec des troupes américaines fait ressortir le parallèle avec le port de Haïfa qui a provoqué des tensions entre Washington et Jérusalem pendant plus d’un an.

Le port est devenu un problème bien après que l’accord a été signé et scellé. Comme le projet de dessalement est encore au stade de l’appel d’offres, il semble qu’Israël veuille ici prendre en considération les sensibilités américaines. Et après 35 ans de présence en Chine et dans ses environs, je pense que, si on présente correctement les choses aux Chinois, ils comprendront.

Il y a eu beaucoup de bruit pour que le gouvernement israélien laisse le Shanghai International Port Group exploiter le terminal à conteneurs du port de Haïfa à partir de 2021. Est-ce une affaire conclue ? Qu’est-ce qui a été fait pour apaiser les craintes des États-Unis ?

Vous savez, cette question a été pour moi une grande leçon sur l’importance de la communication. J’ai récemment appris, lors d’une conférence donnée par l’ancien ambassadeur [des États-Unis en Israël Dan] Shapiro à la fin de l’année dernière, que lorsqu’Israël, après 20 ans ou plus de négociations avec le syndicat portuaire, a finalement pu organiser des appels d’offres pour des ports privés à Haïfa et Ashdod, l’ancien maire [de Haïfa Yona] Yahav est venu voir l’ambassadeur Shapiro et lui a demandé de faire venir des sous-traitants américains. Shapiro lui a expliqué que ce serait difficile mais qu’il essaierait.Une vue aérienne de l’installation des Chantiers navals d’Israël dans le port de Haïfa, en juin 2013. (Crédit : CC-BY-SA-3.0 Meronim/Wikipedia)

En fin de compte, il n’y avait qu’une seule entreprise qui était pertinente et elle était basée à Seattle. Elle estimait que Haïfa était trop éloignée et que le port prévu était un projet trop petit. La société de Seattle a refusé. Yahav a donc expliqué à Shapiro que le maire de Shanghai, ville jumelle de Haifa, pourrait l’aider et lui a demandé de clarifier la situation avec l’administration Obama. La réponse a été un feu vert.

En outre, une solide étude de sécurité a été réalisée dès le départ. Après que le port est devenu un problème pour l’administration Trump, je crois savoir que d’autres études de sécurité ont été réalisées et acceptées.

À votre connaissance, les responsables israéliens ont-ils commencé à expliquer à leurs interlocuteurs chinois pourquoi ils pourraient devoir se retirer d’engagements pris antérieurement ? Comment les Chinois prennent-ils cela ?

Israël dispose d’un ensemble exceptionnel d’experts chinois au sein de notre ministère des Affaires étrangères. Les fonctionnaires du bureau de Chine sont compétents et expérimentés et s’occupent certainement des problèmes en fonction des besoins. Bien que je ne sois pas au courant de ce qui se passe sur ce front, je suis convaincue qu’ils s’en occupent.L’ambassadeur de Chine en Israël Du Wei rencontre le chef du protocole du ministère israélien des Affaires étrangères Miron Reuven, le 23 mars 2020. (Crédit : MFA)

Il faut rappeler que la Chine comprend les enjeux. Elle travaille avec l’Iran, y fait des affaires, coopère à l’étranger, comme en Syrie, comme je l’ai mentionné précédemment. Donc, d’une part, les Chinois savent que nous ne sommes pas le 51e État et espèrent que nous continuerons à coopérer comme nous l’avons fait au cours de la dernière décennie.

D’autre part, j’ai l’impression que dans la constellation États-Unis-Chine-Israël, ils savent où se trouve l’alliance d’Israël.

En mars 2017, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré au Times of Israël, lors d’une interview à Pékin, que les relations entre Israël et la Chine étaient « superbes » et qu’il souhaitait voir la Chine investir davantage en Israël. Pensez-vous qu’il dirait encore cela ?

En un mot, non. Je ne pense pas qu’il dirait « superbe ». Mais pas parce que nos relations directes se sont dégradées, mais parce qu’il y a maintenant de sérieux facteurs atténuants dans les relations Chine-Israël. Alors que l’empreinte mondiale de la Chine s’étend et que ses efforts pour jouer un rôle de premier plan dans les institutions internationales se multiplient, Israël devra jouer ce jeu de Wei Qi, ou Go, comme on l’appelle en Occident, avec sophistication et intelligence.

Israël est du côté des valeurs démocratiques et des libertés individuelles qu’elles impliquent. Ainsi, tout en faisant des affaires avec la Chine, Israël défendra probablement aussi ses valeurs lorsque cela sera nécessaire.Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le président chinois Xi Jinping (à droite) se serrent la main à la résidence des visiteurs officiels de l’Etat de Diaoyutai à Pékin, le 21 mars 2017. (Crédit : Etienne Oliveau/Pool/ AFP Photo)EN SAVOIR PLUS SUR :

  • 1Partages

VOUS AIMEREZ AUSSI

Suite de l'article
S’abonner
Notifier de
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments

je trouve ça très douteux de partager ce genre de propagande sioniste sans au moins débuter par une dénonciation de toute tentative de normalisation de cet Etat colonial génocidaire et sans appeler à sa destruction et à son remplacement par une Palestine démocratique